B.a.-ba du changement d’habitude, dans le film L’Incroyable Destin de Harold Crick

« Chaque jour ouvrable depuis 12 ans, Harold se brossait chacune des dent 76 fois, 38 fois de gauche à droite, 38 fois de bas en haut »

Prenez un personnage principal qui a routine pour maître-mot. Rajoutez-lui des capacités de calcul et de mémorisation démentielles. Définissez sa vie par la quête d’une efficacité et d’un conformisme à des règles, transformées en routines calculées au millimètre. Vous aurez un aperçu du quotidien que peut mener Harold Crick: une vie de routines mécaniques et tayloriennes, qu’il occupe à grand renfort de contrôles fiscaux et de nœud de cravate Windsor.

Prise de conscience

Pourtant, un matin, un processus imprévu perturbe cette mécanique rodée : une voix commente ses moindres faits et gestes. Il n’arrive pas à la faire sortir de sa tête. Comme s’il s’était muni, d’un coup d’un seul, d’une conscience. Cette voix lui fait donc, prendre conscience des routines au poil qui structurent son quotidien dans les plus menus détails. Ce qui est assez perturbant pour le personnage. Cette petite voix qui fait la narration de ses faits et gestes, loin d’affecter positivement notre héros, l’entraîne plutôt sur le chemin de la résistance au changement: il ne veut plus entendre parler (de) sa conscience.

Après avoir établi qu’il était bien le seul à entendre la voix, il se rend chez un psychiatre. Le médecin établit le diagnostic : Harold Crick est schizophrène. En le plaçant dans une case, la psychiatre est à deux doigts de mettre fin à tout processus d’intégration de la perturbation de la petite voix, par le héros. Il n’a plus qu’à vivre avec ces commentaires – contre son gré – et le diagnostic de folie – contre son gré de même – : drôles de réjouissances en perspective ! On reste dans la résistance, mais impuissante.

Cette première phase est ainsi celle de la prise de conscience de la perturbation des routines, qui entraîne sur le courant d’un changement d’habitudes. Néanmoins, pour le moment, notre héros nage encore à contre-courant.

Multiplier les interprétations possibles

Bienheureusement, le personnage est plein de ressources. Il identifie la fonction de la voix qui parle dans sa tête : elle fait la narration! Tel un narrateur de roman, elle expose les faits et gestes du personnage Harold Crick, autrement dit notre héros est le héros d’un roman. Et c’est là qu’une brèche s’ouvre. Puisque le héros est dans un récit, la porte est ouverte aux interprétations littéraires de sa propre vie. Il accepte le jeu des interprétations et donc de la conscience de ses propres actes. Qui mieux alors qu’un professeur de littérature, un as de l’interprétation, pour démêler les nœuds de l’intrigue ? Harold Crick va alors rencontrer l’universitaire, qui va tenter de proposer la clé adéquate pour avoir prise sur le récit dans lequel se trouve Harold – trouver l’interprétation pertinente pour changer sa vie. Il va donc faire proliférer les interprétations et proposer des épreuves au héros, pour qu’il détermine la teneur du récit: comédie ou tragédie – c’est-à-dire happy end ou mort atroce.

Concurremment, le héros tombe épris d’une jeune pâtissière vaguement anarchiste. Déjà sur la pente du changement, cette rencontre l’y précipite et le fait se questionner sur la vie bonne qu’il souhaite mener. Il ne résiste plus au changement. S’ouvre à lui, peu à peu, un champ des possibles auquel il était devenu aveugle.

La seconde étape de son changement d’habitudes est donc rendu possible par les interprétations issues de sa rencontre avec le professeur, qui ne va pas l’enfermer dans un type à partir d’un diagnostic trop rapide. Au contraire, il va l’ouvrir à des vies possibles/des intrigues possibles qui pourraient entraîner sa vie sur de nouveaux rails. Cette ouverture aux possibles est encore renforcée par la seconde rencontre et le début de l’aventure amoureuse. Enfin, il a déménagé chez son meilleur ami, collègue des impôts. Arrivé à ce point, il ne nage plus à contre-courant du changement d’habitudes. Il a soif d’apprendre et commence déjà à changer sa vie.

Lutter contre ses anciennes habitudes pour sa nouvelle vie possible

La rencontre amoureuse commence mal : d’une part il reluque avec insistance la jeune pâtissière, mais en plus il la reluque lors d’un contrôle fiscal. Et allez demander un rappel d’impôts à une anarchiste ! De là, il se prend les pieds dans le tapis de la séduction à plusieurs reprises, s’empêchent quelques plaisirs et commet quelques gaffes, afin de respecter la déontologie assignée à un contrôleur du fisc. Le plus important, c’est que, non content d’être conscient de ses habitudes, il se rend compte qu’elles constituent désormais un obstacle. Il l’éprouve avec crainte et dépit. Ses vieilles routines qui soutenaient sa vie l’empêchent désormais de poursuivre l’une des nouvelles vies possibles/interprétations du récit, dont il a pris conscience de l’existence. S’ensuivent doutes et atermoiements. Qui a prétendu qu’il était facile de se transformer ? Mais une chose est certaine désormais pour Harold Crick : il veut changer de vie et vivre sa vie comme une aventure. Cela semble des plus sages pour qui se retrouve au cœur d’un récit, faut-il le rappeler. Il se met même à la guitare…

La rencontre avec la pâtissière a rendu désirable le changement de ce qui était auparavant à sauvegarder : ses vielles routines et sa quête de conformité et d’efficacité. Désormais, il souffre de celles-ci et éprouve leurs effets néfastes pour amorcer la mise en pratique des possibles entrevus plus tôt. Engagé sur la pente du changement, Harold Crick, notre héros, est en train d’apprendre à changer de vie, autrement dit, il ne résiste plus et change déjà.

Changement de valeurs, changement de vie

En intensifiant l’aventure amoureuse, Harold parvient finalement à une redéfinition de ce qui constitue la vie bonne pour lui et donc des routines et habitudes qui l’accompagne. Changement de valeurs, changement de vie, tout est bien qui finit bien. Sauf qu’on en aurait presque oublié que le héros est pris dans une intrigue dont il n’est pas maître. Est-il dans une comédie ou bien une tragédie – va t-il mourir atrocement ou bien fonder une famille et vivre heureux avec beaucoup d’enfants (anarchistes) ?

Le maître de l’intrigue, la petite voix – la conscience impromptue du héros, c’est bien sûr un écrivain dont l’écriture dresse le déroulé de la vie du héros et qui doit choisir une fin à celle-là même. Cet écrivain dépressif, fumeur, sans inspiration, présente lui-aussi une sacrée panoplie de mauvaises habitudes. Surtout, il prend un plaisir malin à supprimer ces héros à la fin de ses romans : destin funeste qui attend Harold Crick lui-aussi. Mais dans un retournement imprévu, Harold Crick parvient finalement à rencontrer celle qui écrit sa vie et même, à l’attendrir. Il devient la conscience de sa propre conscience, la boucle est bouclée. L’écrivain/petite voix/narrateur vit alors à toute vitesse le processus de changement d’habitudes que Harold Crick a mis une heure et demi de film à entreprendre : elle prend conscience des effets de son écriture, même plus elle est effrayée de ceux-là. Mais comment changer la fin de Harold Crick ? Il s’agit alors de s’ouvrir à d’autres récits possibles dont la fin serait cette fois heureuse. Une fois le choix fait, elle est alors capable d’écrire la vie bonne dont Harold n’aurait pu rêver au début du film. Elle-aussi a changé ses habitudes d’écriture et de vie : elle est devenue empathique, les signes apparents de la dépression ont disparu de son visage, aujourd’hui épanoui.

Conclusion

Pour changer d’habitudes :

  • vous allez prendre conscience d’une perturbation dans votre vie – petite voix, accident, déménagement, diagnostic psy, rencontre –, contre laquelle vous allez probablement tenter de résister dans un premier temps. Mais peu à peu, vous allez ressentir de manière cuisante que vos vielles routines ne sont plus adaptées à votre situation qui est devenue indésirable. Le changement devient votre objectif.
  • grâce à des outils ou des personnes ressources vous allez parvenir à inventer des récits dont certains seront plus désirables que d’autres. Le choix entre les interprétations dépendra sans doute de rencontres imprévues et des changements de contexte qui ont été amorcés.
  • de là, vous allez tâtonner à la recherche des valeurs qui vont articuler votre nouveau mode de vie qui auront profondément modifiées vos habitudes et votre définition de la vie bonne.

Harold Crick, ce héros, était chenille, le voilà maintenant délesté de sa chrysalide de routines surannées, papillon.

Le Devenir urbain d’Aldo Rossi

Figure 1. Rossi Aldo, Consolascio Eraldo, Reichlin Bruno, Reinhart Fabio, Ville analogue, 1976

Résumé. Devenir urbain signifie faire l’expérience de la densité et de la diversité des possibles pour projeter et construire des espaces. Or, Aldo Rossi est un architecte qui a vécu cette urbanisation de l’expérience au travers de dessins, de collages, d’écriture. En plongeant dans les espaces urbains, il s’est peuplé d’images et d’affects qui résonnent de possibles. Il le rapporte dans ses ouvrages. Rossi propose une vie écrite dans, par et pour l’urbanisation et qui écrit l’urbain en retour. Ce devenir urbain toujours persiste, oscillant entre l’exhaustion chimérique des possibles à sentir et à inventer, et épuisement inévitable de Rossi lui-même.

Aldo Rossi est un architecte italien de référence – prix Pritzker 1990 – qui a bâti, dessiné (Rossi, 2008), et écrit à la fois une théorie de l’espace urbain (Rossi, 2001) et un récit autobiographique (Rossi, 1981). Dans A Scientific Autobiography (Rossi, 1981) donc, il énonce par l’exemple de moments et d’espaces clés de son existence, une série d’exercices de sensibilisation aux espaces, de manières d’inventer, de faire avec l’urbain. Cela, afin de tracer des espaces possibles et construits, et son propre devenir1 aux prises avec l’urbanisation. Le devenir urbain de Rossi se lit par-là dans ses écrits, qui conservent avec plus d’évidence que ses dessins et ses bâtiments, l’empreinte du processus créatif. Son autobiographie constitue ainsi une manière de saisir, au travers de l’écriture, comment s’expérimentent la fabrication d’un espace comme celui de la ville, au travers des projets qui habitent l’architecte, et donnent forme à son devenir singulier. L’autobiographie de Rossi constitue ainsi un réservoir d’expériences de l’urbain et de sa création, qui permettent d’illustrer la forme de vie prise par un producteur des espaces du pullulement. Rossi est ainsi un fabricant de l’urbain, dont la vie qu’il raconte est habitée en retour par celui-ci, car l’évolution des espaces et celle de l’architecte s’imbriquent l’une avec l’autre.

Aldo Rossi, une vie pour expérimenter l’urbain. Aldo Rossi paraît se nourrir sans cesse d’espaces qui le traversent et l’affectent – obsessionnellement ou plus subrepticement – pour en produire de nouveaux par le bâti, le dessin, le collage et l’écriture (Rossi, 1981 : 20). En cela, il semble exemplifier, en particulier dans son autobiographie (Rossi, 1981), un devenir urbain, autrement dit, une vie aux prises avec l’urbanisation. Or, celle-ci peut se définir par l’accroissement de la densité et de la diversité des possibles dans un espace. De ce fait, devenir urbain, comme le montre la vie de Rossi, consiste à expérimenter cette profusion spatiale. Devenir urbain : faire l’expérience de la densité et de la diversité des possibles pour projeter et construire des espaces, ainsi transformer et soi et l’urbain. Rossi illustre alors une manière d’inventer l’urbanisation et sa vie en retour, par une série d’exercices (Sloterdijk, 2011).

Rossi lui-même définit l’espace urbain suivant le couple agrégation historique et invention (Rossi, 200 : 165), c’est-à-dire par le fait que les bâtiments sont repris et transformés au sein du «  processus dynamique de la ville [qui] tend plus vers l’évolution que vers la conservation, et que dans l’évolution les monuments se conservent et constituent des éléments propulseurs du développement lui-même » (ibid, p. 60). Produire l’espace urbain, c’est donc composer avec des possibles en grand nombre, par la construction de bâtiments, par les dessins, mais aussi par la sensibilité à de nouveaux possibles, à partir de l’observation et de la mémorisation des bâtiments qui pourront ensuite être répétés dans l’érection d’un nouveau bâti (Rossi, 2008 : 12).

Suivant Rossi, l’urbain n’est pas pure fluidité puisqu’il est bâti et occupé par des éléments historiques, mais sa permanence résonne dans l’imaginaire de l’architecte comme proposition de possibles (Rossi, 2001 : 58). Ces possibles naissent premièrement de l’observation de toutes choses :

Perhaps the observation of things has remained my most important formal education, for observation later becomes transformed into memory. Now I seem to see all the things I have observed arranged like tools in a neat row; they are aligned as in a botanical chart, or a catalogue, or a dictionary. By this catalogue, lying somewhere between imagination and memory, is not neutral; it always reappears in several objects and constitutes their deformation and, in some way, their evolution. (Rossi, 1981: 23)

Secondement, il reprend les lieux les plus affectant par le dessin. Par ses dessins, Rossi explore ainsi une variété de contextes très grande avec un motif récurrent. Par exemple : « For me, the architectural work is now identified with these things: there is a street in Seville made up of superimposed balconies, elevated bridges, stairs, noise, and silence, and it seems to recur in all my drawings. Here the search has ended its object is the architecture it has rediscovered » (Rossi, 1981: p. 19).

L’urbain est, pour celui qui s’exerce comme Rossi, une réserve bâtie de possibles à concrétiser par l’invention et le dessin (Rossi, 2008 : 14). Qu’est-ce à dire réserve de possibles ? Certaines perceptions et leurs reprises sont propulsives pour d’autres manières de produire l’urbain (Rossi, 2001 : 60). Cela est d’autant plus vrai pour lui lorsque les espaces ont agrégé une grande variété d’usages possibles au cours du temps. « Autrui, c’est l’existence du possible enveloppé » (Deleuze, 1969 : 357) et autrui n’est pas seulement humain, comme le démontre Rossi avec évidence, par sa lecture et son écriture de l’urbain. La force de son expérience de l’urbanisation réside dans sa capacité à multiplier celle-ci par son travail. Notamment la « Ville analogue » est une illustration de cette mise en prolifération d’espaces, motif qu’il n’a de cesse d’aborder dans son autobiographie. Mélangeant une série de formes décontextualisées puis recontextualisées, le collage (Figure 1) visualise les processus mentaux et urbains qui l’habitent.

Épuiser les urbains possibles. Le bâti reste infiniment loin de l’exhaustion des possibles. Les bâtiments les plus anciens, s’ils ne sont pas rancis, expriment un grand nombre de mondes possibles (Deleuze, 1969 : 354-357). Ainsi le premier travail de l’architecte est-il pour Rossi d’épuiser ces possibles-là, de tendre à l’exhaustion des propositions accumulées en s’immergeant en la mer urbaine, pour reprendre une métaphore de Rossi : « The sea seemed to me a coalescence capable of constructing a mysterious, geometric form made up of every memory and expectation » (Rossi, 1981 : 25). Pour produire des espaces urbains, il faudrait d’abord énumérer l’infinité des espaces possibles. Cette énumération (Rossi, 1981 : 23) passe notamment chez Aldo Rossi par le dessin et une ramification d’objets divers mémorisés et réinventés. Il a pour but d’explorer toujours plus la richesse de ses projets, qu’il dessine dans divers contextes, et non seulement celui attendu de la construction du bâtiment (Rossi, 2008 : 27). Loin d’être une imposition au monde de structures absconses issues de l’esprit des architectes (Koolhaas, 1994 : p. 246), dessins et bâtiments de Rossi sont tendus : toujours à la limite entre transformation novatrice et répétitions d’obsessions, tel son expérience de l’urbain.

Because of this, cities, even if they last for centuries, are in reality great encampments of the living and the dead where a few elements remain like signals symbols, warnings. When the holiday is over, the elements of the architecture are in tatters, and the sand again devours the street. There is nothing left to do but resume, with persistence, the reconstruction of elements and instruments, in expectation of another holiday. (Rossi, 2001 : 20)

Elément par élément, il pèle les bâtiments perçus et mémorisés pour en tirer de quoi produire un nouvel espace par la mise en relation avec d’autres (1981 : 19). Rossi en architecte répète les va et vient entre les souvenirs (Onaner, 2014 : 3), les perceptions présentes, les dessins, le bâtiment naissant. Aucun bâtiment ne peut être contrôlé en un seul regard et un seul geste (Koolhaas, 2011 : 32), le contexte ne vaut rien, car chaque proposition d’action inscrite dans le bâti le transporte ailleurs : « Likewise in my projects, repetition, collage, the displacement of an element from one design to another, always places me before another potential project which I would like to do but which is also a memory of some other thing » (Rossi, 1981 : 20). Et cette série de déplacements dans l’espace constitue le fil conducteur de son autobiographie.

Craindre l’épuisement de son devenir urbain. Avec Aldo Rossi, l’urbain est sans histoire chronologique et sans irréversibilité, car en transformation. Et pourtant, il est hanté par la figure inverse de l’énumération exhaustive des possibles: « Le “ça suffit comme ça” croise en permanence l’“ainsi de suite”» (Virno, 2013 : 69). Que devient-on une fois le bâtiment construit ? Une fois triés, jetés, choisi, multipliés les va-et-vient, les délocalisations, les collages ? L’échec et la réussite mêlés de l’instauration de l’urbain n’est pas le fonctionnalisme, le modernisme, les détournements et tous les mésusages, mais l’épuisement du bâtiment, rincé de ses possibles, soit le pro-jet qui n’en est plus un : fini et figeant l’architecte.

Perhaps a design is merely the space where the analogies in their identification with things once again arrive at silence. A design pursues this fabric of connections, memories, images, yet knowing that in the end it will have to be definitive about this or that solution; on the other hand, the original, whether it is true or presumed state, will be an obscure object which is identified with its copy. (Rossi, 1981: 35)

Ce point constitue tout autant l’objectif ultime de l’architecte qui propose un bâtiment, que la mise en échec du processus de projection (Rossi, 1981 : 71). « Tant que l’œuvre est au chantier, l’œuvre est en péril » (Souriau, 2009 : 205), mais une fois le chantier clôt, c’est l’architecte qui trouve son devenir urbain mis en péril, courant le risque du tarissement des expériences qui mettaient en forme son devenir.

Reste alors à oublier ce produit fini pour le laisser à d’autres (Rossi, 1981 : 41), et plonger soi-même dans d’autres possibles. Cette inquiétude quant à l’accomplissement d’un projet (ibid : 84), qu’est-ce, si ce n’est le signe d’une soif d’urbanisation ? C’est une inquiétude quant à l’épuisement des possibles. Le projet le plus proche de l’inépuisable est celui qui fait projeter les possibles à l’infini. Et pourtant il faut bien qu’il soit fini pour son premier concepteur : l’architecte qui a bâti un espace. Un projet fini, c’est le risque d’avoir épuisé l’urbain, son expérience de celui-ci et son inventivité, en étant rendu insensible à la rencontre d’un autrui (Deleuze, 1992, p. 83) : perceptions et souvenirs rendus inactifs par l’oubli (Onaner, 2014).

La compétence à renouveler la genèse des possibles doit permettre d’éviter d’être épuisé (Deleuze, 1992), et donc d’entraîner la fin de l’expérimentation d’urbanisation. C’est pourquoi, par analogie, par connexions, par répétitions différentiantes, Rossi produit des espaces difficiles à épuiser, lui-même toujours troublé quant à l’épuisement de son aptitude à projeter.

I said that I have always liked things that were brought to a conclusion, and that every experience has always seemed conclusive to me: I have always felt that I was making something that would permanently exhaust my creativity. But always this possibility of conclusion has escaped me, even though an autobiography or an ordering of one’s work might well be such a decisive occasion. (Rossi, 1981: 84)

Vivre urbanophile, créer des possibles. Rossi écrit, exerce, transforme sa vie dans, par, pour l’urbanisation. Aldo Rossi illustre finalement à merveille une définition de l’urbanisation en tant qu’évolution : surproduction d’éléments, de variations et d’éléments hérités (Gould, 2001 : 24).

Thus, this book is perhaps simply the history of a project, and like every project, it must be conclusive in some way, even if only so that it can be repeated with slight variations of displacements, or assimilated into new projects, new places, and new techniques – other forms of which we always catch a glimpse in life. (Rossi, 1981: 84)

Dans ses écrits autobiographiques, Rossi énonce finalement autant comment il a peuplé l’urbain de nouveaux espaces à habiter, que comment il fut lui-même habité par l’urbain.

Bibliographie.

BUBLEX, Alain et Élie DURING (2014), Le futur n’existe pas : rétrotypes, Paris, B42.

DELEUZE, Gilles (1969) Logique du sens, Paris, Les Éditions de Minuit (Critique).

DELEUZE, Gilles (1992) L’épuisé, in Samuel BECKETT, Quad et autres pièces pour la télévision, Paris, Les Éditions de Minuit.

DELEUZE, Gilles et Claire PARNET (1977) Dialogues, Paris, Flammarion.

GOULD, Stephen (2006), La structure de la théorie de l’évolution, Paris, Gallimard (NRF Essais).

KOOLHAAS, Rem (1994), New York, The Monacelli Press.

KOOLHAAS, Rem (2011), Junkspace, Paris, Payot (Manuels).

ONANER, Can (2014), « Aldo Rossi et les images architecturales de l’oubli », dans Images Re-vues, [en ligne]. URL : http://imagesrevues.revues.org/3858 [Site consulté le 11 mai 2015].

ROSSI, Aldo (1981), A Scientific Autobiography, Cambridge, MIT Press.

ROSSI, Aldo (2001), L’architecture de la ville, Gollion, In Folio.

ROSSI, Aldo (2008), Drawings. Milan, Skira.

SLOTERDIJK, Peter (2011), Tu dois changer ta vie, De l’anthropotechnique, Paris, Libella Maren Sell.

VIRNO, Paolo (2013), Et ainsi de suite, la régression à l’infini et comment l’interrompre, Paris, Éditions de l’Éclat.

1 « A mesure que quelqu’un devient, ce qu’il devient change autant que lui-même. Les devenirs ne sont pas des phénomènes d’imitation, ni d’assimilation, mais de double capture, d’évolution non parallèle, de noces entre deux règnes. » (Deleuze, Parnet, 1977 : 8)

Athlétisation de la recherche

ou savoir-vivre à l’usage d’un jeune chercheur en sciences sociales et architecture

« Toutes les excitations, qu’elles soient de nature yogique, athlétique, philosophique ou musicale, ne peuvent avoir lieu que si elles sont portées par des processus endorhétoriques dans lesquels des actes d’exhortation à soi-même, de mise à l’épreuve de soi, d’autoévaluation, jouent un rôle décisif, en même temps qu’une référence permanente aux maîtres déjà arrivés au but. » (Sloterdijk, 2011, p. 339)

Marines_do_pushupsMarines do pushups, URL : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/be/Marines_do_pushups.jpg

Abstract

Sur « la planète des exerçants » (ibid, p. 33) l‘athlète suit une hygiène de vie stricte. Il optimise sa nutrition, son temps de sommeil, ses gestes, ses lectures, sa préparation mentale. Il répète sans cesse, toujours stimulé, pour parvenir à l’évaluation la plus élevée possible de ses performances, à inscrire dans les tables des records. Même en tant qu’amateur, je sais grossièrement ce que signifie être athlète, la discipline que cela requiert, l’entraînement perpétuel pour se donner une bonne forme. Le modelage de soi est bien compris, assumé et explicite. Qu’en est-il pour un chercheur, athlète de la connaissance ?

Comment doit vivre un chercheur ? Quelles valeurs doit-il développer pour parvenir à la meilleure recherche possible ? Si le plus jeune des athlètes sportifs a des manuels à disposition, l’apprenti chercheur en manque cruellement, d’autant plus quant aux entraînements non-explicitement académiques. Dans ce cas, comment ne pas se sentir seul ou abandonné face à la tâche d’être intelligent, pris dans une spirale réflexive/narcissique ? La recherche se compose d’un ensemble de pratiques, celles-ci donnent leur sens à la vie de chercheur en tant qu’elle la rende bonne. Le jeune chercheur fait face plus durement à des épreuves en tant qu’il est moins entraîné, moins sûr de sa force. S’il parvient à traverser celles-ci en augmentant ses compétences, alors elles ont été bonnes pour la recherche qui s’en trouve transformée et bonnes aussi pour l’apprenti chercheur qui a changé sa forme.

Pour tenter d’ébaucher quelques principes de vie propres au chercheur contemporain, une sorte de traité d’éthique pour les nuls, on auscultera de nombreuses citations de chercheurs « en forme », mais pas que. De celles-ci émergera un savoir-vivre pour l’auto-modelage du jeune chercheur. Tout en exercices dédiés, il s’agit de découvrir comment changer sa vie pour devenir chercheur. De là pourra découler une distinction renouvelée entre pratiquants et non-pratiquants de la recherche.

Les athlètes sportifs semblent les premiers entraînés, les derniers ascètes1 de notre temps : tout à leurs disciplines. Leurs corps trahissent leurs entraînements : telle taille, tel tour de bras, tel nez à l’arête brisée, telles cicatrices… Pris dés le plus jeune âge dans les filets des centres d’entraînements, de formation ou dans des universités dédiées, ils sont poussés à bout pour développer un ethos adéquat à la réalisation de performance inimaginable.

C’est aussi ce qui est demandé au chercheur. Étudiant depuis sa tendre enfance, il poursuit son instruction lorsque tous les autres quittent les bancs de l’université, comme l’athlète sportif occupe encore les terrains de jeux. Pour lui, des institutions ont dépensé des sommes hallucinantes, bâties des lieux qui lui sont réservés, créé des médailles2 et même des champions du monde3… Comme l’athlète, on lui reproche d’ailleurs bien assez de ne pas « travailler vraiment », de ne rien faire de sérieux, de ne pas être sorti d’une phase d’apprentissage scolaire-universitaire que les autres auraient quittée. Pourtant, contrairement à l’athlète sportif dont on vantera la débauche d’énergie dépensée à l’entraînement, le travail d'(auto)mise en forme de soi que constitue tout apprentissage paraît soit abandonné pour le chercheur en tant qu’il n’est plus sous les consignes directers d’un maître, ou bien on lui reproche qu’il ne le soit pas puisqu’il hante encore les couloirs des bâtiments universitaires. Pourtant il argumentera que maintenant c’est lui, l’instruit, qui donne la leçon, puisqu’il est bien formé. Néanmoins, les jeunes aux portes de ce monde d’« instruits » sentent bien que le travail de mise en forme de soi qu’il fait parfois passer pour fini ne l’est point du tout.

Parfois inquiets, les jeunes chercheurs expérimentent toutes sortes de déformations et de malformations. C’est pourquoi, traquant les modèles à suivre, nous allons nous inspirer des « grands » qui ont su semble-t-il rester fit, en alternant entre citations de grans athlètes : sportifs ou universitaires. Nous tenterons de tracer quelques pistes pour découvrir comment se maintenir en forme et poursuivre leurs traces, en éternel étudiant. Car au fond, c’est bien là la visée athlétique du chercheur : parvenir à rester déclos, disponible toujours pour étudier. A quel investissement de forme (Thévenot Laurent, 1986) doit-il consentir ?

Être en forme

Scoring titles and stuff like that… it sounds, well, I don’t care how it sounds – to me, scoring comes easy. It’s not a challenge to me to win the scoring title, because I know

I can.” (Bryant, 2014)

Barbell_Group_Fitness_Class2Fitness, URL: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3e/Barbell_Group_Fitness_Class2.JPG

Pour un chercheur, être assez ouvert pour user de toutes les ressources disponibles fait partir de ses fondamentaux4.

« Beaucoup des travaux les plus brillants dans notre discipline me semblent en partie diminués, et déqualifiés sur le marché, du fait que leurs auteurs ne se sont jamais vraiment dit que leur culture, dans le dessein de faire une bonne géographie, devait aller au-delà de la seule géographie. » (Lévy, 1993, p. 6)

Être en forme signifie suivre et pouvoir suivre à nouveau frais les acteurs5 dans leurs pérégrinations, au risque de l’insécurité disciplinaire (Law, 2004, p. 9) et de la transformation de soi. Toutefois, pas d’avant-garde masquée derrière cette traque : celuii qui va plus vite que les acteurs ne saura leur rendre justice et rendre compte de leurs qualités. On voit tout de suite que le chercheur n’a jamais le rôle de l’instruit avec les acteurs qu’il étudie, mais bien que ce sont eux qui le font étudier : et donc qui le maintienne et améliore sa forme, quand ce ne sont pas les autres collègues. On apprend sans surprise alors qu’il faut aussi savoir être affecté.

« P. — Vous les sociologues du social, vous me sidérerez toujours. Si vous étudiiez les fourmis plutôt qu’IBM, est-ce que vous vous attendriez à ce que votre étude apprenne quoi que ce soit aux fourmis ? Bien sûr que non ; elles savent, et vous pas ; ce sont elles les professeurs, et vous l’étudiant. C’est à vous même que vous expliquez ce qu’elles font, pour votre propre bénéfice ou pour celui des autres entomologistes, pas pour elles, qui s’en moquent comme de l’an quarante. Qu’est ce qui vous fait croire qu’une étude est toujours censée apprendre quelque chose aux gens étudiés ? » (Latour, 2006, p. 10)

Pour être en forme, le chercheur doit par conséquent être modeste avec les acteurs qu’il étudie et garder en tête le fait qu’il est un éternel étudiant. S’il suit les autres, qu’il suive la piste des bons, ceux qui fabriquent nos lendemains et qu’il regarde avec eux l’horizon de leur ligne de fuite. Savoir suivre, savoir trier, savoir percevoir la nouveauté.

« But I think it is in the business of looking ahead, of thinking about the ways in which things are going, and of following them through. And in that respect what anthropologists do is very similar, I think, to what artists are doing, and architects too – that is, it’s a question not of prediction but foresight, of thinking into the future, not trying to predict or control it. So it’s a forward-looking dis­cipline, not a retrospective one where you’re simply drawing a line from the present and saying “right, now we’re just going to look at everything from here. » (Ingold, 2013, pp. 289-290)

Entraînements

I’m reflective only in the sense that I learn to move forward. I reflect with a purpose.” (Bryant, 2014)

Brazil_national_football_team_training_at_Dobsonville_Stadium_2010-06-03_2Equipe du Brésil, football, URL: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b2/Brazil_national_football_team_training_at_Dobsonville_Stadium_2010-06-03_2.jpg

Deleuze nous dit que « la formule du jeu est : enfanter un étoile dansante avec le chaos qu’on porte en soi » (1999, p. 34). Le chaos est source de diversité, à la fois fini et non borné, l’étoile, c’est sa reprise réitérées autant que nos forces nous le permettent. L’athlète, comme le chercheur, est au bord du chaos : parce qu’il repousse autant qu’il le peut ses limites chronométriques, de poids soulevé, de points marqués… Mais cet acte de repousser se termine dés qu’il est considéré complètement inapte, l’athlète est épuisé vers 35 ans. Au contraire, le chercheur est encore bien jeune à 35 ans ! Chez lui l’épuisement n’est jamais admissible, sa soif d’étude et sa déclosion6 ne doivent avoir de cesse, même émérite. A lui s’applique une formule de l’éternel retour : vouloir (et être capable de) revivre cette journée d’étude durant chacun des jours qu’il lui reste, et en même temps devenir meilleur et plus divers à chaque entraînement.

En ce sens, on comprend mieux la critique de la réflexivité présente dans la citation ouvrant ce passage du basketteur Kobe Bryant. La réflexivité n’a de sens qu’en tant qu’elle est arrêt sur des exercices à améliorer, sur un entraînement à évaluer, des prestations à rendre meilleure. L’évaluation en tant que jugement de sa propre valeur est figeante, déstabilisante. A ceux qui veulent débusquer leur “subjectivité”, d’aucun répondra avec honnêteté par une évidence presque confondante :

« Ce qui est essentiel avec un point de vue, c’est précisément que l’on peut en changer ! Pourquoi en rester prisonnier ? De la position qu’ils occupent sur la terre, les astronomes ont une perspective limitée, par exemple à Greenwich, l’Observatoire en bas de la rivière en partant d’ici — vous devriez y aller, c’est fabuleux. Eh bien, en changeant de perspective grâce à divers instruments, télescopes, satellites, ils sont désormais capables de tracer la carte de la distribution des galaxies dans tout l’univers. » (Latour, 2006, p. 7)

De là à ne pas exploiter ces ressources singulières, il n’y a qu’un pas. Être réflexif et objectif en ce sens, c’est ôter le tapis (volant) de sous ses pieds. Autrement dit, si on s’entraîne pour devenir meilleur on s’interroge peu sur son niveau. Les autres l’éprouveront bien assez vite pour nous. Pourtant certains diront que qu’un excès de confiance se cache derrière ce prétendu aveuglement: c’est possible.

« Il y a deux façons de consommer les énoncés théoriques : celle de l’universitaire qui prend ou laisse le texte dans son intégrité, et celle de l’amateur passionné, qui à la fois le prend et le laisse, le manipule à sa convenance, essaie de s’en servir pour éclairer ses coordonnées et orienter sa vie. » (Guattari, 1977, p. 18) [ici universitaire est bien sûr considéré en opposition à la recherche]

Quoiqu’il en soit l’arrogance est un désinhibiteur puissant que n’importe quel athlète sportif sait doser à bon escient lors d’une épreuve. Ne pas être arrogant, ne pas suspendre le doute, ne pas croire, c’est tomber dans le conservatisme et l’application de bon élève: « […] les conservateurs de tout temps feignent la faiblesse afin d’être vaincus par l’habitude – et de pouvoir ensuite servir la victorieuse, comme si elle était l’insurmontable » (Sloterdijk, 2011, p. 277). De toute façon son arrogance sera vite mise à mal par la multiplication d’épreuves qui se présentent : une fois plus expérimenté, il découvrira « l’ironie qui veut que les objectifs se dématérialisent lorsqu’on s’en rapproche [qui] n’est généralement expliquée qu’aux pratiquants avancés. » (ibid, p. 277). Son arrogance cessera d’elle-même par la répétition des épreuves, par l’acquisition d’une disposition à la désinhibition.

« J’ai à peu près cessé, je crois, de manifester l’arrogance un peu théâtrale qui fut sans doute une manière de paraître plus assuré ; pourtant cette posture saillante que je revendique aujourd’hui sérieusement, pour le fond de ce que j’ai à dire, peut continuer d’irriter, j’en conviens. » (Lévy, 1993, p. 7)

Ecritures

Une fois posé quelques trucs et astuces de formatage psychologique, finalement, à quoi s’entraîne t-on lorsqu’on est chercheur? Au saut en hauteur? Au marathon? Plus sûrement, on s’entraîne à écrire : « P. — C’est bien ce que je vous dis : vous êtes mal formés ! Ne pas apprendre aux doctorants à écrire leur thèse, c’est comme de ne pas apprendre aux chimistes à faire des expériences » (Latour, 2006, p. 11). En ce sens, l’écriture fait office non pas de compte-rendu, mais de laboratoire (Latour, 2011, p. 80). L’écriture fait partie du suivi et donc de la cartographie des acteurs (Deleuze, Guattari, 1980, p. 11). S’il faut les suivre à la trace, ce sont nos lettres et nos mots qui permettront que celles-ci soient conservées.

Si commencer paraît simple suivant cette logique : dés qu’on a rencontré nos acteurs on ne les lâche plus et on raconte tout7. La difficulté vient plutôt de ne pas savoir quand finir puisque les acteurs ne s’arrêtent pas !

« P. — Vous vous arrêtez quand vous avez écrit vos 50.000 mots, ou je ne sais plus combien ici à la LSE, j’oublie toujours ce qu’on vous demande.

E. — Oh ! Bravo ! Donc, ma thèse est finie quand elle est terminée… Ça c’est vraiment utile, merci infiniment ! Je me sens vraiment soulagé…

P. — Ravi de vous l’entendre dire ! Non, sérieusement, vous n’êtes pas d’accord sur le fait que toute méthode dépend de la taille et du type de texte que vous vous êtes engagé à rendre ?

E. — Mais ça c’est une limite textuelle, ça n’a rien à voir avec la méthode.

P. — Ah bon ? C’est là où je suis en total désaccord avec la façon dont on forme les doctorants en sciences sociales. Écrire des textes a tout à voir avec la méthode. Ce dont il s’agit c’est d’écrire un texte de tant de mots, en tant de mois, pour tel montant d’allocation, appuyé sur tant d’entretiens et tant d’heures d’observation, tant de documents. C’est tout. Vous n’avez rien de plus à faire. » (Latour, 2006, p. 8)

Performance

I’m chasing perfection.” (Bryant, 2014)

Auto-évaluation

« Celui qui dit : « Je suis bon », n’attend pas d’être dit bon. Il s’appelle ainsi, il se nomme et se dit ainsi, dans la mesure même où il agit, affirme et jouit. Bon qualifie l’activité, l’affirmation, la jouissance qui s’éprouvent dans leur exercice. » (Deleuze, 1999, p. 137)

Pour rester dans la veine des pistes pour devenir un bon chercheur déjà énoncées, on pourrait dire qu’une bonne performance est celle qui marque une progression : battre son record personnel pour un athlète.

« Créer, c’est une joie personnelle et une chance sociologique ; c’est aussi une sorte de contrainte, de contrat implicite signé avec les autres membres de la société. Celle-ci souffre d’être embourbée dans ses images anciennes qui la tirent en arrière et son mouvement en est freiné ; celui qui peut doit en proposer de nouvelles. » (Lévy, 1993, p. 4)

Intéressement des autres

Kobe_81_scoreboard_cropped81points, Kobe Bryant, URL: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c9/Kobe_81_scoreboard_cropped.jpg

Mais battre son record personnel ne suffit pas à s’assurer le soutien des institutions, si l’on veut réussir des chefs d’oeuvre de recherche à la Pasteur, il faut soit-même se faire institution – Institut Pasteur –, devenir chef d’état-major et intéresser les autres (Latour, 1984) : battre des records tout court. Le chercheur, même en sciences sociales, ne peut rien seul et surtout pas loin du monde. Eloignons-nous en même temps d’une Théorie Critique de Francfort et de l’« Homo bourdivinus (Sloterdijk, 2011, p. 269).

« Du reste, la paralysie qui pèse aujourd’hui sur ce que l’on appelle les sciences humaines est due au fait que la majorité de ses acteurs ses sont installées comme des observateurs dégagés dans l’archive – Rorty les appelle, avec un léger mépris, les detached cosmopolitan spectators – et ont abandonné au hasard et au fanatisme le travail sur la formation d’un code de civilisation capable de faire face à l’avenir. » (ibid, p. 609)

Plutôt, il s’agirait de mettre fin au mépris envers les non-chercheurs et les non-scientifiques (Stengers, 2013, p. 49). Après tout que ferions nous si nous ne pouvions tracer leurs pas et prolonger leurs regards ? Et si les autres nous prennent pour des pitres ou pour de doux rêveurs, c’est sûrement aussi parce que nous ne savons pas les intéresser d’une part, et parler en leur nom d’autre part.

Néanmoins, bénéficier de moyens pour réaliser ses travaux, en plus de rendre redevable, risque aussi de nous entraîner vers des postures d’autorité, vers la science royale nous faisant perdre de vue la science qui nous transforme à mesure qu’on suit les acteurs, science nomade (Deleuze, Guattari, 1980, p. 463). Le champion avant de se retirer et d’entrer au Hall of Fame de son sport n’est grand qu’en tant qu’il remet en jeu, qu’il se remet à l’épreuve et par là qu’il surmonte les obstacles : ses adversaires doivent être grands et estimables pour qu’il soit grand. Il n’est jamais chef de groupe, d’administration ou autre, mais toujours chef de meutes qui « doit tout remettre en jeu à chaque coup » (ibid, pp. 46-47).

Celui qui refuserait l’excellence schématisée ici aurait à rendre des comptes à tous ceux qui ont investis en lui, au risque de faire œuvre de parasitisme et d’abandon du débat public. Là où certains soupçonnent égoïsme et folie des grandeurs réside évidemment un contre-don aussi grand que possible. Comme tout contre-don pris dans un processus concurrentiel mais pacifique, il est une dépense sublime ou il n’est pas. A fortiori, refuser le contre-don et prôner la petitesse reviendrait à un « programme implicite de mauvaise forme » (Sloterdijk, 2011, p. 582).

Dernier point de cette section : intéresser les autres ne signifie pas se standardiser, mais c’est créer une différence pertinente et compatible. On appuye sur la codépendance et non sur l’équivalence généralisée de tous (Braidotti, 2011, p. 305).

Aux limites du supportable

Everyting negative – pressure, challenges – is all an opportunity for me to rise.” (Bryant, 2014)

longoJeannie Longo, URL: http://postmediaprovince.files.wordpress.com/2012/03/longo.jpg

Si la limite de l’athlète sportif, outre celle de sa motivation et de son âge, se rencontre souvent avec la blessure. Quelle est celle du (jeune) chercheur? A partir de quand ne peut-il plus chercher ?

On pourrait parler de burn out, d’abus de substances excitantes – même si celles-ci ont fourni parmi les plus belles pensées –. Chacun évolue selon des degrés de morbidité dont les exemples suscités constituent des extrêmes. Plus couramment, la blessure propre au chercheur est celle qui l’empêche de se transformer et de devenir meilleur : le fait de rester figer et de ne plus vouloir suivre les acteurs.

On peut tous figer un propos en empêchant les relances internes ou extérieures : compliquer tellement sa prose qu’elle devient indigeste ou labyrinthesque. Inversement, l’autre limite à ne pas atteindre, semble t-il, est celle de l’extrême clarté, de la transparence telle qu’elle n’est finalement que le reflet de la platitude de notre propos, ou d’un anti-intellectualisme. Dans les deux cas, ces limites insupportables à la bonne recherche entravent la bonne transformation de soi et des autres. Au moins le sur-compliqué a le mérite de mettre à mal « the guardian of the status quo: the judges and managers of truths and the clarity fetishists » (ibid, p. 268).

Notons que pour apprendre, je me suis concentré sur ceux qui sont devenus grands au point de bénéficier de tribunes et de stades pour communiquer leurs pensées. Mais nous aurions aussi à apprendre de ceux qui sont partis en retraite anticipée pour cause de blessure ou d’abandon et surtout de ceux qui en sont revenus, mais ceux-là sont le plus souvent inaudibles :

Paradoxically enough, it is those who have already cracked up a bit, those who have suffered pain and injury, that are better placed to take the lead in the process of ethical transformation. Their “better quality” consists not in the fact of having been wounded but of having gone through the pain. Because they are already on the other side of some existential divide, they are anomalous in some way – but in a positive way. They are site of transpositions of value.” (ibid, p. 344)

Finalement, supporter sa vie de chercheur, c’est pouvoir la reprendre tous les matins, la répéter autant qu’on le veut jusqu’au dernier souffle : au suicide intellectuel. Ce test de l’éternel retour, de la répétition, est le garant d’une transformation réussie.

Prendre au sérieux la Libido sciendi

I’m extremely willful to win, and I respond to challenges.” (Bryant, 2014)

Ni cynique, ni néolibéral

Ce recueil de principes serait-il une apologie prétentieuse de l’individu-roi, de la performance et de l’épuisement de ses propres ressources et de celles des autres ? Des maîtres déjà établis ? Si j’insiste sur les performants et les performances c’est qu’elles sont nos seules aides pour lutter contre le parasitisme : de nos collègues par le plagiat, de nos financeurs par la standardisation et la pesée au kilomètre de texte publié, de notre planète par le gaspillage de notre énergie. C’est par la Dépense que nous échapperons peut-être à « la pesanteur introduite en eux par l’avarice et le calcul froid » (Bataille, 1967, p. 119). Surtout les propos rapportés qui articulent ce texte ont pour fin de lutter contre le no future, le découragement par absence d’invention d’alternatives – ou par leur mise en sourdine – qui fait le beurre des nouveaux managers de la recherche :

« Ce sera « il faut bien, nous n’avons pas le choix ». Il faut être « tenant » des logiques néo-libérales pour avoir cette rengaine aux lèvres. Cette logique nous tient, elle nous rend « autres » à nous-mêmes. Elle traduit une impuissance qui est ce que cette logique ne cesse de fabriquer, ce que j’appelle les “alternatives infernales”. » (Stengers, 2013)

Amour de soi, amour des autres, amour de recherche

Atomic_bombing_of_JapanAtomic bomb mushroom clouds over Hiroshima (left) and Nagasaki (right), URL: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/54/Atomic_bombing_of_Japan.jpg

« Nous avons besoin de sciences – et donc de scientifiques – capables de se situer dans un monde que le développement des forces productives menace directement. Nos sciences peuvent-elles changer, participer à la production de l’intelligence collective dont elles ont par le passé béni la destruction ? C’est une inconnue, et cela ne se fera que pas l’invention d’institutions qui cultivent le souci de pertinence, plutôt que de conquête. Ma thèse est que c’est possible, mais non probable. Mais l’idée même que nous puissions échapper à la barbarie n’est pas très probable. » (ibid)

Drôle de numéro d’équilibrisme, le chercheur doit construire les ponts entre ses disciplines et les compétences limitées de son public, tout en renforçant la spécificité du monde universitaire. S’il abandonne l’institutionnel et le financier à des managers de la recherche, alors il se trouvera impuissant quant à la définition de qui il est et de qui il veut être. Dans le même temps, s’il ne se frotte pas aux enjeux publics et dictés par le public, il sera inaudible et peu à peu rendu muet.

Rendre au public c’est bien, éviter la prédation, c’est bon aussi. Les laboratoires emplis de rats et de singes mutilés et anxieux fournissent des exemples  : cela en vaut-il la peine ? Raviver la mémoire des interrogés, cela en vaut-il la peine ? Comment rendre ce que nous donnent les enquêtés ? Comment ne pas leur faire perdre leur temps ?

Calculation also demands another series of questions, ones feminists struggling with abortion decisions know intimately too: for whom, for what, and by whom should a cost-benefit calculation be made, since more than one always entangled being is at stake and in play in all of these hard cases?” (Haraway, 2008, p. 87)

Michel Serres, marqué jusqu’au plus profond par les événements dont il fut contemporain – entre Auschwitz et Hiroshima, édicte comme suit les principes éthiques qui guident tout chercheur non-parasitaire qui permettra la continuation de la science et accessoirement de toute vie sur Terre :

« I. Tu ne t’adonneras point à la violence, non pas seulement contre un individu, tel ou tel, étranger ou prochain mais aussi envers l’espèce humaine globale. »

« II. Tu ne t’adonneras point à la violence, non plus seulement contre ce qui gît et vit dans ton voisinage, mais envers la planète Terre toute entière. »

« III. Tu ne t’adonneras, enfin, à aucune violence en esprit ; car, depuis qu’il est entré en science, l’esprit dépasse la conscience ou l’intention et devient le principal multiplicateur de violence. » (Serres, 1992, p. 293)

Devenir chercheur aujourd’hui

4465329804_84e3e2e324The Laboratory or The Passion of OncoMouse, Lynn Randolph, URL:https://www.flickr.com/photos/cspower/4465329804/

Arrivé à la fin de ce court traité de savoir-vire pour engendrement de chercheur, voici ci-dessous le programme de recherche dressé par Donna Haraway en opposition aux principes traditionnellement attribuée à la recherche scientifique (2009, p. 342), à nous de le poursuivre et de le faire bifurquer.

Rationalité universelle

Ethnophilosophies

Langage commun

Hétéroglossie

Nouveau système

Déconstruction

Théorie unifiée

Positionnement oppositionnel

Système-monde

Savoirs locaux

Théorie maître

Descriptions ramifiées

Pris dans le monde qu’il étudie – il ne l’observe pas d’un perchoir mais il court avec les acteurs –, le jeune chercheur doit revendiquer une participation active au changement de son propre monde, sans crainte quant à son intrication avec les acteurs qu’il étudie (Law, 2004, p. 45): c’est la meilleure façon – apparemment la seule – pour s’entraîner, se doper mais rester fit et se transformer en chercheur en bonne et due forme.

Définition :

Chercheur: Celui qui est parvenu à être assez en forme pour faire revenir en lui l’étudiant éternellement .

Bibliographie

Bataille G., 1967. La part maudite, suivi de la notion de dépense, Paris : Les Éditions de Minuit.

Braidotti R., 2011. Nomadic Theory, The Portable Rosi Braidotti, New York : Columbia University Press.

Bryant Kobe, BrainyQuote.com, Xplore Inc, 2014, Disponible à : http://www.brainyquote.com/quotes/quotes/k/kobebryant574699.html

Deleuze G., 1999. Nietzsche et la philosophie, Paris : PUF.

Deleuze G, Guattari F, 1980. Mille Plateaux, Paris : Éditions de Minuit.

Ferrandez A. L. F., 2013. « Ways of living : Tim Ingold on culture, biology and the anthropological task », Revista de Antropologica Iberoamericana, Vol 8, N 3, pp. 285-302, Disponible à : http://www.google.ch/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CB8QFjAA&url=http%3A%2F%2Fdialnet.unirioja.es%2Fdescarga%2Farticulo%2F4570787.pdf&ei=VnAoVPeNJcv9ywPAvIKIDg&usg=AFQjCNGkk5WIAGM_si7nnV8E31Z1y6i2IQ&sig2=ilekuhYuohTQtldC05i-dg&bvm=bv.76247554,d.bGQ

Guattari F., 1977. La révolution moléculaire, Fontenay-sous-bois : Éditions Recherches.

Law J., 2004. After Method, Mess in Social Science Research, London : Routledge.

Latour B., 2006, «Comment finir une thèse de sociologie ? Petit dialogue entre un étudiant et un professeur (quelque peu socratique) », Caillé A., Dufoix S. (ed.), La Revue du M.A.U.S.S., N 34, pp.154-172, Disponible à : http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/90-DIALOGUE-ANT-FR.pdf

Latour B., Harman G., Erdélyi P., 2011. The Prince and the Wolf, Latour and Harman at the L.S.E., New York : Zero Books.

Lévy J., 1993. « Autoportrait avec géographie », Strates, 7, Disponible à : http://strates.revues.org/1171

Haraway D., 2008, When Species Meet, Minneapolis and London: University of Minnesotta Press.

Serres M., 1992. Eclaircissements, Entretiens avec Bruno Latour, Paris :François Bourin.

Sloterdijk P., 2011. Tu dois changer ta vie, De l’anthropotechnique, Paris : Libella Maren Sell, Paris.

Stengers I., 2013. « Cultiver une déloyauté envers ceux qui nous gouvernent. Entretien avec Isabelle Stengers », Contretemps, Disponible à : http://www.contretemps.eu/interviews/cultiver-déloyauté-envers-ceux-qui-nous-gouvernent-entretien-isabelle-stengers

Thévenot L., 1986. « Les investissements de forme », in Thévenot Laurent (éd.), Conventions économiques, Paris : PUF.

1Auxquels s’appliquent parfois de sévères restrictions sexuelles en période de compétition.

2A titre d’exemple : les médailles du CNRS.

3En référence aux Prix Nobel, entre autres.

4Michel Serres en fournit un magnifique exemple dont il expose la genèse dans : Serres Michel, Eclaircissements, Entretiens avec Bruno Latour, François Bourin, Paris, 1992, 297p.

5Pour reprendre une formule maintes fois répétées de Bruno Latour

6Nancy Jean-Luc, La déclosion, déconstruction du christianisme 1., Galilée, Paris, 2005

7L’autre manière d’éviter la peur de la page blanche serait d’appliquer un cadre théorique tout prêt, mais nous avons déjà mis de côté cette possibilité de répéter le maître en universitaire rodé.

 

Choc de civilisations pour une rinceuse

L’absence ou la présence des objets les plus anodins provoque des effets inattendus, voire amusants, en fonction des lieux où l’acteur est situé. Au travers des aventures relatives au shattaf, il s’agit d’explorer en quelques paragraphes les relations tissées entre les objets, les corps et qui nous affectent.

 Comment l’absence de la rinceuse affecte t-elle les acteurs ?

 Il semble qu’en France, les toilettes les plus courantes ressemblent à l’image ci-dessous.

La faïence des WC est blanche, sa surface lisse et pleine.

Pourtant, il suffit de traverser la Méditerranée pour que l’objet soit quelque peu modifié, quoique ce ne soit pas évident au premier coup d’œil.

Taille similaire, même couleur, la faïence est toujours blanche, même aspect général. Néanmoins, sous la cuvette et le rebord du WC apparaît un objet étrange. Voilà notre rinceuse, ou shattaf pour les Égyptiens.

Cette différence menue est pourtant sujet de bien des conversations chez nos amis égyptiens qui traversent la Méditerranée : pourquoi diable les hôtels français manque t-il de ce petit objet ? Cette différence ténue ne rentre dans aucune des cases établies pour considérer les différences culturelles. Elle dénote toutefois des techniques du corps assez différente pour affecter les voyageurs, leurs discussions et les toilettes des hôtels.

Le shattaf est une sorte de rinceuse qui a pour fonction de nettoyer le derrière de l’usager. Incrustée dans les toilettes, elle peut prendre plusieurs formes : celle d’une petite ouverture de métal, comme sur la photo ci-dessus, celle d’un petit tuyau, ou/et on peut être adjoint aux WC une pomme de douche et son tuyau.

Sans la rinceuse, les touristes égyptiens à Paris seront probablement doublement désemparés :

  • d’abord, une impression dégoûtante de saleté lui restera après le passage aux toilettes,

  • ensuite, quel étonnement de constater le manque d’hygiène criant des Français, qui gardent pourtant leurs rues si propres, et la faïence si blanche.

 Cet exemple potache pourrait paraître anodin. Parlez-en avec un Égyptien, vous constaterez que cela ne l’est sans doute pas pour lui ! Son habitude est totalement bouleversée par la simple absence de ce petit objet. Il est affecté négativement par cette absence. Il s’agit alors pour lui d’être ingénieux pour rajouter une suite au script raccourci par le plombier en France.

Le touriste égyptien peut ainsi se munir d’une shattaf portable qu’il peut acheter avant son départ.

S’il ne l’a pas fait, il lui reste alors à dévisser la pomme de douche de la douche et de la connecter avec l’arrivée d’eau du WC, ou bien à regretter le manque de propreté des Français et de s’interroger sur les différences entre les peuples. Dans tous les cas, son habitude et son inattention au geste banal d’aller au toilette est complètement malmené. Il y a bien plus qu’une mer qui sépare France et Égypte.

On a ainsi dressé en quelques traits les effets que provoquent l’absence de certains objets du quotidien, comme le shattaf : affects négatifs qui entraînent un vrai choc de civilisations.

Hétérotopie paradoxale du navire : le dehors capitaliste

« Le navire, c’est l’hétérotopie par excellence. Dans les civilisations sans bateaux les rêves se tarissent, l’espionnage y remplace l’aventure, et la police, les corsaires. »

Navire sur fleuve

Luca Ortelli, professeur d’architecture à l’EPFL, a fait une remarque intrigante lors d’un cours. Parlant d’hétérotopie, notion restée célèbre grâce à la communication « Des espaces autres » de Foucault, il émit l’idée que les séries étaient souvent composées autour d’une hétérotopie, notamment la célèbre « La Croisière s’amuse« . au-delà de la blague, cela permet de relire ce superbe texte et de suivre quelques pistes menant à l’espace mobile du navire. Cette notion s’épanouit loin des institutions totales qui marquent tant l’imaginaire de l’espace foucaldien chez nous, et vers lesquelles Soja paraît parfois la ramener quant il la définit en tant que : « trialectics of space, knowledge, and power » (2000, p. 15). Malgré ce, on notera tout de même que le terme provient du vocabulaire médical.

L’hétérotopie sera entendue dans ce billet en tant que nœud mouvant d’un réseau qu’elle mobilise – qui est mu et qui meut.

« Maisons closes et colonies, ce sont deux types extrêmes de l’hétérotopie, et si l’on songe, après tout, que le bateau, c’est un morceau flottant d’espace, un lieu sans lieu, qui vit par lui-même, qui- est fermé sur soi et qui est livré en même temps à l’infini de la mer et qui, de port en port, de bordée en bordée, de maison close en maison close, va jusqu’aux colonies chercher ce qu’elles recèlent de plus précieux en leurs jardins, vous comprenez pourquoi le bateau a été pour notre civilisation, depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours, à la fois non seulement, bien sûr, le plus grand instrument de développement économique (ce n’est pas de cela que je parle aujourd’hui), mais la plus grande réserve d’imagination. Le navire, c’est l’hétérotopie par excellence. Dans les civilisations sans bateaux les rêves se tarissent, l’espionnage y remplace l’aventure, et la police, les corsaires. »

L’hétérotopie

Si l’on suit Foucault, avec l’hétérotopie il s’agirait d’un espace caractérisé par le plus grand nombre de connexions possibles avec les autres espaces. Néanmoins, outre ce grand nombre de connexions, les hétérotopies ont aussi la propriété de les mettre en forme selon un style contraire à leur spatialité habituelle, « tel qu’ils suspendent, neutralisent ou inversent l’ensemble des rapports qui se trouvent, par eux, désignés, reflétés ou réfléchis ». Il en existe donc deux types : l’utopie et les espaces du dehors – cimetières par exemple -. En outre, ces hétérotopies sont des hétérochronies.

D’ailleurs Henri Lefebvre, qui ne cite pas Foucault, propose deux notions au lieu d’une pour dire l’hétérotopie à la Foucault :

« On a pu proposer de distinguer dans cet espace des topies : isotopies (espaces homologues, ayant des fonctions ou des structures analogues) ; hétérotopies (espaces contrastants, jeux de forces répulsives quelque fois considérables et de tension souvent extrêmes) ; et utopies (lieux de l’ailleurs et de ce qui n’a pas de lieu, notamment le savoir et le pouvoir, présents et absents à la fois, notamment dans la monumentalité). » (Lefebvre, 1972, p. 79).

Ailleurs Lefebvre écrira que les hétérotopies sont les « espaces rejetés les uns en dehors des autres » (1974, p. 422). Mais la définition qui ressemble le plus chez lui à la notion de Foucault est ce qu’il appelle contre-espace, qui « déborde l’opposition qui passe pour établie entre « réforme » et « révolution ». Toute proposition d’un contre-espace, le plus insignifiant en apparence, ébranle de la base au sommet, l’espace existant, ses stratégies, ses objectifs : l’homogénéité, la transparence devant le pouvoir et l’ordre établi » (1976, p. 441).

Après ce détour par Lefebvre, en clair, les hétérotopies au sens d’utopie et d’espace du dehors, sont constituées comme des lieux aux rythmes insolites et si puissants qu’ils façonnent de nouveaux imaginaires, de nouvelles relations entre les espaces, à l’échelle la plus vaste possible puisqu’il sont aussi des connecteurs. A les lire, l’hétérotopie est donc fortement déviante en tant qu’elle repousse les limites de l’espace.

le navire, une hétérotopie qui est une capitalismotopie

La spécificité du navire est de constituer un territoire très fermé, tout en ayant la capacité à se mouvoir de manière rhizomatique et en provoquant les mobilités imaginaires les plus intenses. Mais cette réussite de rhizome, de mise en relation et de catalysation de tous les lieux a donné vie à la globalité des flux financiers (Sloterdijk, 2008, p. 135). Si le navire capte les humains, les bêtes et les marchandises dans ses cales, il est lui bien difficile à capturer dans son faire-monde.

Au large, les voiles hissées, les cheminées fumantes ou les hélices en branle, les navires constituent le paradoxe le plus intense : fermé pour ouvrir le monde, rhizomatique pour territorialiser, transposant les langues et les coutumes pour investir le tout d’une monnaie à vocation universelle. Hétérotopie, mais pas seulement, le navire aussi un moyen formidable dévolu aux impérialismes et aux capitaux qui les ont devancés :

« Chaque navire en pleine mer incarne une psychose qui a hissé la voile ; chacun d’eux est aussi un capital réel flottant sur les eaux. En tant que tel, il prend part à la grande œuvre de la modernité, qui consiste à développer la substance comme un flux. » (Sloterdijk, 2008, p. 123).

Dans cette langue si particulière, Sloterdijk nous donne à lire la folie propre à l’investissement capitaliste dans la mer et la découverte: des plans, des affects, des valeurs toutes entières tournées vers l’extension indéfinie des flux marchands autour du Globe, Et celui-ci est investit en premier lieu par la mer, par les navires.

N’est-ce pas là le symptôme d’un échec de la pensée du dehors ? On peut toujours devancer les capitaux, ou aller trop lentement pour eux, toutefois, notre imaginaire flanche et rejoint des métaphores toute impérialiste. L’hétérotopie est autant navire de colons, que flux financier numérisé, qu’automobile.

Le navire, métaphore de l’automobile en milieu urbain

Qu’est-ce donc rapporter à l’urbain que circuler sans entrave dans un espace clos et privatisé ? Conduire son automobile pardi ! Et avec elle tous les rêves déchues de libération par l’exploration inconsidérée du globe : l’éthique du pionnier – ou de l’avant-gardiste si l’on veut faire européen – a fait bien du mal… On nous a fait croire que le navire et la voiture était une mise en danger de soi, des sortes de lignes de fuite tirées vers un ailleurs ? Mais qui pour nous rappeler que le bateau et surtout la voiture constituaient des répliques mobiles de nos foyers ? Cosmopolis en fournit un parfait exemple d’ailleurs. Les financiers contemporains n’ont gardé des aventures périlleuses des premiers marins que l’idéal de risque et de conquête sur une planète lisse et pleinement connue. Pour eux ce sera en fauteuil: passage finalement des « patries mobiles » (Sloterdijk, 2008, p. 179) aux non-lieux connectés.

« Parce que le navire incarne à la fois la réalisation de l’exigence d’être-chez-soi et celle de l’évasion, il est, surtout sous la forme qu’il prît au début des Temps modernes et qui lui permit d’affronter la haute mer, l’archétype de la contradiction résolue. Il met en équilibre les efforts diamétralement opposés d’habitat et d’aventure. » (Sloterdijk, 2008, p. 178)

Les contradictions spatiales et les percées au dehors ne font pas nécessairement le jeu de ceux qu’on croit, ou en tout cas, pas toujours. L’imaginaire contemporain est sans doute à travailler par d’autres images pour réduire l’ambiguïté des figures libertaires.

Le lieu est le monde, la contradiction est le risque

Le philosophe énonce que la tâche la plus belle et la plus ardue, « apprendre à vivre, c’est apprendre à être sur des lieux ; les lieux sont des extensions sphériques essentiellement irréductibles et entourées par un anneau de choses abandonnées et restées à distance. » (2008, p. 371). Or, désormais, le lieu avec lequel l’enjeu de notre existence se pose est la Terre, le retour au sol tout entier ne saurait souffrir de contradiction. Nous n’avons pas d’avenir dans l’hétérotopie du navire, nous avons échoués en marins. Bientôt l’accostage : nous devons apprendre à faire-lien dans l’espace global : devenir terrien.

Bibliographie

Dehaene Michiel, Lieven De Cauter, Heterotopia and the City : Public Space in a Postcivil Society, Routledge, 2008

Foucault Michel, Dits et écrits 1984 , « Des espaces autres (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967), in Architecture, Mouvement, Continuité, n°5, octobre 1984, pp. 46-49

Lefebvre Henri, Le droit à la ville II, Espace et politique, Editions Anthropos, Paris, 1972

Lefebvre Henri, La production de l’espace, Editions Anthropos, Paris, 1974

Sloterdijk Peter, Le Palais de cristal, A l’intérieur du capitalisme planétaire, Hachette Littératures, Paris, 2008

Sloterdijk, Sphères II, Libella-Maren Sell, Paris, 2010