Fuir l’indignation et le choc / capture paradoxale

Indignez-vous ! Et nous nous sommes indignés, pour combien de retentissants échecs ? Heureuses les racines des pissenlits.

 

 

  • Notre attention est trop précieuse pour s’indigner et pour choquer.

 

Nous crions au loup, quand il ne s’agit pas de ricanements. Au loup ! Nous perdons notre salive à cracher sur les « réactionnaires » et leurs idoles. Nous attisons nos haines des uns envers les autres. Nous dramatisons. Pris dans un cercle vicieux, les crieurs s’épuisent de dégoût les uns les autres, non sans détruire autant qu’ils le peuvent des possibilités de rencontres. Appelons cela capture paradoxale1 : chaque cri de l’un répugne l’autre qui vomit son indignation dans un râle encore plus fort. Chacun éructe et braille en cadence, symétriquement, l’un avec l’autre. Nous créons un devenir commun entre destructeurs progressistes et destructeurs réactionnaires. Chaque tentative de dépassement d’un bord, et la vague reflue plus fort. Dévoiler la voilée, voiler la non-voilée, toujours avec bonne conscience. Politiquement in/correct, nouveaux prêcheurs, ping-pong absurde : pour une fois essayez sans filet.

Blasphème = Haine

Pensée critique = Drame et Impuissance

 

  • Fuir l’indignation

 

Nos grands journaux à petit tirage et nos petits journaux à grand tirage chérissent les polémiques. Et nous relayons les polémiques, culturalistes pavlovisés, religieux hystériques, pris dans un même élan de défoulement et de perte d’attention. Être informés, qu’est-ce si ce n’est ne pas être transformés ? Ne pas progresser ? Être conservés avec un sujet de discussion en plus, une anecdote pour la machine à café. Il ne s’agit pas seulement de fuir les manipulations possibles, mais de cesser de lire, d’écouter, de regarder des incapables. Incapables d’assurer leur propre survie car ils nous prennent pour des bêtes, car ils propagent la fumée sans feu – il n’y a pas de fumier sans feu – et l’odeur du cliché, parce qu’ils sont incapables de survivre sans l’état. faites-vous confiance au chômeur pour trouver un emploi ? Faites-vous confiance à Pôle emploi ? Pour comprendre le Monde, faites-vous confiance à ceux incapables de comprendre de l’Ancien Monde ? Enfin trions dans tout ce bruit.

Votre capacité d’attention, de concentration est limitée. Chaque seconde sous haute tension branchée sur les polémiques médiatiques est une perte irrémédiable. Chaque seconde de débat est une seconde de perdue. Et ne croyez-pas un seul instant que notre opinion possède une valeur quelconque. Notre opinion est peu ou prou la même que celle de tous nos amis Facebook. Par le relai de polémiques, nous cherchons à convaincre des convaincus, à imiter les imitateurs, à devenir-troupeau. Dans nos manifs de bric et de broc, que fait-on sinon beugler ? Les manifestations ont perdu tout sens depuis qu’elles ne sont plus un prélude à la révolution. On ne démontre aucune force en marchant pour TF1 en rangs serrés. Prétendre le contraire c’est dire que l’armée est forte de ses défilés, prétendre le contraire c’est croire dans toutes les processions et toutes les marches funèbres. Les processions antireligieuses et religieuses ont le même résultat : épuisement de nos forces précieuses. Il n’y a que le maréchal, son caporal chef, pour aimer défiler.

Manifester = Se défiler

Polémiquer = Se tirer une balle dans le pied

 

  • Lutter sans choc et sans simulacre

 

Nous avions un poster du Che au plafond mais nous avons confondu le rapport de force et le peplum – de l’infraculture à la sousculture -. Nous croyons célébrer 68, mais nous sommes héritiers cyniques des années 80. Nous sommes tombés dans le catch et l’esbroufe par peur de la lutte. Elle aurait révélé le ridicule de nos idéaux anti-pragmatiques et XIXèmistes2. Nos comédies guerrières nous ont affaiblies, de l’air dans les biceps et les cuissots gras. Nous avons cru que le spectacle du choc, la provocation grotesque, le blasphème gratuit étaient des modes d’action, des moyens de lutter. Nous avons eu foi dans les armes pour pacifier, cru que le djihad guérirait, que la révolution était à louer – 1789 –… : deux siècles et demi de massacres et d’autoritarismes –. Ces fausses luttes font trembler les cordes élastiques de notre ring imaginaire.Le pop art est mort, le détournement avec, restent les bagarres de salon à la Zemmour et Naulleau. Rhéteur de réseau social, procureur de bistrot, Modernes attardés, nous n’avons pas à détruire et brûler les fétiches, ni à nous immoler – combien d’auto-affaiblissement puéril par grève de la faim –. Nos explosions sont nos pollutions, elles se répandent comme une traînée de poudre, jusqu’à l’embrasement final. Les soubresauts et frémissements du jihad, le rabougrissement rigolard du gauchisme partagent l’idéal, revigoré ou fané, artisanal ou sans arme, pour l’Idée et non pour les relations. Du cri d’effraie aux cris d’orfraie, du missel aux supersoniques, nous sentons-nous plus forts ? Plus malins ? Entre la révolution et le coup d’état, peu de place pour la liberté – des Napoléons à Al-Sissi –.

Révolution = Dramatisation des tensions

Simulacre de lutte = Auto-affaiblissement

 

  • Sommes-nous de l’Ancien Monde ou du Monde qui vient ?

 

Si nous voulons lutter aujourd’hui sans passer du catch à la boxe, il faut prendre deux voies qui nous projettent hors du devenir vicieux de la capture paradoxale. Passer du catch à la course à pied : fuir. La fuite est l’une des meilleures façons de préserver notre énergie, notre durée de vie, notre attention des mouches qui bourdonnent autour du fumet fumeux. Fuyons sans complainte, sans cri, sans pavé à propulser, se défaire du dispendieux comme du sable au creux des doigts. Trouver l’ennui, exciter l’imagination. Nous Modernes avons détruits pour créer des standards : couper-coller. Nous qui venons après enrichissons, augmentons la réalité dans un processus de « différenciation créatrice »3 : remix.

Une fois à l’abri des parfums du scandale, la partie la plus délicate pour l’éclosion d’un Monde neuf est celle de l’établissement de bonnes relations avec d’autres. Tout d’abord, en fuyant avec courage les polémiques, nous réduisons d’autant les tensions qui empêchent toute rencontre de bon aloi. Ensuite, c’est avec diplomatie que nous arriverons à un climat moins belliqueux et xénophobe – dans tous les camps –. Développer notre habileté à communiquer avec tous pour découvrir ce à quoi l’autre tien, ce à quoi nous tenons, pour établir une négociation et un compromis partiel. Le diplomate, habile dans les relations, tente de connecter, de tisser dans toutes les langues et avec toutes les valeurs disponibles. Concrètement, plutôt que d’agiter des drapeaux rouges rosis, faisons la tournée des bars, frapper à toutes les portes comme des Jéhovah avec le sourire, échangeons en face-à-face, chatter, passons du temps sur un forum… Mais ne pratiquons pas l’invective qui rajoute du bruit au bruit, le cri dont l’écho sonne faux. Loin des attachements mauvais, l’invention de relations hybrides. Du jeu de rôle et représentation à la tentative de production en commun : du théâtre à l’usine un autre devenir commun : tentative de symbiose pour un autre devenir commun4.

Courage = Fuite

Ouverture = Diplomatie

1« La capture détermine le mode par lequel des individus (biologiques, sociaux, noétiques) entrent dans des rapports variables qui les transforment. L’exemple princeps en est la symbiose qui lie la guêpe et l’orchidée (…) : la série animale (guêpe) « captée » par l’apparence de l’orchidée, assure la fonction d’organe reproducteur pour la série végétale (Mille plateaux, 1980, p. 17). (…) La capture débouche donc sur une théorie du devenir, comme agencement : les termes « agencés » par la capture sont pris dans un mouvement solidaire, qui les fait devenir sans rester les « mêmes » ni devenir un même « autre ». (…) Il y a là une logique de l’agencement comme multiplicité qui prétend fournir une alternative à la logique du même, et spécialement au devenir-autre de la logique hégélienne. (…) Cette capture, Deleuze la met effectivement en pratique en produisant ses œuvres avec Guattari : il ne s’agit plus de « penser » mais de « faire le multiple » (Dialogues, avec Claire Parnet, 1977, p. 23), en écrivant à deux. (…) La création de pensée n’est plus l’acte d’un sujet noétique, mais une pragmatique, un agencement impersonnel (…). » (Anne Sauvagnargues, « Capture », in Le vocabulaire de Gilles Deleuze (sous la dir. Robert Sasso et Arnaud Villani), Les Cahiers de Noesis n°3, Printemps 2003, pp. 48 et 50-51).

http://www.caute.lautre.net/spip.php?article577

2Le XXème siècle commence après 1945 avec l’urbanisation et la découverte de la cybernétique, il se terminera avec le pétrole et la fin des explosions.

3Deleuze Gilles, Différence et répétition, Bibliothèque de philosophie contemporaine, PUF, Paris, 1968, 409 p., p. 274