Contre-ville 4 – La ville déclose

Jean-Luc Nancy est un philosophe délicat à utiliser pour le non-spécialiste. Son style est riche et rusé, son geste philosophique s’inscrit dans le courant de la déconstruction, bien ardu. Pourtant il me semble qu’il faut profiter de ces pensées sur la frontière et sur la ville. Si pour Jean-Luc Nancy la ville s’éloigne peu à peu, c’est parce que ses limites sont décloses, concept implicite de tout l’ouvrage il me semble.

La cité des anges
Jean-Luc Nancy a écrit la ville de Los Angeles dans son ouvrage La ville au loin (2011). A contre-courant des auteurs dits de « l’école de Los Angeles », chercheurs des universités californiennes comme Mike Davis et Ed Soja, Jean-Luc Nancy ne s’attaque pas au postmodernisme, aux drames sociaux et aux enclaves de la cité des anges. Son Los Angeles n’est pas celui de « Blade Runner ». Il tente de réévaluer la définition moderne de la ville et de la polis qui décline, sans passer à un questionnement sur la Postmetropolis (Soja, 2001).
Il s’attaque à l’idée même de site, de centre et donc d’espace public. Pour lui, si les frontières sont à considérer comme décloses – décloses comme l’espacement des bouches ouvertes qui embrassent et qui dialoguent – c’est pour mieux comprendre la ville comme processus mobile : site changeant, acteurs urbains divers et qui sont renouvelés, cultures hybridés… Les catégories d’intra-urbain et l’extra-urbain perdent de leurs pertinences. La ville aussi se délocalise ! Et Los Angeles est la ville par excellence qu’on traverse sans y habiter pleinement, il faut s’y déplacer pour la saisir dans son caractère insaisissable et pléthorique.

« Il faut la voiture, non pas pour circuler à proprement parler, mais pour traverser : pour traverser sans cesse et sans fin un espace non-identifiable, et par conséquent impossible à traverser » (Nancy, 2011, p. 14).

Les espaces de Los Angeles sont il-limités. Los Angeles est sans figure et les palliatifs offerts aux yeux des touristes sont de peu d’effets. Les récits, les mythes urbains ont éclaté, la ville est désœuvrée.

« La carte postale est à l’identité de la ville comme est à la personne sa photo d’identité : inexpressive, sans épaisseur, le contraire d’un portrait, une sorte d’indice ou d’icône au sens informatique, un signe de reconnaissance, mais pas une présence, ni une rencontre » (Nancy, 2011, p. 41).

Une éthique de la déclosion
Qu’est-ce que la ville finalement, pour Jean-Luc Nancy et pour chaque acteur urbain en traversée dans l’urbain ? C’est un espace déclos.

« Toutefois, la ville par elle-même – la cité matérielle, l’urbs, la place forte devenue simplement place, lieu de connexion, de coagulation et de diffraction en même temps – joue un rôle dont aucune culture rurale n’offre l’équivalent ou le substitut. L’essence de la ville se montre très exactement en cela : un échangeur qui n’enveloppe pas ses propres destinations. » (Nancy, 2011, p. 6).

« Il y a deux formes, en revanche, qui se partagent l’horizon tel que se le projette la ville d’aujourd’hui. L’une est la conurbation – le tissu indéfiniment étendu et distendu en réseaux multiples, pour bonnes parts immatériels, communicationnels, virtuels d’une activité qui se décentre au point de ne plus permettre le point de vue intégrateur et la postulation d’identité que la ville portait en elle. La conurbation s’ouvre à nouveau sur la campagne ou à travers elle, elle la remodèle, elle engage d’autres histoires, d’autres modèles, dont nous peinons à discerner les contours possibles. Nous peinons d’autant plus, il faut le dire, que notre regard est brouillé par l’autre forme projetée, elle aussi déjà étalée et tirant la ville en elle pour défaire son tissu et son schème. Elle porte le nom terrible, sarcastique et sonore de bidonville, un nom qui désignera bientôt le mode d’habitat du tiers de l’humanité » (Nancy, 2011, p. 102).

La ville ne se reproduit plus, sans murailles, elle est désormais déclose, production spatiale in-finie. A l’heure où les « banlieues » stagnent dans leur enclavement, aux moments où se forment les bidonvilles aux portes des espaces si riches de nos villes, accepter et travailler à La déclosion comme éthique paraît nécessaire pour joindre entre eux les morceaux épars.

Nancy Jean-Luc, La ville au loin, La Phocide, Paris, 2011
Soja Edward, Postmetropolis, Critical Studies of Cities and Regions, Blackwell, Oxford and Malden, 2001