Hétérotopie paradoxale du navire : le dehors capitaliste

« Le navire, c’est l’hétérotopie par excellence. Dans les civilisations sans bateaux les rêves se tarissent, l’espionnage y remplace l’aventure, et la police, les corsaires. »

Navire sur fleuve

Luca Ortelli, professeur d’architecture à l’EPFL, a fait une remarque intrigante lors d’un cours. Parlant d’hétérotopie, notion restée célèbre grâce à la communication “Des espaces autres” de Foucault, il émit l’idée que les séries étaient souvent composées autour d’une hétérotopie, notamment la célèbre “La Croisière s’amuse“. au-delà de la blague, cela permet de relire ce superbe texte et de suivre quelques pistes menant à l’espace mobile du navire. Cette notion s’épanouit loin des institutions totales qui marquent tant l’imaginaire de l’espace foucaldien chez nous, et vers lesquelles Soja paraît parfois la ramener quant il la définit en tant que : “trialectics of space, knowledge, and power” (2000, p. 15). Malgré ce, on notera tout de même que le terme provient du vocabulaire médical.

L’hétérotopie sera entendue dans ce billet en tant que nœud mouvant d’un réseau qu’elle mobilise – qui est mu et qui meut.

“Maisons closes et colonies, ce sont deux types extrêmes de l’hétérotopie, et si l’on songe, après tout, que le bateau, c’est un morceau flottant d’espace, un lieu sans lieu, qui vit par lui-même, qui- est fermé sur soi et qui est livré en même temps à l’infini de la mer et qui, de port en port, de bordée en bordée, de maison close en maison close, va jusqu’aux colonies chercher ce qu’elles recèlent de plus précieux en leurs jardins, vous comprenez pourquoi le bateau a été pour notre civilisation, depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours, à la fois non seulement, bien sûr, le plus grand instrument de développement économique (ce n’est pas de cela que je parle aujourd’hui), mais la plus grande réserve d’imagination. Le navire, c’est l’hétérotopie par excellence. Dans les civilisations sans bateaux les rêves se tarissent, l’espionnage y remplace l’aventure, et la police, les corsaires.”

L’hétérotopie

Si l’on suit Foucault, avec l’hétérotopie il s’agirait d’un espace caractérisé par le plus grand nombre de connexions possibles avec les autres espaces. Néanmoins, outre ce grand nombre de connexions, les hétérotopies ont aussi la propriété de les mettre en forme selon un style contraire à leur spatialité habituelle, “tel qu’ils suspendent, neutralisent ou inversent l’ensemble des rapports qui se trouvent, par eux, désignés, reflétés ou réfléchis”. Il en existe donc deux types : l’utopie et les espaces du dehors – cimetières par exemple -. En outre, ces hétérotopies sont des hétérochronies.

D’ailleurs Henri Lefebvre, qui ne cite pas Foucault, propose deux notions au lieu d’une pour dire l’hétérotopie à la Foucault :

« On a pu proposer de distinguer dans cet espace des topies : isotopies (espaces homologues, ayant des fonctions ou des structures analogues) ; hétérotopies (espaces contrastants, jeux de forces répulsives quelque fois considérables et de tension souvent extrêmes) ; et utopies (lieux de l’ailleurs et de ce qui n’a pas de lieu, notamment le savoir et le pouvoir, présents et absents à la fois, notamment dans la monumentalité). » (Lefebvre, 1972, p. 79).

Ailleurs Lefebvre écrira que les hétérotopies sont les “espaces rejetés les uns en dehors des autres” (1974, p. 422). Mais la définition qui ressemble le plus chez lui à la notion de Foucault est ce qu’il appelle contre-espace, qui “déborde l’opposition qui passe pour établie entre « réforme » et « révolution ». Toute proposition d’un contre-espace, le plus insignifiant en apparence, ébranle de la base au sommet, l’espace existant, ses stratégies, ses objectifs : l’homogénéité, la transparence devant le pouvoir et l’ordre établi” (1976, p. 441).

Après ce détour par Lefebvre, en clair, les hétérotopies au sens d’utopie et d’espace du dehors, sont constituées comme des lieux aux rythmes insolites et si puissants qu’ils façonnent de nouveaux imaginaires, de nouvelles relations entre les espaces, à l’échelle la plus vaste possible puisqu’il sont aussi des connecteurs. A les lire, l’hétérotopie est donc fortement déviante en tant qu’elle repousse les limites de l’espace.

le navire, une hétérotopie qui est une capitalismotopie

La spécificité du navire est de constituer un territoire très fermé, tout en ayant la capacité à se mouvoir de manière rhizomatique et en provoquant les mobilités imaginaires les plus intenses. Mais cette réussite de rhizome, de mise en relation et de catalysation de tous les lieux a donné vie à la globalité des flux financiers (Sloterdijk, 2008, p. 135). Si le navire capte les humains, les bêtes et les marchandises dans ses cales, il est lui bien difficile à capturer dans son faire-monde.

Au large, les voiles hissées, les cheminées fumantes ou les hélices en branle, les navires constituent le paradoxe le plus intense : fermé pour ouvrir le monde, rhizomatique pour territorialiser, transposant les langues et les coutumes pour investir le tout d’une monnaie à vocation universelle. Hétérotopie, mais pas seulement, le navire aussi un moyen formidable dévolu aux impérialismes et aux capitaux qui les ont devancés :

“Chaque navire en pleine mer incarne une psychose qui a hissé la voile ; chacun d’eux est aussi un capital réel flottant sur les eaux. En tant que tel, il prend part à la grande œuvre de la modernité, qui consiste à développer la substance comme un flux.” (Sloterdijk, 2008, p. 123).

Dans cette langue si particulière, Sloterdijk nous donne à lire la folie propre à l’investissement capitaliste dans la mer et la découverte: des plans, des affects, des valeurs toutes entières tournées vers l’extension indéfinie des flux marchands autour du Globe, Et celui-ci est investit en premier lieu par la mer, par les navires.

N’est-ce pas là le symptôme d’un échec de la pensée du dehors ? On peut toujours devancer les capitaux, ou aller trop lentement pour eux, toutefois, notre imaginaire flanche et rejoint des métaphores toute impérialiste. L’hétérotopie est autant navire de colons, que flux financier numérisé, qu’automobile.

Le navire, métaphore de l’automobile en milieu urbain

Qu’est-ce donc rapporter à l’urbain que circuler sans entrave dans un espace clos et privatisé ? Conduire son automobile pardi ! Et avec elle tous les rêves déchues de libération par l’exploration inconsidérée du globe : l’éthique du pionnier – ou de l’avant-gardiste si l’on veut faire européen – a fait bien du mal… On nous a fait croire que le navire et la voiture était une mise en danger de soi, des sortes de lignes de fuite tirées vers un ailleurs ? Mais qui pour nous rappeler que le bateau et surtout la voiture constituaient des répliques mobiles de nos foyers ? Cosmopolis en fournit un parfait exemple d’ailleurs. Les financiers contemporains n’ont gardé des aventures périlleuses des premiers marins que l’idéal de risque et de conquête sur une planète lisse et pleinement connue. Pour eux ce sera en fauteuil: passage finalement des “patries mobiles” (Sloterdijk, 2008, p. 179) aux non-lieux connectés.

“Parce que le navire incarne à la fois la réalisation de l’exigence d’être-chez-soi et celle de l’évasion, il est, surtout sous la forme qu’il prît au début des Temps modernes et qui lui permit d’affronter la haute mer, l’archétype de la contradiction résolue. Il met en équilibre les efforts diamétralement opposés d’habitat et d’aventure.” (Sloterdijk, 2008, p. 178)

Les contradictions spatiales et les percées au dehors ne font pas nécessairement le jeu de ceux qu’on croit, ou en tout cas, pas toujours. L’imaginaire contemporain est sans doute à travailler par d’autres images pour réduire l’ambiguïté des figures libertaires.

Le lieu est le monde, la contradiction est le risque

Le philosophe énonce que la tâche la plus belle et la plus ardue, « apprendre à vivre, c’est apprendre à être sur des lieux ; les lieux sont des extensions sphériques essentiellement irréductibles et entourées par un anneau de choses abandonnées et restées à distance. » (2008, p. 371). Or, désormais, le lieu avec lequel l’enjeu de notre existence se pose est la Terre, le retour au sol tout entier ne saurait souffrir de contradiction. Nous n’avons pas d’avenir dans l’hétérotopie du navire, nous avons échoués en marins. Bientôt l’accostage : nous devons apprendre à faire-lien dans l’espace global : devenir terrien.

Bibliographie

Dehaene Michiel, Lieven De Cauter, Heterotopia and the City : Public Space in a Postcivil Society, Routledge, 2008

Foucault Michel, Dits et écrits 1984 , “Des espaces autres (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967), in Architecture, Mouvement, Continuité, n°5, octobre 1984, pp. 46-49

Lefebvre Henri, Le droit à la ville II, Espace et politique, Editions Anthropos, Paris, 1972

Lefebvre Henri, La production de l’espace, Editions Anthropos, Paris, 1974

Sloterdijk Peter, Le Palais de cristal, A l’intérieur du capitalisme planétaire, Hachette Littératures, Paris, 2008

Sloterdijk, Sphères II, Libella-Maren Sell, Paris, 2010