Deux écritures pour un sens commun

Pour les Assises Internationales du Roman organisées par la Villa Gillet, j’ai eu la chance de rencontrer le très généreux Antonin Potoski au cours d’un « atelier d’écritures partagées » mené par Michel Lussault. A travers le texte ci-dessous en voici un ersatz personnel et fleuri, qui questionne l’intérêt de la littérature fictionnelle pour les sciences sociales, et les écritures qui en découlent, avec pour question trop ambitieuse : comment écrire le monde ?

Potoski

à propos des Cités en abîme, Antonin Potoski (University of Distance)

Chaque écriture est réalisation d’un monde. Si l’on part du principe que les scientifiques étudient la réalité du monde pour la traduire en des textes, par l’acte d’écrire, pourquoi sous leurs plumes le monde parait-il terne et vide ? Selon quel geste les romanciers parviennent-ils à écrire des mondes qui paraissent plus réels ? Pourquoi leur écriture fait-elle sens ? Le monde de Potoski est fleuri, varié et déroutant. Tumultueux son monde transcrit un exode. Il met le monde en branle par ses mobilités et son écriture narre la fuite et au travers le mouvement du monde. Au contraire, au scientifique le monde est un défi. Il se confronte – réflexif –  à l’infini du sens et à l’insensé du monde pour lui conférer bornes, ordre, structure. Le romancier in vivo jubile de l’excès, du débordant, le scientifique attaque, met en boite, in vitro, encage. Potoski nous fait vivre dans tous les sens l’expérience d’un monde qui donne le tournis. Le scientifique surplombant décortique, analyse, réduit, rapetisse, refroidit et finalement affadi. Le scientifique obéit à une écriture de la clarté. Le romancier saisit l’éclat, le fragment, le moment incompréhensible et beau. Son geste est l’écriture d’un plurivers partageable. Le scientifique clôture le monde par l’écriture, tout en discipline, en théorie rigide et en chapelle. Le romancier intemporel écrit pour toujours, en prise avec le temps et l’espace. Le scientifique progressiste trace par ses lettres et ses mots, l’atemporel, l’aspatial, dans une éthique et une esthétique aseptisées qui rappellent trop le lisse, le verre et le plastique. Potoski chante les mots et rapporte à nous les chœurs humains. Le scientifique scinde, disjoint et découpe les discours et les représentations dans son incapacité à dire le commun de la pluralité. Évider l’écriture de l’émotion et des processus affectifs, de l’expérience vécue, voilà entre autres ce qui semble donner à certains écrits scientifiques un lecteur incrédule. Les mondes de Potoski apparaissent fantasmagoriques, mais ils sont généreux, généraux et non-génériques.

L’acte d’écrire relève d’une éthique. Certains écrivent pour écrire, d’autres pour publier. Certains ont la liberté du créateur, d’autres la contraintes de l’évaluateur. Certains enchantent par la forme, d’autres par le contenu. Cependant les deux écritures n’ont de limite que l’imaginaire. Leur laboratoire est un monde vécu, à déclore, par tous les moyens d’écriture. Qui invente les mots ? Qui crée les néologismes les plus scabreux ? Qui met le monde en récit ? La créativité n’est pas nécessairement dans le camp que l’on croit. La réflexion sur l’acte d’écrire de même. La dérive in-finie de l’écriture du monde appelle au partage. Le pianotage et la caresse de la bille doivent à la fois prendre le monde en chasse et le projeter plus loin, dans un ailleurs qui joint les élans et les forces, par-delà le romancier et le scientifique, oser l’intellectuel au risque du grandiloquent. Que craindre du baroque ? La littérature fabuleuse est modélisation, simulation, expérimentation, exploration de toutes les virtualités : que suive la science dans la quête de saisie d’un monde déclos. Terminer les nihilistes et autres faux-modestes, place aux relativistes qui tentent d’embrasser toutes les voix et qui portent la leur à la chorale mondiale, médiée par l’écriture.

Fantasmatique, utopique, ludique que la littérature déflore le réel et la science avec. La littérature peut devenir adjuvant ivre de la science, outil de libération et d’explosion, canalisé ailleurs par la science, avec le souci de l’exactitude, de l’argument et de la description rationnelle. Les sciences sociales sans laboratoire pour l’expérience et la reproductibilité ne peuvent expérimenter qu’en fiction et observer-participer à un monde à la célérité extravagante. Protéiforme, la littérature peut devenir bouffon expérimental et coursier de luxe d’un monde qui va. La physique a les laboratoires et les mathématiques, pourquoi les sciences sociales et l’écriture scientifique ne jouiraient-elles pas de philosophie et d’écriture littéraire ? L’écriture scientifique et les sciences dans leurs explications rigoureuses du réel prendraient alors au rythme des défis expérimentaux des belles lettres – éclats de réalité et figures nouvelles –, la forme d’une fuite créatrice vers un réel commun pour l’action.