Article “Concevoir l’urbain en figures.”

L’urbain est parfois dit sans figure, pourtant il donne lieu à des représentations multiples pour être rendu intelligible. Ces images se répandent dans notre vie quotidienne et chez les scientifiques eux-mêmes par divers outils. Tenter de comprendre ces représentations fragmentaires, ou réductrices et totalisantes de l’urbain, questionne en retour la définition de l’urbain. Au-delà des représentations traditionnelles et des métaphores négatrices de la pluralité, cet article propose un passage en revue non exhaustif et intuitif de la représentation de la ville urbaine, de l’urbain sans ville et une présentation de ce que peut être la contre-ville, c’est-à-dire une figure stratifiée, acentrée, foisonnante de polarités et composée en commun. Cet article est une tentative pour concevoir l’urbain en figures, d’une représentation urbaine uniforme, puis informe ou multiforme, à l’essai d’une présentation urbaine protéiforme.

Urban space is sometimes said to be irrepresentable. However, many representations and images make it comprehensible. These forms and images are spreading in our daily lives and in scientific practices through various technological tools. Trying to understand these fragmentary or reductive and totalizing representations challenges the definition of urban space. Beyond traditional representations and metaphors that deny the plurality of urban actors and objects, this article offers an intuitive survey of the representation of urban cities, of urban space that appears without a city, and a presentation of what can be called counter-cities : a stratified urban figure, with no centre but with numerous polarities composed by the inhabitants themselves. This article attempts to conceive a new urban figure, to switch from uniform, formless or multiform urban representations to a protean urban presentation.

La suite en cliquant ici

 

Alexandre Rigal, “Concevoir l’urbain en figures.”, EspacesTemps.net, Laboratoire, 12.11.2013
http://www.espacestemps.net/articles/concevoir-lurbain-en-figures/

Forum du Collectif Confluence – “Lyon : urbain, urbanités”

“Lyon : urbain, urbanités”


Le Collectif Confluence organise le 16 octobre 2013 à partir de 09h00 un « Forum des jeunes chercheurs » ayant pour thème « Lyon : urbain, urbanités ». Cet événement ouvert au grand public se déroulera dans les salons de l’Hôtel de ville de Lyon, et sera suivi de la remise du prix du jeune chercheur/se de la ville de Lyon par Monsieur le Sénateur-Maire Gérard COLLOMB. Une réception clôturera la matinée.

Inscription gratuite : forum[arobase]collectif-confluence.fr.

Ouverture du Forum des jeunes chercheurs par Anne BRUGNERA, Adjointe à la jeunesse et à la vie associative de la ville de Lyon, et Isabelle LEFORT, Vice-présidente du Conseil Scientifique, et de la recherche de l’université Lyon 2.

Table ronde 1 : L’identité lyonnaise en débat

Bruno BENOIT, professeur ; Régis NEYRET, journaliste ; et Yannis COSMAS, doctorant, traiteront de l’identité lyonnaise en questionnant notamment le concept de « lyonnitude ».

Table ronde 2 : Lyon et les Arts à la Renaissance

Patrice BEGHAIN, écrivain ; Tania LEVY, doctorante ; David CLOT, doctorant et Yves MOREAU, docteur, traiteront de Lyon et les Arts à la Renaissance à travers la peinture à Lyon, et notamment les peintres verriers, mais aussi l’architecture lyonnaise du XVIe siècle.

Table ronde 3 : Usages et pratiques de l’urbain

Jean-Yves TOUSSAINT, professeur ; et Raphaël FRETIGNY, doctorant du Labex IMU, traiteront des usages et pratiques de l’urbain à Lyon.

Table ronde 4 : La métropole lyonnaise

Stéphane FRIOUX, docteur ; Nicolas MAISETTI, doctorant ; et Marie-Clotilde MEILLERAND, docteure, traiteront de la métropole lyonnaise, de son aménagement, et de son évolution.

Hôtel de ville de Lyon / place de la Comédie, Lyon 1er / Métro Hôtel de ville – Louis Pradel

http://collectif-confluence.fr/article/%22lyon-:-urbain,-urbanites%22

 

Villeurbanne la nuit : “Une figure urbaine réalisée par les mobilités nocturnes”

Après six mois de résidence au sein du RIZE – mémoires, cultures, échanges – de Villeurbanne, voici une présentation en 15 slides de mes recherches sur “Villeurbanne la nuit”.

Communication au RIZE – mémoires, cultures, échanges –, “Villeurbanne la nuit”, le 27 juin 2013, RIZE, Villeurbanne

Comment créer du commun ? brainstorming en ligne à partir de fragments documentaires sur “Occupy Wall Street”

Les 15, 16, 17  juillet à la Villa Gillet ont été organisées des Rencontres Estivales par le Collectif Confluence. J’ai eu la chance à cette occasion d’animer une discussion autour de la proposition de deux documents, une vidéo qui décrit l’ancien campement de “Occupy Wall Street” et un texte de M. Lussault qui traite du mouvement et des implications à en tirer pour repenser le commun.

L’idée était de stimuler notre réflexion concrète sur les règles et les modes de faire nécessaires à la constitution d’un commun pluriel et ouvert à partir du partage d’un espace d’ors et déjà commun, maintenant que nous vivons dans le Monde et sur une planète humanisée. Partant du principe que le commun est à reconstruire et qu’il est nécessaire à la coexistence pacifique et à l’amélioration des conditions de vie socio-politiques, pour le dire vite (voir le manifeste compositioniste de Bruno Latour).

Je ne peux retranscrire ici l’expérience, simplement rejouer la petite simulation initiale. En tout cas notre difficulté à nous confronter à la question d’un point de vue non abstrait et vague était sans doute révélateur d’un manque de réflexion scientifique et citoyen (sauf à traiter d’identité nationale) sur ce qui peut rassembler une pluralité d’acteurs sans hiérarchie a priori. La recherche a longtemps eu pour finalité la déconstruction, le dévoilement, l’évidement des motifs et des modes de rassemblement. Sans nostalgie et sans mysticisme, nous avons tenté de chercher ce qui peut réunir, à partir des documents ci-dessous. Nous avons petitement composé du commun, fait tenir quelques doctorants ensemble, en traitant de la composition de commun.

Organisation du Campement de Zucotti Park

 

  “Le cas d’Occupy, même s’il est particulièrement spectaculaire et plus lourd de signification politique que d’autres, m’intéresse aussi parce qu’il participe d’un phénomène plus général, très caractéristique du Monde : l’importance prise par les groupes d’affinités électives. L’élément clé, comme l’exemple de Zucotti Park m’a permis de le montrer est que cette socialisation se fonde sur la spatialité et sur la mise en avant, pour justifier la constitution et l’adhésion à un collectif d’espaces communs de pratiques. Les affinités électives s’expriment par des usages spatiaux à la fois référentiels à ses propres yeux et à ceux des autres et signes de co-appartenance. L’ensemble social formé par les occupants new-yorkais est indubitablement lié par le partage de rites spatiaux localisés, donc des manières particulières d’investir un espacetemps spécifique.

  Je ne décris pas ici des processus communautaires “à l’ancienne” – l’urbanisation du Monde, l’hyperspatialisation et l’individuation changent la donne. La mondialisation instaure des modes spécifiques d’associations d’individus fondées sur l’adhésion à une culture spatiale particulière. C’est pourquoi je proposerai d’utiliser plutôt le néologisme de communisation, pour m’émanciper un peu de la lignée sémantique de communauté. Il permet de focaliser l’attention sur la puissance de la mise en commun momentanée par et avec l’espace d’un objectif, d’un désir, d’une aspiration, d’une affinité, sans que s’ensuive nécessairement une consolidation communautaire du groupe – dans bien des cas, la communication affinitaire est labile.”

Extrait de Michel Lussault, L’avènement du Monde, Essai sur l’habitation humaine de la Terre, La Couleur des Idées, Seuil, 2013, p. 284

 

Pour vous, comment allons nous créer du commun ?