De l’inefficacité d’une vie carnavalesque dans le film les Idiots

Être un « idiot »
Le film raconte l’intégration de Karen, personnage initialement désœuvré, au sein d’un collectif d’idiots. Plus précisément, les membres de ce groupe simulent l’idiotie, à la fois entre eux, en vase clos, et à l’extérieur de la riche demeure bourgeoise qu’ils squattent. Leur devise est: que chacun trouve l’idiot en soi! Ils se font passer pour des dérangés, pour être dérangeant et mettre en péril le fard bourgeois de la ville de leur résidence. Pour Karen, il s’agit peu à peu d’apprendre à jouer le jeu.

Les happenings du petit groupe prennent place dans divers lieux, dont voici quelques exemples:

  • à la piscine, où l’opposition entre désirabilité du corps féminin et impuissance perçue d’un corps masculin de dérangé – même en érection -, est mise en lumière lorsqu’un des idiots se savonne dans les douche réservées aux femmes.
  • lors d’une visite d’acheteurs potentiels de la maison qu’ils squattent, les « idiots » se montrent à la vue du couple intéressé par la demeure, pour les faire fuir. Cela fonctionne, malgré les efforts nombreux du couple pour maintenir les apparences de la tolérance.
  • dans un pub, des loubards tatoués des pieds à la tête rechignent un peu, puis accueillent l’un des « idiots » à leur table. Peu à peu pris d’affection et attentifs, ils vont jusqu’à l’accompagner pour l’aider à uriner, en mettant les mains à la patte. Dans ce contexte, l' »idiot » masculin ne détonne pas. C’est la femme qui partage leur tablée qui dérange et qui subie les remarques sexistes.
  • dans une agence de pub, autre happening, l’une des « idiotes » fait une sacrée farce à l’un des « idiots », qui est revenu à un comportement normal de publicitaire pour la séquence. Jouant la représentante d’une riche entreprise, son mauvais comportement donne des sueurs froides aux publicitaires et à son compère furibard. Les publicitaires sont heureux tout de même, de s’imaginer contrat en poches.

Carnaval ou encadrement de la dérive

Ces performances sur des scènes variées (piscine, pub, agence de pub…) proposent une re-visitation de la logique du carnaval. Mais au lieu d’être annoncé à tous, prévu et organisé de manière rituelle, celui-ci se déroule de manière impromptue.

C’est pourquoi, leur maison, là où ils résident ensemble dans un joyeux foutoir, ne constitue pas le lieu d’une utopie, mais de coulisses. Et rien n’empêche de répéter en coulisse, pour « trouver son idiot intérieur ». Lars von Trier ne nous accable pas d’une énième utopie anti-bourgeoise, il propose un manuel d’exercices à visée perturbatrice pour le dehors du groupe. Sa recette: formez un groupe de jeunes cultivés, faites les sortir de temps à autres; trouvez une idée « débile », moquez-vous du bourgeois. Voilà pour la subversion (ne pas oublier la partouze avec pénétration non-simulée), voilà pour les bourgeois démasqués – bourgeois un peu spectateurs. Jouer l’idiot, jouer tout court, n’a jamais été qu’un mécanisme de décharge de la pression, un défouloir: un carnaval.

Dans ce film, les comportements carnavalesques, plus que d’obéir à un temps, obéissent à des espaces pour une compagnie de comédiens qui jouent tous le même rôle, avec forte conviction : celui de « débiles ».

Bas les masques

Récapitulons à ce stade, à quel processus de changement se soumettent les comédiens du film:

  • les « débiles » sont conscients des errements moraux des bourgeois danois,

  • ils expérimentent un type possible de comportement alternatif,

  • ils sont sensibles aux effets bénéfiques de ce comportement : les « on est tellement heureux ici » saupoudrent la vie du groupe,
  • ils s’habituent peu à peu à leur rôle et l’exercent avec de plus en plus d’allant et de justesse – peut-on être juste en jouant au dérangé?

Mais quelles valeurs remettent-ils en cause? Les apparences, les règles de maintien de soi, les hypocrisies et les mesquineries des autres. Et les leurs propres? Ils constituent par la prétention à l’apparence « débile » un ensemble de normes de comportements alternatives, toutes autant soumises au jugement et à des normes de bonne conduite, même déviées. A la comédie des autres, répond leur propre jeu de rôle.

Ne pas mettre en péril les attachements

Ils doivent néanmoins faire face à une série d’imprévus, au cours du film:

  • Avec l’oncle propriétaire de la maison squattée, il s’agit de jouer, non plus aux débiles, mais cette fois aux artisans. Faire comme si le bon ordre bourgeois de la demeure n’était pas perturbé.
  • Avec le père de l’une des « débiles »: réellement sous prescription médicamenteuse psy. Une seule des membres du groupe tente d’empêcher le patriarche cool-rockeur de reprendre sa fille (majeure) pour la replonger dans les psychotropes.
  • Lors de la visite de débiles auprès des « débiles », la mascarade cesse, et la légèreté de la remise en cause des valeurs bourgeoises saute aux yeux.
  • Lorsque que le chef de bande a un accès de folie, et devient violent, ils l’attachent comme dans un mauvais hôpital psy.

Chaque situation à enjeu est l’occasion de faire preuve de lâcheté, de mettre « bas les masques »: d’éviter de changer de vie, de cesser d’imiter les débiles et autres fous, pour laisser croître un comportement alternatif et fou, qui dévorerait leur anciennes attaches, bourgeoises trop bourgeoises. Sont démasqués, tous ceux qui portent le masque de la mise en scène de la vie quotidienne, débile ou non.

Changer de vie en faisant l’idiot

A la fin du film, le chef de bande met toute l’équipe au défi de réaliser leurs prouesses d’idiots au cœur de leur ancien quotidien: en famille, au travail, etc. Tous échouent, refusent, quittent l’aventure. Une seule ose trouver son « idiot intérieur », Karen. Celle-ci, mère d’un enfant mort il y a une semaine à peine, s’était réfugiée loin des siens, au sein du groupe. Pour elle, les attachements à sa famille sont désormais vains: qu’est-ce qui l’empêcherait de faire l’idiote? Elle engage alors sa transformation, en modifiant l’appréhension que ses proches avaient d’elle: de mère indigne en douce folle. Là, la violence à son égard éclate en silence, par l’absence d’affection, par la tension palpable au sein de la famille, par une gifle cuisante de son ancien compagnon.

La mise à l’épreuve d’attachements qui n’en étaient plus vraiment pour elle constitue ainsi une sorte de travail de deuil: ce n’est pas les apparences qu’elle critique, par son attitude, mais la méchanceté et la violence qu’elle révèle en poussant à bout ces mêmes règles de contention de la violence – les mises en scène de soi, débiles ou non. Elle s’en prend au cœur de la puissance bourgeoise et non aux effluves demi-masquées qui en émanent. Karen fait ainsi la démonstration que toutes les dérives à la Debord, pour enfants gâtés qui rentrent dormir chez papa (tonton dans le film), tout cela n’est qu’un retournement du spectacle contre lui-même. Le spectacle nourrit le spectacle et masque la violence. Au contraire, pour Karen, il s’agit peu à peu de jouer le jeu en le prenant au sérieux. C’est par le sérieux du défi et de la posture « idiote » qu’elle expose au spectateur du film, le manque de spectaculaire de la violence quotidienne, familiale et affective. C’est par le sérieux qu’elle se fait victime, pour supporter le détachement d’un cercle de proches malsains. Pour elle-aussi le masque sert à démasquer, le rôle des autres, mais aussi son ancien rôle. Le masque n’est pas l’outil d’un jeu, mais l’ouverture à une autre vie possible, qui s’engage par une rupture violente. Sans moquerie, avec sérieux, elle se rend publiquement victime émissaire: elle soulage la tension familiale, et fait office de petite sainte de l’idiotie. Karen a donc échoué à jouer le jeu, belle idiote, vraie débile.


Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter

Publié par

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *