Petit carnet du Caire : proximités et agencements pour partages d’espaces

 

Si E.T. Hall, « inventeur » de la proxémie, découvrit les distances réduites entre personnes dans le monde proche-oriental, il aurait sans doute vu dans le Caire contemporain un exemple parfait. Les densités de population très fortes, de voitures, d’échoppes diverses qui mangent le trottoir rend la proximité nécessaire pour la circulation.

Cette circulation des piétons, toc tocs, minibus n’est pas disciplinée par des panneaux, des lignes blanches, des trottoirs ou je ne sais quelle signalisation. Il n’y a pas de discipline au sens de répartition par fonction et identités dans les espaces de circulation. Le codage spatial est intériorisé. Les usagers cairotes sont plus proches de l’essaim que du ballet classique (et ils vous donneront assurément le tournis). Comme chacun sait, ce qui passe pour chaotique est en fait une série hyper-rapide d’ajustements aux autres pour éviter le choc. L’auto-régulation provoque sans doute plus de conflits. Mais les différents comportements spatiaux y sont plus facilement intégrés, que vous circuliez en mini-bus, moto, vélos, charrette à cheval, pieds ou voiture.

Les frontières sont l’un des grands thèmes de la littérature géographique sur les villes du Sud. Disons que leur condamnation trop rapide ne rendrait pas justice aux expériences quotidiennes. Elles sont de deux sortes, grosso modo, : les frontières qui filtrent, et les frontières qui séparent. Les filtrages peuvent être positifs : protection des églises par exemple en raison de diverses attaques, plus négatives : parkings pour les plus riches, protégés par des hommes de main privés. Les séparations produisent au contraire des lieux accessibles quoique fermés par de hauts murs : parcs, écoles, etc. Ces lieux semblent indispensables pour faire diminuer le stress ambiant.

Difficile par ailleurs de parler d’espace public – ouvert et accessible – ou lieu de distance plus grande entre les gens. La circulation et le manque d’espaces vides et utilisables, hors les murs, rendent apparemment difficile tout rassemblement qui ne serait pas extrêmement massif. D’ailleurs la place Tahrir est un grand rond-point et l’un des rares lieu possible de rassemblement largement ouvert et accessible. Les mosquées et les églises semblent remplir cet office de lieux de rassemblement.

Les échoppes et les appartements sont agencés pour que chacun puisse y trouver une place confortable et qu’il soit en relation de discussion et de regard avec les autres. Ici aussi, les espaces semblent assez flexibles et libres d’usages trop fixes. Cela engage aussi une diminution de l’isolement et de l’intimité. Clientèle ou famille, même idéal d’agencement spatial d’accueil et de partage. La mise en valeur des objets et des marchandises semble moins forte qu’en Europe, ils orientent moins les déplacements et les places.

Et, la proximité entre amis et proches des deux sexes est assez forte : bras dessus, bras dessous, main dans la main, partageant la chambre, etc. Peut-être l’inconcevabilité de l’homosexualité (?) rend-elle possible une séparation stricte entre amitié, amour et sexualité, autorisant donc tous les rapprochements et toutes les marques d’affection entre hommes ou femmes : dans les lieux qu’ils partagent (rues, université) ou qu’ils ne partagent pas (cafés réservés aux hommes notamment).

Voici quelques exemples qui montrent que la problématique de la proxémie urbaine, des flux, des frontières et des lieux de rassemblement qui façonnent l’urbain contemporain prend pour meilleure illustration une métropole du Sud, Le Caire. Paris, Londres, New York, capitales du XXème siècle pour les figures urbaines.