Contre-ville 5 – Intuition sur l’origine des villes : des chasseurs-cueilleurs urbains ?

Et si les aires urbaines originelles naissaient de la dynamique des mobilités spatiales et sociales pour produire les innovations et le surplus nécessaire à l’établissement en ville – intuition hautement hypothétique – ?

Théorisant l’origine des villes, Edward Soja dans l’ouvrage Postmetropolis (2001) utilise le concept de « synekism » pour exprimer la force centripète qui naît de l’agglomération d’habitants en interaction.

« As an active and motive force in geohistory, synekism involves the formation of a nucleated and hierarchically nested regional network of settlement capable of generating innovation, growth, and societal (as well as individual) development from within its defined territorial domain. » (Soja, 2001, p. 13)

Penser cette force qui naît de l’agglomération comme résultat et facteur d’une mobilité sociale forte, comme le montre Soja à partir d’exemples de villes anciennes (notamment Jericho et Çatal Höyük), peut sembler faire négliger la mobilité spatiale. Il décrit de manière convaincante combien l’habitat urbain a  favorisé l’expansion d’une agriculture importante, sans pour autant constituer l’unique source de surplus et de stockage.

Cependant, il est tout à fait possible d’imaginer un ensemble de nomades – chasseurs-cueilleurs – qui se réunissent périodiquement, par exemple pour constituer un marché ou/et pour rendre un culte, lieu qui  deviendra une aire urbaine par les effets du « synekism» : « the stimulating interdependencies and cultural conventions created by socio-spatial agglomeration – moving closer together – were the key organizing features or motor forces driving virtually everything that followed » (Soja, 2001, p. 46). La force centripète conditionnée par la construction des villes, et la conditionnant, pourrait découler de la mobilité spatiale d’acteurs pluriels, et donc la mobilité spatiale être à l’origine de la ville. La ville émergerait alors de la sédentarisation temporaire de plus en plus durable d’acteurs mobiles – cueilleurs, chasseurs, marchands – et non plus de la sédentarisation de paysans qui s’agglomèrent. Ainsi le surplus et son stockage résulteraient-ils du mouvement et du rassemblement de chasseurs-cueilleurs dans des lieux qui permettaient originellement la mobilité spatiale ou/et social – relais, oasis, marchés, lieux de culte –. De ces mobilités découlerait un modèle mobile de l’aire urbaine originelle, et non plus un modèle sédentaire, centralisant et concentrique tel que le défend Ed Soja.

« Agglomeration and synekism thus operate at several different levels and also extends their effects in at least three different directions : from the center to its immediate hinterland (an intra-urban effect), from each center to other centers of relatively similar size (inter-urban linkages), and between the many different-sized settlements in the regional network ( a hierarchical effect that most often but not always filters from the larger centers to the smaller). Furthermore, agglomeration is not exclusively a process of attraction, a movement inward to a center. It also works the other way, as a force of decentralization and diffusion. » (Soja, 2001, p. 17)

Ensuite les murailles et l’agriculture auraient pu se développer, mais il est tout à fait possible théoriquement de penser la collecte et le surplus par l’échange et sans stockage important, et donc sans point fixe unique et originel. De cette façon, la ville en construction pourrait voir son centre changer de sites selon les mobilités des acteurs et leurs polarisations, la proximité au cœur du phénomène de « synekism » peut tout à fait se penser dans la mobilité, et peut-être même d’autant plus, entre contiguïté et connexité. Coexistant avec d’autres modèles sans doute, la liquidité de cette construction urbaine la rendrait plus difficile à saisir pour l’archéologue attaché aux plans des bâtiments et à tous les objets solides. Plutôt qu’une séparation en deux directions à partir d’un modèle initial commun, il faut peut-être penser deux dynamiques et deux modèles de ville en développement conjoint :

« From the onset of urbanization more than 10,000 years ago, the formation of cityspaces may have taken two different paths, one more densely agglomerated, designed with permanence and continuity in mind, and invested with monumental forms that help to centralize the urban polity, economy, and culture ; the other more dispersed, agglomerated around multiple nodes, and open enough to permit residential resettlement in new areas rather than continuous rebuilding at the same sites – Lewis Mumford noticed this bifurcation in The City in History (1961) and tried to associate it with totalitarian (the enclosed or fortressed city) versus more democratic forms (The Open City model be called it, more regional and village-like). » (Soja, 2001, p. 54)

Dans cette réflexion trop intuitive que je propose, la ville est pensée comme initialement liquide : les villes originelles pourraient alors résulter de la cristallisation des mobilités. L’urbanité comprise comme résultat de la mobilité sociale précéderait la ville. Les aires urbaines contemporaines sont sans doute toujours marquées par ces deux figures opposées et intriquées qui recouvrent des formes diverses, entre ville concentrique et mobilités.

Soja Edward, Postmetropolis, Critical Studies of Cities and Regions, Blackwell, Oxford and Malden, 2001