Fuir l’indignation et le choc / capture paradoxale

Indignez-vous ! Et nous nous sommes indignés, pour combien de retentissants échecs ? Heureuses les racines des pissenlits.

 

 

  • Notre attention est trop précieuse pour s’indigner et pour choquer.

 

Nous crions au loup, quand il ne s’agit pas de ricanements. Au loup ! Nous perdons notre salive à cracher sur les « réactionnaires » et leurs idoles. Nous attisons nos haines des uns envers les autres. Nous dramatisons. Pris dans un cercle vicieux, les crieurs s’épuisent de dégoût les uns les autres, non sans détruire autant qu’ils le peuvent des possibilités de rencontres. Appelons cela capture paradoxale1 : chaque cri de l’un répugne l’autre qui vomit son indignation dans un râle encore plus fort. Chacun éructe et braille en cadence, symétriquement, l’un avec l’autre. Nous créons un devenir commun entre destructeurs progressistes et destructeurs réactionnaires. Chaque tentative de dépassement d’un bord, et la vague reflue plus fort. Dévoiler la voilée, voiler la non-voilée, toujours avec bonne conscience. Politiquement in/correct, nouveaux prêcheurs, ping-pong absurde : pour une fois essayez sans filet.

Blasphème = Haine

Pensée critique = Drame et Impuissance

 

  • Fuir l’indignation

 

Nos grands journaux à petit tirage et nos petits journaux à grand tirage chérissent les polémiques. Et nous relayons les polémiques, culturalistes pavlovisés, religieux hystériques, pris dans un même élan de défoulement et de perte d’attention. Être informés, qu’est-ce si ce n’est ne pas être transformés ? Ne pas progresser ? Être conservés avec un sujet de discussion en plus, une anecdote pour la machine à café. Il ne s’agit pas seulement de fuir les manipulations possibles, mais de cesser de lire, d’écouter, de regarder des incapables. Incapables d’assurer leur propre survie car ils nous prennent pour des bêtes, car ils propagent la fumée sans feu – il n’y a pas de fumier sans feu – et l’odeur du cliché, parce qu’ils sont incapables de survivre sans l’état. faites-vous confiance au chômeur pour trouver un emploi ? Faites-vous confiance à Pôle emploi ? Pour comprendre le Monde, faites-vous confiance à ceux incapables de comprendre de l’Ancien Monde ? Enfin trions dans tout ce bruit.

Votre capacité d’attention, de concentration est limitée. Chaque seconde sous haute tension branchée sur les polémiques médiatiques est une perte irrémédiable. Chaque seconde de débat est une seconde de perdue. Et ne croyez-pas un seul instant que notre opinion possède une valeur quelconque. Notre opinion est peu ou prou la même que celle de tous nos amis Facebook. Par le relai de polémiques, nous cherchons à convaincre des convaincus, à imiter les imitateurs, à devenir-troupeau. Dans nos manifs de bric et de broc, que fait-on sinon beugler ? Les manifestations ont perdu tout sens depuis qu’elles ne sont plus un prélude à la révolution. On ne démontre aucune force en marchant pour TF1 en rangs serrés. Prétendre le contraire c’est dire que l’armée est forte de ses défilés, prétendre le contraire c’est croire dans toutes les processions et toutes les marches funèbres. Les processions antireligieuses et religieuses ont le même résultat : épuisement de nos forces précieuses. Il n’y a que le maréchal, son caporal chef, pour aimer défiler.

Manifester = Se défiler

Polémiquer = Se tirer une balle dans le pied

 

  • Lutter sans choc et sans simulacre

 

Nous avions un poster du Che au plafond mais nous avons confondu le rapport de force et le peplum – de l’infraculture à la sousculture -. Nous croyons célébrer 68, mais nous sommes héritiers cyniques des années 80. Nous sommes tombés dans le catch et l’esbroufe par peur de la lutte. Elle aurait révélé le ridicule de nos idéaux anti-pragmatiques et XIXèmistes2. Nos comédies guerrières nous ont affaiblies, de l’air dans les biceps et les cuissots gras. Nous avons cru que le spectacle du choc, la provocation grotesque, le blasphème gratuit étaient des modes d’action, des moyens de lutter. Nous avons eu foi dans les armes pour pacifier, cru que le djihad guérirait, que la révolution était à louer – 1789 –… : deux siècles et demi de massacres et d’autoritarismes –. Ces fausses luttes font trembler les cordes élastiques de notre ring imaginaire.Le pop art est mort, le détournement avec, restent les bagarres de salon à la Zemmour et Naulleau. Rhéteur de réseau social, procureur de bistrot, Modernes attardés, nous n’avons pas à détruire et brûler les fétiches, ni à nous immoler – combien d’auto-affaiblissement puéril par grève de la faim –. Nos explosions sont nos pollutions, elles se répandent comme une traînée de poudre, jusqu’à l’embrasement final. Les soubresauts et frémissements du jihad, le rabougrissement rigolard du gauchisme partagent l’idéal, revigoré ou fané, artisanal ou sans arme, pour l’Idée et non pour les relations. Du cri d’effraie aux cris d’orfraie, du missel aux supersoniques, nous sentons-nous plus forts ? Plus malins ? Entre la révolution et le coup d’état, peu de place pour la liberté – des Napoléons à Al-Sissi –.

Révolution = Dramatisation des tensions

Simulacre de lutte = Auto-affaiblissement

 

  • Sommes-nous de l’Ancien Monde ou du Monde qui vient ?

 

Si nous voulons lutter aujourd’hui sans passer du catch à la boxe, il faut prendre deux voies qui nous projettent hors du devenir vicieux de la capture paradoxale. Passer du catch à la course à pied : fuir. La fuite est l’une des meilleures façons de préserver notre énergie, notre durée de vie, notre attention des mouches qui bourdonnent autour du fumet fumeux. Fuyons sans complainte, sans cri, sans pavé à propulser, se défaire du dispendieux comme du sable au creux des doigts. Trouver l’ennui, exciter l’imagination. Nous Modernes avons détruits pour créer des standards : couper-coller. Nous qui venons après enrichissons, augmentons la réalité dans un processus de « différenciation créatrice »3 : remix.

Une fois à l’abri des parfums du scandale, la partie la plus délicate pour l’éclosion d’un Monde neuf est celle de l’établissement de bonnes relations avec d’autres. Tout d’abord, en fuyant avec courage les polémiques, nous réduisons d’autant les tensions qui empêchent toute rencontre de bon aloi. Ensuite, c’est avec diplomatie que nous arriverons à un climat moins belliqueux et xénophobe – dans tous les camps –. Développer notre habileté à communiquer avec tous pour découvrir ce à quoi l’autre tien, ce à quoi nous tenons, pour établir une négociation et un compromis partiel. Le diplomate, habile dans les relations, tente de connecter, de tisser dans toutes les langues et avec toutes les valeurs disponibles. Concrètement, plutôt que d’agiter des drapeaux rouges rosis, faisons la tournée des bars, frapper à toutes les portes comme des Jéhovah avec le sourire, échangeons en face-à-face, chatter, passons du temps sur un forum… Mais ne pratiquons pas l’invective qui rajoute du bruit au bruit, le cri dont l’écho sonne faux. Loin des attachements mauvais, l’invention de relations hybrides. Du jeu de rôle et représentation à la tentative de production en commun : du théâtre à l’usine un autre devenir commun : tentative de symbiose pour un autre devenir commun4.

Courage = Fuite

Ouverture = Diplomatie

1« La capture détermine le mode par lequel des individus (biologiques, sociaux, noétiques) entrent dans des rapports variables qui les transforment. L’exemple princeps en est la symbiose qui lie la guêpe et l’orchidée (…) : la série animale (guêpe) « captée » par l’apparence de l’orchidée, assure la fonction d’organe reproducteur pour la série végétale (Mille plateaux, 1980, p. 17). (…) La capture débouche donc sur une théorie du devenir, comme agencement : les termes « agencés » par la capture sont pris dans un mouvement solidaire, qui les fait devenir sans rester les « mêmes » ni devenir un même « autre ». (…) Il y a là une logique de l’agencement comme multiplicité qui prétend fournir une alternative à la logique du même, et spécialement au devenir-autre de la logique hégélienne. (…) Cette capture, Deleuze la met effectivement en pratique en produisant ses œuvres avec Guattari : il ne s’agit plus de « penser » mais de « faire le multiple » (Dialogues, avec Claire Parnet, 1977, p. 23), en écrivant à deux. (…) La création de pensée n’est plus l’acte d’un sujet noétique, mais une pragmatique, un agencement impersonnel (…). » (Anne Sauvagnargues, « Capture », in Le vocabulaire de Gilles Deleuze (sous la dir. Robert Sasso et Arnaud Villani), Les Cahiers de Noesis n°3, Printemps 2003, pp. 48 et 50-51).

http://www.caute.lautre.net/spip.php?article577

2Le XXème siècle commence après 1945 avec l’urbanisation et la découverte de la cybernétique, il se terminera avec le pétrole et la fin des explosions.

3Deleuze Gilles, Différence et répétition, Bibliothèque de philosophie contemporaine, PUF, Paris, 1968, 409 p., p. 274

 

Manifeste pour un MONDE (urbain) CONTRE-BARBARIE

Avances rapides

pour

Rassemblements

>>

39-45-XXIéme siècle

Rire

Ni l’aigreur, ni l’euphorie

Au rire ! Gaussons-nous des fascismes et des anti-fascismes1 ! Deux modes distincts de nihilismes : un balancement partagé entre aigreur et euphorie et un même positionnement moral – ami/ennemi – : la destruction de l’autre réduit à sa raideur politique, le dés-astre. Aux furieux démoniaques et tristes, aux cyniques tièdes, il est temps de rallumer les étoiles dansantes sur la terre. Rions auprès des démons et des anges destructeurs, courbons-nous, courbons-les, tâchons de produire les conditions de possibilité de la différenciation, de l’éclatement et de l’accélération pour le rassemblement. S’il n’y aura jamais de post- ou de non-fascisme2, ouvrons au moins la brèche pour une conjuration du fascisme : pour un contre-fascisme.

Contrer

Contre-fascisme

Pourquoi débuter par emmêler pro-fascismes et anti-fascismes ? (dites-vous : pourquoi d’un trait si désespéré et si virulent à la fois ?) C’est qu’ils sont hostiles : hostiles à l’autre et mauvais avec les mauvais. Ils pêchent de barbarie envers l’autre et créent des barbares là où nichent des actes, des mots et des pensées barbares. Double-contrainte, paradoxe, double-pince : dénier le déni. La barbarie est ce qu’il faut empêcher, mais bien évidemment pas à n’importe quel prix, et surtout sans déni de l’autre, sans faire de nouveaux barbares, sans reniement de la différence : non sans conflit3 et sans lutte mais sans censure et sans coups : sans barbarie.

Ni pro-, ni anti-, que faire ? Le contre-fascisme !

La barbarie n’est ni amie ni ennemie, ni à détruire, ni à supprimer. Impossible, car toujours elle veille4 ! La barbarie est à empêcher, à conjurer, à contrer. Qu’est-ce à dire ? Il y aurait tout de même une différence entre dénier tout lien possible avec l’autre dit « barbare », ou avec la barbarie en actes, et la fonction de négation qui lierait assez pour entraver l’émergence de la barbarie. Dénier c’est détruire avec fureurs et fracas, c’est broyer le compromis avec des larmes et du sang, réduire en miettes les tentatives de pacification, dénier c’est refuser les autres en tant qu’existants. Au contraire, la négation est une fonction qui permet de prendre en compte l’existence de l’autre5, en prendre acte pour se lier à lui d’un attachement libérateur, pour l’empêcher d’agir, non pour le tuer. Empêcher, conjurer, contrer, contre-. Pourquoi contre- ? Parce qu’il faut s’opposer activement, ourdir toutes les machinations, créer d’autres incantations pour se détourner des maléfices, d’autres formules pratiques, d’autres fonctions appropriées à chaque barbarie, contre-. Pourtant ne nous trompons pas, le contre n’a rien à voir avec l’indignation vague et retorse, le contre s’adapte à l’offenseur, le contre se plie au à celui qui le traque, avant de le plier en retour. Et ce pliage – loin du lissage ou du brûlot – ne peut exister que par anticipation et action. L’art du contre réside dans une bonne anticipation6, contrer, prendre un coup d’avance dans le temps et dans l’espace, c’est aller plus vite : être en avance rapide>>7. Contrer8, c’est plier activement et positivement – rien à voir avec courber l’échine simplement pour éviter le coup ou tendre le joue pour recevoir le coup – pour ne pas rompre. Plier soi-même en pré-réponse à l’autre, c’est l’empêcher, c’est conjurer la barbarie en soi et en l’autre9 !

Anticiper >>

L’optimisme est le désir d’optimisation

Le nihilisme n’est pas toujours furieux, subsistent les tièdes et les (dés)abusés : pessimistes fourchus. Ceux-là qui marmonnent et qui sanglotent, confiants ni dans ce qui est, ni dans le devenir – déni bis : ne pas chercher c’est aussi dénier –. Pâlots-funs et peureux qui pouffent sans jamais jouir, ne prenant rien au sérieux, et surtout pas la barbarie. Les niais attendent que cesse comme seule la barbarie, Main Invisible providentielle ou État Tout-Puissant. Devant ces Dieux, n’avons-nous jamais été béats ? Dans l’oubli de tout scrupule10 – déni ter : oublier c’est aussi dénier – ! Néanmoins, l’oubli n’est pas la fuite et la barbarie s’offre même au plus myope des pessimistes. L’humain oublieux est réaction et désanticipation, autoréduction de ses capacités d’action et de lutte. Pourtant tous, nous savons ce que peut l’Étatgénocide –, nous savons ce que peut le marché – génocide bis –. Qui pour les empêcher enfin ?

L’amnésie est anesthésie à vaincre par la joie de l’optimiste et le rire du lutteur facétieux pessimiste !

Pour contrer, il nous faut apprendre à anticiper sur la barbarie, à activer la fonction avance rapide du contre-. Nous avons donc besoin de pessimistes qui ordonnent le chaos par avance. Cependant, au-delà du pessimisme conjurateur,de l’optimisme de la foi dans le présent, persiste la nécessité morale pour le pluraliste de la recherche de meilleurs assemblages d’existants, optimum11. Autrement dit, pour nous, il ne s’agit plus lorsqu’on utilise le mot d’« optimisme », de la confiance dans ce qui est, mais bien au contraire de l’espoir né de l’enquête, du calcul et de la découverte d’autres mondes possibles et déjà des existences d’êtres les plus divers avec lesquels devenir. Nous avons besoin aussi des optimistes !

Comme pour les êtres les plus fabuleux et les plus fantasques qu’on embrasse plus ou moins consciemment et avec une plus ou moins forte joie, pour un devenir contre-barbarie, il nous faut embrasser la barbarie et des bras empêcher son emprise à venir (même sur nous) : contre-capture12. Tous avec la barbarie, c’est-à-dire tout contre la barbarie ! Ainsi collés à elle au sein du plurivers, nous voilà transformés en beaux lutteurs (grecs ou romains) par anticipation.

Maintenant assez déliés des atermoiements qui handicapent toutes les soifs de libération et équipés de la fonction contre-, tournons-nous vers ses conditions de possibilités. Nous savons pourquoi il faudra bien faire avec les pro-fascismes et les anti-fascismes, ils sont avec nous et en nous, mais dans quels assemblages conjurateurs allons-nous donc nous coupler avec des assoiffés de ruines, d’embrasements, avec des clowns tristes ? Et comment contrer ce qui traque déjà et toutes les traques à venir ?

DE LA PUISSANCE DE L’AVANCE RAPIDE >>

POUR NOTRE PREMIER PLIAGE

Mobilisation générale

Contrer la monopolisation

La source de toute barbarie est à chercher dans la volonté de créer des monopoles. Le monopole est la forme extrémisée de l’inégalité et la réduction à néant de toute différence, inégalité substantialisée dans une unité factice qui se donne à voir éternelle et fixe – État et Organisation13 –. C’est la prétention à supprimer toute lutte, toute concurrence, c’est-à-dire tout moyen de s’en sortir : « winner takes all ». Le monopole est le moyen de créer la rareté, alors que nous vivons la pénurie de pénurie (si seulement les méta-répartiteurs dits si vertueux n’était pas si indiscutables…) !

Cependant, il ne s’agit-là que de monopolisation. Le monopole est la fable qui laisse croire à la transcendance et à l’origine14. Le monopole passe pour légitime puisqu’il est incontestable, non la monopolisation qui n’est qu’une suite d’actions en vue de constituer un monopole.

Que faire contre la monopolisation, source de tous les maux – génocide15 – ?

Mobilisation générale16 : Mise en mouvement et en relation de tous les existants ! Pourtant, il ne faut pas s’amuser à confondre les levées d’armées, drapeaux et oripeaux, avec un mode de vie pour contrer la barbarie. La mobilisation générale est bien plus qu’un état d’exception, c’est l’état qui permet l’émergence de toutes les exceptions et donc la lutte contre les monopoles par la pluralisation17.

Pauvres fous, vous êtes traqués par les forces du monopole. Courrez >> !

Accélération urbaine

Monde urbain et conditions de possibilité18

La traque nous atteint sur un terrain qui pourtant porte les conditions de possibilité de son antidote – la fuite – : l’urbain19. Tous nous vivons ou vivrons dans l’urbain et bientôt l’urbain sera le Monde20. Pourtant parmi vous j’entends larmoyer ! Peut-être par réflexe vous chuchotez : « et nos communautés et la fête du village » ? Je pêche sans doute par manque de savoir, mais connaissez-vous une utopie rurale qui dure et qui se diffuse, plus que par les seules exhalaisons d’encens et de fumier ? Et ces liens sociaux si forts et si chaleureux me dites-vous ? Vous noterez que la campagne et les banlieues pavillonnaires fournissent les légions d’électeurs de l’extrême-droite (autre nom de la barbarie…)21. Une fois ces schémas mentaux malmenés, que reste-t-il ? Un Monde qui s’urbanise et une pensée politique incapable de le saisir comme terrain de jeu, des deux côtés : monopolisateurs22 ou communautaristes23, tous jurent et crachent « État ! », « Organisation ! », « Unité ! », si loin de nos expériences quotidiennes. Sans doute savent-ils à quel point l’unité est un leurre dans l’urbain, que même défendue elle y est impossible, qu’elle n’est pas souhaitée et qu’il suffirait d’un coup de rein pour faire éclater les bastions de l’uniformisation24.

Peut-être la peur du grand œil panoptique se déploie-t-elle dans nos aires urbaines ? Avez-vous jamais pensé à la Zone Autonome Temporaire de Hakim Bey25 ? Avez-vous déjà tenté une rave en rase campagne ? Pensez-vous pouvoir rester longtemps à découvert ? L’œil saura vous trouvez (car il suffit d’un seul œil). Vous jurerez par votre activité sur le désert humain de nos campagnes, à découvert. Maintenant, pensez à une ZAT dans l’urbain. Imaginez nos aires urbaines si richement tressées, si densément peuplées d’humains, d’objets et de vivants. Ne pensez-vous pas trouver un recoin pour vous cacher ? Et s’il faut fuir >> les monopolisateurs, quels lieux vous permettront le mieux de vous cacher ? De courir vite ? Les lieux anonymes de l’urbain, les réseaux rapides et divers de l’urbain – en premier lieu la marche et le vélo sur nos rues et ruelles (de l’importance des ruelles bien reliées) –. Les ZAT, ces lieux transitoires sont possibles avant tout dans l’urbain et ses friches, ses recoins, ses souterrains, ses propriétés privées – retourner les remparts à notre avantage pour des temps très courts et choisir l’ouverture par la bonne diffusion de l’information –. L’urbain offre les conditions de possibilité les plus fiables de la cachette. A nous de connaître les monopolisateurs aussi bien qu’ils tentent de nous connaître, mais sachons que leurs yeux sont borgnes en urbain : sinon pourquoi tant de caméras de vidéosurveillance ? C’est la croyance dans le panoptique qui le rend efficace26, non le dispositif technique lui-même, tant il est limité par sa myopie et par la somnolence des vigiles de téléviseurs. Et leurs cartes sont si faibles et réductrices… Si nous collaborons et parvenons à produire des cartographies collaboratives, riches et fluctuantes, nous ferons de outil cartographique, un art du rassemblement. Non sans-logis et invisibles, mais à milles logis et trop rapides, non disparaître, se disséminer.

Et ces renseignements contre les monopolisateurs comment les échangerez-vous ? Par la somme des techniques de communication ! Où créer des réseaux de communication bien reliés et clandestins ? Dans l’urbain. Où échanger des messages qui se noieront dans la masse des émissions ? Dans l’urbain ! L’urbain est en lui-même difficile à prédire, rythmé, transitoire et fuyant, travaillé par des communications rapides. Imaginez si vous l’accélérez27! Si le vrai danger de notre monde urbain est le drone, si l’infiltration ravage des collectifs, si vous craignez votre propre désir de barbarie : accélérez, éparpillez, réunissez, éparpillez encore, Avance rapide >> ! L’URBAIN CONTRE L’ETAT 28!

Conjuration des centres

Polarités il-limitées

Qu’y avait-il avant cette aire de tous les possibles, l’urbain ? La ville. Et le modèle canonique de la ville est celui de la Cité/de la polis (toujours étonnant de prendre pour modèles des régimes infantilisants, sexistes à esclaves et métèques)29. La Cité/la polis, convergeaient en une place centrale dont les fonctions fantasmées étaient celles du marché et des discussions entre citoyens. Bref, en un point était réuni ce qui permet la vie de la ville, et l’organisation de l’exclusion et de la domination en son sein. Vous comprenez déjà pourquoi même sans cynisme vous vous sentez impuissants à lutter, au centre ? Parce que le centre postule la monopolisation. Impossible de lutter au centre, car c’est déjà renforcer les monopolisateurs que de s’y rendre30 ! Et évidemment, aussi, parce que l’agora a été rendue déserte par trop d’exclusion et trop de secrets. Images fanées mais défendues même par les plus ahuris : combien de centres commerciaux aujourd’hui avec leur agora ou leur forum anémiques ? Peu a changé dans nos conceptions spatiales et nous nous sommes bien abstenus de prendre en compte la facilité avec laquelle on pouvait exclure du centre, d’un point unique, visible, accessible plus aisément à certains qu’à d’autres, habitables du fait des coûts par certains et non par d’autres. La ville, lieu de tous les possibles, pour quelques-uns.

Comment penser un mode d’organisation de la densité et de la diversité des autres, sans mener avec tant de facilité à l’exclusion du centre ? Supprimer le centre comme référent pour l’identité de la ville, supprimer le centre en tant que lieu de la visibilité de tous les citadins par tous, supprimer le centre comme lieu d’exclusion. Créer un champ de tous les possibles, pour tous !

Un champ de polarités éphémères et il-limitées qui réuniront tous les volontaires et tous les informés dans des lieux de rassemblement ouverts31, les plus ouverts possibles spatialement et informationnellement. Vive les SMS, les portables, les tablettes, Internet et tous les outils de rassemblement ! Cependant, ces lieux ne deviendront-ils pas de petits centres ? Ils le sont déjà virtuellement, et c’est pourquoi ils doivent être conjurés, quittés, fuis – c’est notre fascisme contre lequel il faut courir –, rendus éphémères c’est-à-dire a-centrés32. Pour multiplier ces points fluctuants, il est nécessaire d’augmenter à profusion les lieux ouverts et accessibles, les places, les locaux divers et les liaisons de transport denses et diverses entre tous. La mobilité est éminemment politique lorsque la fuite et l’avance rapide >> sont devenues des modes d’action. Fuyez les petits centres, vous fuirez les petits fascismes. La discontinuité des rassemblements est la règle qui rend possible tous les rassemblements, partout, pour tous. Soyez éclair ! Sortons du théâtre et entrons dans la course, danse rythmée avec les chaînes33. Il est temps de faire briller les étoiles en nébuleuses dans l’urbain comme plurivers, quand le soleil ne nous atteint pas, lorsque tombe la nuit sur nous.

Fuir >> le cercle

rhizomes il-limités

Le cercle est la figure du monopole et le relais géométrique de la monopolisation. Le centre de la ville est sa traduction spatiale. Le peuple est sa traduction politique. L’État est sa trahison violente. Pourtant tout semble à distance égale dans un cercle, ne-ferait-on pas le plein d’horizontalité (à défaut d’horizon) ? Certes. Néanmoins tout cercle comporte un point central, celui du compas qui l’a tracé, celui du porte-parole, du porte-drapeau, du porte-faisceau. Le cercle + le point central = le cône ; et de là s’ébauche la pyramide – verticalité –34. Ce leurre circulaire masque bien des chefferies. De toute façon, même naïf et bienheureux, le cercle ne laisse rien s’agiter, dépasser, déborder : il rend tout neutre, et nous savons tous ce que signifie neutraliser quelqu’un… Peut-être peut-on concéder qu’il rend possible la visibilité de tous par tous : celle-ci est-elle malgré ce la condition sine qua non du politique ? Le politique a pour condition dernière l’expression de tous pour tous35, et non la représentation ou la vision de tous par tous, ou pire, par quelques-uns…

Conjurer les pyramides et fuir les cercles pour produire les lignes de fuite et les rhizomes36 qui rendent possibles des rassemblements égalitaires pour chaque existant, voilà la figure mouvante et discontinue à prendre pour patron37. La courbe oui, le pli, encore oui, le cercle, jamais ! A cette figure, joignons, pour le temps des rassemblements éphémères, les croisements fous de myriades de lignes de fuite : voici le nouveau monstre – nébuleuse, comètes et étoiles filantes –, centrifuge et centripète, voici le nouveau monstre rythmique, protéiforme, sans visage et sans masque38 !

D’une manière de contrer un peu particulière qui a constitué notre premier pli, la négation >>, à la positivation , deuxième pli, passion du rassemblement et de l’exercice de la nébuleuse démocratique : de la polis comme paradigme politique de nos États à l’urbain pour réalité de nos vies et ressource pour la mondialité.

DE LA PUISSANCE DU RASSEMBLEMENT

POUR NOTRE DEUXIÈME PLIAGE

Ordonner le chaos

Lieux de rassemblement

Aux disséminations se succèdent et se juxtaposent les rassemblements, et les disséminations, etc39. Pour que se tiennent ces rassemblements et les interconnaissances qui les rendent viables, il faut des lieux disponibles toujours, et en nombre assez grand pour éviter tous les mauvais yeux. Le polymorphisme fluctuant d’une nouvelle forme politique urbaine rend possible ces rassemblements d’un point de vue politico-spatial. Et ensuite ?

La mobilité et l’accélération, l’évitement de toutes les verticalités – cônes, pyramides, cylindres… – rendent possibles et probables les reconnaissances positives et horizontales, les rencontres des autres singularités. Dans ces lieux de rassemblement, la densité et la diversité sera plus forte que dans les centres anciens exclusifs40. Repensez aux ZAT et traduisez en boîtes de nuit, bars, cafés, caves, soirée diverses et déambulations collectives ! Et, si les fêtes vous ennuient et que les passions partagées vous lassent, pensez et expérimentez d’autres rassemblements !

Un lien nécessaire à ce projet reste toutefois à établir entre les fêtes et les extases collectives ; quand est-il discuté du sort du Monde ? Quand les problèmes sont-ils affrontés, discutés, compromis ?

Cet espacetemps, autrefois dit public, nous le dirons commun41,pour rompre avec les désirs d’État – dit public – et d’Organisation « entreprise » – dite privée –. Il est marqué par la discontinuité. L’art de gouverner est un art trop précieux pour être exhibé et malmené en permanence ! Le gouvernement est un état d’exception, c’est l’état qui permet l’émergence par l’enquête42 de toutes les solutions et donc la lutte contre les décisions tranchées. Une fois la solution au problème ou au conflit découverte et acceptée par tous les concernés, grâce à l’écoute de chacun des points de vue, leurs compromissions, et de l’enquête qui fournit des renseignements et des existences aux existants omis de la vie quotidienne, l’espacetemps commun disparaît. Mais qui a le droit de s’exprimer ? Sûrement pas les porte-parole, bien que des dispositifs techniques puissent aider chacun à se faire écouter. Toutes les parties-prenantes volontaires – qui s’expriment par la parole, par l’écrit, par les moyens de communication dont elles ont l’usage – ou convoquées par les enquêteurs – existants connus principalement par les amateurs de sciences ou les scientifiques eux-mêmes43, mais aussi par tous les spécialistes d’un mode d’existence en particulier44 –. Plus qu’un droit à l’expression, il s’agit d’une nécessité pour le maintien de la vie commune et de toutes les fuites45. A quoi bon déléguer et supprimer des existants du rassemblement puisqu’il s’agit d’écouter et discuter l’avis et le savoir de tous les concernés volontaires et accueillis – ceux qui n’ont pas de volonté avérée – ? Aurions-nous du temps à perdre ? Non, nous avons du nouveau à révéler, et ce nouveau mérite bien le travail de tous et l’écoute de tous les volontaires. L’espacetemps de réunion, l’espacetemps commun, parce que l’art du gouvernement est un art de la conjuration des problèmes et des conflits46 par la nouveauté, n’est plus le lieu d’aucune représentation. L’espacetemps commun, événement du « travail de collection du collectif »47 est le lieu de toutes les expressions et avant tout celle de la nouveauté48. Mais ce travail de collection est temporaire et ultra-limité dans le temps, et n’a pour fonction que d’éviter la destruction de l’un, de certains ou de tous les existants ! Il serait bien hasardeux le grand clerc qui promettrait un monde pacifié par la réunion de tous dans la constitution d’un grand Cercle, même en perpétuel recommencement. Il réinventerait la possibilité même de l’exclusion49, autrement dit de la destruction de la relation à un autre existant et donc sa destruction prochaine, ce que nous tentons d’éviter à tout prix, à tout prix. Au prix des États, des Organisations, des rêves, des fantasmes et des ahuris, une constellation dansante pour conjurer tous les holocaustes qui hantent les vies quotidiennes et les institutions les plus chéries50.

Si la négation est la considération de l’autre dans son élan destructeur, la positivation est la fonction qui permet de prendre en compte l’autre pour se lier à lui d’un attachement libérateur, pour agir selon lui et avec lui dans la quête d’un optimum51.

Naissance d’un monde

Dé-border

La fonction positivation va nous permettre de penser à nouveau un autre rôle que celui du pessimiste conjurateur. Le rôle de l’optimiste, celui qui tente de calculer et de créer de nouveaux optimum d’associations d’existants. Celui-là est diplomate. Deux rôles complémentaires de débordement. Et en tout et tous ils accroissent à l’extrême le dé-border, la lutte in-finie contre les frontières des institutions. Ils ne s’opposent pas l’un à l’autre, ils ne se succèdent pas, ils se connectent en chacun de nous, ils vont l’un avec l’autre. Ni ou pessimiste ou optimiste, ni pessimiste puis optimiste, pessimistes et optimistes en même temps ! Ni aborder, ni déborder, il s’agit de faire fuir les institutions : par l’épuisement et la traque qui distend les fronts et les corps, par la diplomatie et la négociation qui étend la frontière de positivation, de prise en compte des existants pour la négociation de l’optimum52. Le coureur magnifique fuit, désordonnant le traqueur, le contrôleur, le maître/ le diplomate patient fait fuir les frontières trop fixes et trop rigides des institutions utiles53. Le coureur lutte contre le dur, le rigide, la matraque. Le diplomate est l’artisan des liens entre les poreux, les bonnes institutions, les naïfs et les bons, dans les vides il s’active. Dans ces pores, le diplomate – celui qui est habile dans les relations -, il connecte, tisse et noue les existants entre eux. Car, il faut bien l’admettre, il faut sauver les bonnes institutions : celles que personne n’a à fuir car elles ne traquent personne, celles que personnes n’a à contrer, car elles ne fomentent aucun monopole, celles qui créent et multiplient les relations. Appelons-les, institutions de connexion. Là où le fuyard n’a qu’ « anticipation » à la bouche, le diplomate poursuit les relations à venir et leurs consolidations dans les bonnes institutions : celles qui multiplient les relations et non celles qui réduisent à l’unité54. Le diplomate n’agit pas en son nom, pas pour lui, toujours pour les autres. Les institutions de connexion ne cristallisent, ne stratifient pas, elles ne sont pas des attracteurs, elles ne tissent pas de relations vers elles, elles tissent et rendent possibles des relations entre les autres. Ce sont des sortes de trous blancs55, en opposition aux trous noirs56entrepreneuriaux et étatiques. Ces institutions de connexion, ces trous blancs conservent les mêmes existants, mais changent radicalement leurs modes d’agencement : de l’étoile mono-centrique à la nébuleuse. Évidemment, quelques soient ses dons de parole et de communication, de traduction et de compromission, le diplomate comme ces institutions n’ont aucune autorité57.

Institutions de protection

Pluralisme ordonné58

Cependant, dans notre tentative de ne pas verser dans l’angélisme, il nous faut prendre acte de la nécessité des institutions de protection contre les fascismes, voire contre les anti-fascismes, le temps de leur incurie. Comme nous ne pourrons tout relier sans institution de connexion, nous ne pourrons tout contrer sans institution de protection. Ni capture, ni canalisation, aucune des deux formes de limitations autrement dit, l’institution de protection contre. Pour l’empêcher de contrer à tort et à travers et de se faire aussi grosse que le bœuf59, son territoire juridique doit être ultralimité. Il est évident que les existants n’appartiennent à personne et qu’il leur faut dé-border. Il est clair que les territoires n’ont pas de sens non plus pour nos existants contre- (et bientôt trans-). Cependant, une continuité territoriale juridique conserve un sens pour permettre l’intervention de chargés temporaires et élus de la protection de ceux qui ne peuvent être contre-, et de ceux qui ne le peuvent pas assez. Ceux-là sont volontaires à l’assistance, ou considérés après enquête et expression de leur incapacité à contrer, et non choisis a priori. Les quasi-territoires d’intervention de ces petits shérifs qui n’agissent qu’en réponse à l’appel d’un existant sont juxtaposés et fragmentés. Si la succession temporelle était le meilleur moyen de lutter contre les petits centres, la succession spatiale et la taille égale seront les biais pour empêcher la formation de forces supérieures aux autres, en sus de la redéfinition périodique des territoires. Bien sûr, les flux sont sans ancres, et les diplomates sont les pacificateurs dont les travaux herculéens ne cessent jamais. Aucun existant n’est partagé ou distribué, tous se diffusent. Seul le droit fonctionne selon un partage (et pas selon la diffusion) et crée ce qu’on pourrait appeler des quasi-états, des états manqués60 à la dette in-finie61 envers les appelants à l’aide. Ces quasi-états sans « droits » qui n’ont rien à voir avec des « failed states », sont sans souverain et sans souveraineté, mais ils répondent par devoir aux appels et à ceux qui relaient ces appels : ils sont des quasi-états au service du commun. Ces états sont un peu particuliers, car sans population et sans gouvernement. Et à ceux qui craignent pour la stabilité, ils la confondent avec l’ordre unitaire : multiplier les strates et les plis, les relations qui attachent tous les existants entre eux, ce qu’on a appelé mobilisation générale, c’est faire tenir ensemble par le mouvement des relations tous les existants62.

Trans-existants

Nouveau collectif63

Désormais, tout existant peut appeler à la protection, à la connexion, et continuer à contrer. Peut-être ici et maintenant peut-on tenter les cosmopolitiques64, les barrières perpétuellement contrées et débordées, sans risquer de prêcher dans le désert ou même d’être malmenés car découverts. Révéler les relations réelles entre les existants nous exposent toujours aux flux des marchés et aux captures des États, il faut savoir faire plus vite, toujours plus vite. Dans cette poursuite effrénée, l’œuvre du diplomate et des institutions de connexion est le transexistentiel . Parce que nous sommes contre-, collés à, puisque nous multiplions et accélérons toutes les relations, jusqu’à plus soif, nous sommes trans- : nous créons des cyborgs, des monstres et des chimères65 et un monde transrelationnel66, transtemporel67et translocal68. Ces relations et toutes les émotions dont elles sont chargées qui traversent les singularités réunies, participent à la constitution des collectifs souples et solides. Dans ce champ d’existants en tension, nous privilégions les formes les plus riches et protéiformes.

Pourquoi se connecter finalement ? Se connecter au plus grand nombre possible d’existants, c’est empêcher la barbarie en renforçant la valeur de l’autre pour soi, et ouvrir la porte à toutes les nouveautés pour résoudre tous les problèmes69. Par quoi se connecter ? Tous les outils, toutes les prothèses, tous les moyens techniques possibles et imaginables : mais bien se connecter. Aucun trans- par la juxtaposition des complémentaires, explosion des relations possibles pour expérimenter, mais toujours contre-. Le trans- est le fruit des rencontres réussies des hétérogènes entre eux, et non de la création de chaînes (alimentaires, de commodités ou marchandes), de successions et de juxtapositions sans signification et sans émotion. Le trans- nous fabrique et nous le fabriquons par la connexion et par l’hybridation, en premier lieu dans l’urbain où tous se croisent et où tous peuvent se connecter. Si tous connectés, nous louons par l’action les existants les plus divers, bientôt s’éveillera le Monde, et peut-être pourra-t-on alors sauver la planète Gaïa.

Et voici, le peuple de l’urbain contre-barbarie : collectif trans-existants .

Exister n’est rien d’autre : capturer le chaos dans une forme qui continue à en dire l’intensité et l’infinité, tout en étant elle-même finie – in-finie –. Et si telle est l’ex-istence, il n’est pas faux de dire que c’est un exercice dangereux70.

De la nécessité des chimères

Barbarie

Les utopies et les chimères ne sont pas vouées au déni des lâches et aux railleries des cyniques. Elles ne sont pas prétentieuses, mais nécessaires. Les monstres imaginaires ont d’ores et déjà une existence, pourquoi avorter leurs brouillards existentiel possible ?

Et qu’on évite les bons mots du « devoir de mémoire »71, avers dont l’envers est la diabolisation. Ce doux devoir n’est qu’une distanciation larmoyante qui n’empêche rien dans la vie quotidienne. Par mes rappels des génocides réalisés et à venir, chez les plus innocents et les plus coupables, je tente d’ouvrir l’entre-deux d’un univers de scrupules pour notre temps présent qui avive un passé toujours présent, pour toujours présent. Nos mains sont toujours sales des victimes à venir, et elles sont aussi l’unique moyen d’exorciser : plus ou moins spectrales, plus ou moins vivantes, les victimes en devenir nous hantent72.

Finalement, reste une question qui a guidé cet appel criard : qu’est-ce que la barbarie ? La barbarie est le déni la possibilité d’autres définitions d’associations optimales des existants et de les expérimenter avec eux. Erreur fatale de supposer que nous habitons une arche tandis que nous sommes animés par un sentiment océanique. Ses traductions prennent tous les noms, et, pour un enfant du XXème siècle européen, voire mondial, ses noms sont fascismes et anti-fascismes.

Contre-barbarie

à polis, polis et demi73

Utopie-projet, utopie-expérimentation, urbain libertaire, anarchisme urbain, nommez-le comme vous voudrez. Pour ma part, j’appelle ce monde possible et qui vient, ni FASCISME, ni ANTI-FASCISME : CONTRE-FASCISME.

Au moins, un élan aura été donné, contre le dés-astre initial74 une myriade d’étoiles/une galaxie vacillante est tentée. Fuyons et rendons nous aptes à un nouveau plurivers ! Si vous le voulez-bien, cessez de demander le « laissez-faire » et laissez vivre, plutôt, faites vivre.

Luttons, mais n’achevons jamais75. Interminable lutte. Ouvrons la liste des partisans du contre-fascisme, à vos textes, vos luttes, à vos contre-captures, à cette proposition éthique, au cœur de notre monde (urbain) : CONTRE-BARBARIE.

>> >> >> >> >>>> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> >> 

 1Et de tous ces suffixes en général qui viennent fermer le mot et la « marche » avec. Au contraire l’ajout d’un préfixe ouvre et donne un élan.

2 Éthiciens du contre-fascisme :Foucault Michel, « L’Anti-Oedipe : Une introduction à la vie non fasciste », Préface de Michel Foucault à la traduction américaine du livre de Gilles Deleuze et Felix Guattari, L’Anti-Oedipe : capitalisme et schizophrénie, 1977. In Michel Foucault, Dits et Écrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard, 2001 (1ère Édition 1994), p. 133-136, http://multitudes.samizdat.net/L-Anti-Oedipe-Une-introduction-a.html
3 Qu’on ne nous fasse pas le coup trop malhonnête du « le conflit socialise quand même »… Belle socialisation que la destruction. Les relations, il y en a de bonnes et de moins bonnes.
4 Deleuze Gilles, Guattari Felix, Mille Plateaux, Editions de Minuit, Paris, 1980, 645 p.« On évitera quatre erreurs concernant cette segmentarité souple et moléculaire. La première est axiologiques et consisterait à croire qu’il suffit d’un peu de souplesse pour être « meilleur ». Mais le fascisme est d’autant plus dangereux par ses micro-fascismes, et les segmentations fines aussi nocives que les segments les plus endurcis. La seconde est psychologue, comme si le moléculaire était du domaine de l’imagination, et renvoyait seulement à l’indépendant ou à l’inter-individuel. Mais il n’y a pas moins de Réel-Social sur une ligne que sur l’autre. En troisième lieu, les deux formes ne se distinguent pas simplement par les dimensions, comme une petite et une grande formes ; et s’il est vrai que le moléculaire opère dans le détail et passe par de petits groupes, il n’en est pas moins coextensif à tout le champ social, autant que l’organisation molaire. Enfin, la différence qualitative des deux lignes n’empêche pas qu’elles se relancent ou se recoupent si bien qu’il y a toujours un rapport proportionnel entre les deux, soit directement proportionnel, soit inversement proportionnel. » pp. 262-263.
5 Le « ne pas » ce qui est nié, le déni donne plutôt un « ce-dont-il-ne-faut-pas-prononcer-le-nom », ce qui ne doit pas exister.
6 Rien à voir avec la paranoïa, l’anticipation c’est la lutte, pas le Ciel qui tombe sur nos têtes. http://fc04.deviantart.net/fs71/i/2013/112/e/1/paranoia_by_magvw-d62nurb.jpgparanoïa
7 « Mais quelle voie révolutionnaire, y en a-t-il une ? […] Aller encore plus loin dans le mouvement du marché, du décodage et de la déterritorialisation ? Car peut-être les flux ne sont pas encore assez déterritorialisés, pas assez décodés, du point de vue d’une théorie et d’une pratique des flux à haute teneur schizophrénique. Non pas se retirer du procès mais aller plus loin, « accélérer le procès », comme le disait Nietzsche : en vérité, dans cette matière, nous n’avons encore rien vue. », Deleuze Gilles, Guattari Felix, L’Anti-Œdipe, Les Éditions de Minuit, Collection « Critique », 1972, 493p., p. 292.
8 Qu’on pense à un basketteur en extension, voyez comme il a tout prévu, comme il évite l’attraction monopolisitique du ballon par le filet. https://www.youtube.com/watch?v=fegi_jQyexM. Il n’arrache pas le bras de son adversaire, ni le laisse marquer, mais il le devance.
9 Qu’on pense au judo et aux contre-prises : https://www.youtube.com/watch?v=C_SB0TqvUb8
10 Premier partisan masqué du contre-fascisme : « L’être moral reprend tous les existants à la lumière d’un nouveau questionnement. Bien que chaque mode soit réflexif par rapport aux précédents, celui-là, si l’on ose dire, cumule toutes les réflexivités. Les êtres porteurs de scrupules posent une question, après coup, qu’aucun autre mode n’a encore posée de cette façon : « Avons-nous eu raison ? Peut-être faut-il tout recommencer. Reprenons-nous. » Latour Bruno,  Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, La Découverte, Paris, 2012, 498 p. , p. 457.
11 Utiliser les sciences de l’Etat et de l’Organisation pour calculer un optimum pluraliste : sciences contre l’Etat.  « L’optimum doit être calculé alors qu’il est incalculable. Il y a deux façons d’aborder ce paralogisme : en faisant comme si on pouvait le calculer en imitant le mode de la référence sans jamais y parvenir [REF.MOR] ; en assemblant sous une forme toujours à reprendre, ceux qui sont directement concernés et que mine le scrupule de s’être à nouveau trompés dans la répartition des moyens et des fins. » Ibid, pp. 459-460.
12 Il semblerait qu’on parle de « clinch » en boxe, https://www.youtube.com/watch?v=7YatTyPFSXE
13 Les deux monstres préférés des néo-libéraux ET des marxistes-léninistes : État/Entreprise ; État/Parti. On peut rajouter : le Couple, l’Héritage, etc. http://www.asahi-net.or.jp/~EB6J-SZOK/leviathan1.jpgLéviathan Hobbes
14 Comment sommes-nous tant oedipianisés ?
15 Qu’on pense un instant aux puissances délirantes que pourraient mettre à l’œuvre un État ou une Organisation … pour bombarder et raser, pour affamer et rancir : grâce aux taxes et aux impôts , au salariat et à l’actionnariat – vols organisés – . Et aux mauvais optimistes présentistes, je dirais : il suffit d’une fois (l’expérience a été plutôt à répétition, d’ailleurs).
16 Deuxième partisan masqué du contre-fascisme :Lussault Michel, L’avènement du Monde, Essai sur l’habitation humaine de la Terre, Seuil, 2013, 304 p.
17 Pour remplacer « différenciation », sur les conseils de Pierre Weiss, ce qui montre l’articulation entre les différents.
18 Penseur d’un au-delà de la polis : « Le « contre-espace » déborde l’opposition qui passe pour établie entre « réforme » et « révolution ». Toute proposition d’un contre-espace, le plus insignifiant en apparence, ébranle de la base au sommet, l’espace existant, ses stratégies, ses objectifs : l’homogénéité, la transparence devant le pouvoir et l’ordre établi. » Lefebvre Henri, La production de l’espace, Éditions Anthropos, Paris, 1974, p. 441.
19 Sauf à penser que les Beatniks noyés dans l’essence et la drogue fournissent une fuite enviable, de toute façon seulement envisageable dans les régions peu denses. C’est-à-dire où vous être libres mais sans aucune capacité d’agir, car sans autre. Celui qui fuit ne fuit pas comme un canard sans tête.
20 Aux Nords et aux Suds.
21 Encore un partisan masqué et un initiateur de la vision de l’urbain comme ressource contre- : article de Jacques Lévy pour « le monde », http://choros.epfl.ch/files/content/sites/choros/files/shared/Communication/Communications/Presidentielles2012/Choros-LeMonde-Mercredi25.pdf
22 Autre nom des contractualistes, idéalistes anhistoriques, impenseurs du devenir et donc négateurs de la différence,et optimistes présentistes.
23 Autre nom des essentialistes, des ethnicisateurs, des racialistes et des idéalistes différentialistes. « Autrement dit, en chaque point, la preuve qu’on ne ment pas est donné par la suite de la courbe et par l’attente, par l’espérance de son retour nécessaire et de sa reprise et de son extension future – retour, reprise, extension qui dépendent entièrement des suivants, le long de cette chaîne que le manquement d’un seul suffirait à faire pérécliter. Et que l’on ne s’y trompe pas, il n’y a pas d’autre regroupement que ce mouvement-là de collection, aucune réserve sur laquelle on pourrait compter, aucune identité, aucune racine, aucune essence, aucune substance sur lesquelles on pourrait se reposer. » Latour Bruno,  Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, La Découverte, Paris, 2012, 498 p., pp. 344-345
24 Si l’on constate la définition proposée de l’« urbanité » proposée par Jacques Lévy : le rapport entre diversité et densité en un point est maximal dans les aires urbaines.
25 Plus-que-partisan énigmatique du contre-fascisme :« La TAZ est comme une insurrection sans engagement direct contre l’Etat, une opération de guérilla qui libère une zone (de terrain, de temps, d’imagination) puis se dissout, avant que l’Etat ne l’écrase, pour se reformer ailleurs dans le temps ou l’espace. » Bey Hakim, TAZ, Zone autonome temporaire, L’Éclat, Paris, 2004, 90 p., p. 14.
26 Ce qui n’empêche pas d’avoir à lutter contre l’extension des mauvais yeux.
27« La ville idéale comporterait obsolescence de l’espace : changement accéléré des demeures, emplacements, espaces préparés. Ce serait la ville éphémère, œuvre perpétuelle des habitants, eux-mêmes mobiles et mobilisés pour/par cette œuvre. » Lefebvre Henri, Le droit à la ville I, Société et urbanisme, Éditions Anthropos, Paris, 1968, 166 p., p. 153.
28 On reconnaîtra là un précurseur du contre-fascisme : Clastres Pierre, La société contre l’Etat, Les Editions de Minuit, 1974.
29 D’aucun pensera en France au modèle de la Troisième République, aux femmes, aux colonies, aux enfants, aux animaux, etc.
30 Déjà épinglés, comme une invasion de papillons noctambules attirés par des lampions : http://www.maxisciences.com/papillon-de-nuit/des-millions-de-papillons-de-nuit-envahissent-madrid_art29883.html
31 Qui auront écartés avec la prégnance de l’État le questionnement sur le caractère public ou privé du lieu.
32 Contrairement à l’âne Buridan trop hésitant, nous irions à la fois vers la carotte et vers la botte de foin, ou quelque chose comme ça. Il n’y a pas de : « il faut bien choisir » : Prenons-tout, mais pas tout en même temps !
33 Nietzsche aurait-il osé le « double-dutch » ? https://www.youtube.com/watch?v=A2UBcyc6yW834 Pour une image, http://www.marris.org/asymptote/Solides/fig_py05_261011_pyramide.pngfig_py05_261011_pyramide[1]
35 Fêlure où s’immiscent tous les contre-fascismes : « Nous supprimons la scène et la salle qui sont remplacées par une sorte de lieu unique, sans cloisonnement, ni barrière d’aucune sorte, et qui deviendra le théâtre même de l’action. » Artaud Antonin, Le théâtre et son double, Idées, NRF, 1966, 255p., p. 146.
36 Pour un rhizome de bambou, admirez l’intrication et les lignes de fuite… https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/ca/Bamboo_with_rhizome_1.JPG
rhizome de bambou
37 Bruno Latour sans son cercle et avec sa courbe : « Un corps qui n’en est pas un ; de l’accord qui ne raccorde jamais ; de l’unité qui se disperse aussitôt ; de la dispersion qu’il faut aussitôt rassembler ; des affaires chaque fois différentes autours desquelles il faut s’assembler parce qu’on ne s’entend pas… » Latour Bruno,  Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, La Découverte, Paris, 2012, 498 p., p. 351.
38 Les comètes sont nos rassemblements : https://www.youtube.com/watch?v=IFr9MFjNbpY, pas étonnant qu’on appelle « Larmes » ces phénomènes contre-unitaires dans la « tendre » France.
39 « Nous pouvons apercevoir une géographie complètement nouvelle, une sorte de carte de pèlerinages sur laquelle on a remplacé les lieux saints par des expériences maximales et des TAZ » Bey Hakim, TAZ, Zone autonome temporaire, L’Éclat, Paris, 2004, 90 p., p. 73.
40 Penser un « Tresor » sans dj (qui dure et monopolise). Cela ne doit pas être loin de la densité et de la diversité d’une station de métro, non ? https://www.youtube.com/watch?v=zRZoNWcTkGI
41 « Le droit à l’œuvre (à l’activité participante) et le droit à l’appropriation (bien distinct du droit à la propriété) s’impliquent dans le droit à la ville. » Lefebvre Henri, Le droit à la ville I, Société et urbanisme, Editions Anthropos, Paris, 1973, p. 155.
42 Noble libéral : « En ce qui concerne plus particulièrement les questions politiques, l’unification qui a été mentionnées plus haut s’établit entre le mode d’engendrement des institutions politiques et le mode d’enquête sur lequel reposerait dans l’idéal toute réglementation gouvernementale. Cela suggère d’emblée que la limite séparant le public du privé ne puisse être fixée dans l’absolu ou de manière a priori. Le degré d’intervention de l’État dans les affaires humaines dépend non de la nature des activités ou des acteurs qui les accomplissent mais des conséquences factuelles des activités. Le repérage de ces conséquences nécessite une méthode et mobilise le public, qui se constitue par ce repérage lui-même. Solidariser le gouvernement et l’enquête portant sur les conditions associatives au niveau même des principes d’une bonne politique et de la reconstruction des concepts dont elle tire ses traits essentiels, conduit de fait à situer l’utilité d’une pensée de la démocratie dans le cadre d’un mode de vie, non dans celui d’une théorie de la nature humaine […] » Dewey John, Le public et ses problèmes, Université de Pau/Éditions Léo Scherrer, 2003, 207p., p. 24.
43 Les scientifiques : « Bref, ces quelques élus pourraient se voir dotés de la plus fabuleuse capacité politique jamais inventée : faire parler le monde muet, dire le vrai sans être discuté, mettre fin aux débats interminables par une forme indiscutable d’autorité qui tiendrait aux choses mêmes. » Latour Bruno, Politiques de la nature, Comment faire entrer les sciences en démocratie ?, La Découverte, Paris, 2004, 363 p., p. 28
44 Latour Bruno,  Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, La Découverte, Paris, 2012, 498 p.
45 « Le droit à l’œuvre (à l’activité participante) et le droit à l’appropriation (bien distinct du droit à la propriété) s’impliquent dans le droit à la ville. » Lefebvre Henri, Le droit à la ville I, Société et urbanisme, Éditions Anthropos, Paris, 1968, 166 p., p. 155.
46 Et n’a aucun rapport avec le tranchant qui rompt nœud gordien sans même tenter de le démêler. Voilà la politique des temps passés, dit du « Grand », https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/bb/Alexander_cuts_the_Gordian_Knot.jpg
47 Ibidem, p. 58.
48  « En même temps, et plus profondément, elle [la micro-imitation] se rapporte à un flux ou à une onde, et non pas à l’individu. L’imitation est la propagation d’un flux ; l’opposition, c’est la binarisation, la mise en binarité des flux ; l’invention, c’est une conjugaison ou une connexion de flux divers. » Deleuze Gilles, Guattari Felix, Mille Plateaux, Editions de Minuit, Paris, 1980, 645 p., p. 207.
49 « Autrement dit, en chaque point, la preuve qu’on ne ment pas est donné par la suite de la courbe et par l’attente, par l’espérance de son retour nécessaire et de sa reprise et de son extension future – retour, reprise, extension qui dépendent entièrement des suivants, le long de cette chaîne que le manquement d’un seul suffirait à faire pérécliter. Et que l’on ne s’y trompe pas, il n’y a pas d’autre regroupement que ce mouvement-là de collection, aucune réserve sur laquelle on pourrait compter, aucune identité, aucune racine, aucune essence, aucune substance sur lesquelles on pourrait se reposer. » Latour Bruno,  Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, La Découverte, Paris, 2012, 498 p., pp. 344-345
50 Fonder et perpétuer une Institution avec un grand « I », voilà ce qui est barbare après Auschwitz, Hiroshima et tous les autres du plus grand au plus petit, car toute transcendance traîne la barbarie à sa suite .
51 Autrement dit trouver la bonne relation avec l’autre, et non pas seulement reconnaître une essence à un autre lointain (même à portée de regard). Son existence n’est pas augmentée en dignité par notre regard, mais elle est enrichie par le champ des possibles que ce regard ouvre. Une certaine école de de Francfort semble bien s’égarer dans son retour à la dialectique du maître et de l’esclave. Évitons la reconnaissance vaine, les yeux souverains qui se penchent sur nous, aveuglants.  
52 Positivation et négation : rien à voir avec des pîles.
53 Bref, Deleuze avec Latour, et plus seulement Latour avec Deleuze. « Mais à la diplomatie il faut des diplomates, c’est-à-dire des gens capables – contrairement à ceux qui les envoient – de découvrir enfin ce à quoi tiennent vraiment leurs mandants – au prix de quelques sacrifices qu’ils apprennent à détecter à l’occasion de pourparlers souvent interminables. Exploration délicate, qui doit procéder par des tâtonnements que les accusations de traîtrise ne doivent pas suspendre et qui vont occuper dans cette enquête une place privilégiée. » Latour Bruno,  Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, La Découverte, Paris, 2012, 498 p., p. 29.
54 Tentons juste d’imaginer le nombre énorme de relations différentes qu’il est possible de proposer à partir de cette figure https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d6/Metal_foam_-_big_porosity.jpg 
55 http://fr.wikipedia.org/wiki/Trou_blanc, conformément à ce que je saisis d’astrophysique il s’agit pour nous aussi de déborder les trous noirs en leur opposant des trous blancs.
57 « En effet pour qu’un aspect de la structure sociale soit en mesure d’exercer une influence quelconque sur cette structure, il faut, à tout le moins, que le rapport entre ce système particulier et le système global ne soit pas entièrement négatif. C’est à la condition d’être immanente au groupe que pourra se déployer effectivement la fonction politique. Or celle-ci, dans les sociétés indiennes se trouve exclue du groupe, et même exclusive de lui : c’est donc dans la relation négative entretenue avec le groupe que s’enracine l’impuissance de la fonction politique ; le rejet de celle-ci à l’extérieur de la société est le moyen même de la réduire à l’impuissance. » Clastres Pierre, La société contre l’Etat, Les Editions de Minuit, 1974, 186p., p. 38.
58Pour reprendre une expression de la juriste si lumineuse et si peu aveuglante, quatrième partisane masquée du contre-fascisme : « Maintenir une séparation, sans imposer la fusion et pourtant construire quelque chose comme un ordre, ou un espace ordonné : telle pourrait être la réponse à la complexité juridique. » Delmas-Marty Mireille, Le Pluralisme ordonné, Les Forces imaginantes du droit (III), La Couleur des Idées, Seuil, Paris, 2005, 303 p., p. 26.
60 Pour reprendre une expression de Maria Boutros.
61 Soit l’antithèse de la dette in-finie du citoyen envers l’État concrétisée par les taxes et l’imposition
62 Voyez la roche si pleine de plis, de couches, et pourtant si dure. https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/76/Serpentine-texture.jpg roche plissée
63« Le collectif n’est pas une substance ou une forme antérieure aux êtres individués et qui les contraindrait, pénétrerait en eux ou les conditionnerait : le collectif est la communication qui englobe et résout les disparitions individuelles sous forme d’une présence qu’est synergie es actions, coïncidence des avenirs et des passés sous forme de résonance interne du collectif. » Simondon Gilbert, L’individu et sa genèse physico-biologique, PUF, Paris, 1964, 271p. , p. 248.
64 Pour reprendre un peu rapidement la belle théorisation non-kantienne d’Isabelle Stengers.
65 Donna Haraway parlerait sans doute de cyborg sponsorisé, https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9a/Mutton_bustin.jpg  course de mouton Dodgers
66 « celui-ci et celui-ci et celui-ci et peut-être celui-ci et peut-être celui-ci, etc. ».
67« en ce moment et en ce moment et en ce moment et peut-être en ce moment et peut-être en ce moment, etc. ».
68 « ici et ici et ici et ici et ici et peut-être ici et peut-être ici, etc. ».
69 Combes Muriel, Simondon, Individu et collectivité, PUF, Paris, 1999,128 p., p. 107.« Agir éthiquement, pour un sujet, signifie en effet s’affirmer comme « point singulier d’une infinité ouverte de relations » (IPC, p. 234) construire un champ de résonnance pour d’autres actes, ou prolonger soi-même les actes dans un champ de résonnance construit par d’autres ; c’est procéder à une entreprise de transformation collective, à une production de nouveauté en commun, où chacun se transforme en apportant pour d’autres un potentiel de transformation. Or, c’est la définition de l’individuation collective, qui ouvre à la dimension du transinviduel ». s Muriel, Simondon, Individu et collectivité, PUF, Paris, 1999,128 p., p. 107.« Agir éthiquement, pour un sujet, signifie en effet s’affirmer comme « point singulier d’une infinité ouverte de relations » (IPC, p. 234) construire un champ de résonnance pour d’autres actes, ou prolonger soi-même les actes dans un champ de résonnance construit par d’autres ; c’est procéder à une entreprise de transformation collective, à une production de nouveauté en commun, où chacun se transforme en apportant pour d’autres un potentiel de transformation. Or, c’est la définition de l’individuation collective, qui ouvre à la dimension du transinviduel ».
70 Pour reprendre à bon compte une belle formule : « Philosopher n’est rien d’autre : capturer le chaos dans une forme qui continue à en dire l’intensité et l’infinité, tout en étant elle-même finie. Et si telle est la pensée, « il n’est pas faux de dire que c’est un exercice dangereux » Deleuze Gilles, Guattari Felix, Qu’est-ce que la philosophie ?, Les Éditions de Minuit, Collection Critique, 1991, 206p., p. 44.
71 Est-ce plus qu’un jeu pour convaincre les convaincus ? A moins qu’ils ne pensent que l’horreur et son expression suffisent à changer un humain. L’esthétique du Xxème siècle use et abuse du choc, sans grand succès semble-t-il.
72 Merci à Carolin Stenz pour m’avoir aidé à trouver une formulation que j’espère assez peu maladroite pour heurter nos scrupules
73 Parce que Benoit-Lucien Vaillot est tout à la fois, parce que Maria Boutros est toute contre-.
74« Il faut dire qu’ils n’ont pas eu de chance, ils n’ont jamais goûté à la liberté économique. Pas une fois dans leur courte histoire, ils ne sont parvenus à s’extraire de cette simple question : « Quel tyran préfères-tu ? » Celui de la MAIN INVISIBLE des MARCHES, ou celui de la main visible de l’ETAT ? […] Jamais ils n’ont cru possible d’échapper à toute tyrannie à toute maxi-transcendance. Quelle guerre de religion a, plus que celle-ci, couvert de sang d’abord l’Europe, ensuite la planète entière ? Qui aura le courage de publier les Livres noirs de tous les crimes symétriques ? Les deux camps font comme s’il existait quelque part, au-dessus de nous ou en-dessous, en tout cas ailleurs, un métarépartiteur si puissant, si omniscient, si au-delà de toute organisation, de toute intervention, de toute interférence, de toute humble révision locale d’un script, que l’on pourrait le suivre aveuglément se confier à lui automatiquement. La seule différence est que les uns placent le métarépartiteur avant tous les cours d’action, c’est le cas pour l’État, et les autres après, dans l’horizon du Marché. Or l’idée même d’un métarépartiteur annule entièrement le déploiement du mode d’existence [ORG] – sans parler de la circulation politique [POL]. S’il y a un ailleurs, au-dessus, en dessous, avant ou après un organisme déjà composé, alors il n’y a plus rien à faire. » Latour Bruno,  Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, La Découverte, Paris, 2012, 498 p., p. 467.
75 Interminable lutte, et si le taureau laissait sauf l’humain « presque » à chaque fois : http://www.wat.tv/video/quand-toreador-laisse-vivre-x8v5_2f1g1_.html ; https://www.youtube.com/watch?v=HSWtc01BlqM&list=PLAB1EC2870DA6432E

Utopie : U, le futur à présent

Ci-dessous vous trouverez un futur vieux de deux ans. Bien des lectures ont depuis façonné des pensées fluctuantes, cependant, l’utopie « U » est une proposition qui séduira et stimulera je l’espère, l’amateur de littérateur et le fervent politique en mal de futur.

U

 

U, le futur à présent

Au commencement la nuit

Au commencement, il y avait la peur, l’agressivité sauvage et les dieux. Sublimes paysages de déserts à bestiaux, territoires à mortelles chasses, tempêtes qui malmènent l’être collectif indompté, tribus, tatouages qui gravitent dansants autour du totem en transe dans la confondante uniformité de l’ancêtre mythique. Le réel organisé n’était guère plus qu’un ensemble de mystifications divines, nature animée, croyances, une quête du sens de la domination perpétuelle.

Aujourd’hui sans dieu, il y a l’angoisse et l’absurde, le rire, trompe-la-mort.

Je danse sur vos tombes.

France amorphe et terrible

. France n’était finalement plus ce puant marécage sordide où s’agglutinent des touristes qui flashent. L’état génocidaire agonisait de langage sale, de classifications conformes, distinctions absurdes et discriminations, infamie enfin. La séduction de la suante parole était défaite comme ceux qui de pouvoir en usaient, dans leur richesse, leur puissance oligarchique, et les villes surpeuplées désertiques.

Partout les images graveleuses cédaient place aux messages raffinés et raisonnables, la république des lettres, vaste ambition qui rayonnerait sur le cosmos entier, fondant définitivement le règne de l’homme sur sa nature, partant tout juste d’un graffiti, d’un bout de mur, en lutte contre l’indicible. L’écrit c’est la loi, la raison en mots, la fin de l’humain en tant qu’humain arrachant objectivement la maîtrise de soi, le sujet magnifique communiquant dans l’espace public à ceux qui lisent en lui un miroir humain.

. France aux morts génies trop célébrés sortira d’une torpeur maladive écrasant les artistes amorphes.
Chaque être humain naît enfant, chaque être humain naît créateur. La société du conformisme prît fin à l’éveil des aspirations artistiques fondamentales des sujets réalisant, dans l’exigence et la critique permanente, le travail acharné, pour enfin parvenir à l’œuvre, reléguer le génie aux geôles romantiques.

. France comme Europe a cru périr de faillir, du trop plein d’âge, de la langueur de vivre, ou du repos mérité.

Révolu le temps de la trop grande jeunesse, d’insolence et de d’innocence béate, l’être de raison n’a d’âge pour choisir son plaisir. Plus jeune, plus vieux, il n’est qu’adolescent raisonnable.

. France a maintenu dépressive une vaine jeunesse, irresponsabilité et démence laborieuse.

Par le sursaut critique et créatif, le professeur enseignera les enfants déraisonnables. Chéri comme maître de liberté, son rôle sera nécessité et honneur, il offrira raison et singularité à chaque enfant, gamins rassemblés en ensembles lâches de sauvages cherchant leurs voix.

. France finissante était bouffie du vulgaire luxe, vidée de raffinement, grossie d’argent qui dort, d’héritages injustes et de milieux clos, mourante de reproduction.

Abolition de l’avant-dernier privilège, l’héritage reviendra nécessairement à l’état, au collectif, et non à l’injuste né. Car le mort inexistant n’a pas de volonté.

. France et Europe illusionnées ont pris en chasse l’étranger pour ne pas subir le souffle angoissant de la fin proche.

Les droits du sol et du sang enfin désossés par l’abolition du dernier privilège, la nationalité. Pour le droit à l’existence en mouvement, plus qu’une photographie, un lieu de naissance, une rétine et un patronyme de plastique choisis par un état sourd.

. France a laissé la tête à ses porcs policiers, préfets au règne violent, ennemis mortels du sujet.

Par la fin du régime policier, par la fin de l’espionnage généralisé, par la fin du mépris de l’expression du peuple, les murs bariolés, les chants des slogans s’embraseront dans le chaos créatif des débats politiques.

. France se rêve rurale, réactionnaire et aphone. Ses forêts, ses villages typiques et son folklore sont autant d’obstacles à la réalisation du sujet, à l’expression politique, à la raison.

L’accroissement démentiel de villes réalisera les idéaux démocratique d’information publique totale, d’expression, d’échanges et de rencontres hasardeuses, nécessité du politique et du développement humain.

. France chérie le désir d’enfant, l’égo narcissique qui met bas.

Les chaleureuses entrailles qui enfanteront seront mécaniques, chair synthétique, utérus artificiel, ventre grossi, oxygène en bouteille et hélium. Ton sexe, ta couleur, tes gènes seront fruits d’un hasard qui mettra fin à l’arbitraire social. Beau convient aux ?uvres idéales. Mécontent, déconfit, intempestivement tu changeras, homme, femme, hermaphrodite, les ?uvres du chirurgien démiurge feront enfin de tes identités, tes apparences.

. France par son état lupin a bafoué le sujet et ses attributs naturels en assurant à d’autres les barbelés de la richesse éternelle.

Le dix-septième droit, la propriété privée, sera assuré pour tous contre tous, car c’est la nature des choses pour la pomme d’être dévorée et pour le consommateur de la posséder pour soi. Il faut lutter contre l’illusion du don aliénant et encourager plutôt la solidarité réelle, le contrat marchand, ainsi démultipliant foisonnantes les relations entre sujets, utilitaristes pour l’égoïste plaisir.

. France éructait de frustrations, de fidélité et de mariages avortées, du monothéisme dégoulinant, des relents de paresse et d’empâtement télévisuel.

Il est fini le temps de l’abstinence et de la souffrance contenue, la discipline des corps ne peut que le plaisir, de la chair et de la sueur.

. France a aimé le vulgaire et l’ignoble passé glorieux.

Cet héritage magnifique sclérosant sera renversé en puits d’inspiration sans fonds, quand l’état réduit au plus simple appareil bureaucratique délaissera patrimoine et grivoiseries, à présent mené collégialement au futur par les citoyens tirés au sort.

.France a vendu et soufflé le bonheur apathique et fade. A la servitude furent réduits les volontaires consommateurs, créatures bureaucratiques,.

Cet élitisme, incurie d’instituteur, a mené au débile. Il est temps de proclamer l’abolition du bonheur, et par la même l’état ultra-minimal.

A l’aube, U

U se lève dans le vrombissement musical de la bille qui métalliquement tressaute dans la boîte à couleur. Il trace les lignes de peinture noire sur le mur blanc de son contrat. Il écrit son nom, en fin, dans un dernier souffle craché sombre. Des années élevé dans l’internat, U majeur volontaire est sorti affronté le monde libre. U poursuit sa marche libératrice. U est l’égal des autres non-enfants: U vote, U parle, U crée et écrit.

Sorti de l’éther d’un cocon de métal, tissus de chairs synthétiques, U n’a encore pas de nom quand chantonnent les voix autour du berceau. Il n’est qu’une boule vivante difforme et aphone qui pue. Sélectionnée hasardeuse par la machine actualisée des référencements multibillionaires des gènes du genre humain, sans parent autre que tous, sans traître famille à hériter. Il est non-humain en devenir, avortement ajourné par le choix collectif, bétail parlementaire.

Pourtant la voix des professeurs l’éduquent déjà pour constituer un être de culture. Les premiers ans sont l’apprentissage du corps, de la langue. Être vierge scatologique, il n’est que plaisir égoïste et servile, auquel le sevrage est disciplinairement prodigué. Au berceau, les professeurs dans des ballets de caresses étouffants lui découvrent le corps sien, les couleurs et les formes primaires, les autres, jusqu’à l’étonnante et cruelle confrontation avec le miroir et soi-même.

U s’éveille à l’espace de sa survie éducative, gigantesque complexe de formes et de teintes diverses, laissé libre souvent à l’expression des enfants-pensionnaires, à leurs jeux, aux graffitis insondables et à leurs courses guerrières. Les immeubles triangulaires, aux grandes verrières comme des ailes qui laissent le soleil chauffer les peaux s’étendent sur des centaines de mètres d’acier, de béton, de bois, de plastiques nobles, d’?uvres d’art, sans barrière, sans gardien, sans limite. Les verdoyants jardins réguliers sont autant de terrains de jeux pour enfants créateurs qui s’ébattent dans leur frêle cage d’or. Automates à autonomie douteuse, ils sont les sujets de leurs servants-professeurs enseignant sans cesse et les mots et les sens. Élèves-troupeaux, ils goutent avides les plaisirs de la rhétorique et les joies de l’écriture argumentée, de l’expérience scientifique et du sport. Ils domptent un corps croissant à la physionomie disharmonieuse par les courses effrénées, les danses répétées autours des paniers-totems, les plongeons dans l’eau ou dans le vide. Gambas en cage, ils vident leurs corps des désirs peu à peu maîtrisés. Ils apprennent à la leçon l’art des mots raisonnant, dans un labeur choisi, ils étrennent dans le plaisir, oreilles sourdes, yeux aveugles, et bouches cois.

U citoyen en temps voulu s’est arraché à l’école comme tous les autres. Il s’est jeté dans l’espace public et le labeur. Si raisonnable dans l’allégresse il débat, si éreinté il fabrique des androïdes, s’il joue, s’il peint les murs bariolés des villes, s’il courre le monde, qu’il chante la nature, lisant, ou sexuel s’il jouit, quand coulent les larmes, s’il travaille sans repos, c’est à rire la mort et à devenir libre humain. U poursuit l’étude des monceaux de savoir, persévérant à sa tâche, comme chaque citoyen dans la pesanteur répétée et joyeuse du vivant. De son activité fructueuse il tire son logis, ses vêtements, ses œuvres.

Ici, les villes s’organisent verticalement. La lutte contre les pollutions, la faible valeur des biens des vieux propriétaires morts, la foi joyeuse en l’enchevêtrement des corps animent les cités. Au cœur siège fondamental le forum. U habite dans un bloc rectangulaire percé de fenêtres jumelles. Le bâtiment d’une hauteur de cent mètres, et d’une largeur équivalente, est empilement de barres parallèles ou perpendiculaires rongées par le lierre, portées par quatre longs prismes droits accueillant, au centre, le vide lumineux. U-mélancolique revêt une parka translucide sur une chemise à la blancheur fluide et un costume au bleu royal. Il chausse des baskets d’argent. La tâche quotidienne consiste à vendre et donner ses pages aux autres. Ses myriades de livres attendent enfouis dans des cavités de roche, les niches des murs creusés, présentés dans les étagères-caisses empilées en spirales, pyramides billionaires de mots noirs sur blanc, et de boîtes à peindre. Le couloir unique est ailleurs clairsemé d’escaliers-étagères ou lits et d’une géante plante de plastique vert. Des fauteuils lacérés d’une marque laissent à voir des tripes de mousse, ils encadrent un piano à cocktails. En face, il y a le mur où farandolent en binôme à fils suspendus des fers électriques vapeur à réservoir intégré, entre les sculptures d’animaux posées et les toiles fluorescentes disparates qui étonnent le bel humain dans la sueur alangui d’après l’orgasme. On sort par la traversée d’une gigantesque voûte arquée, striée rouge du sol au plafond. Un ?il noir semble indiquer la porte.

Souvent il dévale les pentes et file à toute vitesse des cartographies neuves de la ville, juché sur les roulettes de sa planche, hâtant sa course au forum dans les cabrioles. U y trouve volontaire d’autres citoyens éduqués pour communiquer, vociférer et trancher raisonnable son devenir. Le groupe se soucie peu du contrôle des corps. Ils gravitent hasardeusement dans le chaos créatif, énergies individuelles en mouvement qui frottent, ions et électrons. Plutôt, il s’agit de fixer les frontières des libertés potentielles assurées par l’état-parlement ultraminimal. Bonheur, vertu et honneur sont folies sérieuses laissées à l’autodétermination des citoyens-philosophes rieurs.

Un jour, U par la bonne fortune tiré au sort sera s’il l’accepte, président, parlementaire, magistrat, ou policier. Il ne sera élu ou choisi, car il n’y a ni élection, ni sélection oligarchique ici. Tous réalisent la conquête du savoir et de la discipline nécessaires au développement de la raison cultivée. Sortis des déterminismes, de l’héritage et des creusets inégalitaires, ils gouvernent en sujets autonomes. Patrimoine et reconnaissance ne pèsent pas sur ces êtres comme en apesanteur, coureurs de musée trop conscients de leur singulière finitude, emplis d’exigence monstrueuse par l’étude critique de l’histoire universelle.

Comme chaque jour neuf, U débute par le contrat circadien. Le contrat fonde le fabuleux collectif. Le tiré au sort parle: « En ce jour et en droit, les citoyens adoptent et proclament la continuité de leur communauté, les principes auxquels tous adhèrent par l’intégrale non-contestation, en raison et en valeur.

. Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur le choix singulier. Ainsi, par l’état, nul humain n’aura son nom fiché, celui ci est non-fixé. Nul humain n’aura d’identité publique autre que visuelle, sensuelle, œuvre, maquillage, chair et os.

. La visée de la présente association politique est la conservation des droits imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté. S’impose la propriété singulière par la pomme singulièrement cueillie, par le corps macroscopique laborieux un et indivisible. L‘expansion symbolique et fictive du corps du sujet sur ses objets doit être protégée dans le réel par l’ inviolable et sacrée propriété privée. Le travaillant sera riche et assuré de sa richesse, et le paressant sera pauvre, recevant l’aide ou non d’associations non-coercitives d’humains.

. Le principe de toute souveraineté légitime réside par essence dans un parlement unanimiste. Nul corps, nul citoyen ne peut exercer d’autorité violente qui n’en émane expressément. Le parlement ne peut en dehors de l’unanimité prendre aucune décision, car un sujet humain ne peut prendre une décision qui viole ou entrave la liberté d’un autre.

. La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi l’exercice de la liberté de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société, la jouissance de ces mêmes libertés s’ils en décident ainsi. Ces bornes ultra-minimales ne peuvent être déterminées que par la présente loi, car la liberté est le fruit offert par l’un à l’autre, le grain juteux qui sépare son corps animé du règne bestial mis en chaînes par les mots enchantés.

. Tout ce qui n’est pas défendu par la loi ne peut être empêché. Si le crachat et l’injure sortent de ta bouche, alors il n’est rien du regard parlementaire. Si le fouet est ton plaisir, alors là rien d’interdit, possible encore, le gage érotique de l’habit voilant ta face.

. La loi dans son unanimité est l’expression de la volonté de chacun. Tous les citoyens ont droit de participer en qualité de sujets humains à sa création littéraire. Égale pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les citoyens sont égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon le tirage du loto quotidien, et sans autre qualité que le volontariat. Les professeurs, les policiers, sont tirés au sort parmi les volontaires.

. Nul homme ne peut être accusé, arrêté et puni aux travaux forcés que dans les cas déterminés par la loi, et selon les formes qu’elle a prescrites. Tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la loi doit obéir à l’instant : il se rend responsable par la résistance. On ne désobéit ni à son glaive, ni au bras qui l’agite, car ce serait résistance à sa volonté même.

. Tout homme est présumé non-responsable jusqu’à ce qu’il ait été déclaré responsable, toute rigueur qui ne serait nécessaire pour s’assurer de sa personne, doit être sévèrement réprimée. La culpabilité moralisatrice disparait par la passion adoratrice de la liberté et de la responsabilité singulière, fiertés de l’être bienheureux, maître du corps, souverain identitaire, roi de la foule de plantes et de bêtes qui lèchent ses pieds.

. Chacun sera vraisemblablement chéri pour ses idées, récitées, écrites, placardées, sculptées, peintes ou imaginaires.

. La libre communication des pensées et des idées est le droit le plus précieux de l’humain, en tant qu’il lui confère son humanité. La culture par les langues répand universellement la capacité à la subjectivation, le carcan abyssal et le plaisant jeu du verbe.

. La garantie des droits de l’humain et du citoyen nécessite une force publique: cette force est instituée pour l’avantage de tous, constituée par des volontaires tous au tirage au sort, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. Elle est continuellement contrôlée par le parlement. Elle agit quand il y a entrave aux principes constitutifs en ce moment même déclamés. Il ne peut y avoir de prévention.

. Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, il existe une indispensable contribution commune. Elle doit être répartie entre tous les citoyens, suivant la somme restante, la mort venue. L’état ultra-minimal hérite des morts. Les biens et les sources d’argent ne sauraient choir dans le conflit violent. Le testament n’est qu’une feuille de papier blanchie d’encre imaginaire par le phantasme du cadavérique signataire.

. Tous les citoyens constatent par eux-mêmes le vol de force de travail que constitue l’impôt. Volontaires, ils ne sont nullement empêcher de faire don au collectif, à l’état, ou aux associations variées d’humains qui œuvrent suivant l’idéologie à l’amélioration des conditions des sujets.

. Le parlement à travers ses membres-totalités a le droit de demander compte à tout agent public, c’est-à-dire à soi-même et à tous les autres. Il a le droit et le devoir de juger le présumé criminel selon un code pénal pré-établi.

. Toute société dans laquelle la garantie des libertés n’est pas assurée, ni la main-mise sur le pouvoir pleinement citoyenne, n’a point de loi. »

S’ils fautent, volent, violent, tuent, les citoyens seront jugés par leurs pairs, selon les droits humains. Les hors-la-loi sortent de la communauté lui infligeant blessure, payant de leur travail-châtiment la réparation sociale. Ils étudieront avidement tels des enfants, et renouvelleront dans une cérémonie publique leur nom choisi tout neuf.

U s’épanouit dans le commerce plaisant des livres. Écrivain valable qui postillonne ses pages au tout-venant, ses transactions sont sources d’enrichissement facile. Elles autorisent l’avancée, où surgit l’être qui aime psalmodier une langue commune, par l’échange de deux tremblants sujets l’un à l’autre. U mime quelques rires et une étreinte joyeuse. Altruiste, il se fiche bien de la monnaie qu’il crée et recrée sans cesse fonction du rencontré, les rondelles jaunies sont vulgaires et sans valeur. Par l’argent, il aspire une part de l’âme fugace de l’inquiétant étranger, une effluve, un bruit mémorable, quelques mots et la silhouette d’un déjà mort. La monnaie est chose politique. Craintifs de la voir instrument coercitif, faiseuse d’impôt et de taxes, les citoyens ont ôté à l’état l’arme sournoise de frapper monnaie. Confiance et usage singuliers imposent aux monnaies leurs valeurs chez les citoyens faiseurs d’or. Ici métal n’est plus souci d’état. Fermier général, force publique, l’état-parlement récolte les héritages des sujets disparus, il recycle les morts en vivant répandant éparses les cendres grises des anonymes, évitant la redistribution frauduleuse et lâche, l’injuste origine de l’inégalité entre les hommes. L’assemblée rejette la joie puante de la naissance, le privilège nocif de la nationalité, le choix terrible du patronyme, du nom par les autres. L’état n’agit que sur des enfants, des morts et des criminels à la loi. Il offre la sûreté, la culture et le gentil dressage infantile, la critique et la faculté de penser contre lui, les droits et les moyens d’être sujet auto-réalisé. Il est l’outil servile des citoyens, la pire des constructions, puissance essentielle au devenir humain.

U désabusé observe les ruines de marbre blanc, les chimères sculptés, les corps sans tête ou sans bras. Il lance des petits cailloux qui sonnent sur le tocsin. Ici, dieu-révélé s’apprend dans les manuels. De son éducation rigoureuse, U-humain a chassé fétiches, mana, lumière et règlements divins. Quand il tend le cou, fixant l’azur sublime à travers les sombres lunettes, U-myrmidon sent l’éblouissant, si loin du soleil rieur, avec passagère une trace noire au fond des yeux qui pleurent.

Les citoyens ne recourent guère aux prêtres-imprécateurs, prêcheurs de l’inaction angoissante. Ici, l’introspection solitaire est essentielle au dépassement des contraintes socio-éducatives névrotiques. Contre l’absurde, chacun met en mots des reliques de pulsions à reconnaître, l’usine folle des désirs construits. Par l’entremise du langage, U atteint réel l’exquis plaisir, le délectable goût du sexe et la liberté du corps solitaire. Goulument, il goûte à sa propre fiction, libérant de phénoménales puissances à créer quand avec joie et fracas les barrières châtreuses implosent. En travail, il traduit des perspectives, aspire quelques mots en dehors du fluide intarissable. L’écrivain U est tatoueur d’idéologies, d’inconscient devenu clair imaginaire, cracheur du verbe et de lui-même.

Les démiurges humains servants sont munis de bistouris, de petits outils acérés à être. Dans la fraîcheur microbicide, ils allongent en des cocons les citoyens amorphes. Les écrevisses glorieuses écorchent, arrachent l’os, la peau, coupent et rabotent pour réparer le mauvais fruit du hasard, donner la primeur au sujet, puis recousent le corps ouvert. Méconnaissables, le risque est grand. On se perce le corps, s’arrache un membre, s’adjoint des pinces de homard, un orteil ou un sexe métallique. Rétifs d’autres choisissent la chirurgie d’encre du tatoueur, épilés, le pigment désherbant dans la peau. On trace des formes muettes qui masquent un peu, des dessins merveilleux ou des lettres, avec du rouge, du bleu, du noir ou du blanc. Les bijoux se glissent sous l’épiderme, ou par-dessus, les cheveux et les yeux se colorent, le cou se parfume, le buste se maquille. Dans la mascarade surgit le corps. Le sujet protéiforme s’autoréalise à carnaval, dans les costumes fades ou bigarrés, la masturbation phénoménale et l’orgie, dans l’inconstance démesurée du sujet enfin.

Avide de costume, souvent U-chimère entre les boutiques de modistes. Mobiles, ses yeux s’affairent tels radars, ses doigts doux glissent sur les tissus. U moderne aime le vieux beau et le neuf. Sous la chaleur poisseuse des lumières, il goûte les drapés longs des robes, la finesse du crêpe, les camaïeux de gris. A chaque sujet changeant, un style. Il a le visage et les bras d’une Berbère tatouée, mélange de croix, de lignes circulaires autour des orifices, tirets, triangles et disques. Il a noirci son tronc en rectangle aux bords à distance égale des deux épaules d’un plastron à l’encre charbon, qui disparaît au pubis.

Si le migrant d’une barbare tribu décide participer à la communauté politique unanimiste, nul n’a le droit de lui interdire. Aussi celui-ci qui piaille, qui caquète et qui aboie, celui-là aime à changer son nom, refouler sa famille, perdre ses amis, oublier son origine même. Dans le sein nouveau choisi, il est incorporé comme cellule libre et dynamique. Libre parmi les libres, celui qui migre est loué par l’assemblée, arraché qu’il est à sa communauté originelle. En la cité, barbouillé, grimé ou costumé, l’étranger n’est nulle part ou il est partout.

Avec les puissances voisines qui se dépeuplent, la communauté unanimiste entretient divers rapport de paix et de traités. Quand s’élèvent sous l’étendard les semonces terribles des canons tyranniques, les nuisibles centuries disparaissent décimées vite par les désertions de désobéissants mercenaires rationnels. Or, à la folie guerrière si quelques assoiffés persistent, les corps pris dans les ballets furieux des obus craquent de peinture rouge, de morceaux de viande et d’os calcinés. Pétillant massacre par des volontaires aux bombes roses, comme un insecte jeté au feu joyeux. Fruits supérieurs de la stimulation de chacun par la culture et le plaisir, il paye grégaire les avancées technologiques, l’érection du citoyen-créateur-assassin. Par la force démesurée de la raison, les planètes habitées seront réunies en séries de mégalopoles-parlements organisées en une fédération unique, pour la paix perpétuelle.

U-noctambule avance saccadément le long d’une queue boueuse qui annonce l’entrée du club. Ivre après goûter la pluie ruisselante et la noirceur du dehors, U s’engouffre en le couloir au trésor, à la lumière rouge surgissant alternativement d’un néon blafard. Un grand type avec une jambe de métal s’écarte, le salue. Du chant tout-puissant des machines résonne la tête affolée, accordée à la poitrine par un rythme grave. S’agite une masse nycthémère, anonyme, muette, furieuse de la chère énergie dépensée. On s’acharne enthousiastes à assouplir des membres disciplinés. Les yeux clos, moins stoïque, U dans la chaleur moite goûte le salé de la sueur, les chevelures parfumées. Il jette des regards lointain à qui veut. On attrape ses yeux d’un rictus de jouissance en réponse. Il dévale l’escalator dans un brouhaha métallique, attend la rame. Une fois descendu un passage sur pilotis, la gare se compose d’une série de quais parallèles ou perpendiculaires. Les lignes de tôle grise s’étendent sur des longueurs de cinquante mètres chacune. Le crachin de la fin de nuit masque l’apparition du soleil sur les cheminées hautes des usines nuageuses. Une bouteille est jetée sur les rails rouille, vide elle se fracasse en éclats. La main dans l’autre, ils entrent. Les deux corps s’emmêlent suivant un rythme binaire. En sortant du métro, U se délecte veule et rassis.

L’amitié est à U et aux autres essentielle. Bel instant de fortune, frêle rencontre où l’égal étonné et insondable livre quelques phrases à la communion fugitive, le partage d’une chair, d’un liquide brûlant qui râpe la langue agréable rêche, le miel qui coule et colle les doigts. Terrible apossédé, le compagnon est le décodeur habile de l’âme, l’accompagnateur léger des joies et des peines, la source d’affection choisie, l’insatiable critique. Ici, U seul ni personne ne connaît la parfois nommée amour ou fille d’écume. L’amitié inspirante surpasse l’aliénante illusion du potentat annulaire, artisane de la frustration et du manque, parade à l’angoisse existentielle. U a la sainte haine d’adorer, il bafoue l’attente stérile.

Le sport est activité joyeuse du corps laid. L’exercice a trait au jeu, à la balle qui roule, aux accolades bruyantes.

Albatros ailes tendues, U fugacement s’élève, il lâche pesant la sphère. La balle de cuir roule sur le cercle rouge de métal plongeant dans la nasse comme dans un bruit de souffle. La carcasse suspendue retombe lourde sur le bitume. Longiligne la silhouette s’écarte derrière l’arc de cercle, répétitions de la situation initiale. Le parquet crisse. Il maintient sagace la balle à rythme, s’agite autour du totem, jette l’uniforme pourpre et or en avant, fléchi équilibré, tombe l’adversaire, ravale son mouvement, saute, étire son bras télescopique et l’extrémité des doigts souples. Il pue de joie qui coule entre les vertèbres, eau fraîche ravive les muscles raidis et jette les coéquipiers dans le repos d’après la transe. Ici on érige d’imaginaires statues, aux stylistes, aux joueurs valeureux et aux fourbes.

A sa genèse hors de l’état, la mutualisation généralisée des soins des corps est retournée hors de l’état, évitant nature et abus. Chacun s’associe à qui veut pour souffrir les thermes, les joies du scanner, saignées ou huile de foie. Supprimer la norme est la règle, éloigner l’état du corps est la loi. Confronter au vil médecin-juge, U est rebuté contre le savoir inconnu, gisant critique et méfiant dans l’absence de vue et l’automédication. Il pourrait tirer bon prix du rein droit, bout de tripe oiseux. Poli et léger, U rêve un corps sans organe. Masse de cellules produites sienne, il possède à défaut droit de meurtre, de dépeçage; noble, quand fêlé et débile il pressera l’aiguille sur la veine.

U regarde le jardin en terrasses. Entre les allées closes de colonnades dorées, métalliques brillantes au soleil du matin, il cultive la fleur de chrome aux légers pétales, les murs de plantes et les dionées fabuleuses. Parfois, il dévale roulant les pentes sur le dos et sur le ventre comme un tonneau-turbine lancé à toute allure sur une route de lavande odorante. Il tressaute sur les tessons de bouteilles, des amas de déchets, les objets déglingués vides de sens et d’usages en monticules, ruines vomies d’un autre temps, confus et sursautant avant le choc final.

Dans la cité idéale, U-surhomme a momentanément choisi Isaac pour nom-étendard, etc.

Dérivée urbaine 1 – S’en sortir

S’en sortir

I

Métro

Je sors de la boîte, l’esprit vague, les yeux flous. La gare se compose, une fois descendu un passage sur pilotis, d’une suite de quais parallèles ou perpendiculaires. Une ligne de tôle grise s’étend sur des longueurs de cinquante mètres chacune. Le crachin de la fin de nuit masque l’apparition du soleil sur les cheminées blanches des usines. Une bouteille est jetée sur les rails rouille, elle se fracasse en éclats. Je marche saccadément, le long de la voie, qui mène à la bouche. Une lumière blanche et glaçante accueille l’écho des pas sur des parois de carreaux blancs et sales. La nuit s’étire jusqu’au fond du long couloir vide. Le quai est illuminé de néons blafards, qui enlaidissent ma face vitreuse. L’horloge annonce douze minutes, six sonnaient sur la ville. Deux portes vertes s’ouvrent simultanément et avec fracas, je pose un pied sur le marchepied, chancèle et me hisse jusqu’à un siège bariolé. Les murs noirs défilent dans la nuit des rails hachés de la voie. Un rideau blanc se lève à chaque arrêt, mes yeux perçoivent des formes lointaines qui montent. La rame rapide reprend son défilé automatique.

II

Témoin anonyme

A présent la foule éparse peuple le serpentin métallique. Un homme monte, puis un autre, et encore. Ils se dirigent d’un pas vigoureux vers moi. Je détourne fugacement les yeux des deux vestes noires, je sens une main posée. On rit. Je me tais, réprimant la larme de mon œil. Plus loin, à quelques mètres, une femme, quarante ans, un  mètre soixante-dix, seins, taille fine, cheveux noirs, yeux noirs. Ils la prennent, la tordent, jettent en tas ses vêtement déchirés. Les bras la saisissent, mécaniques frénétiques avides. Une femme étouffe un cri, tête de cerf, j’ai fermé les yeux.
Je les rouvre, une femme s’est assise en face de moi. Elle sommeille, pâle et laide. Elle porte des chaînes souillées aux poignets, son sexe est velu, le haut du corps est recouvert de latex noir. A ses pieds lape un homme. « Kottbusser Tor ».
On me heurte la jambe. J’étudie le siège qui me fait face : des vers longs et jaunes glissent entre les velours bleus.

Je desserre l’arceau douloureux du casque.

III

Sortie

« Herrmanstrasse, Endbahnhof, bitte alle aussteigen». Descente.

Un ami se trouve là, il me prend quelques minutes dans les ténèbres du petit jour. Un peu plus à la dérive, je dirige mes pas vers le carré de lumière pâle qui baigne les marches grises. Mon regard est trouble quand je me hisse à l’extérieur, sans me retourner, l’air libre.
Le son se déverse dans mon corps. Je regarde les devantures des boutiques qu’on ouvre, mannequins blancs qui fixent, qui glacent, beauté vivante. Las, j’écrase un moustique rouge sur mon bras. Il faudra que je me lave.

Dérivée urbaine

L’écrit scientifique n’est pas avare de métaphores et d’intuitions. Il conserve cependant une froideur nécessaire. Aux côtés des tentatives rigoureuses, s’ouvre un espace pour les écrits divers sur l’urbain. Certains pourront être présentés ici. De nos dérives urbaines nous tirerons des documents plus ou moins imaginaires, des sortes de dérivées urbaines.