Contre-ville 5 – Intuition sur l’origine des villes : des chasseurs-cueilleurs urbains ?

Et si les aires urbaines originelles naissaient de la dynamique des mobilités spatiales et sociales pour produire les innovations et le surplus nécessaire à l’établissement en ville – intuition hautement hypothétique – ?

Théorisant l’origine des villes, Edward Soja dans l’ouvrage Postmetropolis (2001) utilise le concept de « synekism » pour exprimer la force centripète qui naît de l’agglomération d’habitants en interaction.

« As an active and motive force in geohistory, synekism involves the formation of a nucleated and hierarchically nested regional network of settlement capable of generating innovation, growth, and societal (as well as individual) development from within its defined territorial domain. » (Soja, 2001, p. 13)

Penser cette force qui naît de l’agglomération comme résultat et facteur d’une mobilité sociale forte, comme le montre Soja à partir d’exemples de villes anciennes (notamment Jericho et Çatal Höyük), peut sembler faire négliger la mobilité spatiale. Il décrit de manière convaincante combien l’habitat urbain a  favorisé l’expansion d’une agriculture importante, sans pour autant constituer l’unique source de surplus et de stockage.

Cependant, il est tout à fait possible d’imaginer un ensemble de nomades – chasseurs-cueilleurs – qui se réunissent périodiquement, par exemple pour constituer un marché ou/et pour rendre un culte, lieu qui  deviendra une aire urbaine par les effets du « synekism» : “the stimulating interdependencies and cultural conventions created by socio-spatial agglomeration – moving closer together – were the key organizing features or motor forces driving virtually everything that followed” (Soja, 2001, p. 46). La force centripète conditionnée par la construction des villes, et la conditionnant, pourrait découler de la mobilité spatiale d’acteurs pluriels, et donc la mobilité spatiale être à l’origine de la ville. La ville émergerait alors de la sédentarisation temporaire de plus en plus durable d’acteurs mobiles – cueilleurs, chasseurs, marchands – et non plus de la sédentarisation de paysans qui s’agglomèrent. Ainsi le surplus et son stockage résulteraient-ils du mouvement et du rassemblement de chasseurs-cueilleurs dans des lieux qui permettaient originellement la mobilité spatiale ou/et social – relais, oasis, marchés, lieux de culte –. De ces mobilités découlerait un modèle mobile de l’aire urbaine originelle, et non plus un modèle sédentaire, centralisant et concentrique tel que le défend Ed Soja.

« Agglomeration and synekism thus operate at several different levels and also extends their effects in at least three different directions : from the center to its immediate hinterland (an intra-urban effect), from each center to other centers of relatively similar size (inter-urban linkages), and between the many different-sized settlements in the regional network ( a hierarchical effect that most often but not always filters from the larger centers to the smaller). Furthermore, agglomeration is not exclusively a process of attraction, a movement inward to a center. It also works the other way, as a force of decentralization and diffusion. » (Soja, 2001, p. 17)

Ensuite les murailles et l’agriculture auraient pu se développer, mais il est tout à fait possible théoriquement de penser la collecte et le surplus par l’échange et sans stockage important, et donc sans point fixe unique et originel. De cette façon, la ville en construction pourrait voir son centre changer de sites selon les mobilités des acteurs et leurs polarisations, la proximité au cœur du phénomène de « synekism » peut tout à fait se penser dans la mobilité, et peut-être même d’autant plus, entre contiguïté et connexité. Coexistant avec d’autres modèles sans doute, la liquidité de cette construction urbaine la rendrait plus difficile à saisir pour l’archéologue attaché aux plans des bâtiments et à tous les objets solides. Plutôt qu’une séparation en deux directions à partir d’un modèle initial commun, il faut peut-être penser deux dynamiques et deux modèles de ville en développement conjoint :

“From the onset of urbanization more than 10,000 years ago, the formation of cityspaces may have taken two different paths, one more densely agglomerated, designed with permanence and continuity in mind, and invested with monumental forms that help to centralize the urban polity, economy, and culture ; the other more dispersed, agglomerated around multiple nodes, and open enough to permit residential resettlement in new areas rather than continuous rebuilding at the same sites – Lewis Mumford noticed this bifurcation in The City in History (1961) and tried to associate it with totalitarian (the enclosed or fortressed city) versus more democratic forms (The Open City model be called it, more regional and village-like).” (Soja, 2001, p. 54)

Dans cette réflexion trop intuitive que je propose, la ville est pensée comme initialement liquide : les villes originelles pourraient alors résulter de la cristallisation des mobilités. L’urbanité comprise comme résultat de la mobilité sociale précéderait la ville. Les aires urbaines contemporaines sont sans doute toujours marquées par ces deux figures opposées et intriquées qui recouvrent des formes diverses, entre ville concentrique et mobilités.

Soja Edward, Postmetropolis, Critical Studies of Cities and Regions, Blackwell, Oxford and Malden, 2001

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter

Contre-ville 4 – La ville déclose

Jean-Luc Nancy est un philosophe délicat à utiliser pour le non-spécialiste. Son style est riche et rusé, son geste philosophique s’inscrit dans le courant de la déconstruction, bien ardu. Pourtant il me semble qu’il faut profiter de ces pensées sur la frontière et sur la ville. Si pour Jean-Luc Nancy la ville s’éloigne peu à peu, c’est parce que ses limites sont décloses, concept implicite de tout l’ouvrage il me semble.

La cité des anges
Jean-Luc Nancy a écrit la ville de Los Angeles dans son ouvrage La ville au loin (2011). A contre-courant des auteurs dits de « l’école de Los Angeles », chercheurs des universités californiennes comme Mike Davis et Ed Soja, Jean-Luc Nancy ne s’attaque pas au postmodernisme, aux drames sociaux et aux enclaves de la cité des anges. Son Los Angeles n’est pas celui de « Blade Runner ». Il tente de réévaluer la définition moderne de la ville et de la polis qui décline, sans passer à un questionnement sur la Postmetropolis (Soja, 2001).
Il s’attaque à l’idée même de site, de centre et donc d’espace public. Pour lui, si les frontières sont à considérer comme décloses – décloses comme l’espacement des bouches ouvertes qui embrassent et qui dialoguent – c’est pour mieux comprendre la ville comme processus mobile : site changeant, acteurs urbains divers et qui sont renouvelés, cultures hybridés… Les catégories d’intra-urbain et l’extra-urbain perdent de leurs pertinences. La ville aussi se délocalise ! Et Los Angeles est la ville par excellence qu’on traverse sans y habiter pleinement, il faut s’y déplacer pour la saisir dans son caractère insaisissable et pléthorique.

« Il faut la voiture, non pas pour circuler à proprement parler, mais pour traverser : pour traverser sans cesse et sans fin un espace non-identifiable, et par conséquent impossible à traverser » (Nancy, 2011, p. 14).

Les espaces de Los Angeles sont il-limités. Los Angeles est sans figure et les palliatifs offerts aux yeux des touristes sont de peu d’effets. Les récits, les mythes urbains ont éclaté, la ville est désœuvrée.

« La carte postale est à l’identité de la ville comme est à la personne sa photo d’identité : inexpressive, sans épaisseur, le contraire d’un portrait, une sorte d’indice ou d’icône au sens informatique, un signe de reconnaissance, mais pas une présence, ni une rencontre » (Nancy, 2011, p. 41).

Une éthique de la déclosion
Qu’est-ce que la ville finalement, pour Jean-Luc Nancy et pour chaque acteur urbain en traversée dans l’urbain ? C’est un espace déclos.

« Toutefois, la ville par elle-même – la cité matérielle, l’urbs, la place forte devenue simplement place, lieu de connexion, de coagulation et de diffraction en même temps – joue un rôle dont aucune culture rurale n’offre l’équivalent ou le substitut. L’essence de la ville se montre très exactement en cela : un échangeur qui n’enveloppe pas ses propres destinations. » (Nancy, 2011, p. 6).

« Il y a deux formes, en revanche, qui se partagent l’horizon tel que se le projette la ville d’aujourd’hui. L’une est la conurbation – le tissu indéfiniment étendu et distendu en réseaux multiples, pour bonnes parts immatériels, communicationnels, virtuels d’une activité qui se décentre au point de ne plus permettre le point de vue intégrateur et la postulation d’identité que la ville portait en elle. La conurbation s’ouvre à nouveau sur la campagne ou à travers elle, elle la remodèle, elle engage d’autres histoires, d’autres modèles, dont nous peinons à discerner les contours possibles. Nous peinons d’autant plus, il faut le dire, que notre regard est brouillé par l’autre forme projetée, elle aussi déjà étalée et tirant la ville en elle pour défaire son tissu et son schème. Elle porte le nom terrible, sarcastique et sonore de bidonville, un nom qui désignera bientôt le mode d’habitat du tiers de l’humanité » (Nancy, 2011, p. 102).

La ville ne se reproduit plus, sans murailles, elle est désormais déclose, production spatiale in-finie. A l’heure où les « banlieues » stagnent dans leur enclavement, aux moments où se forment les bidonvilles aux portes des espaces si riches de nos villes, accepter et travailler à La déclosion comme éthique paraît nécessaire pour joindre entre eux les morceaux épars.

Nancy Jean-Luc, La ville au loin, La Phocide, Paris, 2011
Soja Edward, Postmetropolis, Critical Studies of Cities and Regions, Blackwell, Oxford and Malden, 2001

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter

Le droit à la ville est-il le droit à l’espace public ? Passage en revue de Don Mitchell

Un compte-rendu sur le droit à la ville et l’espace public : lecture critique de Don Mitchell qui traite des types juridiques d’espace publics, des occupations politiques, de l’exclusion progressive des sans-abris et de la création de groupes dans l’espace public.

Cliquez pour en savoir plus !

http://www.revue-emulations.net/lectures-critiques/lecture/donmitchel-therighttothecity

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter

Contre-ville 3 – Recherche de volontaires pour dessiner des cartes mentales de Villeurbanne la nuit

Actuellement en Master 2 Recherche en Urbanisme, je m’intéresse à la géographie de Villeurbanne la nuit.

Je vous fais dessiner, si vous êtes volontaire, une carte de vos déplacements nocturnes (à vélo, à pied, en voiture, en métro, etc.) dans des lieux nocturnes à Villeurbanne (TNP, Transbordeur par exemple). Tout le monde est accepté, on peut être Lyonnais aussi !

Et pas besoin de passer toutes ces nuits à Villeurbanne, une fréquentation annuelle est déjà suffisante.
IntéresséEs pour dessiner pendant une vingtaine de minutes une carte de Villeurbanne la nuit ?! Il suffit de me contacter à cette adresse : alexandre.rigal at sciencespo-lyon.fr

Merci d’avance,

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter

Dérivée urbaine 1 – S’en sortir

S’en sortir

I

Métro

Je sors de la boîte, l’esprit vague, les yeux flous. La gare se compose, une fois descendu un passage sur pilotis, d’une suite de quais parallèles ou perpendiculaires. Une ligne de tôle grise s’étend sur des longueurs de cinquante mètres chacune. Le crachin de la fin de nuit masque l’apparition du soleil sur les cheminées blanches des usines. Une bouteille est jetée sur les rails rouille, elle se fracasse en éclats. Je marche saccadément, le long de la voie, qui mène à la bouche. Une lumière blanche et glaçante accueille l’écho des pas sur des parois de carreaux blancs et sales. La nuit s’étire jusqu’au fond du long couloir vide. Le quai est illuminé de néons blafards, qui enlaidissent ma face vitreuse. L’horloge annonce douze minutes, six sonnaient sur la ville. Deux portes vertes s’ouvrent simultanément et avec fracas, je pose un pied sur le marchepied, chancèle et me hisse jusqu’à un siège bariolé. Les murs noirs défilent dans la nuit des rails hachés de la voie. Un rideau blanc se lève à chaque arrêt, mes yeux perçoivent des formes lointaines qui montent. La rame rapide reprend son défilé automatique.

II

Témoin anonyme

A présent la foule éparse peuple le serpentin métallique. Un homme monte, puis un autre, et encore. Ils se dirigent d’un pas vigoureux vers moi. Je détourne fugacement les yeux des deux vestes noires, je sens une main posée. On rit. Je me tais, réprimant la larme de mon œil. Plus loin, à quelques mètres, une femme, quarante ans, un  mètre soixante-dix, seins, taille fine, cheveux noirs, yeux noirs. Ils la prennent, la tordent, jettent en tas ses vêtement déchirés. Les bras la saisissent, mécaniques frénétiques avides. Une femme étouffe un cri, tête de cerf, j’ai fermé les yeux.
Je les rouvre, une femme s’est assise en face de moi. Elle sommeille, pâle et laide. Elle porte des chaînes souillées aux poignets, son sexe est velu, le haut du corps est recouvert de latex noir. A ses pieds lape un homme. « Kottbusser Tor ».
On me heurte la jambe. J’étudie le siège qui me fait face : des vers longs et jaunes glissent entre les velours bleus.

Je desserre l’arceau douloureux du casque.

III

Sortie

« Herrmanstrasse, Endbahnhof, bitte alle aussteigen». Descente.

Un ami se trouve là, il me prend quelques minutes dans les ténèbres du petit jour. Un peu plus à la dérive, je dirige mes pas vers le carré de lumière pâle qui baigne les marches grises. Mon regard est trouble quand je me hisse à l’extérieur, sans me retourner, l’air libre.
Le son se déverse dans mon corps. Je regarde les devantures des boutiques qu’on ouvre, mannequins blancs qui fixent, qui glacent, beauté vivante. Las, j’écrase un moustique rouge sur mon bras. Il faudra que je me lave.

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter