Le Collectif Confluence à la BNF

Dans le cadre du cycle de Cafés jeunes chercheurs Paris « Actualités du monde arabe » à la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand ; lors du Café du 8 mars 2014 à 16h00, traitant de « Regards croisés sur les révolutions arabes au Proche-Orient » interviendront :

Adlene MOHAMMEDIManon-Nour TANNOUS, et Elie KHOURY.

C’est un événement d’une exceptionnelle brutalité, en Tunisie, celui de l’immolation d’un jeune homme de 26 ans du nom Mohamed Bouazizi : point de départ d’une longue et contagieuse série de bouleversements ; aux nombreux précédents pourtant, au sein des États arabes. En l’espace de quelques mois, c’est tout le monde arabe qui va être redéfini. À l’instant présent, le pouvoir a changé de mains et précisément tombé en Tunisie, en Égypte et en Libye, la Syrie est déchiré, le Yémen, la Jordanie, l’Algérie, Bahreïn ou le Maroc vivent des moments clés de leur existence tandis que d’autres semblent être pour le moment épargnés. Toutefois et bien que ces États puissent avoir en commun plusieurs revendications exprimées par leur population ainsi qu’en partie le partage de la phraséologie arabe, l’Islam, ou des héritages politiques ou culturels, les changements observables et sous-jacents sont propres à chaque nation et nécessitent une discussion.

http://collectif-confluence.fr/article/%22regards-croises-sur-les-revolutions-arabes-au-proche-orient%22

Fuir l’indignation et le choc / capture paradoxale

Indignez-vous ! Et nous nous sommes indignés, pour combien de retentissants échecs ? Heureuses les racines des pissenlits.

 

 

  • Notre attention est trop précieuse pour s’indigner et pour choquer.

 

Nous crions au loup, quand il ne s’agit pas de ricanements. Au loup ! Nous perdons notre salive à cracher sur les « réactionnaires » et leurs idoles. Nous attisons nos haines des uns envers les autres. Nous dramatisons. Pris dans un cercle vicieux, les crieurs s’épuisent de dégoût les uns les autres, non sans détruire autant qu’ils le peuvent des possibilités de rencontres. Appelons cela capture paradoxale1 : chaque cri de l’un répugne l’autre qui vomit son indignation dans un râle encore plus fort. Chacun éructe et braille en cadence, symétriquement, l’un avec l’autre. Nous créons un devenir commun entre destructeurs progressistes et destructeurs réactionnaires. Chaque tentative de dépassement d’un bord, et la vague reflue plus fort. Dévoiler la voilée, voiler la non-voilée, toujours avec bonne conscience. Politiquement in/correct, nouveaux prêcheurs, ping-pong absurde : pour une fois essayez sans filet.

Blasphème = Haine

Pensée critique = Drame et Impuissance

 

  • Fuir l’indignation

 

Nos grands journaux à petit tirage et nos petits journaux à grand tirage chérissent les polémiques. Et nous relayons les polémiques, culturalistes pavlovisés, religieux hystériques, pris dans un même élan de défoulement et de perte d’attention. Être informés, qu’est-ce si ce n’est ne pas être transformés ? Ne pas progresser ? Être conservés avec un sujet de discussion en plus, une anecdote pour la machine à café. Il ne s’agit pas seulement de fuir les manipulations possibles, mais de cesser de lire, d’écouter, de regarder des incapables. Incapables d’assurer leur propre survie car ils nous prennent pour des bêtes, car ils propagent la fumée sans feu – il n’y a pas de fumier sans feu – et l’odeur du cliché, parce qu’ils sont incapables de survivre sans l’état. faites-vous confiance au chômeur pour trouver un emploi ? Faites-vous confiance à Pôle emploi ? Pour comprendre le Monde, faites-vous confiance à ceux incapables de comprendre de l’Ancien Monde ? Enfin trions dans tout ce bruit.

Votre capacité d’attention, de concentration est limitée. Chaque seconde sous haute tension branchée sur les polémiques médiatiques est une perte irrémédiable. Chaque seconde de débat est une seconde de perdue. Et ne croyez-pas un seul instant que notre opinion possède une valeur quelconque. Notre opinion est peu ou prou la même que celle de tous nos amis Facebook. Par le relai de polémiques, nous cherchons à convaincre des convaincus, à imiter les imitateurs, à devenir-troupeau. Dans nos manifs de bric et de broc, que fait-on sinon beugler ? Les manifestations ont perdu tout sens depuis qu’elles ne sont plus un prélude à la révolution. On ne démontre aucune force en marchant pour TF1 en rangs serrés. Prétendre le contraire c’est dire que l’armée est forte de ses défilés, prétendre le contraire c’est croire dans toutes les processions et toutes les marches funèbres. Les processions antireligieuses et religieuses ont le même résultat : épuisement de nos forces précieuses. Il n’y a que le maréchal, son caporal chef, pour aimer défiler.

Manifester = Se défiler

Polémiquer = Se tirer une balle dans le pied

 

  • Lutter sans choc et sans simulacre

 

Nous avions un poster du Che au plafond mais nous avons confondu le rapport de force et le peplum – de l’infraculture à la sousculture -. Nous croyons célébrer 68, mais nous sommes héritiers cyniques des années 80. Nous sommes tombés dans le catch et l’esbroufe par peur de la lutte. Elle aurait révélé le ridicule de nos idéaux anti-pragmatiques et XIXèmistes2. Nos comédies guerrières nous ont affaiblies, de l’air dans les biceps et les cuissots gras. Nous avons cru que le spectacle du choc, la provocation grotesque, le blasphème gratuit étaient des modes d’action, des moyens de lutter. Nous avons eu foi dans les armes pour pacifier, cru que le djihad guérirait, que la révolution était à louer – 1789 –… : deux siècles et demi de massacres et d’autoritarismes –. Ces fausses luttes font trembler les cordes élastiques de notre ring imaginaire.Le pop art est mort, le détournement avec, restent les bagarres de salon à la Zemmour et Naulleau. Rhéteur de réseau social, procureur de bistrot, Modernes attardés, nous n’avons pas à détruire et brûler les fétiches, ni à nous immoler – combien d’auto-affaiblissement puéril par grève de la faim –. Nos explosions sont nos pollutions, elles se répandent comme une traînée de poudre, jusqu’à l’embrasement final. Les soubresauts et frémissements du jihad, le rabougrissement rigolard du gauchisme partagent l’idéal, revigoré ou fané, artisanal ou sans arme, pour l’Idée et non pour les relations. Du cri d’effraie aux cris d’orfraie, du missel aux supersoniques, nous sentons-nous plus forts ? Plus malins ? Entre la révolution et le coup d’état, peu de place pour la liberté – des Napoléons à Al-Sissi –.

Révolution = Dramatisation des tensions

Simulacre de lutte = Auto-affaiblissement

 

  • Sommes-nous de l’Ancien Monde ou du Monde qui vient ?

 

Si nous voulons lutter aujourd’hui sans passer du catch à la boxe, il faut prendre deux voies qui nous projettent hors du devenir vicieux de la capture paradoxale. Passer du catch à la course à pied : fuir. La fuite est l’une des meilleures façons de préserver notre énergie, notre durée de vie, notre attention des mouches qui bourdonnent autour du fumet fumeux. Fuyons sans complainte, sans cri, sans pavé à propulser, se défaire du dispendieux comme du sable au creux des doigts. Trouver l’ennui, exciter l’imagination. Nous Modernes avons détruits pour créer des standards : couper-coller. Nous qui venons après enrichissons, augmentons la réalité dans un processus de « différenciation créatrice »3 : remix.

Une fois à l’abri des parfums du scandale, la partie la plus délicate pour l’éclosion d’un Monde neuf est celle de l’établissement de bonnes relations avec d’autres. Tout d’abord, en fuyant avec courage les polémiques, nous réduisons d’autant les tensions qui empêchent toute rencontre de bon aloi. Ensuite, c’est avec diplomatie que nous arriverons à un climat moins belliqueux et xénophobe – dans tous les camps –. Développer notre habileté à communiquer avec tous pour découvrir ce à quoi l’autre tien, ce à quoi nous tenons, pour établir une négociation et un compromis partiel. Le diplomate, habile dans les relations, tente de connecter, de tisser dans toutes les langues et avec toutes les valeurs disponibles. Concrètement, plutôt que d’agiter des drapeaux rouges rosis, faisons la tournée des bars, frapper à toutes les portes comme des Jéhovah avec le sourire, échangeons en face-à-face, chatter, passons du temps sur un forum… Mais ne pratiquons pas l’invective qui rajoute du bruit au bruit, le cri dont l’écho sonne faux. Loin des attachements mauvais, l’invention de relations hybrides. Du jeu de rôle et représentation à la tentative de production en commun : du théâtre à l’usine un autre devenir commun : tentative de symbiose pour un autre devenir commun4.

Courage = Fuite

Ouverture = Diplomatie

1« La capture détermine le mode par lequel des individus (biologiques, sociaux, noétiques) entrent dans des rapports variables qui les transforment. L’exemple princeps en est la symbiose qui lie la guêpe et l’orchidée (…) : la série animale (guêpe) « captée » par l’apparence de l’orchidée, assure la fonction d’organe reproducteur pour la série végétale (Mille plateaux, 1980, p. 17). (…) La capture débouche donc sur une théorie du devenir, comme agencement : les termes « agencés » par la capture sont pris dans un mouvement solidaire, qui les fait devenir sans rester les « mêmes » ni devenir un même « autre ». (…) Il y a là une logique de l’agencement comme multiplicité qui prétend fournir une alternative à la logique du même, et spécialement au devenir-autre de la logique hégélienne. (…) Cette capture, Deleuze la met effectivement en pratique en produisant ses œuvres avec Guattari : il ne s’agit plus de « penser » mais de « faire le multiple » (Dialogues, avec Claire Parnet, 1977, p. 23), en écrivant à deux. (…) La création de pensée n’est plus l’acte d’un sujet noétique, mais une pragmatique, un agencement impersonnel (…). » (Anne Sauvagnargues, « Capture », in Le vocabulaire de Gilles Deleuze (sous la dir. Robert Sasso et Arnaud Villani), Les Cahiers de Noesis n°3, Printemps 2003, pp. 48 et 50-51).

http://www.caute.lautre.net/spip.php?article577

2Le XXème siècle commence après 1945 avec l’urbanisation et la découverte de la cybernétique, il se terminera avec le pétrole et la fin des explosions.

3Deleuze Gilles, Différence et répétition, Bibliothèque de philosophie contemporaine, PUF, Paris, 1968, 409 p., p. 274

 

Article “Fluctuations urbaines : de la nuit récréative de Villeurbanne vers la « contre-ville »”

La nuit récréative étudiée dans la commune de Villeurbanne permet de recenser la richesse des mobilités, des lieux de rassemblements, des acteurs et des objets de l’espace urbain. A partir des espaces actifs révélés par des cartes mentales des parcours et des lieux de récréation nocturne, une autre manière de concevoir l’espace urbain devient explicite : fluctuant, polarisé, rythmé et peuplé densément et diversement d’humains et de non-humains. Peu à peu, dans la nuit et hors la nuit, se laisse figurer un espace-temps urbain composite, une « contre-ville ».

http://www.revue-circe.uvsq.fr/spip.php?article59

 

Petit carnet du Caire : proximités et agencements pour partages d’espaces

 

Si E.T. Hall, “inventeur” de la proxémie, découvrit les distances réduites entre personnes dans le monde proche-oriental, il aurait sans doute vu dans le Caire contemporain un exemple parfait. Les densités de population très fortes, de voitures, d’échoppes diverses qui mangent le trottoir rend la proximité nécessaire pour la circulation.

Cette circulation des piétons, toc tocs, minibus n’est pas disciplinée par des panneaux, des lignes blanches, des trottoirs ou je ne sais quelle signalisation. Il n’y a pas de discipline au sens de répartition par fonction et identités dans les espaces de circulation. Le codage spatial est intériorisé. Les usagers cairotes sont plus proches de l’essaim que du ballet classique (et ils vous donneront assurément le tournis). Comme chacun sait, ce qui passe pour chaotique est en fait une série hyper-rapide d’ajustements aux autres pour éviter le choc. L’auto-régulation provoque sans doute plus de conflits. Mais les différents comportements spatiaux y sont plus facilement intégrés, que vous circuliez en mini-bus, moto, vélos, charrette à cheval, pieds ou voiture.

Les frontières sont l’un des grands thèmes de la littérature géographique sur les villes du Sud. Disons que leur condamnation trop rapide ne rendrait pas justice aux expériences quotidiennes. Elles sont de deux sortes, grosso modo, : les frontières qui filtrent, et les frontières qui séparent. Les filtrages peuvent être positifs : protection des églises par exemple en raison de diverses attaques, plus négatives : parkings pour les plus riches, protégés par des hommes de main privés. Les séparations produisent au contraire des lieux accessibles quoique fermés par de hauts murs : parcs, écoles, etc. Ces lieux semblent indispensables pour faire diminuer le stress ambiant.

Difficile par ailleurs de parler d’espace public – ouvert et accessible – ou lieu de distance plus grande entre les gens. La circulation et le manque d’espaces vides et utilisables, hors les murs, rendent apparemment difficile tout rassemblement qui ne serait pas extrêmement massif. D’ailleurs la place Tahrir est un grand rond-point et l’un des rares lieu possible de rassemblement largement ouvert et accessible. Les mosquées et les églises semblent remplir cet office de lieux de rassemblement.

Les échoppes et les appartements sont agencés pour que chacun puisse y trouver une place confortable et qu’il soit en relation de discussion et de regard avec les autres. Ici aussi, les espaces semblent assez flexibles et libres d’usages trop fixes. Cela engage aussi une diminution de l’isolement et de l’intimité. Clientèle ou famille, même idéal d’agencement spatial d’accueil et de partage. La mise en valeur des objets et des marchandises semble moins forte qu’en Europe, ils orientent moins les déplacements et les places.

Et, la proximité entre amis et proches des deux sexes est assez forte : bras dessus, bras dessous, main dans la main, partageant la chambre, etc. Peut-être l’inconcevabilité de l’homosexualité (?) rend-elle possible une séparation stricte entre amitié, amour et sexualité, autorisant donc tous les rapprochements et toutes les marques d’affection entre hommes ou femmes : dans les lieux qu’ils partagent (rues, université) ou qu’ils ne partagent pas (cafés réservés aux hommes notamment).

Voici quelques exemples qui montrent que la problématique de la proxémie urbaine, des flux, des frontières et des lieux de rassemblement qui façonnent l’urbain contemporain prend pour meilleure illustration une métropole du Sud, Le Caire. Paris, Londres, New York, capitales du XXème siècle pour les figures urbaines.

Article “Concevoir l’urbain en figures.”

L’urbain est parfois dit sans figure, pourtant il donne lieu à des représentations multiples pour être rendu intelligible. Ces images se répandent dans notre vie quotidienne et chez les scientifiques eux-mêmes par divers outils. Tenter de comprendre ces représentations fragmentaires, ou réductrices et totalisantes de l’urbain, questionne en retour la définition de l’urbain. Au-delà des représentations traditionnelles et des métaphores négatrices de la pluralité, cet article propose un passage en revue non exhaustif et intuitif de la représentation de la ville urbaine, de l’urbain sans ville et une présentation de ce que peut être la contre-ville, c’est-à-dire une figure stratifiée, acentrée, foisonnante de polarités et composée en commun. Cet article est une tentative pour concevoir l’urbain en figures, d’une représentation urbaine uniforme, puis informe ou multiforme, à l’essai d’une présentation urbaine protéiforme.

Urban space is sometimes said to be irrepresentable. However, many representations and images make it comprehensible. These forms and images are spreading in our daily lives and in scientific practices through various technological tools. Trying to understand these fragmentary or reductive and totalizing representations challenges the definition of urban space. Beyond traditional representations and metaphors that deny the plurality of urban actors and objects, this article offers an intuitive survey of the representation of urban cities, of urban space that appears without a city, and a presentation of what can be called counter-cities : a stratified urban figure, with no centre but with numerous polarities composed by the inhabitants themselves. This article attempts to conceive a new urban figure, to switch from uniform, formless or multiform urban representations to a protean urban presentation.

La suite en cliquant ici

 

Alexandre Rigal, “Concevoir l’urbain en figures.”, EspacesTemps.net, Laboratoire, 12.11.2013
http://www.espacestemps.net/articles/concevoir-lurbain-en-figures/