Utopie : U, le futur à présent

Ci-dessous vous trouverez un futur vieux de deux ans. Bien des lectures ont depuis façonné des pensées fluctuantes, cependant, l’utopie « U » est une proposition qui séduira et stimulera je l’espère, l’amateur de littérateur et le fervent politique en mal de futur.

U

 

U, le futur à présent

Au commencement la nuit

Au commencement, il y avait la peur, l’agressivité sauvage et les dieux. Sublimes paysages de déserts à bestiaux, territoires à mortelles chasses, tempêtes qui malmènent l’être collectif indompté, tribus, tatouages qui gravitent dansants autour du totem en transe dans la confondante uniformité de l’ancêtre mythique. Le réel organisé n’était guère plus qu’un ensemble de mystifications divines, nature animée, croyances, une quête du sens de la domination perpétuelle.

Aujourd’hui sans dieu, il y a l’angoisse et l’absurde, le rire, trompe-la-mort.

Je danse sur vos tombes.

France amorphe et terrible

. France n’était finalement plus ce puant marécage sordide où s’agglutinent des touristes qui flashent. L’état génocidaire agonisait de langage sale, de classifications conformes, distinctions absurdes et discriminations, infamie enfin. La séduction de la suante parole était défaite comme ceux qui de pouvoir en usaient, dans leur richesse, leur puissance oligarchique, et les villes surpeuplées désertiques.

Partout les images graveleuses cédaient place aux messages raffinés et raisonnables, la république des lettres, vaste ambition qui rayonnerait sur le cosmos entier, fondant définitivement le règne de l’homme sur sa nature, partant tout juste d’un graffiti, d’un bout de mur, en lutte contre l’indicible. L’écrit c’est la loi, la raison en mots, la fin de l’humain en tant qu’humain arrachant objectivement la maîtrise de soi, le sujet magnifique communiquant dans l’espace public à ceux qui lisent en lui un miroir humain.

. France aux morts génies trop célébrés sortira d’une torpeur maladive écrasant les artistes amorphes.
Chaque être humain naît enfant, chaque être humain naît créateur. La société du conformisme prît fin à l’éveil des aspirations artistiques fondamentales des sujets réalisant, dans l’exigence et la critique permanente, le travail acharné, pour enfin parvenir à l’œuvre, reléguer le génie aux geôles romantiques.

. France comme Europe a cru périr de faillir, du trop plein d’âge, de la langueur de vivre, ou du repos mérité.

Révolu le temps de la trop grande jeunesse, d’insolence et de d’innocence béate, l’être de raison n’a d’âge pour choisir son plaisir. Plus jeune, plus vieux, il n’est qu’adolescent raisonnable.

. France a maintenu dépressive une vaine jeunesse, irresponsabilité et démence laborieuse.

Par le sursaut critique et créatif, le professeur enseignera les enfants déraisonnables. Chéri comme maître de liberté, son rôle sera nécessité et honneur, il offrira raison et singularité à chaque enfant, gamins rassemblés en ensembles lâches de sauvages cherchant leurs voix.

. France finissante était bouffie du vulgaire luxe, vidée de raffinement, grossie d’argent qui dort, d’héritages injustes et de milieux clos, mourante de reproduction.

Abolition de l’avant-dernier privilège, l’héritage reviendra nécessairement à l’état, au collectif, et non à l’injuste né. Car le mort inexistant n’a pas de volonté.

. France et Europe illusionnées ont pris en chasse l’étranger pour ne pas subir le souffle angoissant de la fin proche.

Les droits du sol et du sang enfin désossés par l’abolition du dernier privilège, la nationalité. Pour le droit à l’existence en mouvement, plus qu’une photographie, un lieu de naissance, une rétine et un patronyme de plastique choisis par un état sourd.

. France a laissé la tête à ses porcs policiers, préfets au règne violent, ennemis mortels du sujet.

Par la fin du régime policier, par la fin de l’espionnage généralisé, par la fin du mépris de l’expression du peuple, les murs bariolés, les chants des slogans s’embraseront dans le chaos créatif des débats politiques.

. France se rêve rurale, réactionnaire et aphone. Ses forêts, ses villages typiques et son folklore sont autant d’obstacles à la réalisation du sujet, à l’expression politique, à la raison.

L’accroissement démentiel de villes réalisera les idéaux démocratique d’information publique totale, d’expression, d’échanges et de rencontres hasardeuses, nécessité du politique et du développement humain.

. France chérie le désir d’enfant, l’égo narcissique qui met bas.

Les chaleureuses entrailles qui enfanteront seront mécaniques, chair synthétique, utérus artificiel, ventre grossi, oxygène en bouteille et hélium. Ton sexe, ta couleur, tes gènes seront fruits d’un hasard qui mettra fin à l’arbitraire social. Beau convient aux ?uvres idéales. Mécontent, déconfit, intempestivement tu changeras, homme, femme, hermaphrodite, les ?uvres du chirurgien démiurge feront enfin de tes identités, tes apparences.

. France par son état lupin a bafoué le sujet et ses attributs naturels en assurant à d’autres les barbelés de la richesse éternelle.

Le dix-septième droit, la propriété privée, sera assuré pour tous contre tous, car c’est la nature des choses pour la pomme d’être dévorée et pour le consommateur de la posséder pour soi. Il faut lutter contre l’illusion du don aliénant et encourager plutôt la solidarité réelle, le contrat marchand, ainsi démultipliant foisonnantes les relations entre sujets, utilitaristes pour l’égoïste plaisir.

. France éructait de frustrations, de fidélité et de mariages avortées, du monothéisme dégoulinant, des relents de paresse et d’empâtement télévisuel.

Il est fini le temps de l’abstinence et de la souffrance contenue, la discipline des corps ne peut que le plaisir, de la chair et de la sueur.

. France a aimé le vulgaire et l’ignoble passé glorieux.

Cet héritage magnifique sclérosant sera renversé en puits d’inspiration sans fonds, quand l’état réduit au plus simple appareil bureaucratique délaissera patrimoine et grivoiseries, à présent mené collégialement au futur par les citoyens tirés au sort.

.France a vendu et soufflé le bonheur apathique et fade. A la servitude furent réduits les volontaires consommateurs, créatures bureaucratiques,.

Cet élitisme, incurie d’instituteur, a mené au débile. Il est temps de proclamer l’abolition du bonheur, et par la même l’état ultra-minimal.

A l’aube, U

U se lève dans le vrombissement musical de la bille qui métalliquement tressaute dans la boîte à couleur. Il trace les lignes de peinture noire sur le mur blanc de son contrat. Il écrit son nom, en fin, dans un dernier souffle craché sombre. Des années élevé dans l’internat, U majeur volontaire est sorti affronté le monde libre. U poursuit sa marche libératrice. U est l’égal des autres non-enfants: U vote, U parle, U crée et écrit.

Sorti de l’éther d’un cocon de métal, tissus de chairs synthétiques, U n’a encore pas de nom quand chantonnent les voix autour du berceau. Il n’est qu’une boule vivante difforme et aphone qui pue. Sélectionnée hasardeuse par la machine actualisée des référencements multibillionaires des gènes du genre humain, sans parent autre que tous, sans traître famille à hériter. Il est non-humain en devenir, avortement ajourné par le choix collectif, bétail parlementaire.

Pourtant la voix des professeurs l’éduquent déjà pour constituer un être de culture. Les premiers ans sont l’apprentissage du corps, de la langue. Être vierge scatologique, il n’est que plaisir égoïste et servile, auquel le sevrage est disciplinairement prodigué. Au berceau, les professeurs dans des ballets de caresses étouffants lui découvrent le corps sien, les couleurs et les formes primaires, les autres, jusqu’à l’étonnante et cruelle confrontation avec le miroir et soi-même.

U s’éveille à l’espace de sa survie éducative, gigantesque complexe de formes et de teintes diverses, laissé libre souvent à l’expression des enfants-pensionnaires, à leurs jeux, aux graffitis insondables et à leurs courses guerrières. Les immeubles triangulaires, aux grandes verrières comme des ailes qui laissent le soleil chauffer les peaux s’étendent sur des centaines de mètres d’acier, de béton, de bois, de plastiques nobles, d’?uvres d’art, sans barrière, sans gardien, sans limite. Les verdoyants jardins réguliers sont autant de terrains de jeux pour enfants créateurs qui s’ébattent dans leur frêle cage d’or. Automates à autonomie douteuse, ils sont les sujets de leurs servants-professeurs enseignant sans cesse et les mots et les sens. Élèves-troupeaux, ils goutent avides les plaisirs de la rhétorique et les joies de l’écriture argumentée, de l’expérience scientifique et du sport. Ils domptent un corps croissant à la physionomie disharmonieuse par les courses effrénées, les danses répétées autours des paniers-totems, les plongeons dans l’eau ou dans le vide. Gambas en cage, ils vident leurs corps des désirs peu à peu maîtrisés. Ils apprennent à la leçon l’art des mots raisonnant, dans un labeur choisi, ils étrennent dans le plaisir, oreilles sourdes, yeux aveugles, et bouches cois.

U citoyen en temps voulu s’est arraché à l’école comme tous les autres. Il s’est jeté dans l’espace public et le labeur. Si raisonnable dans l’allégresse il débat, si éreinté il fabrique des androïdes, s’il joue, s’il peint les murs bariolés des villes, s’il courre le monde, qu’il chante la nature, lisant, ou sexuel s’il jouit, quand coulent les larmes, s’il travaille sans repos, c’est à rire la mort et à devenir libre humain. U poursuit l’étude des monceaux de savoir, persévérant à sa tâche, comme chaque citoyen dans la pesanteur répétée et joyeuse du vivant. De son activité fructueuse il tire son logis, ses vêtements, ses œuvres.

Ici, les villes s’organisent verticalement. La lutte contre les pollutions, la faible valeur des biens des vieux propriétaires morts, la foi joyeuse en l’enchevêtrement des corps animent les cités. Au cœur siège fondamental le forum. U habite dans un bloc rectangulaire percé de fenêtres jumelles. Le bâtiment d’une hauteur de cent mètres, et d’une largeur équivalente, est empilement de barres parallèles ou perpendiculaires rongées par le lierre, portées par quatre longs prismes droits accueillant, au centre, le vide lumineux. U-mélancolique revêt une parka translucide sur une chemise à la blancheur fluide et un costume au bleu royal. Il chausse des baskets d’argent. La tâche quotidienne consiste à vendre et donner ses pages aux autres. Ses myriades de livres attendent enfouis dans des cavités de roche, les niches des murs creusés, présentés dans les étagères-caisses empilées en spirales, pyramides billionaires de mots noirs sur blanc, et de boîtes à peindre. Le couloir unique est ailleurs clairsemé d’escaliers-étagères ou lits et d’une géante plante de plastique vert. Des fauteuils lacérés d’une marque laissent à voir des tripes de mousse, ils encadrent un piano à cocktails. En face, il y a le mur où farandolent en binôme à fils suspendus des fers électriques vapeur à réservoir intégré, entre les sculptures d’animaux posées et les toiles fluorescentes disparates qui étonnent le bel humain dans la sueur alangui d’après l’orgasme. On sort par la traversée d’une gigantesque voûte arquée, striée rouge du sol au plafond. Un ?il noir semble indiquer la porte.

Souvent il dévale les pentes et file à toute vitesse des cartographies neuves de la ville, juché sur les roulettes de sa planche, hâtant sa course au forum dans les cabrioles. U y trouve volontaire d’autres citoyens éduqués pour communiquer, vociférer et trancher raisonnable son devenir. Le groupe se soucie peu du contrôle des corps. Ils gravitent hasardeusement dans le chaos créatif, énergies individuelles en mouvement qui frottent, ions et électrons. Plutôt, il s’agit de fixer les frontières des libertés potentielles assurées par l’état-parlement ultraminimal. Bonheur, vertu et honneur sont folies sérieuses laissées à l’autodétermination des citoyens-philosophes rieurs.

Un jour, U par la bonne fortune tiré au sort sera s’il l’accepte, président, parlementaire, magistrat, ou policier. Il ne sera élu ou choisi, car il n’y a ni élection, ni sélection oligarchique ici. Tous réalisent la conquête du savoir et de la discipline nécessaires au développement de la raison cultivée. Sortis des déterminismes, de l’héritage et des creusets inégalitaires, ils gouvernent en sujets autonomes. Patrimoine et reconnaissance ne pèsent pas sur ces êtres comme en apesanteur, coureurs de musée trop conscients de leur singulière finitude, emplis d’exigence monstrueuse par l’étude critique de l’histoire universelle.

Comme chaque jour neuf, U débute par le contrat circadien. Le contrat fonde le fabuleux collectif. Le tiré au sort parle: « En ce jour et en droit, les citoyens adoptent et proclament la continuité de leur communauté, les principes auxquels tous adhèrent par l’intégrale non-contestation, en raison et en valeur.

. Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur le choix singulier. Ainsi, par l’état, nul humain n’aura son nom fiché, celui ci est non-fixé. Nul humain n’aura d’identité publique autre que visuelle, sensuelle, œuvre, maquillage, chair et os.

. La visée de la présente association politique est la conservation des droits imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté. S’impose la propriété singulière par la pomme singulièrement cueillie, par le corps macroscopique laborieux un et indivisible. L‘expansion symbolique et fictive du corps du sujet sur ses objets doit être protégée dans le réel par l’ inviolable et sacrée propriété privée. Le travaillant sera riche et assuré de sa richesse, et le paressant sera pauvre, recevant l’aide ou non d’associations non-coercitives d’humains.

. Le principe de toute souveraineté légitime réside par essence dans un parlement unanimiste. Nul corps, nul citoyen ne peut exercer d’autorité violente qui n’en émane expressément. Le parlement ne peut en dehors de l’unanimité prendre aucune décision, car un sujet humain ne peut prendre une décision qui viole ou entrave la liberté d’un autre.

. La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi l’exercice de la liberté de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société, la jouissance de ces mêmes libertés s’ils en décident ainsi. Ces bornes ultra-minimales ne peuvent être déterminées que par la présente loi, car la liberté est le fruit offert par l’un à l’autre, le grain juteux qui sépare son corps animé du règne bestial mis en chaînes par les mots enchantés.

. Tout ce qui n’est pas défendu par la loi ne peut être empêché. Si le crachat et l’injure sortent de ta bouche, alors il n’est rien du regard parlementaire. Si le fouet est ton plaisir, alors là rien d’interdit, possible encore, le gage érotique de l’habit voilant ta face.

. La loi dans son unanimité est l’expression de la volonté de chacun. Tous les citoyens ont droit de participer en qualité de sujets humains à sa création littéraire. Égale pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les citoyens sont égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon le tirage du loto quotidien, et sans autre qualité que le volontariat. Les professeurs, les policiers, sont tirés au sort parmi les volontaires.

. Nul homme ne peut être accusé, arrêté et puni aux travaux forcés que dans les cas déterminés par la loi, et selon les formes qu’elle a prescrites. Tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la loi doit obéir à l’instant : il se rend responsable par la résistance. On ne désobéit ni à son glaive, ni au bras qui l’agite, car ce serait résistance à sa volonté même.

. Tout homme est présumé non-responsable jusqu’à ce qu’il ait été déclaré responsable, toute rigueur qui ne serait nécessaire pour s’assurer de sa personne, doit être sévèrement réprimée. La culpabilité moralisatrice disparait par la passion adoratrice de la liberté et de la responsabilité singulière, fiertés de l’être bienheureux, maître du corps, souverain identitaire, roi de la foule de plantes et de bêtes qui lèchent ses pieds.

. Chacun sera vraisemblablement chéri pour ses idées, récitées, écrites, placardées, sculptées, peintes ou imaginaires.

. La libre communication des pensées et des idées est le droit le plus précieux de l’humain, en tant qu’il lui confère son humanité. La culture par les langues répand universellement la capacité à la subjectivation, le carcan abyssal et le plaisant jeu du verbe.

. La garantie des droits de l’humain et du citoyen nécessite une force publique: cette force est instituée pour l’avantage de tous, constituée par des volontaires tous au tirage au sort, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. Elle est continuellement contrôlée par le parlement. Elle agit quand il y a entrave aux principes constitutifs en ce moment même déclamés. Il ne peut y avoir de prévention.

. Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, il existe une indispensable contribution commune. Elle doit être répartie entre tous les citoyens, suivant la somme restante, la mort venue. L’état ultra-minimal hérite des morts. Les biens et les sources d’argent ne sauraient choir dans le conflit violent. Le testament n’est qu’une feuille de papier blanchie d’encre imaginaire par le phantasme du cadavérique signataire.

. Tous les citoyens constatent par eux-mêmes le vol de force de travail que constitue l’impôt. Volontaires, ils ne sont nullement empêcher de faire don au collectif, à l’état, ou aux associations variées d’humains qui œuvrent suivant l’idéologie à l’amélioration des conditions des sujets.

. Le parlement à travers ses membres-totalités a le droit de demander compte à tout agent public, c’est-à-dire à soi-même et à tous les autres. Il a le droit et le devoir de juger le présumé criminel selon un code pénal pré-établi.

. Toute société dans laquelle la garantie des libertés n’est pas assurée, ni la main-mise sur le pouvoir pleinement citoyenne, n’a point de loi. »

S’ils fautent, volent, violent, tuent, les citoyens seront jugés par leurs pairs, selon les droits humains. Les hors-la-loi sortent de la communauté lui infligeant blessure, payant de leur travail-châtiment la réparation sociale. Ils étudieront avidement tels des enfants, et renouvelleront dans une cérémonie publique leur nom choisi tout neuf.

U s’épanouit dans le commerce plaisant des livres. Écrivain valable qui postillonne ses pages au tout-venant, ses transactions sont sources d’enrichissement facile. Elles autorisent l’avancée, où surgit l’être qui aime psalmodier une langue commune, par l’échange de deux tremblants sujets l’un à l’autre. U mime quelques rires et une étreinte joyeuse. Altruiste, il se fiche bien de la monnaie qu’il crée et recrée sans cesse fonction du rencontré, les rondelles jaunies sont vulgaires et sans valeur. Par l’argent, il aspire une part de l’âme fugace de l’inquiétant étranger, une effluve, un bruit mémorable, quelques mots et la silhouette d’un déjà mort. La monnaie est chose politique. Craintifs de la voir instrument coercitif, faiseuse d’impôt et de taxes, les citoyens ont ôté à l’état l’arme sournoise de frapper monnaie. Confiance et usage singuliers imposent aux monnaies leurs valeurs chez les citoyens faiseurs d’or. Ici métal n’est plus souci d’état. Fermier général, force publique, l’état-parlement récolte les héritages des sujets disparus, il recycle les morts en vivant répandant éparses les cendres grises des anonymes, évitant la redistribution frauduleuse et lâche, l’injuste origine de l’inégalité entre les hommes. L’assemblée rejette la joie puante de la naissance, le privilège nocif de la nationalité, le choix terrible du patronyme, du nom par les autres. L’état n’agit que sur des enfants, des morts et des criminels à la loi. Il offre la sûreté, la culture et le gentil dressage infantile, la critique et la faculté de penser contre lui, les droits et les moyens d’être sujet auto-réalisé. Il est l’outil servile des citoyens, la pire des constructions, puissance essentielle au devenir humain.

U désabusé observe les ruines de marbre blanc, les chimères sculptés, les corps sans tête ou sans bras. Il lance des petits cailloux qui sonnent sur le tocsin. Ici, dieu-révélé s’apprend dans les manuels. De son éducation rigoureuse, U-humain a chassé fétiches, mana, lumière et règlements divins. Quand il tend le cou, fixant l’azur sublime à travers les sombres lunettes, U-myrmidon sent l’éblouissant, si loin du soleil rieur, avec passagère une trace noire au fond des yeux qui pleurent.

Les citoyens ne recourent guère aux prêtres-imprécateurs, prêcheurs de l’inaction angoissante. Ici, l’introspection solitaire est essentielle au dépassement des contraintes socio-éducatives névrotiques. Contre l’absurde, chacun met en mots des reliques de pulsions à reconnaître, l’usine folle des désirs construits. Par l’entremise du langage, U atteint réel l’exquis plaisir, le délectable goût du sexe et la liberté du corps solitaire. Goulument, il goûte à sa propre fiction, libérant de phénoménales puissances à créer quand avec joie et fracas les barrières châtreuses implosent. En travail, il traduit des perspectives, aspire quelques mots en dehors du fluide intarissable. L’écrivain U est tatoueur d’idéologies, d’inconscient devenu clair imaginaire, cracheur du verbe et de lui-même.

Les démiurges humains servants sont munis de bistouris, de petits outils acérés à être. Dans la fraîcheur microbicide, ils allongent en des cocons les citoyens amorphes. Les écrevisses glorieuses écorchent, arrachent l’os, la peau, coupent et rabotent pour réparer le mauvais fruit du hasard, donner la primeur au sujet, puis recousent le corps ouvert. Méconnaissables, le risque est grand. On se perce le corps, s’arrache un membre, s’adjoint des pinces de homard, un orteil ou un sexe métallique. Rétifs d’autres choisissent la chirurgie d’encre du tatoueur, épilés, le pigment désherbant dans la peau. On trace des formes muettes qui masquent un peu, des dessins merveilleux ou des lettres, avec du rouge, du bleu, du noir ou du blanc. Les bijoux se glissent sous l’épiderme, ou par-dessus, les cheveux et les yeux se colorent, le cou se parfume, le buste se maquille. Dans la mascarade surgit le corps. Le sujet protéiforme s’autoréalise à carnaval, dans les costumes fades ou bigarrés, la masturbation phénoménale et l’orgie, dans l’inconstance démesurée du sujet enfin.

Avide de costume, souvent U-chimère entre les boutiques de modistes. Mobiles, ses yeux s’affairent tels radars, ses doigts doux glissent sur les tissus. U moderne aime le vieux beau et le neuf. Sous la chaleur poisseuse des lumières, il goûte les drapés longs des robes, la finesse du crêpe, les camaïeux de gris. A chaque sujet changeant, un style. Il a le visage et les bras d’une Berbère tatouée, mélange de croix, de lignes circulaires autour des orifices, tirets, triangles et disques. Il a noirci son tronc en rectangle aux bords à distance égale des deux épaules d’un plastron à l’encre charbon, qui disparaît au pubis.

Si le migrant d’une barbare tribu décide participer à la communauté politique unanimiste, nul n’a le droit de lui interdire. Aussi celui-ci qui piaille, qui caquète et qui aboie, celui-là aime à changer son nom, refouler sa famille, perdre ses amis, oublier son origine même. Dans le sein nouveau choisi, il est incorporé comme cellule libre et dynamique. Libre parmi les libres, celui qui migre est loué par l’assemblée, arraché qu’il est à sa communauté originelle. En la cité, barbouillé, grimé ou costumé, l’étranger n’est nulle part ou il est partout.

Avec les puissances voisines qui se dépeuplent, la communauté unanimiste entretient divers rapport de paix et de traités. Quand s’élèvent sous l’étendard les semonces terribles des canons tyranniques, les nuisibles centuries disparaissent décimées vite par les désertions de désobéissants mercenaires rationnels. Or, à la folie guerrière si quelques assoiffés persistent, les corps pris dans les ballets furieux des obus craquent de peinture rouge, de morceaux de viande et d’os calcinés. Pétillant massacre par des volontaires aux bombes roses, comme un insecte jeté au feu joyeux. Fruits supérieurs de la stimulation de chacun par la culture et le plaisir, il paye grégaire les avancées technologiques, l’érection du citoyen-créateur-assassin. Par la force démesurée de la raison, les planètes habitées seront réunies en séries de mégalopoles-parlements organisées en une fédération unique, pour la paix perpétuelle.

U-noctambule avance saccadément le long d’une queue boueuse qui annonce l’entrée du club. Ivre après goûter la pluie ruisselante et la noirceur du dehors, U s’engouffre en le couloir au trésor, à la lumière rouge surgissant alternativement d’un néon blafard. Un grand type avec une jambe de métal s’écarte, le salue. Du chant tout-puissant des machines résonne la tête affolée, accordée à la poitrine par un rythme grave. S’agite une masse nycthémère, anonyme, muette, furieuse de la chère énergie dépensée. On s’acharne enthousiastes à assouplir des membres disciplinés. Les yeux clos, moins stoïque, U dans la chaleur moite goûte le salé de la sueur, les chevelures parfumées. Il jette des regards lointain à qui veut. On attrape ses yeux d’un rictus de jouissance en réponse. Il dévale l’escalator dans un brouhaha métallique, attend la rame. Une fois descendu un passage sur pilotis, la gare se compose d’une série de quais parallèles ou perpendiculaires. Les lignes de tôle grise s’étendent sur des longueurs de cinquante mètres chacune. Le crachin de la fin de nuit masque l’apparition du soleil sur les cheminées hautes des usines nuageuses. Une bouteille est jetée sur les rails rouille, vide elle se fracasse en éclats. La main dans l’autre, ils entrent. Les deux corps s’emmêlent suivant un rythme binaire. En sortant du métro, U se délecte veule et rassis.

L’amitié est à U et aux autres essentielle. Bel instant de fortune, frêle rencontre où l’égal étonné et insondable livre quelques phrases à la communion fugitive, le partage d’une chair, d’un liquide brûlant qui râpe la langue agréable rêche, le miel qui coule et colle les doigts. Terrible apossédé, le compagnon est le décodeur habile de l’âme, l’accompagnateur léger des joies et des peines, la source d’affection choisie, l’insatiable critique. Ici, U seul ni personne ne connaît la parfois nommée amour ou fille d’écume. L’amitié inspirante surpasse l’aliénante illusion du potentat annulaire, artisane de la frustration et du manque, parade à l’angoisse existentielle. U a la sainte haine d’adorer, il bafoue l’attente stérile.

Le sport est activité joyeuse du corps laid. L’exercice a trait au jeu, à la balle qui roule, aux accolades bruyantes.

Albatros ailes tendues, U fugacement s’élève, il lâche pesant la sphère. La balle de cuir roule sur le cercle rouge de métal plongeant dans la nasse comme dans un bruit de souffle. La carcasse suspendue retombe lourde sur le bitume. Longiligne la silhouette s’écarte derrière l’arc de cercle, répétitions de la situation initiale. Le parquet crisse. Il maintient sagace la balle à rythme, s’agite autour du totem, jette l’uniforme pourpre et or en avant, fléchi équilibré, tombe l’adversaire, ravale son mouvement, saute, étire son bras télescopique et l’extrémité des doigts souples. Il pue de joie qui coule entre les vertèbres, eau fraîche ravive les muscles raidis et jette les coéquipiers dans le repos d’après la transe. Ici on érige d’imaginaires statues, aux stylistes, aux joueurs valeureux et aux fourbes.

A sa genèse hors de l’état, la mutualisation généralisée des soins des corps est retournée hors de l’état, évitant nature et abus. Chacun s’associe à qui veut pour souffrir les thermes, les joies du scanner, saignées ou huile de foie. Supprimer la norme est la règle, éloigner l’état du corps est la loi. Confronter au vil médecin-juge, U est rebuté contre le savoir inconnu, gisant critique et méfiant dans l’absence de vue et l’automédication. Il pourrait tirer bon prix du rein droit, bout de tripe oiseux. Poli et léger, U rêve un corps sans organe. Masse de cellules produites sienne, il possède à défaut droit de meurtre, de dépeçage; noble, quand fêlé et débile il pressera l’aiguille sur la veine.

U regarde le jardin en terrasses. Entre les allées closes de colonnades dorées, métalliques brillantes au soleil du matin, il cultive la fleur de chrome aux légers pétales, les murs de plantes et les dionées fabuleuses. Parfois, il dévale roulant les pentes sur le dos et sur le ventre comme un tonneau-turbine lancé à toute allure sur une route de lavande odorante. Il tressaute sur les tessons de bouteilles, des amas de déchets, les objets déglingués vides de sens et d’usages en monticules, ruines vomies d’un autre temps, confus et sursautant avant le choc final.

Dans la cité idéale, U-surhomme a momentanément choisi Isaac pour nom-étendard, etc.