Choc de civilisations pour une rinceuse

L’absence ou la présence des objets les plus anodins provoque des effets inattendus, voire amusants, en fonction des lieux où l’acteur est situé. Au travers des aventures relatives au shattaf, il s’agit d’explorer en quelques paragraphes les relations tissées entre les objets, les corps et qui nous affectent.

 Comment l’absence de la rinceuse affecte t-elle les acteurs ?

 Il semble qu’en France, les toilettes les plus courantes ressemblent à l’image ci-dessous.

La faïence des WC est blanche, sa surface lisse et pleine.

Pourtant, il suffit de traverser la Méditerranée pour que l’objet soit quelque peu modifié, quoique ce ne soit pas évident au premier coup d’œil.

Taille similaire, même couleur, la faïence est toujours blanche, même aspect général. Néanmoins, sous la cuvette et le rebord du WC apparaît un objet étrange. Voilà notre rinceuse, ou shattaf pour les Égyptiens.

Cette différence menue est pourtant sujet de bien des conversations chez nos amis égyptiens qui traversent la Méditerranée : pourquoi diable les hôtels français manque t-il de ce petit objet ? Cette différence ténue ne rentre dans aucune des cases établies pour considérer les différences culturelles. Elle dénote toutefois des techniques du corps assez différente pour affecter les voyageurs, leurs discussions et les toilettes des hôtels.

Le shattaf est une sorte de rinceuse qui a pour fonction de nettoyer le derrière de l’usager. Incrustée dans les toilettes, elle peut prendre plusieurs formes : celle d’une petite ouverture de métal, comme sur la photo ci-dessus, celle d’un petit tuyau, ou/et on peut être adjoint aux WC une pomme de douche et son tuyau.

Sans la rinceuse, les touristes égyptiens à Paris seront probablement doublement désemparés :

  • d’abord, une impression dégoûtante de saleté lui restera après le passage aux toilettes,

  • ensuite, quel étonnement de constater le manque d’hygiène criant des Français, qui gardent pourtant leurs rues si propres, et la faïence si blanche.

 Cet exemple potache pourrait paraître anodin. Parlez-en avec un Égyptien, vous constaterez que cela ne l’est sans doute pas pour lui ! Son habitude est totalement bouleversée par la simple absence de ce petit objet. Il est affecté négativement par cette absence. Il s’agit alors pour lui d’être ingénieux pour rajouter une suite au script raccourci par le plombier en France.

Le touriste égyptien peut ainsi se munir d’une shattaf portable qu’il peut acheter avant son départ.

S’il ne l’a pas fait, il lui reste alors à dévisser la pomme de douche de la douche et de la connecter avec l’arrivée d’eau du WC, ou bien à regretter le manque de propreté des Français et de s’interroger sur les différences entre les peuples. Dans tous les cas, son habitude et son inattention au geste banal d’aller au toilette est complètement malmené. Il y a bien plus qu’une mer qui sépare France et Égypte.

On a ainsi dressé en quelques traits les effets que provoquent l’absence de certains objets du quotidien, comme le shattaf : affects négatifs qui entraînent un vrai choc de civilisations.


Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter

Publié par

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *