Manifeste pour un MONDE (urbain) CONTRE-BARBARIE

Avances rapides

pour

Rassemblements

>>

39-45-XXIéme siècle

Rire

Ni l’aigreur, ni l’euphorie

Au rire ! Gaussons-nous des fascismes et des anti-fascismes1 ! Deux modes distincts de nihilismes : un balancement partagé entre aigreur et euphorie et un même positionnement moral – ami/ennemi – : la destruction de l’autre réduit à sa raideur politique, le dés-astre. Aux furieux démoniaques et tristes, aux cyniques tièdes, il est temps de rallumer les étoiles dansantes sur la terre. Rions auprès des démons et des anges destructeurs, courbons-nous, courbons-les, tâchons de produire les conditions de possibilité de la différenciation, de l’éclatement et de l’accélération pour le rassemblement. S’il n’y aura jamais de post- ou de non-fascisme2, ouvrons au moins la brèche pour une conjuration du fascisme : pour un contre-fascisme.

Contrer

Contre-fascisme

Pourquoi débuter par emmêler pro-fascismes et anti-fascismes ? (dites-vous : pourquoi d’un trait si désespéré et si virulent à la fois ?) C’est qu’ils sont hostiles : hostiles à l’autre et mauvais avec les mauvais. Ils pêchent de barbarie envers l’autre et créent des barbares là où nichent des actes, des mots et des pensées barbares. Double-contrainte, paradoxe, double-pince : dénier le déni. La barbarie est ce qu’il faut empêcher, mais bien évidemment pas à n’importe quel prix, et surtout sans déni de l’autre, sans faire de nouveaux barbares, sans reniement de la différence : non sans conflit3 et sans lutte mais sans censure et sans coups : sans barbarie.

Ni pro-, ni anti-, que faire ? Le contre-fascisme !

La barbarie n’est ni amie ni ennemie, ni à détruire, ni à supprimer. Impossible, car toujours elle veille4 ! La barbarie est à empêcher, à conjurer, à contrer. Qu’est-ce à dire ? Il y aurait tout de même une différence entre dénier tout lien possible avec l’autre dit « barbare », ou avec la barbarie en actes, et la fonction de négation qui lierait assez pour entraver l’émergence de la barbarie. Dénier c’est détruire avec fureurs et fracas, c’est broyer le compromis avec des larmes et du sang, réduire en miettes les tentatives de pacification, dénier c’est refuser les autres en tant qu’existants. Au contraire, la négation est une fonction qui permet de prendre en compte l’existence de l’autre5, en prendre acte pour se lier à lui d’un attachement libérateur, pour l’empêcher d’agir, non pour le tuer. Empêcher, conjurer, contrer, contre-. Pourquoi contre- ? Parce qu’il faut s’opposer activement, ourdir toutes les machinations, créer d’autres incantations pour se détourner des maléfices, d’autres formules pratiques, d’autres fonctions appropriées à chaque barbarie, contre-. Pourtant ne nous trompons pas, le contre n’a rien à voir avec l’indignation vague et retorse, le contre s’adapte à l’offenseur, le contre se plie au à celui qui le traque, avant de le plier en retour. Et ce pliage – loin du lissage ou du brûlot – ne peut exister que par anticipation et action. L’art du contre réside dans une bonne anticipation6, contrer, prendre un coup d’avance dans le temps et dans l’espace, c’est aller plus vite : être en avance rapide>>7. Contrer8, c’est plier activement et positivement – rien à voir avec courber l’échine simplement pour éviter le coup ou tendre le joue pour recevoir le coup – pour ne pas rompre. Plier soi-même en pré-réponse à l’autre, c’est l’empêcher, c’est conjurer la barbarie en soi et en l’autre9 !

Anticiper >>

L’optimisme est le désir d’optimisation

Le nihilisme n’est pas toujours furieux, subsistent les tièdes et les (dés)abusés : pessimistes fourchus. Ceux-là qui marmonnent et qui sanglotent, confiants ni dans ce qui est, ni dans le devenir – déni bis : ne pas chercher c’est aussi dénier –. Pâlots-funs et peureux qui pouffent sans jamais jouir, ne prenant rien au sérieux, et surtout pas la barbarie. Les niais attendent que cesse comme seule la barbarie, Main Invisible providentielle ou État Tout-Puissant. Devant ces Dieux, n’avons-nous jamais été béats ? Dans l’oubli de tout scrupule10 – déni ter : oublier c’est aussi dénier – ! Néanmoins, l’oubli n’est pas la fuite et la barbarie s’offre même au plus myope des pessimistes. L’humain oublieux est réaction et désanticipation, autoréduction de ses capacités d’action et de lutte. Pourtant tous, nous savons ce que peut l’Étatgénocide –, nous savons ce que peut le marché – génocide bis –. Qui pour les empêcher enfin ?

L’amnésie est anesthésie à vaincre par la joie de l’optimiste et le rire du lutteur facétieux pessimiste !

Pour contrer, il nous faut apprendre à anticiper sur la barbarie, à activer la fonction avance rapide du contre-. Nous avons donc besoin de pessimistes qui ordonnent le chaos par avance. Cependant, au-delà du pessimisme conjurateur,de l’optimisme de la foi dans le présent, persiste la nécessité morale pour le pluraliste de la recherche de meilleurs assemblages d’existants, optimum11. Autrement dit, pour nous, il ne s’agit plus lorsqu’on utilise le mot d’« optimisme », de la confiance dans ce qui est, mais bien au contraire de l’espoir né de l’enquête, du calcul et de la découverte d’autres mondes possibles et déjà des existences d’êtres les plus divers avec lesquels devenir. Nous avons besoin aussi des optimistes !

Comme pour les êtres les plus fabuleux et les plus fantasques qu’on embrasse plus ou moins consciemment et avec une plus ou moins forte joie, pour un devenir contre-barbarie, il nous faut embrasser la barbarie et des bras empêcher son emprise à venir (même sur nous) : contre-capture12. Tous avec la barbarie, c’est-à-dire tout contre la barbarie ! Ainsi collés à elle au sein du plurivers, nous voilà transformés en beaux lutteurs (grecs ou romains) par anticipation.

Maintenant assez déliés des atermoiements qui handicapent toutes les soifs de libération et équipés de la fonction contre-, tournons-nous vers ses conditions de possibilités. Nous savons pourquoi il faudra bien faire avec les pro-fascismes et les anti-fascismes, ils sont avec nous et en nous, mais dans quels assemblages conjurateurs allons-nous donc nous coupler avec des assoiffés de ruines, d’embrasements, avec des clowns tristes ? Et comment contrer ce qui traque déjà et toutes les traques à venir ?

DE LA PUISSANCE DE L’AVANCE RAPIDE >>

POUR NOTRE PREMIER PLIAGE

Mobilisation générale

Contrer la monopolisation

La source de toute barbarie est à chercher dans la volonté de créer des monopoles. Le monopole est la forme extrémisée de l’inégalité et la réduction à néant de toute différence, inégalité substantialisée dans une unité factice qui se donne à voir éternelle et fixe – État et Organisation13 –. C’est la prétention à supprimer toute lutte, toute concurrence, c’est-à-dire tout moyen de s’en sortir : « winner takes all ». Le monopole est le moyen de créer la rareté, alors que nous vivons la pénurie de pénurie (si seulement les méta-répartiteurs dits si vertueux n’était pas si indiscutables…) !

Cependant, il ne s’agit-là que de monopolisation. Le monopole est la fable qui laisse croire à la transcendance et à l’origine14. Le monopole passe pour légitime puisqu’il est incontestable, non la monopolisation qui n’est qu’une suite d’actions en vue de constituer un monopole.

Que faire contre la monopolisation, source de tous les maux – génocide15 – ?

Mobilisation générale16 : Mise en mouvement et en relation de tous les existants ! Pourtant, il ne faut pas s’amuser à confondre les levées d’armées, drapeaux et oripeaux, avec un mode de vie pour contrer la barbarie. La mobilisation générale est bien plus qu’un état d’exception, c’est l’état qui permet l’émergence de toutes les exceptions et donc la lutte contre les monopoles par la pluralisation17.

Pauvres fous, vous êtes traqués par les forces du monopole. Courrez >> !

Accélération urbaine

Monde urbain et conditions de possibilité18

La traque nous atteint sur un terrain qui pourtant porte les conditions de possibilité de son antidote – la fuite – : l’urbain19. Tous nous vivons ou vivrons dans l’urbain et bientôt l’urbain sera le Monde20. Pourtant parmi vous j’entends larmoyer ! Peut-être par réflexe vous chuchotez : « et nos communautés et la fête du village » ? Je pêche sans doute par manque de savoir, mais connaissez-vous une utopie rurale qui dure et qui se diffuse, plus que par les seules exhalaisons d’encens et de fumier ? Et ces liens sociaux si forts et si chaleureux me dites-vous ? Vous noterez que la campagne et les banlieues pavillonnaires fournissent les légions d’électeurs de l’extrême-droite (autre nom de la barbarie…)21. Une fois ces schémas mentaux malmenés, que reste-t-il ? Un Monde qui s’urbanise et une pensée politique incapable de le saisir comme terrain de jeu, des deux côtés : monopolisateurs22 ou communautaristes23, tous jurent et crachent « État ! », « Organisation ! », « Unité ! », si loin de nos expériences quotidiennes. Sans doute savent-ils à quel point l’unité est un leurre dans l’urbain, que même défendue elle y est impossible, qu’elle n’est pas souhaitée et qu’il suffirait d’un coup de rein pour faire éclater les bastions de l’uniformisation24.

Peut-être la peur du grand œil panoptique se déploie-t-elle dans nos aires urbaines ? Avez-vous jamais pensé à la Zone Autonome Temporaire de Hakim Bey25 ? Avez-vous déjà tenté une rave en rase campagne ? Pensez-vous pouvoir rester longtemps à découvert ? L’œil saura vous trouvez (car il suffit d’un seul œil). Vous jurerez par votre activité sur le désert humain de nos campagnes, à découvert. Maintenant, pensez à une ZAT dans l’urbain. Imaginez nos aires urbaines si richement tressées, si densément peuplées d’humains, d’objets et de vivants. Ne pensez-vous pas trouver un recoin pour vous cacher ? Et s’il faut fuir >> les monopolisateurs, quels lieux vous permettront le mieux de vous cacher ? De courir vite ? Les lieux anonymes de l’urbain, les réseaux rapides et divers de l’urbain – en premier lieu la marche et le vélo sur nos rues et ruelles (de l’importance des ruelles bien reliées) –. Les ZAT, ces lieux transitoires sont possibles avant tout dans l’urbain et ses friches, ses recoins, ses souterrains, ses propriétés privées – retourner les remparts à notre avantage pour des temps très courts et choisir l’ouverture par la bonne diffusion de l’information –. L’urbain offre les conditions de possibilité les plus fiables de la cachette. A nous de connaître les monopolisateurs aussi bien qu’ils tentent de nous connaître, mais sachons que leurs yeux sont borgnes en urbain : sinon pourquoi tant de caméras de vidéosurveillance ? C’est la croyance dans le panoptique qui le rend efficace26, non le dispositif technique lui-même, tant il est limité par sa myopie et par la somnolence des vigiles de téléviseurs. Et leurs cartes sont si faibles et réductrices… Si nous collaborons et parvenons à produire des cartographies collaboratives, riches et fluctuantes, nous ferons de outil cartographique, un art du rassemblement. Non sans-logis et invisibles, mais à milles logis et trop rapides, non disparaître, se disséminer.

Et ces renseignements contre les monopolisateurs comment les échangerez-vous ? Par la somme des techniques de communication ! Où créer des réseaux de communication bien reliés et clandestins ? Dans l’urbain. Où échanger des messages qui se noieront dans la masse des émissions ? Dans l’urbain ! L’urbain est en lui-même difficile à prédire, rythmé, transitoire et fuyant, travaillé par des communications rapides. Imaginez si vous l’accélérez27! Si le vrai danger de notre monde urbain est le drone, si l’infiltration ravage des collectifs, si vous craignez votre propre désir de barbarie : accélérez, éparpillez, réunissez, éparpillez encore, Avance rapide >> ! L’URBAIN CONTRE L’ETAT 28!

Conjuration des centres

Polarités il-limitées

Qu’y avait-il avant cette aire de tous les possibles, l’urbain ? La ville. Et le modèle canonique de la ville est celui de la Cité/de la polis (toujours étonnant de prendre pour modèles des régimes infantilisants, sexistes à esclaves et métèques)29. La Cité/la polis, convergeaient en une place centrale dont les fonctions fantasmées étaient celles du marché et des discussions entre citoyens. Bref, en un point était réuni ce qui permet la vie de la ville, et l’organisation de l’exclusion et de la domination en son sein. Vous comprenez déjà pourquoi même sans cynisme vous vous sentez impuissants à lutter, au centre ? Parce que le centre postule la monopolisation. Impossible de lutter au centre, car c’est déjà renforcer les monopolisateurs que de s’y rendre30 ! Et évidemment, aussi, parce que l’agora a été rendue déserte par trop d’exclusion et trop de secrets. Images fanées mais défendues même par les plus ahuris : combien de centres commerciaux aujourd’hui avec leur agora ou leur forum anémiques ? Peu a changé dans nos conceptions spatiales et nous nous sommes bien abstenus de prendre en compte la facilité avec laquelle on pouvait exclure du centre, d’un point unique, visible, accessible plus aisément à certains qu’à d’autres, habitables du fait des coûts par certains et non par d’autres. La ville, lieu de tous les possibles, pour quelques-uns.

Comment penser un mode d’organisation de la densité et de la diversité des autres, sans mener avec tant de facilité à l’exclusion du centre ? Supprimer le centre comme référent pour l’identité de la ville, supprimer le centre en tant que lieu de la visibilité de tous les citadins par tous, supprimer le centre comme lieu d’exclusion. Créer un champ de tous les possibles, pour tous !

Un champ de polarités éphémères et il-limitées qui réuniront tous les volontaires et tous les informés dans des lieux de rassemblement ouverts31, les plus ouverts possibles spatialement et informationnellement. Vive les SMS, les portables, les tablettes, Internet et tous les outils de rassemblement ! Cependant, ces lieux ne deviendront-ils pas de petits centres ? Ils le sont déjà virtuellement, et c’est pourquoi ils doivent être conjurés, quittés, fuis – c’est notre fascisme contre lequel il faut courir –, rendus éphémères c’est-à-dire a-centrés32. Pour multiplier ces points fluctuants, il est nécessaire d’augmenter à profusion les lieux ouverts et accessibles, les places, les locaux divers et les liaisons de transport denses et diverses entre tous. La mobilité est éminemment politique lorsque la fuite et l’avance rapide >> sont devenues des modes d’action. Fuyez les petits centres, vous fuirez les petits fascismes. La discontinuité des rassemblements est la règle qui rend possible tous les rassemblements, partout, pour tous. Soyez éclair ! Sortons du théâtre et entrons dans la course, danse rythmée avec les chaînes33. Il est temps de faire briller les étoiles en nébuleuses dans l’urbain comme plurivers, quand le soleil ne nous atteint pas, lorsque tombe la nuit sur nous.

Fuir >> le cercle

rhizomes il-limités

Le cercle est la figure du monopole et le relais géométrique de la monopolisation. Le centre de la ville est sa traduction spatiale. Le peuple est sa traduction politique. L’État est sa trahison violente. Pourtant tout semble à distance égale dans un cercle, ne-ferait-on pas le plein d’horizontalité (à défaut d’horizon) ? Certes. Néanmoins tout cercle comporte un point central, celui du compas qui l’a tracé, celui du porte-parole, du porte-drapeau, du porte-faisceau. Le cercle + le point central = le cône ; et de là s’ébauche la pyramide – verticalité –34. Ce leurre circulaire masque bien des chefferies. De toute façon, même naïf et bienheureux, le cercle ne laisse rien s’agiter, dépasser, déborder : il rend tout neutre, et nous savons tous ce que signifie neutraliser quelqu’un… Peut-être peut-on concéder qu’il rend possible la visibilité de tous par tous : celle-ci est-elle malgré ce la condition sine qua non du politique ? Le politique a pour condition dernière l’expression de tous pour tous35, et non la représentation ou la vision de tous par tous, ou pire, par quelques-uns…

Conjurer les pyramides et fuir les cercles pour produire les lignes de fuite et les rhizomes36 qui rendent possibles des rassemblements égalitaires pour chaque existant, voilà la figure mouvante et discontinue à prendre pour patron37. La courbe oui, le pli, encore oui, le cercle, jamais ! A cette figure, joignons, pour le temps des rassemblements éphémères, les croisements fous de myriades de lignes de fuite : voici le nouveau monstre – nébuleuse, comètes et étoiles filantes –, centrifuge et centripète, voici le nouveau monstre rythmique, protéiforme, sans visage et sans masque38 !

D’une manière de contrer un peu particulière qui a constitué notre premier pli, la négation >>, à la positivation , deuxième pli, passion du rassemblement et de l’exercice de la nébuleuse démocratique : de la polis comme paradigme politique de nos États à l’urbain pour réalité de nos vies et ressource pour la mondialité.

DE LA PUISSANCE DU RASSEMBLEMENT

POUR NOTRE DEUXIÈME PLIAGE

Ordonner le chaos

Lieux de rassemblement

Aux disséminations se succèdent et se juxtaposent les rassemblements, et les disséminations, etc39. Pour que se tiennent ces rassemblements et les interconnaissances qui les rendent viables, il faut des lieux disponibles toujours, et en nombre assez grand pour éviter tous les mauvais yeux. Le polymorphisme fluctuant d’une nouvelle forme politique urbaine rend possible ces rassemblements d’un point de vue politico-spatial. Et ensuite ?

La mobilité et l’accélération, l’évitement de toutes les verticalités – cônes, pyramides, cylindres… – rendent possibles et probables les reconnaissances positives et horizontales, les rencontres des autres singularités. Dans ces lieux de rassemblement, la densité et la diversité sera plus forte que dans les centres anciens exclusifs40. Repensez aux ZAT et traduisez en boîtes de nuit, bars, cafés, caves, soirée diverses et déambulations collectives ! Et, si les fêtes vous ennuient et que les passions partagées vous lassent, pensez et expérimentez d’autres rassemblements !

Un lien nécessaire à ce projet reste toutefois à établir entre les fêtes et les extases collectives ; quand est-il discuté du sort du Monde ? Quand les problèmes sont-ils affrontés, discutés, compromis ?

Cet espacetemps, autrefois dit public, nous le dirons commun41,pour rompre avec les désirs d’État – dit public – et d’Organisation « entreprise » – dite privée –. Il est marqué par la discontinuité. L’art de gouverner est un art trop précieux pour être exhibé et malmené en permanence ! Le gouvernement est un état d’exception, c’est l’état qui permet l’émergence par l’enquête42 de toutes les solutions et donc la lutte contre les décisions tranchées. Une fois la solution au problème ou au conflit découverte et acceptée par tous les concernés, grâce à l’écoute de chacun des points de vue, leurs compromissions, et de l’enquête qui fournit des renseignements et des existences aux existants omis de la vie quotidienne, l’espacetemps commun disparaît. Mais qui a le droit de s’exprimer ? Sûrement pas les porte-parole, bien que des dispositifs techniques puissent aider chacun à se faire écouter. Toutes les parties-prenantes volontaires – qui s’expriment par la parole, par l’écrit, par les moyens de communication dont elles ont l’usage – ou convoquées par les enquêteurs – existants connus principalement par les amateurs de sciences ou les scientifiques eux-mêmes43, mais aussi par tous les spécialistes d’un mode d’existence en particulier44 –. Plus qu’un droit à l’expression, il s’agit d’une nécessité pour le maintien de la vie commune et de toutes les fuites45. A quoi bon déléguer et supprimer des existants du rassemblement puisqu’il s’agit d’écouter et discuter l’avis et le savoir de tous les concernés volontaires et accueillis – ceux qui n’ont pas de volonté avérée – ? Aurions-nous du temps à perdre ? Non, nous avons du nouveau à révéler, et ce nouveau mérite bien le travail de tous et l’écoute de tous les volontaires. L’espacetemps de réunion, l’espacetemps commun, parce que l’art du gouvernement est un art de la conjuration des problèmes et des conflits46 par la nouveauté, n’est plus le lieu d’aucune représentation. L’espacetemps commun, événement du « travail de collection du collectif »47 est le lieu de toutes les expressions et avant tout celle de la nouveauté48. Mais ce travail de collection est temporaire et ultra-limité dans le temps, et n’a pour fonction que d’éviter la destruction de l’un, de certains ou de tous les existants ! Il serait bien hasardeux le grand clerc qui promettrait un monde pacifié par la réunion de tous dans la constitution d’un grand Cercle, même en perpétuel recommencement. Il réinventerait la possibilité même de l’exclusion49, autrement dit de la destruction de la relation à un autre existant et donc sa destruction prochaine, ce que nous tentons d’éviter à tout prix, à tout prix. Au prix des États, des Organisations, des rêves, des fantasmes et des ahuris, une constellation dansante pour conjurer tous les holocaustes qui hantent les vies quotidiennes et les institutions les plus chéries50.

Si la négation est la considération de l’autre dans son élan destructeur, la positivation est la fonction qui permet de prendre en compte l’autre pour se lier à lui d’un attachement libérateur, pour agir selon lui et avec lui dans la quête d’un optimum51.

Naissance d’un monde

Dé-border

La fonction positivation va nous permettre de penser à nouveau un autre rôle que celui du pessimiste conjurateur. Le rôle de l’optimiste, celui qui tente de calculer et de créer de nouveaux optimum d’associations d’existants. Celui-là est diplomate. Deux rôles complémentaires de débordement. Et en tout et tous ils accroissent à l’extrême le dé-border, la lutte in-finie contre les frontières des institutions. Ils ne s’opposent pas l’un à l’autre, ils ne se succèdent pas, ils se connectent en chacun de nous, ils vont l’un avec l’autre. Ni ou pessimiste ou optimiste, ni pessimiste puis optimiste, pessimistes et optimistes en même temps ! Ni aborder, ni déborder, il s’agit de faire fuir les institutions : par l’épuisement et la traque qui distend les fronts et les corps, par la diplomatie et la négociation qui étend la frontière de positivation, de prise en compte des existants pour la négociation de l’optimum52. Le coureur magnifique fuit, désordonnant le traqueur, le contrôleur, le maître/ le diplomate patient fait fuir les frontières trop fixes et trop rigides des institutions utiles53. Le coureur lutte contre le dur, le rigide, la matraque. Le diplomate est l’artisan des liens entre les poreux, les bonnes institutions, les naïfs et les bons, dans les vides il s’active. Dans ces pores, le diplomate – celui qui est habile dans les relations -, il connecte, tisse et noue les existants entre eux. Car, il faut bien l’admettre, il faut sauver les bonnes institutions : celles que personne n’a à fuir car elles ne traquent personne, celles que personnes n’a à contrer, car elles ne fomentent aucun monopole, celles qui créent et multiplient les relations. Appelons-les, institutions de connexion. Là où le fuyard n’a qu’ « anticipation » à la bouche, le diplomate poursuit les relations à venir et leurs consolidations dans les bonnes institutions : celles qui multiplient les relations et non celles qui réduisent à l’unité54. Le diplomate n’agit pas en son nom, pas pour lui, toujours pour les autres. Les institutions de connexion ne cristallisent, ne stratifient pas, elles ne sont pas des attracteurs, elles ne tissent pas de relations vers elles, elles tissent et rendent possibles des relations entre les autres. Ce sont des sortes de trous blancs55, en opposition aux trous noirs56entrepreneuriaux et étatiques. Ces institutions de connexion, ces trous blancs conservent les mêmes existants, mais changent radicalement leurs modes d’agencement : de l’étoile mono-centrique à la nébuleuse. Évidemment, quelques soient ses dons de parole et de communication, de traduction et de compromission, le diplomate comme ces institutions n’ont aucune autorité57.

Institutions de protection

Pluralisme ordonné58

Cependant, dans notre tentative de ne pas verser dans l’angélisme, il nous faut prendre acte de la nécessité des institutions de protection contre les fascismes, voire contre les anti-fascismes, le temps de leur incurie. Comme nous ne pourrons tout relier sans institution de connexion, nous ne pourrons tout contrer sans institution de protection. Ni capture, ni canalisation, aucune des deux formes de limitations autrement dit, l’institution de protection contre. Pour l’empêcher de contrer à tort et à travers et de se faire aussi grosse que le bœuf59, son territoire juridique doit être ultralimité. Il est évident que les existants n’appartiennent à personne et qu’il leur faut dé-border. Il est clair que les territoires n’ont pas de sens non plus pour nos existants contre- (et bientôt trans-). Cependant, une continuité territoriale juridique conserve un sens pour permettre l’intervention de chargés temporaires et élus de la protection de ceux qui ne peuvent être contre-, et de ceux qui ne le peuvent pas assez. Ceux-là sont volontaires à l’assistance, ou considérés après enquête et expression de leur incapacité à contrer, et non choisis a priori. Les quasi-territoires d’intervention de ces petits shérifs qui n’agissent qu’en réponse à l’appel d’un existant sont juxtaposés et fragmentés. Si la succession temporelle était le meilleur moyen de lutter contre les petits centres, la succession spatiale et la taille égale seront les biais pour empêcher la formation de forces supérieures aux autres, en sus de la redéfinition périodique des territoires. Bien sûr, les flux sont sans ancres, et les diplomates sont les pacificateurs dont les travaux herculéens ne cessent jamais. Aucun existant n’est partagé ou distribué, tous se diffusent. Seul le droit fonctionne selon un partage (et pas selon la diffusion) et crée ce qu’on pourrait appeler des quasi-états, des états manqués60 à la dette in-finie61 envers les appelants à l’aide. Ces quasi-états sans « droits » qui n’ont rien à voir avec des « failed states », sont sans souverain et sans souveraineté, mais ils répondent par devoir aux appels et à ceux qui relaient ces appels : ils sont des quasi-états au service du commun. Ces états sont un peu particuliers, car sans population et sans gouvernement. Et à ceux qui craignent pour la stabilité, ils la confondent avec l’ordre unitaire : multiplier les strates et les plis, les relations qui attachent tous les existants entre eux, ce qu’on a appelé mobilisation générale, c’est faire tenir ensemble par le mouvement des relations tous les existants62.

Trans-existants

Nouveau collectif63

Désormais, tout existant peut appeler à la protection, à la connexion, et continuer à contrer. Peut-être ici et maintenant peut-on tenter les cosmopolitiques64, les barrières perpétuellement contrées et débordées, sans risquer de prêcher dans le désert ou même d’être malmenés car découverts. Révéler les relations réelles entre les existants nous exposent toujours aux flux des marchés et aux captures des États, il faut savoir faire plus vite, toujours plus vite. Dans cette poursuite effrénée, l’œuvre du diplomate et des institutions de connexion est le transexistentiel . Parce que nous sommes contre-, collés à, puisque nous multiplions et accélérons toutes les relations, jusqu’à plus soif, nous sommes trans- : nous créons des cyborgs, des monstres et des chimères65 et un monde transrelationnel66, transtemporel67et translocal68. Ces relations et toutes les émotions dont elles sont chargées qui traversent les singularités réunies, participent à la constitution des collectifs souples et solides. Dans ce champ d’existants en tension, nous privilégions les formes les plus riches et protéiformes.

Pourquoi se connecter finalement ? Se connecter au plus grand nombre possible d’existants, c’est empêcher la barbarie en renforçant la valeur de l’autre pour soi, et ouvrir la porte à toutes les nouveautés pour résoudre tous les problèmes69. Par quoi se connecter ? Tous les outils, toutes les prothèses, tous les moyens techniques possibles et imaginables : mais bien se connecter. Aucun trans- par la juxtaposition des complémentaires, explosion des relations possibles pour expérimenter, mais toujours contre-. Le trans- est le fruit des rencontres réussies des hétérogènes entre eux, et non de la création de chaînes (alimentaires, de commodités ou marchandes), de successions et de juxtapositions sans signification et sans émotion. Le trans- nous fabrique et nous le fabriquons par la connexion et par l’hybridation, en premier lieu dans l’urbain où tous se croisent et où tous peuvent se connecter. Si tous connectés, nous louons par l’action les existants les plus divers, bientôt s’éveillera le Monde, et peut-être pourra-t-on alors sauver la planète Gaïa.

Et voici, le peuple de l’urbain contre-barbarie : collectif trans-existants .

Exister n’est rien d’autre : capturer le chaos dans une forme qui continue à en dire l’intensité et l’infinité, tout en étant elle-même finie – in-finie –. Et si telle est l’ex-istence, il n’est pas faux de dire que c’est un exercice dangereux70.

De la nécessité des chimères

Barbarie

Les utopies et les chimères ne sont pas vouées au déni des lâches et aux railleries des cyniques. Elles ne sont pas prétentieuses, mais nécessaires. Les monstres imaginaires ont d’ores et déjà une existence, pourquoi avorter leurs brouillards existentiel possible ?

Et qu’on évite les bons mots du « devoir de mémoire »71, avers dont l’envers est la diabolisation. Ce doux devoir n’est qu’une distanciation larmoyante qui n’empêche rien dans la vie quotidienne. Par mes rappels des génocides réalisés et à venir, chez les plus innocents et les plus coupables, je tente d’ouvrir l’entre-deux d’un univers de scrupules pour notre temps présent qui avive un passé toujours présent, pour toujours présent. Nos mains sont toujours sales des victimes à venir, et elles sont aussi l’unique moyen d’exorciser : plus ou moins spectrales, plus ou moins vivantes, les victimes en devenir nous hantent72.

Finalement, reste une question qui a guidé cet appel criard : qu’est-ce que la barbarie ? La barbarie est le déni la possibilité d’autres définitions d’associations optimales des existants et de les expérimenter avec eux. Erreur fatale de supposer que nous habitons une arche tandis que nous sommes animés par un sentiment océanique. Ses traductions prennent tous les noms, et, pour un enfant du XXème siècle européen, voire mondial, ses noms sont fascismes et anti-fascismes.

Contre-barbarie

à polis, polis et demi73

Utopie-projet, utopie-expérimentation, urbain libertaire, anarchisme urbain, nommez-le comme vous voudrez. Pour ma part, j’appelle ce monde possible et qui vient, ni FASCISME, ni ANTI-FASCISME : CONTRE-FASCISME.

Au moins, un élan aura été donné, contre le dés-astre initial74 une myriade d’étoiles/une galaxie vacillante est tentée. Fuyons et rendons nous aptes à un nouveau plurivers ! Si vous le voulez-bien, cessez de demander le « laissez-faire » et laissez vivre, plutôt, faites vivre.

Luttons, mais n’achevons jamais75. Interminable lutte. Ouvrons la liste des partisans du contre-fascisme, à vos textes, vos luttes, à vos contre-captures, à cette proposition éthique, au cœur de notre monde (urbain) : CONTRE-BARBARIE.

>> >> >> >> >>>> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> 

 1Et de tous ces suffixes en général qui viennent fermer le mot et la « marche » avec. Au contraire l’ajout d’un préfixe ouvre et donne un élan.

2 Éthiciens du contre-fascisme :Foucault Michel, « L’Anti-Oedipe : Une introduction à la vie non fasciste », Préface de Michel Foucault à la traduction américaine du livre de Gilles Deleuze et Felix Guattari, L’Anti-Oedipe : capitalisme et schizophrénie, 1977. In Michel Foucault, Dits et Écrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard, 2001 (1ère Édition 1994), p. 133-136, http://multitudes.samizdat.net/L-Anti-Oedipe-Une-introduction-a.html
3 Qu’on ne nous fasse pas le coup trop malhonnête du « le conflit socialise quand même »… Belle socialisation que la destruction. Les relations, il y en a de bonnes et de moins bonnes.
4 Deleuze Gilles, Guattari Felix, Mille Plateaux, Editions de Minuit, Paris, 1980, 645 p.« On évitera quatre erreurs concernant cette segmentarité souple et moléculaire. La première est axiologiques et consisterait à croire qu’il suffit d’un peu de souplesse pour être « meilleur ». Mais le fascisme est d’autant plus dangereux par ses micro-fascismes, et les segmentations fines aussi nocives que les segments les plus endurcis. La seconde est psychologue, comme si le moléculaire était du domaine de l’imagination, et renvoyait seulement à l’indépendant ou à l’inter-individuel. Mais il n’y a pas moins de Réel-Social sur une ligne que sur l’autre. En troisième lieu, les deux formes ne se distinguent pas simplement par les dimensions, comme une petite et une grande formes ; et s’il est vrai que le moléculaire opère dans le détail et passe par de petits groupes, il n’en est pas moins coextensif à tout le champ social, autant que l’organisation molaire. Enfin, la différence qualitative des deux lignes n’empêche pas qu’elles se relancent ou se recoupent si bien qu’il y a toujours un rapport proportionnel entre les deux, soit directement proportionnel, soit inversement proportionnel. » pp. 262-263.
5 Le « ne pas » ce qui est nié, le déni donne plutôt un « ce-dont-il-ne-faut-pas-prononcer-le-nom », ce qui ne doit pas exister.
6 Rien à voir avec la paranoïa, l’anticipation c’est la lutte, pas le Ciel qui tombe sur nos têtes. http://fc04.deviantart.net/fs71/i/2013/112/e/1/paranoia_by_magvw-d62nurb.jpgparanoïa
7 « Mais quelle voie révolutionnaire, y en a-t-il une ? […] Aller encore plus loin dans le mouvement du marché, du décodage et de la déterritorialisation ? Car peut-être les flux ne sont pas encore assez déterritorialisés, pas assez décodés, du point de vue d’une théorie et d’une pratique des flux à haute teneur schizophrénique. Non pas se retirer du procès mais aller plus loin, « accélérer le procès », comme le disait Nietzsche : en vérité, dans cette matière, nous n’avons encore rien vue. », Deleuze Gilles, Guattari Felix, L’Anti-Œdipe, Les Éditions de Minuit, Collection « Critique », 1972, 493p., p. 292.
8 Qu’on pense à un basketteur en extension, voyez comme il a tout prévu, comme il évite l’attraction monopolisitique du ballon par le filet. https://www.youtube.com/watch?v=fegi_jQyexM. Il n’arrache pas le bras de son adversaire, ni le laisse marquer, mais il le devance.
9 Qu’on pense au judo et aux contre-prises : https://www.youtube.com/watch?v=C_SB0TqvUb8
10 Premier partisan masqué du contre-fascisme : « L’être moral reprend tous les existants à la lumière d’un nouveau questionnement. Bien que chaque mode soit réflexif par rapport aux précédents, celui-là, si l’on ose dire, cumule toutes les réflexivités. Les êtres porteurs de scrupules posent une question, après coup, qu’aucun autre mode n’a encore posée de cette façon : « Avons-nous eu raison ? Peut-être faut-il tout recommencer. Reprenons-nous. » Latour Bruno,  Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, La Découverte, Paris, 2012, 498 p. , p. 457.
11 Utiliser les sciences de l’Etat et de l’Organisation pour calculer un optimum pluraliste : sciences contre l’Etat.  « L’optimum doit être calculé alors qu’il est incalculable. Il y a deux façons d’aborder ce paralogisme : en faisant comme si on pouvait le calculer en imitant le mode de la référence sans jamais y parvenir [REF.MOR] ; en assemblant sous une forme toujours à reprendre, ceux qui sont directement concernés et que mine le scrupule de s’être à nouveau trompés dans la répartition des moyens et des fins. » Ibid, pp. 459-460.
12 Il semblerait qu’on parle de « clinch » en boxe, https://www.youtube.com/watch?v=7YatTyPFSXE
13 Les deux monstres préférés des néo-libéraux ET des marxistes-léninistes : État/Entreprise ; État/Parti. On peut rajouter : le Couple, l’Héritage, etc. http://www.asahi-net.or.jp/~EB6J-SZOK/leviathan1.jpgLéviathan Hobbes
14 Comment sommes-nous tant oedipianisés ?
15 Qu’on pense un instant aux puissances délirantes que pourraient mettre à l’œuvre un État ou une Organisation … pour bombarder et raser, pour affamer et rancir : grâce aux taxes et aux impôts , au salariat et à l’actionnariat – vols organisés – . Et aux mauvais optimistes présentistes, je dirais : il suffit d’une fois (l’expérience a été plutôt à répétition, d’ailleurs).
16 Deuxième partisan masqué du contre-fascisme :Lussault Michel, L’avènement du Monde, Essai sur l’habitation humaine de la Terre, Seuil, 2013, 304 p.
17 Pour remplacer « différenciation », sur les conseils de Pierre Weiss, ce qui montre l’articulation entre les différents.
18 Penseur d’un au-delà de la polis : « Le « contre-espace » déborde l’opposition qui passe pour établie entre « réforme » et « révolution ». Toute proposition d’un contre-espace, le plus insignifiant en apparence, ébranle de la base au sommet, l’espace existant, ses stratégies, ses objectifs : l’homogénéité, la transparence devant le pouvoir et l’ordre établi. » Lefebvre Henri, La production de l’espace, Éditions Anthropos, Paris, 1974, p. 441.
19 Sauf à penser que les Beatniks noyés dans l’essence et la drogue fournissent une fuite enviable, de toute façon seulement envisageable dans les régions peu denses. C’est-à-dire où vous être libres mais sans aucune capacité d’agir, car sans autre. Celui qui fuit ne fuit pas comme un canard sans tête.
20 Aux Nords et aux Suds.
21 Encore un partisan masqué et un initiateur de la vision de l’urbain comme ressource contre- : article de Jacques Lévy pour « le monde », http://choros.epfl.ch/files/content/sites/choros/files/shared/Communication/Communications/Presidentielles2012/Choros-LeMonde-Mercredi25.pdf
22 Autre nom des contractualistes, idéalistes anhistoriques, impenseurs du devenir et donc négateurs de la différence,et optimistes présentistes.
23 Autre nom des essentialistes, des ethnicisateurs, des racialistes et des idéalistes différentialistes. « Autrement dit, en chaque point, la preuve qu’on ne ment pas est donné par la suite de la courbe et par l’attente, par l’espérance de son retour nécessaire et de sa reprise et de son extension future – retour, reprise, extension qui dépendent entièrement des suivants, le long de cette chaîne que le manquement d’un seul suffirait à faire pérécliter. Et que l’on ne s’y trompe pas, il n’y a pas d’autre regroupement que ce mouvement-là de collection, aucune réserve sur laquelle on pourrait compter, aucune identité, aucune racine, aucune essence, aucune substance sur lesquelles on pourrait se reposer. » Latour Bruno,  Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, La Découverte, Paris, 2012, 498 p., pp. 344-345
24 Si l’on constate la définition proposée de l’« urbanité » proposée par Jacques Lévy : le rapport entre diversité et densité en un point est maximal dans les aires urbaines.
25 Plus-que-partisan énigmatique du contre-fascisme :« La TAZ est comme une insurrection sans engagement direct contre l’Etat, une opération de guérilla qui libère une zone (de terrain, de temps, d’imagination) puis se dissout, avant que l’Etat ne l’écrase, pour se reformer ailleurs dans le temps ou l’espace. » Bey Hakim, TAZ, Zone autonome temporaire, L’Éclat, Paris, 2004, 90 p., p. 14.
26 Ce qui n’empêche pas d’avoir à lutter contre l’extension des mauvais yeux.
27« La ville idéale comporterait obsolescence de l’espace : changement accéléré des demeures, emplacements, espaces préparés. Ce serait la ville éphémère, œuvre perpétuelle des habitants, eux-mêmes mobiles et mobilisés pour/par cette œuvre. » Lefebvre Henri, Le droit à la ville I, Société et urbanisme, Éditions Anthropos, Paris, 1968, 166 p., p. 153.
28 On reconnaîtra là un précurseur du contre-fascisme : Clastres Pierre, La société contre l’Etat, Les Editions de Minuit, 1974.
29 D’aucun pensera en France au modèle de la Troisième République, aux femmes, aux colonies, aux enfants, aux animaux, etc.
30 Déjà épinglés, comme une invasion de papillons noctambules attirés par des lampions : http://www.maxisciences.com/papillon-de-nuit/des-millions-de-papillons-de-nuit-envahissent-madrid_art29883.html
31 Qui auront écartés avec la prégnance de l’État le questionnement sur le caractère public ou privé du lieu.
32 Contrairement à l’âne Buridan trop hésitant, nous irions à la fois vers la carotte et vers la botte de foin, ou quelque chose comme ça. Il n’y a pas de : « il faut bien choisir » : Prenons-tout, mais pas tout en même temps !
33 Nietzsche aurait-il osé le « double-dutch » ? https://www.youtube.com/watch?v=A2UBcyc6yW834 Pour une image, http://www.marris.org/asymptote/Solides/fig_py05_261011_pyramide.pngfig_py05_261011_pyramide[1]
35 Fêlure où s’immiscent tous les contre-fascismes : « Nous supprimons la scène et la salle qui sont remplacées par une sorte de lieu unique, sans cloisonnement, ni barrière d’aucune sorte, et qui deviendra le théâtre même de l’action. » Artaud Antonin, Le théâtre et son double, Idées, NRF, 1966, 255p., p. 146.
36 Pour un rhizome de bambou, admirez l’intrication et les lignes de fuite… https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/ca/Bamboo_with_rhizome_1.JPG
rhizome de bambou
37 Bruno Latour sans son cercle et avec sa courbe : « Un corps qui n’en est pas un ; de l’accord qui ne raccorde jamais ; de l’unité qui se disperse aussitôt ; de la dispersion qu’il faut aussitôt rassembler ; des affaires chaque fois différentes autours desquelles il faut s’assembler parce qu’on ne s’entend pas… » Latour Bruno,  Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, La Découverte, Paris, 2012, 498 p., p. 351.
38 Les comètes sont nos rassemblements : https://www.youtube.com/watch?v=IFr9MFjNbpY, pas étonnant qu’on appelle « Larmes » ces phénomènes contre-unitaires dans la « tendre » France.
39 « Nous pouvons apercevoir une géographie complètement nouvelle, une sorte de carte de pèlerinages sur laquelle on a remplacé les lieux saints par des expériences maximales et des TAZ » Bey Hakim, TAZ, Zone autonome temporaire, L’Éclat, Paris, 2004, 90 p., p. 73.
40 Penser un « Tresor » sans dj (qui dure et monopolise). Cela ne doit pas être loin de la densité et de la diversité d’une station de métro, non ? https://www.youtube.com/watch?v=zRZoNWcTkGI
41 « Le droit à l’œuvre (à l’activité participante) et le droit à l’appropriation (bien distinct du droit à la propriété) s’impliquent dans le droit à la ville. » Lefebvre Henri, Le droit à la ville I, Société et urbanisme, Editions Anthropos, Paris, 1973, p. 155.
42 Noble libéral : « En ce qui concerne plus particulièrement les questions politiques, l’unification qui a été mentionnées plus haut s’établit entre le mode d’engendrement des institutions politiques et le mode d’enquête sur lequel reposerait dans l’idéal toute réglementation gouvernementale. Cela suggère d’emblée que la limite séparant le public du privé ne puisse être fixée dans l’absolu ou de manière a priori. Le degré d’intervention de l’État dans les affaires humaines dépend non de la nature des activités ou des acteurs qui les accomplissent mais des conséquences factuelles des activités. Le repérage de ces conséquences nécessite une méthode et mobilise le public, qui se constitue par ce repérage lui-même. Solidariser le gouvernement et l’enquête portant sur les conditions associatives au niveau même des principes d’une bonne politique et de la reconstruction des concepts dont elle tire ses traits essentiels, conduit de fait à situer l’utilité d’une pensée de la démocratie dans le cadre d’un mode de vie, non dans celui d’une théorie de la nature humaine […] » Dewey John, Le public et ses problèmes, Université de Pau/Éditions Léo Scherrer, 2003, 207p., p. 24.
43 Les scientifiques : « Bref, ces quelques élus pourraient se voir dotés de la plus fabuleuse capacité politique jamais inventée : faire parler le monde muet, dire le vrai sans être discuté, mettre fin aux débats interminables par une forme indiscutable d’autorité qui tiendrait aux choses mêmes. » Latour Bruno, Politiques de la nature, Comment faire entrer les sciences en démocratie ?, La Découverte, Paris, 2004, 363 p., p. 28
44 Latour Bruno,  Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, La Découverte, Paris, 2012, 498 p.
45 « Le droit à l’œuvre (à l’activité participante) et le droit à l’appropriation (bien distinct du droit à la propriété) s’impliquent dans le droit à la ville. » Lefebvre Henri, Le droit à la ville I, Société et urbanisme, Éditions Anthropos, Paris, 1968, 166 p., p. 155.
46 Et n’a aucun rapport avec le tranchant qui rompt nœud gordien sans même tenter de le démêler. Voilà la politique des temps passés, dit du « Grand », https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/bb/Alexander_cuts_the_Gordian_Knot.jpg
47 Ibidem, p. 58.
48  « En même temps, et plus profondément, elle [la micro-imitation] se rapporte à un flux ou à une onde, et non pas à l’individu. L’imitation est la propagation d’un flux ; l’opposition, c’est la binarisation, la mise en binarité des flux ; l’invention, c’est une conjugaison ou une connexion de flux divers. » Deleuze Gilles, Guattari Felix, Mille Plateaux, Editions de Minuit, Paris, 1980, 645 p., p. 207.
49 « Autrement dit, en chaque point, la preuve qu’on ne ment pas est donné par la suite de la courbe et par l’attente, par l’espérance de son retour nécessaire et de sa reprise et de son extension future – retour, reprise, extension qui dépendent entièrement des suivants, le long de cette chaîne que le manquement d’un seul suffirait à faire pérécliter. Et que l’on ne s’y trompe pas, il n’y a pas d’autre regroupement que ce mouvement-là de collection, aucune réserve sur laquelle on pourrait compter, aucune identité, aucune racine, aucune essence, aucune substance sur lesquelles on pourrait se reposer. » Latour Bruno,  Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, La Découverte, Paris, 2012, 498 p., pp. 344-345
50 Fonder et perpétuer une Institution avec un grand « I », voilà ce qui est barbare après Auschwitz, Hiroshima et tous les autres du plus grand au plus petit, car toute transcendance traîne la barbarie à sa suite .
51 Autrement dit trouver la bonne relation avec l’autre, et non pas seulement reconnaître une essence à un autre lointain (même à portée de regard). Son existence n’est pas augmentée en dignité par notre regard, mais elle est enrichie par le champ des possibles que ce regard ouvre. Une certaine école de de Francfort semble bien s’égarer dans son retour à la dialectique du maître et de l’esclave. Évitons la reconnaissance vaine, les yeux souverains qui se penchent sur nous, aveuglants.  
52 Positivation et négation : rien à voir avec des pîles.
53 Bref, Deleuze avec Latour, et plus seulement Latour avec Deleuze. « Mais à la diplomatie il faut des diplomates, c’est-à-dire des gens capables – contrairement à ceux qui les envoient – de découvrir enfin ce à quoi tiennent vraiment leurs mandants – au prix de quelques sacrifices qu’ils apprennent à détecter à l’occasion de pourparlers souvent interminables. Exploration délicate, qui doit procéder par des tâtonnements que les accusations de traîtrise ne doivent pas suspendre et qui vont occuper dans cette enquête une place privilégiée. » Latour Bruno,  Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, La Découverte, Paris, 2012, 498 p., p. 29.
54 Tentons juste d’imaginer le nombre énorme de relations différentes qu’il est possible de proposer à partir de cette figure https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d6/Metal_foam_-_big_porosity.jpg 
55 http://fr.wikipedia.org/wiki/Trou_blanc, conformément à ce que je saisis d’astrophysique il s’agit pour nous aussi de déborder les trous noirs en leur opposant des trous blancs.
57 « En effet pour qu’un aspect de la structure sociale soit en mesure d’exercer une influence quelconque sur cette structure, il faut, à tout le moins, que le rapport entre ce système particulier et le système global ne soit pas entièrement négatif. C’est à la condition d’être immanente au groupe que pourra se déployer effectivement la fonction politique. Or celle-ci, dans les sociétés indiennes se trouve exclue du groupe, et même exclusive de lui : c’est donc dans la relation négative entretenue avec le groupe que s’enracine l’impuissance de la fonction politique ; le rejet de celle-ci à l’extérieur de la société est le moyen même de la réduire à l’impuissance. » Clastres Pierre, La société contre l’Etat, Les Editions de Minuit, 1974, 186p., p. 38.
58Pour reprendre une expression de la juriste si lumineuse et si peu aveuglante, quatrième partisane masquée du contre-fascisme : « Maintenir une séparation, sans imposer la fusion et pourtant construire quelque chose comme un ordre, ou un espace ordonné : telle pourrait être la réponse à la complexité juridique. » Delmas-Marty Mireille, Le Pluralisme ordonné, Les Forces imaginantes du droit (III), La Couleur des Idées, Seuil, Paris, 2005, 303 p., p. 26.
60 Pour reprendre une expression de Maria Boutros.
61 Soit l’antithèse de la dette in-finie du citoyen envers l’État concrétisée par les taxes et l’imposition
62 Voyez la roche si pleine de plis, de couches, et pourtant si dure. https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/76/Serpentine-texture.jpg roche plissée
63« Le collectif n’est pas une substance ou une forme antérieure aux êtres individués et qui les contraindrait, pénétrerait en eux ou les conditionnerait : le collectif est la communication qui englobe et résout les disparitions individuelles sous forme d’une présence qu’est synergie es actions, coïncidence des avenirs et des passés sous forme de résonance interne du collectif. » Simondon Gilbert, L’individu et sa genèse physico-biologique, PUF, Paris, 1964, 271p. , p. 248.
64 Pour reprendre un peu rapidement la belle théorisation non-kantienne d’Isabelle Stengers.
65 Donna Haraway parlerait sans doute de cyborg sponsorisé, https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9a/Mutton_bustin.jpg  course de mouton Dodgers
66 « celui-ci et celui-ci et celui-ci et peut-être celui-ci et peut-être celui-ci, etc. ».
67« en ce moment et en ce moment et en ce moment et peut-être en ce moment et peut-être en ce moment, etc. ».
68 « ici et ici et ici et ici et ici et peut-être ici et peut-être ici, etc. ».
69 Combes Muriel, Simondon, Individu et collectivité, PUF, Paris, 1999,128 p., p. 107.« Agir éthiquement, pour un sujet, signifie en effet s’affirmer comme « point singulier d’une infinité ouverte de relations » (IPC, p. 234) construire un champ de résonnance pour d’autres actes, ou prolonger soi-même les actes dans un champ de résonnance construit par d’autres ; c’est procéder à une entreprise de transformation collective, à une production de nouveauté en commun, où chacun se transforme en apportant pour d’autres un potentiel de transformation. Or, c’est la définition de l’individuation collective, qui ouvre à la dimension du transinviduel ». s Muriel, Simondon, Individu et collectivité, PUF, Paris, 1999,128 p., p. 107.« Agir éthiquement, pour un sujet, signifie en effet s’affirmer comme « point singulier d’une infinité ouverte de relations » (IPC, p. 234) construire un champ de résonnance pour d’autres actes, ou prolonger soi-même les actes dans un champ de résonnance construit par d’autres ; c’est procéder à une entreprise de transformation collective, à une production de nouveauté en commun, où chacun se transforme en apportant pour d’autres un potentiel de transformation. Or, c’est la définition de l’individuation collective, qui ouvre à la dimension du transinviduel ».
70 Pour reprendre à bon compte une belle formule : « Philosopher n’est rien d’autre : capturer le chaos dans une forme qui continue à en dire l’intensité et l’infinité, tout en étant elle-même finie. Et si telle est la pensée, « il n’est pas faux de dire que c’est un exercice dangereux » Deleuze Gilles, Guattari Felix, Qu’est-ce que la philosophie ?, Les Éditions de Minuit, Collection Critique, 1991, 206p., p. 44.
71 Est-ce plus qu’un jeu pour convaincre les convaincus ? A moins qu’ils ne pensent que l’horreur et son expression suffisent à changer un humain. L’esthétique du Xxème siècle use et abuse du choc, sans grand succès semble-t-il.
72 Merci à Carolin Stenz pour m’avoir aidé à trouver une formulation que j’espère assez peu maladroite pour heurter nos scrupules
73 Parce que Benoit-Lucien Vaillot est tout à la fois, parce que Maria Boutros est toute contre-.
74« Il faut dire qu’ils n’ont pas eu de chance, ils n’ont jamais goûté à la liberté économique. Pas une fois dans leur courte histoire, ils ne sont parvenus à s’extraire de cette simple question : « Quel tyran préfères-tu ? » Celui de la MAIN INVISIBLE des MARCHES, ou celui de la main visible de l’ETAT ? […] Jamais ils n’ont cru possible d’échapper à toute tyrannie à toute maxi-transcendance. Quelle guerre de religion a, plus que celle-ci, couvert de sang d’abord l’Europe, ensuite la planète entière ? Qui aura le courage de publier les Livres noirs de tous les crimes symétriques ? Les deux camps font comme s’il existait quelque part, au-dessus de nous ou en-dessous, en tout cas ailleurs, un métarépartiteur si puissant, si omniscient, si au-delà de toute organisation, de toute intervention, de toute interférence, de toute humble révision locale d’un script, que l’on pourrait le suivre aveuglément se confier à lui automatiquement. La seule différence est que les uns placent le métarépartiteur avant tous les cours d’action, c’est le cas pour l’État, et les autres après, dans l’horizon du Marché. Or l’idée même d’un métarépartiteur annule entièrement le déploiement du mode d’existence [ORG] – sans parler de la circulation politique [POL]. S’il y a un ailleurs, au-dessus, en dessous, avant ou après un organisme déjà composé, alors il n’y a plus rien à faire. » Latour Bruno,  Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, La Découverte, Paris, 2012, 498 p., p. 467.
75 Interminable lutte, et si le taureau laissait sauf l’humain « presque » à chaque fois : http://www.wat.tv/video/quand-toreador-laisse-vivre-x8v5_2f1g1_.html ; https://www.youtube.com/watch?v=HSWtc01BlqM&list=PLAB1EC2870DA6432E