Au Caire, il n’y a pas d’espace public sans privatisation de l’espace.

La ville est un espace de co-visibilité. Et le Caire, « La Victorieuse », avec sa haute densité et sa vingtaine de millions de paires d’yeux en constitue un exemple parfait.

Résultat de recherche d'images pour "sexual harassment cairo"

Chaque jour, des millions de femmes exposent leurs corps plus ou moins involontairement, à ces yeux. Elles usent de tactiques diverses pour pallier à cette inévitable « impudeur », puisque leur corps est perçu comme tel par l’écrasante majorité des Cairotes. Aux inévitables voilages de toutes longueurs, et de toutes couleurs, qu’on trouve dans les rues cairotes, s’ajoute aussi une question épineuse: celle de la longueur des manches. Certes, on peut parfois enlever le voile, pour montrer son désaccord avec les islamistes, ou bien, pour trouver plus facilement un époux. Ainsi, dans certaines circonstances de vie, ou bien par conviction, dénuder les épaules ou montrer les cheveux constitue désormais une lutte contre des centaines de regards. Cette lutte se mène dans un premier temps contre la famille, qui censure certaines tenues, et ensuite contre les mauvais regards et les yeux salissants de nombreux jeunes hommes. Connaissez-vous ces regards? Les yeux sont visqueux et lourds, portés par des visages comme assoiffés. Ils s’agrippent aux formes des femmes, jamais assez masqués. Ces regards durent quelques secondes, ils durent des heures. Heureusement, le fatras du Caire, la circulation et d’autres occupations les détourneront ailleurs.

Ainsi, pour les femmes en particulier, mais cela vaut aussi pour les enfants pour qui la circulation automobile est un danger permanent, l’espace public n’est pas accueillant. L’espace de la rue n’est pas le lieu de la neutralisation des yeux et de leurs jugements. Le puritanisme musulman atteint ces temps-ci un tel niveau que même à l’abri des regards des hommes, derrière des hauts-murs, des femmes nombreuses et aisées préfèrent se baigner en habits complets. Les petits garçons de plus de 6 ans qui y sont interdits – voir le club attenant au Carrefour de Orbour City. Les espaces publics ont ainsi été colonisés par un art du regard tout islamique, voire tout saoudien, sapant ainsi la neutralité de l’espace.

Par ailleurs, ces voilages portent à une autre conséquence: pour les femmes musulmanes, chrétiennes (entre 5 et 15 millions d’Égyptiens chrétiens selon les chiffres) ou athées qui n’en veulent pas. Car le voile n’est plus depuis longtemps le couvre-chef de la paysanne, de la fellaha de Haute-Egypte. L’islamisation de l’espace et des consciences lui confère un caractère religieux. La construction de mosquées gigantesques participent de cette lutte pour la visibilité. Elles brillent de néons verts, une fois la nuit venue. Ainsi, les femmes en cheveux prennent un tour scandaleux, qui redouble les dragues et les insultes des jeunes hommes. S’en est à un point que la plupart des cafés traditionnels sont de fait interdits aux femmes.

Résultat de recherche d'images pour "ahwa baladi cairo"

La voiture privée constitue alors un lieu de refuge, pour traverser l’espace, pour celles qui peuvent y accéder. Quel scandale que le corps de ces femmes! Enfin, ne pas porter le voile tend aussi à créer une distinction visuelle entre femmes musulmanes – la plupart voilées – et non-musulmanes et chrétiennes. Ainsi, en s’islamisant, ce sont les différences religieuses qui deviennent criantes entre toutes les habitantes.

 Outre cette absence de neutralité, la pacification même de l’espace est lourde et rend visible les dispositifs de sécurité. Par exemple, l’aéroport du Caire est fermé aux non-voyageurs et à ceux qui ne sont pas employés ou chauffeurs de taxi. Si les femmes traversent au plus vite les lieux de passage, certains lieux de passage rendent impossible le stationnement. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, pour illustrer le coût du dispositif de protection des circulations, au prix du caractère ouvert de l’espace. Cette fermeture de l’espace et cette maîtrise des circulations est aussi très présente dans les nouveaux centres commerciaux, les malls, qui s’ouvrent au cœur et à la périphérie de la ville du Caire. Outre le caractère fermé, et hors de prix pour la majorité des Cairotes, ces commerces ont une particularité qu’on pourrait dire culturelle. Inspirés des modèles américains, ou américains revisités par le Golfe (voir le quartier Cheikh Zayed). A proximité des écoles internationales anglophones et de l’Université américaine du Caire, ils exposent leurs publicités et leurs marchandises dans un mélange de langues arabe et anglaise. Sachant qu’une vingtaine de pour cent des Égyptiens est analphabète, et que le niveau des écoles publiques est en chute libre, qui pourra bien lire ces pancartes? Et pourquoi en anglais? Par cet usage, l’espace du commerce nouveau s’affiche réservé à une minorité privilégiée: les quelques pour cent de Cairotes qui accèdent à un niveau de consommation très élevé – même selon des standards européens -, et qui ont reçu une éducation dans des écoles internationales anglophones ou francophones, souvent chrétiennes par ailleurs.
Résultat de recherche d'images pour "nile city center mall"
nilecitytowers.com
On pourrait méjuger ces espaces réservés à une élite globalisée. Mais attention, ces espaces sont les vrais espaces publics du Caire. Malls et clubs sont les espaces qui ressemblent à nos espaces publics européens: les femmes y sont moins harcelées, les couples y circulent plus librement (s’embrasser dans la rue est interdit par la loi), les regards sont moins insistants. Ainsi, le filtrage des incivilités passe, au Caire, par un filtrage des pauvres et de ceux qui n’ont pas reçu une éducation privée. Il semble là-bas, qu’il s’agisse du seul moyen d’assurer la pacification de l’espace de circulation, au prix de quelques portiques de sécurité, de gardes et d’un petit personnel aux petits soins.
Il y a certes un autre lieu où hommes et femmes se retrouvent, certes pas sans pression, mais avec une liberté impensable pour les autres Cairotes. Ces espaces sont ceux des cours d’églises. Elles constituent à la fois des lieux de sociabilité, de service sociaux et éducatifs, mais aussi pour certaines, des centres de villégiatures et de loisirs. Les hauts-murs qui les entourent, filtrent encore l’espace et le réserve aux chrétiens, ou à des musulmans vraisemblablement bien intentionnés. Il faut se souvenir des crimes récurrents perpétrés contre les chrétiens.
Ainsi, ce rapide aperçu nous apprend que l’espace public idéalisé en Europe, n’existe au Caire que dans des lieux fermés, commerciaux ou chrétiens; une victoire paradoxale de l’islamisation contemporaine des yeux et des mœurs. Ce qu’il faut conclure, avec optimisme, c’est que le regard a pu se transformer en très peu de temps, une à deux générations au Caire, et donc qu’il est sans doute assez malléable pour se re-transformer aussi vite.

Article « Fluctuations urbaines : de la nuit récréative de Villeurbanne vers la « contre-ville » »

La nuit récréative étudiée dans la commune de Villeurbanne permet de recenser la richesse des mobilités, des lieux de rassemblements, des acteurs et des objets de l’espace urbain. A partir des espaces actifs révélés par des cartes mentales des parcours et des lieux de récréation nocturne, une autre manière de concevoir l’espace urbain devient explicite : fluctuant, polarisé, rythmé et peuplé densément et diversement d’humains et de non-humains. Peu à peu, dans la nuit et hors la nuit, se laisse figurer un espace-temps urbain composite, une « contre-ville ».

http://www.revue-circe.uvsq.fr/spip.php?article59

 

Contre-ville 1 – Du regard surplombant sur l’urbain à celui de l’individu

Comment tenter en apprenti chercheur de percevoir l’urbain un peu mieux, et vivant ? Décrire le générique, cela a été bien fait. Comment avancer, un peu plus ?

L’urbain serait-il sans figure ?

Lire les dénonciations nombreuses des troubles de l’espace urbain permet à un autre niveau de poser la question de la perception de cet urbain. Dans une logique progressiste classique, le regard surplombant – sens privilégié du cartographe – est contraint d’être au plus haut pour percevoir la verticalité, et l’étendue fabuleuse de l’urbain. Le regard d’en haut réduit les formes de vie, les forces et les conflits, à des flux et des points, au générique, à des processus sans qualités. Les représentations et modélisations qui en découlent sont vidées des corps. Le réseau a trait à cette manière de voir. Que dire des représentations spatiales du type GPS ou Google Maps ? Points de vue certes non-fixes, pris pour omniscients, mais vitreux et vides de sens. Et comment prendre en compte des temporalités urbaines avec ces modes d’appréhension ?

Les représentations de l’urbain sont partout. Mais qui parvient à le lire dans sa réalité et pas seulement dans sa matérialité, d’en haut ? La mise à plat, par les panoramas horizontaux diffèrent-ils vraiment des paysages verticaux ? Les points figés des photographies aériennes sont-ils distincts ? Découper l’urbain en tranches, en mosaïques, n’aide pas plus à percevoir l’urbain dans son ensemble tentaculaire mais vécu. Les passages par les théories postmodernes les plus excessives, et les plus inventives n’ont pas gommé les points de vue horizontaux et verticaux, et les regards fragmentés.

« Depuis le 110ème étage du World Trade Center, voir Manhattan. Sous la brume brassée par les vents, l’île urbaine, mer au milieu de la mer, lève les gratte-ciels de Wall Street, se creuse à Greenwich, dresse de nouveau les crêtes de Midtown, s’apaise à Central Park et moutonne enfin au-delà de Harlem. Houle de verticales. L’agitation en est arrêtée, un moment, par la vision. La masse gigantesque s’immobilise sous les yeux. »  (De Certeau, 1990, p. 139)

Changer de sens sur l’urbain

Revenir à Kevin Lynch, et à son ouvrage L’image de la cité (1976), permet de questionner le regard du passant, et de le suivre. Au-delà des réseaux, il y a le corps en mouvement de l’individu, à vélo, en marche, à skate, etc. Tous les sens sont mobilisés. Et le regard porte vers l’horizon de l’espace à venir. Le passant semble découper l’espace en aires, parfois par itinéraire et comme tout droit, parfois de manière panoramique, mais toujours à partir de soi. Le soi est un point de vue unique mais qui varie, selon que l’on soit au sommet d’une colline ou au cœur d’une rue, heureux ou peureux.  Le centre de l’urbain c’est soi. La synthèse est propre, mais appuyée sur la réalité urbaine, proche et en opposition, comme un reflet, contre. Les modélisations ne gomment pas les corps des individus, ni leur subjectivité. Elles les font disparaître pour un temps, et ils reviennent débordant pour briser toutes les glaces. Suivons les.

Qui est perdu dans l’urbain ? Il faut compter avec les Ombres errantes.

De Certeau Michel, L’invention du quotidien : 1. Arts de faire, Folio, Paris, 1990

Lynch Kevin, L’image de la cité, Dunod,Paris, 1976