Comment créer du commun ? brainstorming en ligne à partir de fragments documentaires sur « Occupy Wall Street »

Les 15, 16, 17  juillet à la Villa Gillet ont été organisées des Rencontres Estivales par le Collectif Confluence. J’ai eu la chance à cette occasion d’animer une discussion autour de la proposition de deux documents, une vidéo qui décrit l’ancien campement de « Occupy Wall Street » et un texte de M. Lussault qui traite du mouvement et des implications à en tirer pour repenser le commun.

L’idée était de stimuler notre réflexion concrète sur les règles et les modes de faire nécessaires à la constitution d’un commun pluriel et ouvert à partir du partage d’un espace d’ors et déjà commun, maintenant que nous vivons dans le Monde et sur une planète humanisée. Partant du principe que le commun est à reconstruire et qu’il est nécessaire à la coexistence pacifique et à l’amélioration des conditions de vie socio-politiques, pour le dire vite (voir le manifeste compositioniste de Bruno Latour).

Je ne peux retranscrire ici l’expérience, simplement rejouer la petite simulation initiale. En tout cas notre difficulté à nous confronter à la question d’un point de vue non abstrait et vague était sans doute révélateur d’un manque de réflexion scientifique et citoyen (sauf à traiter d’identité nationale) sur ce qui peut rassembler une pluralité d’acteurs sans hiérarchie a priori. La recherche a longtemps eu pour finalité la déconstruction, le dévoilement, l’évidement des motifs et des modes de rassemblement. Sans nostalgie et sans mysticisme, nous avons tenté de chercher ce qui peut réunir, à partir des documents ci-dessous. Nous avons petitement composé du commun, fait tenir quelques doctorants ensemble, en traitant de la composition de commun.

Organisation du Campement de Zucotti Park

 

  « Le cas d’Occupy, même s’il est particulièrement spectaculaire et plus lourd de signification politique que d’autres, m’intéresse aussi parce qu’il participe d’un phénomène plus général, très caractéristique du Monde : l’importance prise par les groupes d’affinités électives. L’élément clé, comme l’exemple de Zucotti Park m’a permis de le montrer est que cette socialisation se fonde sur la spatialité et sur la mise en avant, pour justifier la constitution et l’adhésion à un collectif d’espaces communs de pratiques. Les affinités électives s’expriment par des usages spatiaux à la fois référentiels à ses propres yeux et à ceux des autres et signes de co-appartenance. L’ensemble social formé par les occupants new-yorkais est indubitablement lié par le partage de rites spatiaux localisés, donc des manières particulières d’investir un espacetemps spécifique.

  Je ne décris pas ici des processus communautaires « à l’ancienne » – l’urbanisation du Monde, l’hyperspatialisation et l’individuation changent la donne. La mondialisation instaure des modes spécifiques d’associations d’individus fondées sur l’adhésion à une culture spatiale particulière. C’est pourquoi je proposerai d’utiliser plutôt le néologisme de communisation, pour m’émanciper un peu de la lignée sémantique de communauté. Il permet de focaliser l’attention sur la puissance de la mise en commun momentanée par et avec l’espace d’un objectif, d’un désir, d’une aspiration, d’une affinité, sans que s’ensuive nécessairement une consolidation communautaire du groupe – dans bien des cas, la communication affinitaire est labile. »

Extrait de Michel Lussault, L’avènement du Monde, Essai sur l’habitation humaine de la Terre, La Couleur des Idées, Seuil, 2013, p. 284

 

Pour vous, comment allons nous créer du commun ?