Dérivée urbaine 1 – S’en sortir

S’en sortir

I

Métro

Je sors de la boîte, l’esprit vague, les yeux flous. La gare se compose, une fois descendu un passage sur pilotis, d’une suite de quais parallèles ou perpendiculaires. Une ligne de tôle grise s’étend sur des longueurs de cinquante mètres chacune. Le crachin de la fin de nuit masque l’apparition du soleil sur les cheminées blanches des usines. Une bouteille est jetée sur les rails rouille, elle se fracasse en éclats. Je marche saccadément, le long de la voie, qui mène à la bouche. Une lumière blanche et glaçante accueille l’écho des pas sur des parois de carreaux blancs et sales. La nuit s’étire jusqu’au fond du long couloir vide. Le quai est illuminé de néons blafards, qui enlaidissent ma face vitreuse. L’horloge annonce douze minutes, six sonnaient sur la ville. Deux portes vertes s’ouvrent simultanément et avec fracas, je pose un pied sur le marchepied, chancèle et me hisse jusqu’à un siège bariolé. Les murs noirs défilent dans la nuit des rails hachés de la voie. Un rideau blanc se lève à chaque arrêt, mes yeux perçoivent des formes lointaines qui montent. La rame rapide reprend son défilé automatique.

II

Témoin anonyme

A présent la foule éparse peuple le serpentin métallique. Un homme monte, puis un autre, et encore. Ils se dirigent d’un pas vigoureux vers moi. Je détourne fugacement les yeux des deux vestes noires, je sens une main posée. On rit. Je me tais, réprimant la larme de mon œil. Plus loin, à quelques mètres, une femme, quarante ans, un  mètre soixante-dix, seins, taille fine, cheveux noirs, yeux noirs. Ils la prennent, la tordent, jettent en tas ses vêtement déchirés. Les bras la saisissent, mécaniques frénétiques avides. Une femme étouffe un cri, tête de cerf, j’ai fermé les yeux.
Je les rouvre, une femme s’est assise en face de moi. Elle sommeille, pâle et laide. Elle porte des chaînes souillées aux poignets, son sexe est velu, le haut du corps est recouvert de latex noir. A ses pieds lape un homme. « Kottbusser Tor ».
On me heurte la jambe. J’étudie le siège qui me fait face : des vers longs et jaunes glissent entre les velours bleus.

Je desserre l’arceau douloureux du casque.

III

Sortie

« Herrmanstrasse, Endbahnhof, bitte alle aussteigen». Descente.

Un ami se trouve là, il me prend quelques minutes dans les ténèbres du petit jour. Un peu plus à la dérive, je dirige mes pas vers le carré de lumière pâle qui baigne les marches grises. Mon regard est trouble quand je me hisse à l’extérieur, sans me retourner, l’air libre.
Le son se déverse dans mon corps. Je regarde les devantures des boutiques qu’on ouvre, mannequins blancs qui fixent, qui glacent, beauté vivante. Las, j’écrase un moustique rouge sur mon bras. Il faudra que je me lave.

Contre-ville 2 – Du flâneur au gps : l’urbain en kit, l’urbain en cartes

Comme me le faisait remarquer Yves Winkin, mon directeur de mémoire, dans les grandes aires urbaines les individus se déplacent de plus en plus à l’aide d’un smartphone avec gps intégré. La miniaturisation des moyens de repérage temporels et sociaux était déjà bien avancée : la montre-bracelet et ses fonctions intégrées dans divers objets permet de mêler les agendas individuels et collectifs, de coupler les rythmes ; les téléphones mobiles de passer outre les distances pour communiquer et relier les individus entre eux ; et désormais le GPS de connecter les individus à des places, et donc souvent des individus entre eux à une même place (il y a des places où se rencontrer, où ne pas se rencontrer, où se rencontrer en fonction des moments, des circonstances et des individus… d’ailleurs c’est sans doute un reproche qu’on peut faire à la sociologie de Goffman de sortir les relations sociales de leur ancrage spatial et temporel).

Serait-ce la fin du mythe du flâneur ? La connaissance de l’urbain passe toujours plus par des moyens impersonnels pour des usages personnels. Dans le même temps la pratique du vélo explose, la marche à pied reprend du poil de la bête, on organise des visites guidées au pas de course… Les pratiques de l’urbain seul ou à plusieurs progressent aussi. Elles peuvent d’ailleurs se coupler aux technologies de géolocalisation. Toutes ces pratiques pose la question de la forme de l’urbain pratiqué, et donc de l’après-ville comme modèle de compréhension de l’espace.

Peu à peu nous sommes passés d’un modèle concentrique, à un modèle tentaculaire pour ne pas dire digital. On pourrait parler d’archipels, ou d’îlots, si les pratiques urbaines se résumaient à faire des sauts de puce entre les stations de métro et leurs alentours (par contre, les défenseurs des réseaux négligent trop souvent « l’effet tunnel » entre deux points reliés entre eux). Bref tout ceci paraît bien informe. Mais les individus eux-mêmes ne sont pas perdus, s’ils se trompent parfois, ils ont une perception assez claire de grands amas d’espaces urbain. Ils se meuvent suivant des repères appropriés, ou bien génériques. L’urbain est lisible pour eux qu’ils usent de Google maps, ou qu’ils le pratiquent au risque de se perdre.

L’urbain reste lisible pour les individus, qu’ils mélangent réalités virtuelles et/ou réalités pratiquées. Jours après jours nous nous emplissons de cartes. Serait-ce une aide pour saisir l’urbain et découvrir finalement l’après-ville ?

« Nous disons couramment que la carte est différente du territoire. Mais qu’est-ce que le territoire ? D’un point de vue purement opératoire, quelqu’un pourvu d’une rétine ou d’une chaîne d’arpenteur a fait des relevés, qui ont été ensuite reportés sur papier. Ce qui est porté sur la carte est donc une représentation de la représentation rétinienne de celui qui a fait la carte ; en reculant ainsi, d’étapes en étapes, nous ne trouverons qu’une régression infinie, une série infinie de cartes. Nous n’y retrouverons pas, n’y retrouverons jamais le territoire lui-même. Car le territoire est une Ding an sich, une chose en soi, sur laquelle il n’y a pas de prise possible. Le processus de représentation le filtrera toujours si bien que le monde mental ne sera qu’une série de cartes de cartes de cartes de cartes, ad infinitum. Ainsi, tous les  » phénomènes  » sont littéralement des  » apparences « . »

 La contre-ville devra être plus qu’une carte.

 

Bateson Gregory, Vers une écologie de l’esprit, Tome II, Seuil, 1980