Contre-ville 1 – Du regard surplombant sur l’urbain à celui de l’individu

Comment tenter en apprenti chercheur de percevoir l’urbain un peu mieux, et vivant ? Décrire le générique, cela a été bien fait. Comment avancer, un peu plus ?

L’urbain serait-il sans figure ?

Lire les dénonciations nombreuses des troubles de l’espace urbain permet à un autre niveau de poser la question de la perception de cet urbain. Dans une logique progressiste classique, le regard surplombant – sens privilégié du cartographe – est contraint d’être au plus haut pour percevoir la verticalité, et l’étendue fabuleuse de l’urbain. Le regard d’en haut réduit les formes de vie, les forces et les conflits, à des flux et des points, au générique, à des processus sans qualités. Les représentations et modélisations qui en découlent sont vidées des corps. Le réseau a trait à cette manière de voir. Que dire des représentations spatiales du type GPS ou Google Maps ? Points de vue certes non-fixes, pris pour omniscients, mais vitreux et vides de sens. Et comment prendre en compte des temporalités urbaines avec ces modes d’appréhension ?

Les représentations de l’urbain sont partout. Mais qui parvient à le lire dans sa réalité et pas seulement dans sa matérialité, d’en haut ? La mise à plat, par les panoramas horizontaux diffèrent-ils vraiment des paysages verticaux ? Les points figés des photographies aériennes sont-ils distincts ? Découper l’urbain en tranches, en mosaïques, n’aide pas plus à percevoir l’urbain dans son ensemble tentaculaire mais vécu. Les passages par les théories postmodernes les plus excessives, et les plus inventives n’ont pas gommé les points de vue horizontaux et verticaux, et les regards fragmentés.

« Depuis le 110ème étage du World Trade Center, voir Manhattan. Sous la brume brassée par les vents, l’île urbaine, mer au milieu de la mer, lève les gratte-ciels de Wall Street, se creuse à Greenwich, dresse de nouveau les crêtes de Midtown, s’apaise à Central Park et moutonne enfin au-delà de Harlem. Houle de verticales. L’agitation en est arrêtée, un moment, par la vision. La masse gigantesque s’immobilise sous les yeux. »  (De Certeau, 1990, p. 139)

Changer de sens sur l’urbain

Revenir à Kevin Lynch, et à son ouvrage L’image de la cité (1976), permet de questionner le regard du passant, et de le suivre. Au-delà des réseaux, il y a le corps en mouvement de l’individu, à vélo, en marche, à skate, etc. Tous les sens sont mobilisés. Et le regard porte vers l’horizon de l’espace à venir. Le passant semble découper l’espace en aires, parfois par itinéraire et comme tout droit, parfois de manière panoramique, mais toujours à partir de soi. Le soi est un point de vue unique mais qui varie, selon que l’on soit au sommet d’une colline ou au cœur d’une rue, heureux ou peureux.  Le centre de l’urbain c’est soi. La synthèse est propre, mais appuyée sur la réalité urbaine, proche et en opposition, comme un reflet, contre. Les modélisations ne gomment pas les corps des individus, ni leur subjectivité. Elles les font disparaître pour un temps, et ils reviennent débordant pour briser toutes les glaces. Suivons les.

Qui est perdu dans l’urbain ? Il faut compter avec les Ombres errantes.

De Certeau Michel, L’invention du quotidien : 1. Arts de faire, Folio, Paris, 1990

Lynch Kevin, L’image de la cité, Dunod,Paris, 1976

 


Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter

Publié par

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

2 thoughts on “Contre-ville 1 – Du regard surplombant sur l’urbain à celui de l’individu”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *