Hétérotopie paradoxale du navire : le dehors capitaliste

« Le navire, c’est l’hétérotopie par excellence. Dans les civilisations sans bateaux les rêves se tarissent, l’espionnage y remplace l’aventure, et la police, les corsaires. »

Navire sur fleuve

Luca Ortelli, professeur d’architecture à l’EPFL, a fait une remarque intrigante lors d’un cours. Parlant d’hétérotopie, notion restée célèbre grâce à la communication “Des espaces autres” de Foucault, il émit l’idée que les séries étaient souvent composées autour d’une hétérotopie, notamment la célèbre “La Croisière s’amuse“. au-delà de la blague, cela permet de relire ce superbe texte et de suivre quelques pistes menant à l’espace mobile du navire. Cette notion s’épanouit loin des institutions totales qui marquent tant l’imaginaire de l’espace foucaldien chez nous, et vers lesquelles Soja paraît parfois la ramener quant il la définit en tant que : “trialectics of space, knowledge, and power” (2000, p. 15). Malgré ce, on notera tout de même que le terme provient du vocabulaire médical.

L’hétérotopie sera entendue dans ce billet en tant que nœud mouvant d’un réseau qu’elle mobilise – qui est mu et qui meut.

“Maisons closes et colonies, ce sont deux types extrêmes de l’hétérotopie, et si l’on songe, après tout, que le bateau, c’est un morceau flottant d’espace, un lieu sans lieu, qui vit par lui-même, qui- est fermé sur soi et qui est livré en même temps à l’infini de la mer et qui, de port en port, de bordée en bordée, de maison close en maison close, va jusqu’aux colonies chercher ce qu’elles recèlent de plus précieux en leurs jardins, vous comprenez pourquoi le bateau a été pour notre civilisation, depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours, à la fois non seulement, bien sûr, le plus grand instrument de développement économique (ce n’est pas de cela que je parle aujourd’hui), mais la plus grande réserve d’imagination. Le navire, c’est l’hétérotopie par excellence. Dans les civilisations sans bateaux les rêves se tarissent, l’espionnage y remplace l’aventure, et la police, les corsaires.”

L’hétérotopie

Si l’on suit Foucault, avec l’hétérotopie il s’agirait d’un espace caractérisé par le plus grand nombre de connexions possibles avec les autres espaces. Néanmoins, outre ce grand nombre de connexions, les hétérotopies ont aussi la propriété de les mettre en forme selon un style contraire à leur spatialité habituelle, “tel qu’ils suspendent, neutralisent ou inversent l’ensemble des rapports qui se trouvent, par eux, désignés, reflétés ou réfléchis”. Il en existe donc deux types : l’utopie et les espaces du dehors – cimetières par exemple -. En outre, ces hétérotopies sont des hétérochronies.

D’ailleurs Henri Lefebvre, qui ne cite pas Foucault, propose deux notions au lieu d’une pour dire l’hétérotopie à la Foucault :

« On a pu proposer de distinguer dans cet espace des topies : isotopies (espaces homologues, ayant des fonctions ou des structures analogues) ; hétérotopies (espaces contrastants, jeux de forces répulsives quelque fois considérables et de tension souvent extrêmes) ; et utopies (lieux de l’ailleurs et de ce qui n’a pas de lieu, notamment le savoir et le pouvoir, présents et absents à la fois, notamment dans la monumentalité). » (Lefebvre, 1972, p. 79).

Ailleurs Lefebvre écrira que les hétérotopies sont les “espaces rejetés les uns en dehors des autres” (1974, p. 422). Mais la définition qui ressemble le plus chez lui à la notion de Foucault est ce qu’il appelle contre-espace, qui “déborde l’opposition qui passe pour établie entre « réforme » et « révolution ». Toute proposition d’un contre-espace, le plus insignifiant en apparence, ébranle de la base au sommet, l’espace existant, ses stratégies, ses objectifs : l’homogénéité, la transparence devant le pouvoir et l’ordre établi” (1976, p. 441).

Après ce détour par Lefebvre, en clair, les hétérotopies au sens d’utopie et d’espace du dehors, sont constituées comme des lieux aux rythmes insolites et si puissants qu’ils façonnent de nouveaux imaginaires, de nouvelles relations entre les espaces, à l’échelle la plus vaste possible puisqu’il sont aussi des connecteurs. A les lire, l’hétérotopie est donc fortement déviante en tant qu’elle repousse les limites de l’espace.

le navire, une hétérotopie qui est une capitalismotopie

La spécificité du navire est de constituer un territoire très fermé, tout en ayant la capacité à se mouvoir de manière rhizomatique et en provoquant les mobilités imaginaires les plus intenses. Mais cette réussite de rhizome, de mise en relation et de catalysation de tous les lieux a donné vie à la globalité des flux financiers (Sloterdijk, 2008, p. 135). Si le navire capte les humains, les bêtes et les marchandises dans ses cales, il est lui bien difficile à capturer dans son faire-monde.

Au large, les voiles hissées, les cheminées fumantes ou les hélices en branle, les navires constituent le paradoxe le plus intense : fermé pour ouvrir le monde, rhizomatique pour territorialiser, transposant les langues et les coutumes pour investir le tout d’une monnaie à vocation universelle. Hétérotopie, mais pas seulement, le navire aussi un moyen formidable dévolu aux impérialismes et aux capitaux qui les ont devancés :

“Chaque navire en pleine mer incarne une psychose qui a hissé la voile ; chacun d’eux est aussi un capital réel flottant sur les eaux. En tant que tel, il prend part à la grande œuvre de la modernité, qui consiste à développer la substance comme un flux.” (Sloterdijk, 2008, p. 123).

Dans cette langue si particulière, Sloterdijk nous donne à lire la folie propre à l’investissement capitaliste dans la mer et la découverte: des plans, des affects, des valeurs toutes entières tournées vers l’extension indéfinie des flux marchands autour du Globe, Et celui-ci est investit en premier lieu par la mer, par les navires.

N’est-ce pas là le symptôme d’un échec de la pensée du dehors ? On peut toujours devancer les capitaux, ou aller trop lentement pour eux, toutefois, notre imaginaire flanche et rejoint des métaphores toute impérialiste. L’hétérotopie est autant navire de colons, que flux financier numérisé, qu’automobile.

Le navire, métaphore de l’automobile en milieu urbain

Qu’est-ce donc rapporter à l’urbain que circuler sans entrave dans un espace clos et privatisé ? Conduire son automobile pardi ! Et avec elle tous les rêves déchues de libération par l’exploration inconsidérée du globe : l’éthique du pionnier – ou de l’avant-gardiste si l’on veut faire européen – a fait bien du mal… On nous a fait croire que le navire et la voiture était une mise en danger de soi, des sortes de lignes de fuite tirées vers un ailleurs ? Mais qui pour nous rappeler que le bateau et surtout la voiture constituaient des répliques mobiles de nos foyers ? Cosmopolis en fournit un parfait exemple d’ailleurs. Les financiers contemporains n’ont gardé des aventures périlleuses des premiers marins que l’idéal de risque et de conquête sur une planète lisse et pleinement connue. Pour eux ce sera en fauteuil: passage finalement des “patries mobiles” (Sloterdijk, 2008, p. 179) aux non-lieux connectés.

“Parce que le navire incarne à la fois la réalisation de l’exigence d’être-chez-soi et celle de l’évasion, il est, surtout sous la forme qu’il prît au début des Temps modernes et qui lui permit d’affronter la haute mer, l’archétype de la contradiction résolue. Il met en équilibre les efforts diamétralement opposés d’habitat et d’aventure.” (Sloterdijk, 2008, p. 178)

Les contradictions spatiales et les percées au dehors ne font pas nécessairement le jeu de ceux qu’on croit, ou en tout cas, pas toujours. L’imaginaire contemporain est sans doute à travailler par d’autres images pour réduire l’ambiguïté des figures libertaires.

Le lieu est le monde, la contradiction est le risque

Le philosophe énonce que la tâche la plus belle et la plus ardue, « apprendre à vivre, c’est apprendre à être sur des lieux ; les lieux sont des extensions sphériques essentiellement irréductibles et entourées par un anneau de choses abandonnées et restées à distance. » (2008, p. 371). Or, désormais, le lieu avec lequel l’enjeu de notre existence se pose est la Terre, le retour au sol tout entier ne saurait souffrir de contradiction. Nous n’avons pas d’avenir dans l’hétérotopie du navire, nous avons échoués en marins. Bientôt l’accostage : nous devons apprendre à faire-lien dans l’espace global : devenir terrien.

Bibliographie

Dehaene Michiel, Lieven De Cauter, Heterotopia and the City : Public Space in a Postcivil Society, Routledge, 2008

Foucault Michel, Dits et écrits 1984 , “Des espaces autres (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967), in Architecture, Mouvement, Continuité, n°5, octobre 1984, pp. 46-49

Lefebvre Henri, Le droit à la ville II, Espace et politique, Editions Anthropos, Paris, 1972

Lefebvre Henri, La production de l’espace, Editions Anthropos, Paris, 1974

Sloterdijk Peter, Le Palais de cristal, A l’intérieur du capitalisme planétaire, Hachette Littératures, Paris, 2008

Sloterdijk, Sphères II, Libella-Maren Sell, Paris, 2010

 

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter


Publié par

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

6 réflexions au sujet de « Hétérotopie paradoxale du navire : le dehors capitaliste »

  1. Vous avez raison sur les qualités de la voiture qui sont très délicates à remplacer en terme de transport individuel. D’un autre côté, elle met à mal la richesse des espaces publics du fait de son emprise énorme sur l’espace urbain, elle tue beaucoup et pollue tout autant.
    Pour la voiture automatique, je ne sais trop qu’en penser, mais elle semble poser des problèmes juridiques :
    – qui peut en prendre le contrôle (police?) ?
    – qui est responsable en cas d’accident ?

    L’idée en réduisant la place de la voiture, c’est d’augmenter l’autonomie de tous – même ceux qui n’ont pas de voiture : pauvres du tiers monde, enfants, adolescents – en leur assurant une meilleure accessibilité aux transports en commun.

    merci pour cet échange en tout cas !

    Alexandre

  2. Deux remarques, en passant :
    Foucault s’est beaucoup intéressé à ces‘’ hétérotopies’’ toute proches, souvent, autrefois, au cœur de la cité :’’ l’asile d’aliénés’’, et la prison, lieux, aussi, très ‘’hétérochroniques, que l’imaginaire du citoyen lambda devait intégrer comme il pouvait. A ce propos, je note qu’Alexandre ne convoque pas le terme de ‘’subjectivités’’, singulières et collectives’’.

    Elles sont « générées’’ par les milieux de vie mais elles ont chacune leurs singularités, leurs différences irréductibles. On se sent encore ‘’ailleurs’’, ‘’autre’’, mais jamais pareils d’un individu à l’autre, dans un hôpital psychiatrique contemporain, en dépit des efforts faits pour en ‘’normaliser’’ l’apparence, une ‘’figure’’ présentable… La folie est toujours là, d’une présence sensible, irréductible. Il y a toujours un soulagement à en sortir d’un lieu qui rappelle trop que l’humain peut être parfaitement ‘’hétéronomique’’, un opposant irréductible aux ‘’’formatages’’ institutionnels très serrés que le citoyen lambda accepte, ou même recherche… plus ou moins… Un minimum d’hétéronomie est absolument nécessaire pour une subjectivité… ‘’autonome’’ et créative d’elle-même, dans un mouvement diasporique continu.

    A propos de navires, Foucault, si je me souviens bien, a aussi étudié ce qu’était ‘’la nef des fous’’ qui servait aux villes à renvoyer les fous d’une ville à l’autre.

    J’ai fait beaucoup de croisières en voilier. Or, je ne crois que l’on puisse parler d’un ‘’ habitat’’ dans le navire. Le marin, comme tous les aventuriers, reste toujours habité, comme Ulysse, par l’idée du retour ‘’à la maison’’, lieu identitaire par essence, que ce retour ait lieu ou pas. L’humain reste fondamentalement ‘’terrien’’

    Merci. Je m’arrête là. Nous aurons sans doute l’occasion d’en parler.
    Jean.

    1. “Foucault s’est beaucoup intéressé à ces‘’ hétérotopies’’ toute proches, souvent, autrefois, au cœur de la cité :’’ l’asile d’aliénés’’, et la prison, […].”
      Il me semble qu’une vie bonne consisterait à être toujours autre, meilleur, dans les limites du supportable pour ne pas tomber dans la course à l’échalote néolibérale ou sportive, et pas non plus dans une folie incapacitante. Deleuze disait bien qu’on pouvait être alcoolique tant que cela n’empêchait pas de travailler.

      “Elles sont « générées’’ par les milieux de vie mais elles ont chacune leurs singularités, leurs différences irréductibles.[…]”
      on en revient au questionnement quant à la bonne et la mauvaise hétéronomie, je crois que chez Deleuze et Guattari parfois on tombe un peu dans la déterritorialisation et que Sloterdijk avec le manque de rigueur que je lui ai repris, essaye de montrer qu’on habite – avec des prothèses : livres, objets auxquels nous sommes attachés… ou souvenirs et projets de retour comme Ulysse. Dans les études sur la mobilité (Urry : assez théorique et essayiste pour être apprécié par d’autres personnes que les chercheurs en transport) on retrouve ce questionnement sur l’habiter mobile et les prothèses : ipod, casques, smartphone, skype, sms…

      “A propos de navires, Foucault, si je me souviens bien, a aussi étudié ce qu’était ‘’la nef des fous’’ qui servait aux villes à renvoyer les fous d’une ville à l’autre.”
      j’ai eu le même doute, mais je n’ai pas lu l ‘histoire de la folie (j’imagine que c’est là dedans ?)

      “J’ai fait beaucoup de croisières en voilier. Or, je ne crois que l’on puisse parler d’un ‘’ habitat’’ dans le navire. Le marin, comme tous les aventuriers, reste toujours habité, comme Ulysse, par l’idée du retour ‘’à la maison’’, lieu identitaire par essence, que ce retour ait lieu ou pas. L’humain reste fondamentalement ‘’terrien’’”
      est-ce par un attachement trop fort à terre qu’il n’est pas possible de faire passer par les télécommunications ou des photos, etc ? Même si je ne suis pas assez compétent pour en parler sérieusement, ça me fait penser à la relation figure maternante-enfant de Bowlby : trouver le point juste entre proximité à la figure maternante (territorialisation)/exploration anxiogène de l’environnement (déterritorialisation).

      1. Je ne comprends pas ce qu’est le ‘’paradoxe capitaliste’’ : ces navires qu’on appelle des ‘’tankers’’, sont des sortes de camions des mers servis par un équipage au service de la marchandise transportée selon un programme bien défini par des commanditaires. « hétérotopiques’’ peut-être, mais bien inscrits, il suffit de les regarder…, dans le ‘’système’’ dont ils sont un maillon essentiel. Ils ne peuvent servir à firn d’autre et sont construits sans le moindre souci de design. Et prennent délibérément des risques catastrophiques de pollution. Ils sont dons parfaitement localisables, en fait d’hétérotopie, dans l’espace du capitalisme mondialisé. S’ils sont ‘’hétérotopiques’’, ce serait au regard d’un environnement ‘’naturel’’, des lois de la nature, dont le capitalisme n’a rien à faire, sauf pour l’exploiter et les détruires sans limites, selon la pente d’une logique qui paraît si difficilement réversible ?
        Les ‘’rhizomes’’ des botanistes sont par définition souterrains, invisibles. Ils jouent le rôle, si j’ai bien compris ; avec les ‘’flux’’ chers à Deleuze et Guattari, d’un sorte d’inconscient collectif qui mobilise, plus ou moins à leur insu, les ‘’subjectivités’’.
        A ce propos, je tiens à distinguer la subjectivation du ‘’consumériste’’, pour prendre un exemple très contemporain – pour moi, psychanalyste, une subjectivation artificielle –, d’un processus, authentiquement subjectivant.
        La première est en réalité l’effet d’une séduction, au sens fort du mot, par les objets toujours plus performants, sur les individus. Un processus dont le véritable ‘’sujet’’ est le fabriquant vendeur qui exploite la demande du citoyen lambda qui n’est pas à l’origine du processus, qui ne l’a pas décidé.. Un processus qui annihile sa pensée critique, en particulier politique, au profit d’une satisfaction pulsionnelle immédiate : posséder l’objet magique supposé indispensable… En fait, une aliénation fétichiste, par des objets magiques de plus en plus complexes, dont le fonctionnement est ignoré par son utilisateur. . Sans oublier que le fabricant se garde bien de signaler les effets nocifs, souvent graves en particulier sur les enfants mais pas seulement, de l’usage incontrôlé des écrans
        En psychanalyse, on dit qu’il y a ‘’subjectivation’’ lorsqu’un individu découvre par lui-même, sans influence extérieure, – conseil, prescription, désir d’un parent, etc – quel sera le ‘’désir’’ qui structurera sa vie et lui confèrera un sens : la musique, la politique, l’écologie…. On dira qu’il est le « sujet de son désir » (Lacan), ou, comme autrefois, en rêvant un peu…,le « maître de son destin »
        Je termine par ma question, celle concernant un « monde sans voitures »… Je ne suis pas sûr que ce soit une utopie positive, ou entièrement positive. La voiture a beaucoup d’arguments pour elle. Au premier plan : le sentiment très vif d’indépendance, d’autonomie… qui viendrait compenser, faire oublier pour un moment, toutes les situations de contrainte sociale qu’elle procure. Elle n’est pas la première façon de se déplacer dans ces conditions psychologiques.(carrosses, diligences…). Il y aurait je ne sais quelle révolution, à moins d’une dictature, pour un renoncement consenti ou non à cette annexe du moi. Je ne dirais pas ‘’fétiche’’ au sujet de la voiture. Mais peut-être que je l’ai trop aimée. Mais c’est quand : ‘’trop’’ ?
        .A propos de « l’habitat’’, j’aime beaucoup un texte de Levinas sur « La demeure », dans Totalité et infini. Il montre qu’elle ne peut-être que ‘’terrienne’’ ( humain, un centre fixe de la subjectivité de chacun, chacune. Identitaire, elle n’est strictement identique à aucune autre dans le monde, comme le visage de chacun ou chacune, strictement identique à aucun autre.
        Bref, volà…où m’entraîne le texte d’Alexandre dont les réflexions sont bien sympathiques quant à sa recherche sur l’état actuel de l’humanité dans son milieu d’origine.

        1. “Je ne comprends pas ce qu’est le ‘’paradoxe capitaliste’’ : ces navires qu’on appelle des ‘’tankers’’, sont des sortes de camions des mers servis par un équipage au service de la marchandise transportée selon un programme bien défini par des commanditaires.”
          Ce que je sous-entendais sans doute sans assez de précision, c’est que les métaphores qui nous ont été proposées sur le mode de l’autre ou du dehors – notamment celle de l’hétérotopie -, ne me semblent plus pertinentes en tant que le dehors peut tout à fait être capitaliste. Le réseau n’est pas toujours un rhizome, mais il met bien à mal les territoires classiques et les catégories de l’état-nation pour le dire vite. En ce sens il me semble que l’hétérotopie, si on force un peu le trait et avec Sloterdijk, dit les deux réalités : le réseau rigide, capitaliste et dehors, mais aussi le rhizome différenciant. Ce qui pose un problème de symbole et d’imaginaire je crois.

          Quant à l’aliénation, il y a un texte assez drôle de Bruno Latour sur l’incapacité à définir le bien en terme d’autonomie et le mal en terme d’aliénation : “Factures/fractures. De la notion de réseau à celle d’attachement”, qu’on trouve très facilement en ligne. Il est certes un peu frustre du point de vue de la psychologie, mais il me semble très pertinent quand même.

          Pour la voiture : un projet auquel je participe, qui en est à ses commencements, et qui vous intéressera je crois (http://postcarworld.epfl.ch/). On note un désintérêt certain pour la voiture chez les plus jeunes (baisse de passage du permis, d’achats), qui signifie peut-être que la liberté n’a plus pour symbole la flèche, la vitesse, et donc la voiture ou le navire, mais plutôt la capacité à être connecté et à saisir la bonne opportunité. A voir !

          Merci pour la recommandation de lecture et pour ces commentaires en tout cas,

          Alexandre

          1. Encore merci Je ne peux pas, en tant que psychanalyste convaincu, adhérer au raisonnement de Latour. Pour moi, l’autonomie, au sens fort, étymologique (nomos : loi), du terme serait, c’est évidemment un idéal à poursuivre, la capacité de vivre selon ses propres lois, sa propre éthique.
            La voiture: on peut précisément l’utiliser se mon son éthique et son désir§ Pour la liberté d’aller voir ailleurs, en prenant le temps de regarder et d’écouter…La voiture comme support contemporain pour une diaspora autonome… Hors toute relation obligée aux hétérochronies des voyagistes… Je suis tout à fait partant pour une transformation radicale de la voiture! Qu’elle soit non polluante et automatisée; il n’y aura plus de fous du volants…et sûrement beaucoup moins de dégâts. Mais la folie est si difficile à réduire!!L’ordinateur a été inventé , avec l’intelligence artificielle, dans le but d’éliminer les passions humaines, responsables de l’échec de l’humanisme, et d’élaborer des politiques enfin rationnelles.
            Mais je suis d’une autre génération…
            Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.