Du bon métissage: ni xénophobie, ni xénophilie, l’exemple des habits de bain.

925px-Zebra_(PSF)Ni seulement noir, ni seulement blanc, zébré ou métisse

Qui tente d’apprendre de l’étranger ? Qui aime l’autre assez pour lire ses textes, pour écouter sa foi, pour distinguer ses vices et ses vertus en vue de devenir meilleur ?

Modèles du vivre-ensemble

Dans la perspective d’expérimenter un métissage réfléchi, débutons en rendant compte des manières d’aborder le vivre-ensemble les plus courantes et qui mènent à des écueils différents, mais dommageables. Vous pouvez deviner quel type vous correspond le mieux.

. Le xénophobe actif part du principe qu’il n’a rien à apprendre de l’étranger, et que l’étranger n’a rien à apprendre de lui non-plus.
Il repousse l’autre partout. Il n’aime pas l’autre.

. Le xénophobe passif part du principe qu’il n’a rien à apprendre de l’étranger, et que l’étranger n’a rien à apprendre de lui non-plus. Il ne déteste pas l’autre, mais ne l’aime pas assez pour lui ressembler.
Il vit côte à côte avec l’autre, il y est globalement indifférent, même s’il croit être accueillant et ouvert.

. Le xénophile passif part du principe qu’il n’a rien à apprendre de l’étranger, et que l’étranger a tout à apprendre de lui. Il aime l’autre assez pour penser qu’il peut devenir aussi bon que lui-même.
Là où il est majoritaire, il souhaite que l’autre perde sa spécificité et devienne comme lui, mais sans être directement offensif.

. Le xénophile actif part du principe qu’il n’a rien à apprendre de l’étranger, et que l’étranger a tout à apprendre de lui.
Majoritaire ou minoritaire, il souhaite que l’autre perde sa spécificité et devienne comme lui. Il aime l’autre assez pour penser qu’il peut devenir aussi bon que lui-même.

Où vous situez-vous ? Nulle part ? Alors vous êtes déjà un chantre du métissage et j’ai tout à apprendre de vous. Dans le cas contraire, si vous vous retrouvez dans l’une ou l’autre des catégories, continuez la lecture !

Ni la xénophobie, ni la xénophilie ne permettent le métissage, car les deux principes réfutent la nécessité de l’apprentissage pour soi, en vue de la coexistence : soit en refusant tout échange approfondi avec l’autre, soit en transformant l’autre en clone de soi-même.
Nous allons montrer qu’entre les deux attitudes se dessine une perspective pragmatique. En fait, il s’agit d’aimer l’autre assez pour lui apprendre ce que l’on possède de partageable, et de partager ce qu’il peut nous apprendre aussi.

Modèle de vivre-ensemble

Voir aussi à ce lien pour le format pdf du schéma: Modèle de vivre-ensemble

Connaître les forces et les faiblesses dans le processus de métissage : le cas pratique des habits de bain.

. Le xénophobe actif
tenter d’interdire les autres : le burkini.

. Le xénophobe passif
tolérer les autres : seins nus sur la plage, bikini, burkini, c’est égal ; mais, il n’existe pas le souhait de porter l’habit de bain de l’autre.

. Le xénophile passif
tenter d’influencer les autres : en France, influencer l’abandon du burkini, ou des seins nus.

. Le xénophile actif
tenter de convertir les autres : en France, convertir certains individus au burkini, et refuser tout autre habit de bain.

Si l’on suit ces exemples, où situer le rapport de force ?
1. Les femmes qui sont seins nus sur la plage ne possèdent aucune institution pour les défendre, ne forment pas de groupe, et leur choix repose grosso modo sur un principe de choix individuel, sans précepte moral transcendant. Elles sont donc dépendantes du bon vouloir des autres et les plus fragiles.

2. Les femmes en bikini, bien que leur choix soit celui du conformisme et donc le moins fort, sont soutenues par des politiques et des institutions, du fait de la majorité qu’elles représentent. Elles sont fortes du fait du nombre.

3. Les femmes en burkini sont menacées par des règlements et des appréciations négatives. Dans le même temps, elles sont très fortes du fait de leur croyance religieuse qui dicte les principes relatifs à leur habillement. De ce fait elles sont à la fois fragiles parce que minoritaire et fortes par leurs principes religieux. En situation majoritaire, elles sont beaucoup plus solides que les bikinis qui ne reposent pas sur des principes dits divins.

En France, les seins nus sont plus fragiles que les burkinis, qui sont plus fragiles que les bikinis, pour le moment.

Mais qui des apprentissages possibles ?
Les femmes en bikinis sont plutôt conformistes, leurs principes sont donc plus aisés à modifier. A contraire, les femmes seins nus font preuve de plus de courage, mais cela repose sur des principes individuels. Au contraire, les femmes en burkini sont tendanciellement plus fortes, parce que leurs convictions reposent sur des enseignements supposés divins.

Ainsi, les plus réfractaires à l’apprentissage semblent être les femmes en burkini, puis les femmes en bikinis, et les plus ouvertes à la recherche de bons principes, les femmes aux seins nus.

Comment partager des apprentissages à partir de là ?

Allemagne-Egypte_exact1024x768_l

Nombreux furent les commentaires à propos d’un match de beach-volley entre joueuses égyptiennes en burkinis, et joueuses allemandes en bikinis, lors des Jeux Olympiques de Rio.
Pour un grand nombre d’Egyptiens musulmans, les joueuses en bikini sont impudiques, ce qui ouvre la porte à leur dégradation morale et physique, au nom de Dieu.
Pour un grand nombre d’Européens, les joueuses en burkini sont un symbole de diversité, donc ils souhaitent encourager son usage. Ils renforcent ainsi le camp des intolérants.
Dans le même temps, pour un grand nombre d’Européens, les joueuses en burkini sont un symbole de conquête islamique, donc ils souhaitent décourager son usage.

Qu’apprendre de cet exemple ?

Premièrement, le principe de tolérance ou de xénophobie passive, n’est pas efficace. Il ne permet pas de créer un espace de discussion des valeurs à partager. Il permet simplement la diffusion du burkini et donc du refus de métissage.
Deuxièmement, on peut douter que toutes les joueuses de beach-volley portent toutes un jour le burkini. Un islam intolérant, ou xénophilie active, est voué à l’échec face aux xénophobies.
Troisièmement, interdire le burkini diminue une minorité convaincue de porteuses de burkini, en les rendant invisible. La xénophobie active n’est pas efficace pour encourager à apprendre la tolérance ou le métissage, mais elle permet la réduction visuelle du problème. La xénophobie active est efficace partiellement dans sa perspective.
Donc, dernière possibilité, il y a à prendre en compte et les critiques pour manque de pudeur et les refus de l’islamisation des corps féminins. Les deux critiques se rejoignent pour critiquer le domination masculine, soit par l’imposition de modèles de femmes sexy, soit par l’imposition de modèles de femmes cachées, parce que tentatrices. Ainsi, cesser les injonctions à être attractives, tout en cessant de considérer la femme comme tentatrice et diabolique, pourrait constituer une manière de prise en compte des points de vue de chacun. Pour cela, il faudrait supporter d’apprendre des uns, et des autres, pour corriger nos vices respectifs dans la perspective du vivre-ensemble. Le chemin est mal engagé…

. Si la majorité ou la minorité refuse le métissage…
Conséquence : Imposer la règle de la majorité pour éviter un conflit plus important. Voter avec ses pieds reste possible. Majorité et islamistes sont gagnants, ces derniers parce qu’ils jouent sur la discrimination pour renforcer la xénophilie active.

. Si la minorité refuse le métissage…
Conséquence : Maintenir la situation telle quelle, avec risque d’accroissement futur des tensions, et d’augmentation de la xénophobie et de la xénophilie actives. Autrement dit, extrême-droite et islamistes se frottent les mains.

. Si majorité et minorité acceptent de se métisser…
Conséquence : Négocier la règle pour éviter un conflit plus important. Se rapprocher est nécessaire, Ni xénophobie, ni xénophilie, changement de paradigme : création d’amitiés, de connaissances, d’amour… enchevêtrement des communautés.

Le souci est que ceux qui sont le plus loin du métissage, sont ceux qui portent un burkini, que les conformistes ne cherchent pas à changer de pratiques de bain, tandis que ceux qui tentent de vivre mieux, sont seins nus – autrement dit trop loin du burkini pour dialoguer. L’apprentissage avec des personnes se réclamant de principes divins pour régler strictement leur conduite est particulièrement ardu.
Ainsi, la solution du métissage est la meilleure et la plus efficace contre l’islamisme et l’extrême droite, mais l’interdiction reste meilleure que le statu quo, en vue de lutter contre l’islamisme.

Principes pragmatiques à propos du métissage

1. Mieux vaut suivre les effets des choix politiques que les grands idéaux sur le vivre-ensemble et la mixité, qui semblent à l’analyse, bien inefficaces pour métisser.

2. Si l’on ne peut pas s’engager dans le métissage, mieux vaut rester conservateur et soutenir la majorité plutôt qu’accepter toutes les nouveautés : on sait ce que l’on perd, jamais ce que l’on gagne.

3. Enfin, sous certaines conditions, apprendre les uns de autres le métissage vaut plus que tout, en vue de devenir meilleurs les uns grâce aux autres.