Du permis de conduire au permis de mobilité

Des stratégies pour moins de voitures

Deux questions se posent activement aux acteurs de la mobilité aujourd’hui: Comment favoriser les mobilités actives? Comment réduire la prégnance de la voiture?

Pour ce faire, les améliorations de l’offre ont été importantes dans de nombreuses villes. Elles sont partiellement efficaces. L’usage du vélo grandit, les mobilités actives et les activités physiques en général sont au goût du jour. Toutefois, la place de la voiture reste écrasante. La voiture résiste entre autres parce que son usage est habituel (voir les travaux de Thomas Buhler).

Les grands moments de bouleversement des habitudes

Les habitudes des individus sont plutôt durables une fois sorti de l’enfance, mais sont bouleversées durant des moments forts du parcours de vie (début des études, mariage, déménagements). Les habitudes de mobilité elles-aussi sont le fruit des apprentissages de l’enfance, mais également découlent de ces temps forts (voir les résultats de Michael Flamm et Vincent Kaufmann). Durant l’enfance, ce sont souvent les mobilités actives qui sont acquises, et qui vont durer le plus longtemps dans la vie de l’habitant (surtout la marche). Dans le même temps, les habitudes de mobilité sont bouleversées par un moment fort spécifique: le permis de conduire, bien qu’on note une légère baisse du passage du permis parmi les jeunes (notamment en Suisse, voir l’entretien de Patrick Rérat). Dans l’optique de réduire la place de la voiture, comment gérer ce temps de bouleversement des habitudes de mobilité?

Changer le permis de conduire

Le permis de conduire est bouleversant d’autant plus que son passage peut être cumulé avec d’autres événements majeurs du parcours de vie: accès à la citoyenneté, début de la carrière professionnelle, des études, déménagement du domicile parental, etc.

Pourtant, on aurait pu penser que le coût du permis de conduire, tant financier, qu’en temps, et qu’en stress lors de l’examen, pourrait être rédhibitoire. Il l’est parfois. Dans les autres cas, c’est au contraire la force de l’investissement dans ce moment d’apprentissage qui va le rendre très engageant (voir les travaux de la psychologie de l’engagement). Quand on a mis beaucoup d’oeufs dans le même panier, difficile de l’abandonner. De ce fait, le passage du permis de conduire fait l’effet d’un goulot d’étranglement. Comment ouvrir les possibles?

Il s’agit d’affaiblir le permis de conduire, en diminuant l’investissement nécessaire à son passage. Si c’est contre-intuitif au premier abord, on suppose aisément qu’il est plus facile d’essuyer une petite perte dans le futur, qu’une plus grande, et donc de gaspiller un petit investissement, qu’un grand (voir la question de l’aversion à la perte). Ainsi, si l’investissement dans le permis de conduire est moindre, on peut supposer que l’engagement envers le permis de conduire sera moindre.

On peut aussi créer et renforcer des mini-diplômes relatifs aux mobilités actives  et aux transports en commun, et les valoriser mieux (en France: l’A.S.S.R.) pour entrer en concurrence avec le permis de conduire, notamment en leur donnant un coût en temps, en argent, une difficulté plus grande. Il s’agit de créer et renforcer un permis aux mobilités actives ou bien aux mobilités en transport en commun. Surtout, donner le même nom au permis de conduire et aux diplômes discutés ici, afin de suggérer leur valeur égale. Ensuite, ces diplômes doivent correspondre à des changements dans les lieux de vie des jeunes: notamment lorsqu’ils entrent dans un nouvel établissement scolaire en passant dans la classe supérieure.

D’autre part, on peut aussi élargir le goulot d’étranglement. En transformant le permis de conduire en permis de mobilité, la transformation des habitudes est généralisée et ne concerne pas que les habitudes automobiles. Le sens du permis de conduire serait bouleversé, et l’indépendance qui en résulte serait identifiée non plus seulement à la voiture, mais à l’ensemble des moyens de transport. Cela accompagnerait un mouvement déjà engagé dans ce sens. Pour ce permis de mobilité, il s’agirait de prendre des cours de circulation à vélo en ville et en campagne, de nuit, des cours de réparation de vélo. On pourrait imaginer découvrir la lecture de cartes pédestres et les bienfaits de la marche. Pourquoi ne pas faire découvrir les réseaux de transport en commun par le biais de leur histoire, de recherche de trajets? Les exercices adéquats sont à imaginer, mais l’idée est là: concurrencer la conduite automobile par d’autres possibilités de se déplacer, ce qui serait validé par un diplôme, demandant un certain investissement. De là, l’attachement aux autres modes de transport pourrait grandir, et celui à la voiture se réduire, par comparaison. On parviendrait ainsi à utiliser le moment de changement d’habitudes du permis de conduire, pour d’autres manières de se déplacer.

Changer les habitudes de mobilité

De nombreuses villes et de nombreux territoires mettent en oeuvre des stratégies pour réduire la place de la voiture et lutter contre les habitudes automobiles. Il semble que cela soit efficace, mais parfois limité. Pour accroître les moyens d’influence, nul doute qu’il serait fructueux de travailler lors des grands moments de bouleversement de la vie de l’individu. Or, le passage du permis de conduire est un moment important de changement (potentiel) des habitudes de déplacement. Pourquoi ne pas en tirer profit, en changeant le permis de conduire en un permis de mobilité ouvert à d’autres modes de transport?


Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter

Publié par

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *