Les conversions du Lion – Courte analyse du film du point de vue du changement de mode de vie

Lion est un film qui raconte l’histoire de trois extraordinaires changements de vie.

Le premier changement advient lorsque le héros n’est encore qu’un petit garçon, qui vit pauvrement en Inde. Accompagnant son frère qui s’en va travailler, il s’endort puis se perd dans une gare. Paniqué, il monte dans un train à la recherche de son frère, crie, court, se perd toujours plus. Il a en plus la malchance de sentir le train dans lequel il est monté démarrer. Il ne sait pas quelle est la destination du train. De là, le train l’entraîne à Calcutta – il ne le sait pas. Après quelques aventures, quelques nuits dans la rue, il se retrouve dans un orphelinat.Deuxième grande expérience de changement de mode de vie, de l’orphelinat où il vit désormais, l’enfant est repéré pour être adopté. Après quelques leçons d’anglais et de maintien à table, l’enfant s’envole pour l’Australie où une seconde famille l’attend. Elle l’élève avec amour. Il grandit et poursuit ses études à Melbourne, empli de gratitude pour cette famille adoptive, qui est désormais la sienne.

Advient alors, le troisième changement. Invité à une soirée à Melbourne par des étudiant indiens ou australo-indiens, il replonge dans l’ambiance de son enfance, qu’il avait refoulée. Chacun des invités et des hôtes raconte son rapport à l’Inde, ce qui interroge le héros. Serait-il possible de retrouver sa famille perdue à laquelle il se sent de nouveau appartenir? Il prend conscience de la constitution de sa personne par l’expérience de l’Inde et de sa première famille qui l’a aimé et qu’il aime encore. Outre cette prise de conscience, alors qu’il se rend à la cuisine, le parfum d’une pâtisserie indienne réveille en lui des souvenirs d’enfance, lorsqu’il se rendait au marché avec son frère et qu’ils rêvaient de s’acheter la pâtisserie en question. A partir de cette sensibilisation, le personnage principal va être hanté par des visions de son enfance indienne, au point d’en être de plus en plus perturbé. Or, lors de cette même soirée, il apprend l’existence de Google Earth et d’une méthode pour retrouver son village natal. Le sens de sa vie est ébranlé, il parvient de moins en moins à supporter que sa première mère ne le sache pas en vie et le croit définitivement perdu. Il apprend donc l’usage de Google Earth et tente de calculer le rayon dans lequel son village pourrait se trouver d’après ses souvenirs sur le trajet en train qui l’avait égaré jusqu’à Calcutta. Il doit ensuite chercher image par image, ce village natal, si difficile à identifier au sein de la multitude de villages équivalents du sous-continent.

De là, le personnage redoute d’avoir à choisir entre deux vies: conserver et protéger sa famille d’adoption, ou bien revenir à sa famille d’origine. Peu à peu, il parvient à faire part de sa recherche à sa famille adoptive, qui l’accepte. La barrière est levée, il peut tenter de vivre sa vie en liant sa double-attraction pour ses deux familles. Il peut envisager de conserver sa gratitude envers sa famille d’accueil, valeur clé pour lui, sans craindre le maintien indéfini de la douleur de sa mère originelle. Il boucle ainsi deux morceaux de vie qui lui semblait antagonistes, et qu’il n’arrivait pas à lier: oubliant son enfance indienne dans un premier temps, se détachant de sa famille australienne dans un deuxième temps. Le troisième temps est celui de la mise en lien de toutes ces expériences. Miraculeusement, il reprend ses recherches et parvient à reconnaître la gare à partir de laquelle il s’était perdu. Immédiatement, il s’envole pour l’Inde, parvient à cette gare, toujours hanté par l’image de son frère. Faisant usage de tous ses sens, il se souvient du chemin jusqu’à la maison de son enfance, pour retrouver sa première mère. La joie est totale.

Ce récit est tiré d’une histoire vraie. Et le prénom du héros est Lion. Reprenons cette dernière épreuve de la vie du héros qui lui permet de lier ses deux premiers changements de vie en un récit et un rôle cohérent:

  • prise de conscience: la rencontre des amis indiens et la redécouverte de son récit de vie par le héros,
  • sensibilisation: l’odeur des pâtisseries de son enfance, un temps retrouvé lors de la soirée chez les amis indiens,
  • expérience d’une possibilité: la découverte de Google Earth et de la possibilité de retrouver le village de son enfance depuis l’Australie
  • gain de compétences: la capacité à explorer la Terre depuis son canapé,
  • valeurs: de jeune étudiant branché et peu responsable, à fils aimant et aimé inquiet pour ses première et deuxième mères.

Nous comprenons mieux le hasard de la sensibilisation, la force des efforts, la recherche de cohérence entre gratitude et amour et les deux familles au travers de l’identité du héros. Il a vécu un parcours de conversion de son mode de vie et à été capable de lier les deux premiers bouleversements par un troisième. D’un récit de vie fragile, fruit d’un traumatisme initial et d’une migration brutale, il parvient à tirer un rôle solide: celui du fils aimant aux deux mères, à la fois Indien et Australien.


Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter

Publié par

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *