B.a.-ba du changement d’habitude, dans le film L’Incroyable Destin de Harold Crick

« Chaque jour ouvrable depuis 12 ans, Harold se brossait chacune des dent 76 fois, 38 fois de gauche à droite, 38 fois de bas en haut »

Prenez un personnage principal qui a routine pour maître-mot. Rajoutez-lui des capacités de calcul et de mémorisation démentielles. Définissez sa vie par la quête d’une efficacité et d’un conformisme à des règles, transformées en routines calculées au millimètre. Vous aurez un aperçu du quotidien que peut mener Harold Crick: une vie de routines mécaniques et tayloriennes, qu’il occupe à grand renfort de contrôles fiscaux et de nœud de cravate Windsor.

Prise de conscience

Pourtant, un matin, un processus imprévu perturbe cette mécanique rodée : une voix commente ses moindres faits et gestes. Il n’arrive pas à la faire sortir de sa tête. Comme s’il s’était muni, d’un coup d’un seul, d’une conscience. Cette voix lui fait donc, prendre conscience des routines au poil qui structurent son quotidien dans les plus menus détails. Ce qui est assez perturbant pour le personnage. Cette petite voix qui fait la narration de ses faits et gestes, loin d’affecter positivement notre héros, l’entraîne plutôt sur le chemin de la résistance au changement: il ne veut plus entendre parler (de) sa conscience.

Après avoir établi qu’il était bien le seul à entendre la voix, il se rend chez un psychiatre. Le médecin établit le diagnostic : Harold Crick est schizophrène. En le plaçant dans une case, la psychiatre est à deux doigts de mettre fin à tout processus d’intégration de la perturbation de la petite voix, par le héros. Il n’a plus qu’à vivre avec ces commentaires – contre son gré – et le diagnostic de folie – contre son gré de même – : drôles de réjouissances en perspective ! On reste dans la résistance, mais impuissante.

Cette première phase est ainsi celle de la prise de conscience de la perturbation des routines, qui entraîne sur le courant d’un changement d’habitudes. Néanmoins, pour le moment, notre héros nage encore à contre-courant.

Multiplier les interprétations possibles

Bienheureusement, le personnage est plein de ressources. Il identifie la fonction de la voix qui parle dans sa tête : elle fait la narration! Tel un narrateur de roman, elle expose les faits et gestes du personnage Harold Crick, autrement dit notre héros est le héros d’un roman. Et c’est là qu’une brèche s’ouvre. Puisque le héros est dans un récit, la porte est ouverte aux interprétations littéraires de sa propre vie. Il accepte le jeu des interprétations et donc de la conscience de ses propres actes. Qui mieux alors qu’un professeur de littérature, un as de l’interprétation, pour démêler les nœuds de l’intrigue ? Harold Crick va alors rencontrer l’universitaire, qui va tenter de proposer la clé adéquate pour avoir prise sur le récit dans lequel se trouve Harold – trouver l’interprétation pertinente pour changer sa vie. Il va donc faire proliférer les interprétations et proposer des épreuves au héros, pour qu’il détermine la teneur du récit: comédie ou tragédie – c’est-à-dire happy end ou mort atroce.

Concurremment, le héros tombe épris d’une jeune pâtissière vaguement anarchiste. Déjà sur la pente du changement, cette rencontre l’y précipite et le fait se questionner sur la vie bonne qu’il souhaite mener. Il ne résiste plus au changement. S’ouvre à lui, peu à peu, un champ des possibles auquel il était devenu aveugle.

La seconde étape de son changement d’habitudes est donc rendu possible par les interprétations issues de sa rencontre avec le professeur, qui ne va pas l’enfermer dans un type à partir d’un diagnostic trop rapide. Au contraire, il va l’ouvrir à des vies possibles/des intrigues possibles qui pourraient entraîner sa vie sur de nouveaux rails. Cette ouverture aux possibles est encore renforcée par la seconde rencontre et le début de l’aventure amoureuse. Enfin, il a déménagé chez son meilleur ami, collègue des impôts. Arrivé à ce point, il ne nage plus à contre-courant du changement d’habitudes. Il a soif d’apprendre et commence déjà à changer sa vie.

Lutter contre ses anciennes habitudes pour sa nouvelle vie possible

La rencontre amoureuse commence mal : d’une part il reluque avec insistance la jeune pâtissière, mais en plus il la reluque lors d’un contrôle fiscal. Et allez demander un rappel d’impôts à une anarchiste ! De là, il se prend les pieds dans le tapis de la séduction à plusieurs reprises, s’empêchent quelques plaisirs et commet quelques gaffes, afin de respecter la déontologie assignée à un contrôleur du fisc. Le plus important, c’est que, non content d’être conscient de ses habitudes, il se rend compte qu’elles constituent désormais un obstacle. Il l’éprouve avec crainte et dépit. Ses vieilles routines qui soutenaient sa vie l’empêchent désormais de poursuivre l’une des nouvelles vies possibles/interprétations du récit, dont il a pris conscience de l’existence. S’ensuivent doutes et atermoiements. Qui a prétendu qu’il était facile de se transformer ? Mais une chose est certaine désormais pour Harold Crick : il veut changer de vie et vivre sa vie comme une aventure. Cela semble des plus sages pour qui se retrouve au cœur d’un récit, faut-il le rappeler. Il se met même à la guitare…

La rencontre avec la pâtissière a rendu désirable le changement de ce qui était auparavant à sauvegarder : ses vielles routines et sa quête de conformité et d’efficacité. Désormais, il souffre de celles-ci et éprouve leurs effets néfastes pour amorcer la mise en pratique des possibles entrevus plus tôt. Engagé sur la pente du changement, Harold Crick, notre héros, est en train d’apprendre à changer de vie, autrement dit, il ne résiste plus et change déjà.

Changement de valeurs, changement de vie

En intensifiant l’aventure amoureuse, Harold parvient finalement à une redéfinition de ce qui constitue la vie bonne pour lui et donc des routines et habitudes qui l’accompagne. Changement de valeurs, changement de vie, tout est bien qui finit bien. Sauf qu’on en aurait presque oublié que le héros est pris dans une intrigue dont il n’est pas maître. Est-il dans une comédie ou bien une tragédie – va t-il mourir atrocement ou bien fonder une famille et vivre heureux avec beaucoup d’enfants (anarchistes) ?

Le maître de l’intrigue, la petite voix – la conscience impromptue du héros, c’est bien sûr un écrivain dont l’écriture dresse le déroulé de la vie du héros et qui doit choisir une fin à celle-là même. Cet écrivain dépressif, fumeur, sans inspiration, présente lui-aussi une sacrée panoplie de mauvaises habitudes. Surtout, il prend un plaisir malin à supprimer ces héros à la fin de ses romans : destin funeste qui attend Harold Crick lui-aussi. Mais dans un retournement imprévu, Harold Crick parvient finalement à rencontrer celle qui écrit sa vie et même, à l’attendrir. Il devient la conscience de sa propre conscience, la boucle est bouclée. L’écrivain/petite voix/narrateur vit alors à toute vitesse le processus de changement d’habitudes que Harold Crick a mis une heure et demi de film à entreprendre : elle prend conscience des effets de son écriture, même plus elle est effrayée de ceux-là. Mais comment changer la fin de Harold Crick ? Il s’agit alors de s’ouvrir à d’autres récits possibles dont la fin serait cette fois heureuse. Une fois le choix fait, elle est alors capable d’écrire la vie bonne dont Harold n’aurait pu rêver au début du film. Elle-aussi a changé ses habitudes d’écriture et de vie : elle est devenue empathique, les signes apparents de la dépression ont disparu de son visage, aujourd’hui épanoui.

Conclusion

Pour changer d’habitudes :

  • vous allez prendre conscience d’une perturbation dans votre vie – petite voix, accident, déménagement, diagnostic psy, rencontre –, contre laquelle vous allez probablement tenter de résister dans un premier temps. Mais peu à peu, vous allez ressentir de manière cuisante que vos vielles routines ne sont plus adaptées à votre situation qui est devenue indésirable. Le changement devient votre objectif.
  • grâce à des outils ou des personnes ressources vous allez parvenir à inventer des récits dont certains seront plus désirables que d’autres. Le choix entre les interprétations dépendra sans doute de rencontres imprévues et des changements de contexte qui ont été amorcés.
  • de là, vous allez tâtonner à la recherche des valeurs qui vont articuler votre nouveau mode de vie qui auront profondément modifiées vos habitudes et votre définition de la vie bonne.

Harold Crick, ce héros, était chenille, le voilà maintenant délesté de sa chrysalide de routines surannées, papillon.


Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter

Publié par

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *