Changer de vie, « Révolution silencieuse » !

Alors que chacun d’entre nous est appelé à changer de vie, des personnes exemplaires ouvrent la voie. Leurs exemples rendent possible d’expliciter les techniques de transformation de soi qui permettent de réaliser le changement vers la durabilité. La famille dont on suit le parcours dans le film « La Révolution silencieuse » constitue ainsi un modèle à discuter, et peut-être à suivre.

Dès le début du film, le cadre est posé. Depuis plusieurs générations, la famille de Cédric élève des vaches laitières et a constitué un troupeau de qualité. Le père de Cédric lui a légué l’exploitation laitière. Un des fils de Cédric, l’aîné, aurait pu la reprendre à la retraite de son père. Ainsi, le changement n’est pas du tout individuel. Il s’inscrit dans une généalogie de pratiques et d’attachement. Le passé et le futur de cette famille sont bouleversés par cette décision. Comment vendre la vache à laquelle est si attachée l’un des fils? Aux prix de larmes et de courage, en vendant ses vaches, Cédric rompt avec un héritage familial. De plus, il engage son épouse et ses six enfants dans un futur incertain. Quel élan pousse un paysan à prendre un virage si fort, et irréversible?

. Prise de conscience. Il ne supporte plus l’idée de détruire son environnement (local), du fait de ses pratiques agricoles et des savoirs qui lui ont été inculqués lors de sa formation agricole. Il a atteint une prise de conscience importante du problème qui se pose à l’environnement, qu’il travaille et qui le nourrit. Il a donc choisi l’incertitude, plutôt que la certitude de mal agir.

. Expériences sensibles. Dans le même temps, il a eu plusieurs expériences sensibles fortes. Notamment, en goûtant du pain issu de farines produites à partir de semences anciennes et qui ne sont pas vendues par de grands groupes semenciers, il a découvert un goût nouveau et puissant. Cette sensibilisation aux potentiels d’une autre productions ont renforcés par ses liens d’amitié avec un boulanger qui expérimente d’autres farines, biologiques et plus rares.

Cette expérience sensible de son activité est aussi renouvelée à chaque réception de semences anciennes et exotiques: les goûts, couleurs, textures stimulent sa curiosité. Ensuite, observer croître ses semences lui procure un plaisir fort, comme passer sa main dans le champs, ou simplement y travailler avec ses enfants.

Ensuite, à la fin de la première récolte, vient le temps de goûter le pain issu des semences de Cédric: la texture, l’odeur, c’est le travail d’une année qui se goûte et permet d’apprécier le fruit de ses efforts.

Les expériences sensibles sont essentielles pour aimer son travail, d’une part, mais aussi pour expérimenter la richesse et la beauté de l’environnement, d’autre part, et ainsi développer un engagement écologique.

Son épouse est aussi à la source d’un travail de la sensibilité de chacun des membres de la famille: grâce à des instruments de musique zen, des cercles d’énergie, des rituels païens envers la nature, etc. Le rapport à l’environnement de Cédric et de sa famille n’est pas que productif, il est aussi esthétique, sensible, et spirituel, ce qui soutient en pratique la thèse de l’interdépendance de l’humanité et de son environnement.

. Expériences des possibles. Pour réaliser son nouveau projet, Cédric participe a une association de promotion d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement. Il peut y raconter son projet, y gagner conseils, savoir-faire et soutien moral.

Pour prendre des décisions, il s’aide aussi de sagesse populaire, d’almanachs, d’ouvrages. Ainsi, il est ouvert à des possibilités différentes.

. Valeurs. La famille baigne dans un environnement spirituel alternatif, attaché aux forces élémentaires, à la valeur des minéraux. Elle suit aussi des pratiques rituelles païennes. De plus, dans cette famille, l’école se fait à la maison pour l’épanouissement de l’enfant, qui ne se réduit pas à la scolarité. Les enfants participent à la vie de la ferme, imitent leurs parents, passent leur temps dehors. L’anti-conformisme est très présent, dans ce rapport à l’école, souvent critiquée par les deux parents. De plus, il est évident que le profit n’est pas la motivation de cette famille, bien au contraire.

. Compétences. En tant qu’éleveur, Cédric possède déjà un ensemble de compétences en mécanique, en biologie, de gestion et de comptabilité qui l’ont aidées à maintenir une exploitation, même sous une autre forme. Néanmoins, comme il l’exprime lui-même, il lui a fallu désapprendre le savoir « chimique », qu’il a reçu dans sa formation agricole. De nombreux ouvrages semblent le guider avec son épouse, tout comme des discussions associatives, ou avec des amis. De même, les parents semblent accueillir le jugement de leurs enfants avec ouverture. Cédric semble ainsi conscient de ces ignorances, désireux d’apprendre, tout en possédant un ensemble de compétences facilement transférables à sa nouvelle activité.

Ces différents éléments composent un cercle vertueux pour le changement de mode de vie, une révolution à l’échelle d’une famille. Bien sûr, chaque étape du cercle est l’occasion d’épreuves, de petits échecs. Dans le même temps, chaque petit pas est une mise en mouvement vers un changement de mode de vie.

Ainsi, ce film nous apprend beaucoup sur le changement de mode de vie. Il nous offre un exemple incarné d’une vie meilleure. La transformation est possible:

  • par l’ouverture à des informations nouvelles (amis, associations, ouvrages),
  • par l’usage de ressources spirituelles (prières, rituels, cultes, amulettes),
  • par l’expérience de possibilités nouvelles (constitution du projet, discussion du projet, échanges associatifs),
  • par la sensibilité qui favorise l’attachement à son environnement (goût du pain, vie dans les champs, couleurs des semences),
  • par le choix de valeurs qui favorisent l’apprentissage et la remise en cause (ouverture aux critiques des enfants, réflexivité quant aux modes de vie, abandon de la recherche du profit),
  • par un savoir-faire solide, et un partage de connaissances.

Ainsi, ce film nous présente un modèle et une méthode. Non seulement on peut abandonner un mode de vie nocif, mais cela ne constitue pas un sacrifice, plutôt une nouvelle aventure de vie, toute aussi riche et qui offre une cohérence morale.

Enfin, ce film est aussi un magnifique témoignage de l’immersion de toute vie au sein de la planète. La pluie modifie le temps des récoltes, le froid fait cesser le travail, les herbes envahissent le champ, les pesticides du voisin endommagent les pousses… Ce film rend finalement sensibles, mêmes les plus urbains d’entre-nous, à l’immersion de tous au sein d’un système complexe: la Terre.