Du permis de conduire au permis de mobilité

Des stratégies pour moins de voitures

Deux questions se posent activement aux acteurs de la mobilité aujourd’hui: Comment favoriser les mobilités actives? Comment réduire la prégnance de la voiture?

Pour ce faire, les améliorations de l’offre ont été importantes dans de nombreuses villes. Elles sont partiellement efficaces. L’usage du vélo grandit, les mobilités actives et les activités physiques en général sont au goût du jour. Toutefois, la place de la voiture reste écrasante. La voiture résiste entre autres parce que son usage est habituel (voir les travaux de Thomas Buhler).

Les grands moments de bouleversement des habitudes

Les habitudes des individus sont plutôt durables une fois sorti de l’enfance, mais sont bouleversées durant des moments forts du parcours de vie (début des études, mariage, déménagements). Les habitudes de mobilité elles-aussi sont le fruit des apprentissages de l’enfance, mais également découlent de ces temps forts (voir les résultats de Michael Flamm et Vincent Kaufmann). Durant l’enfance, ce sont souvent les mobilités actives qui sont acquises, et qui vont durer le plus longtemps dans la vie de l’habitant (surtout la marche). Dans le même temps, les habitudes de mobilité sont bouleversées par un moment fort spécifique: le permis de conduire, bien qu’on note une légère baisse du passage du permis parmi les jeunes (notamment en Suisse, voir l’entretien de Patrick Rérat). Dans l’optique de réduire la place de la voiture, comment gérer ce temps de bouleversement des habitudes de mobilité?

Changer le permis de conduire

Le permis de conduire est bouleversant d’autant plus que son passage peut être cumulé avec d’autres événements majeurs du parcours de vie: accès à la citoyenneté, début de la carrière professionnelle, des études, déménagement du domicile parental, etc.

Pourtant, on aurait pu penser que le coût du permis de conduire, tant financier, qu’en temps, et qu’en stress lors de l’examen, pourrait être rédhibitoire. Il l’est parfois. Dans les autres cas, c’est au contraire la force de l’investissement dans ce moment d’apprentissage qui va le rendre très engageant (voir les travaux de la psychologie de l’engagement). Quand on a mis beaucoup d’oeufs dans le même panier, difficile de l’abandonner. De ce fait, le passage du permis de conduire fait l’effet d’un goulot d’étranglement. Comment ouvrir les possibles?

Il s’agit d’affaiblir le permis de conduire, en diminuant l’investissement nécessaire à son passage. Si c’est contre-intuitif au premier abord, on suppose aisément qu’il est plus facile d’essuyer une petite perte dans le futur, qu’une plus grande, et donc de gaspiller un petit investissement, qu’un grand (voir la question de l’aversion à la perte). Ainsi, si l’investissement dans le permis de conduire est moindre, on peut supposer que l’engagement envers le permis de conduire sera moindre.

On peut aussi créer et renforcer des mini-diplômes relatifs aux mobilités actives  et aux transports en commun, et les valoriser mieux (en France: l’A.S.S.R.) pour entrer en concurrence avec le permis de conduire, notamment en leur donnant un coût en temps, en argent, une difficulté plus grande. Il s’agit de créer et renforcer un permis aux mobilités actives ou bien aux mobilités en transport en commun. Surtout, donner le même nom au permis de conduire et aux diplômes discutés ici, afin de suggérer leur valeur égale. Ensuite, ces diplômes doivent correspondre à des changements dans les lieux de vie des jeunes: notamment lorsqu’ils entrent dans un nouvel établissement scolaire en passant dans la classe supérieure.

D’autre part, on peut aussi élargir le goulot d’étranglement. En transformant le permis de conduire en permis de mobilité, la transformation des habitudes est généralisée et ne concerne pas que les habitudes automobiles. Le sens du permis de conduire serait bouleversé, et l’indépendance qui en résulte serait identifiée non plus seulement à la voiture, mais à l’ensemble des moyens de transport. Cela accompagnerait un mouvement déjà engagé dans ce sens. Pour ce permis de mobilité, il s’agirait de prendre des cours de circulation à vélo en ville et en campagne, de nuit, des cours de réparation de vélo. On pourrait imaginer découvrir la lecture de cartes pédestres et les bienfaits de la marche. Pourquoi ne pas faire découvrir les réseaux de transport en commun par le biais de leur histoire, de recherche de trajets? Les exercices adéquats sont à imaginer, mais l’idée est là: concurrencer la conduite automobile par d’autres possibilités de se déplacer, ce qui serait validé par un diplôme, demandant un certain investissement. De là, l’attachement aux autres modes de transport pourrait grandir, et celui à la voiture se réduire, par comparaison. On parviendrait ainsi à utiliser le moment de changement d’habitudes du permis de conduire, pour d’autres manières de se déplacer.

Changer les habitudes de mobilité

De nombreuses villes et de nombreux territoires mettent en oeuvre des stratégies pour réduire la place de la voiture et lutter contre les habitudes automobiles. Il semble que cela soit efficace, mais parfois limité. Pour accroître les moyens d’influence, nul doute qu’il serait fructueux de travailler lors des grands moments de bouleversement de la vie de l’individu. Or, le passage du permis de conduire est un moment important de changement (potentiel) des habitudes de déplacement. Pourquoi ne pas en tirer profit, en changeant le permis de conduire en un permis de mobilité ouvert à d’autres modes de transport?

Deux écritures pour un sens commun

Pour les Assises Internationales du Roman organisées par la Villa Gillet, j’ai eu la chance de rencontrer le très généreux Antonin Potoski au cours d’un “atelier d’écritures partagées” mené par Michel Lussault. A travers le texte ci-dessous en voici un ersatz personnel et fleuri, qui questionne l’intérêt de la littérature fictionnelle pour les sciences sociales, et les écritures qui en découlent, avec pour question trop ambitieuse : comment écrire le monde ?

Potoski

à propos des Cités en abîme, Antonin Potoski (University of Distance)

Chaque écriture est réalisation d’un monde. Si l’on part du principe que les scientifiques étudient la réalité du monde pour la traduire en des textes, par l’acte d’écrire, pourquoi sous leurs plumes le monde parait-il terne et vide ? Selon quel geste les romanciers parviennent-ils à écrire des mondes qui paraissent plus réels ? Pourquoi leur écriture fait-elle sens ? Le monde de Potoski est fleuri, varié et déroutant. Tumultueux son monde transcrit un exode. Il met le monde en branle par ses mobilités et son écriture narre la fuite et au travers le mouvement du monde. Au contraire, au scientifique le monde est un défi. Il se confronte – réflexif –  à l’infini du sens et à l’insensé du monde pour lui conférer bornes, ordre, structure. Le romancier in vivo jubile de l’excès, du débordant, le scientifique attaque, met en boite, in vitro, encage. Potoski nous fait vivre dans tous les sens l’expérience d’un monde qui donne le tournis. Le scientifique surplombant décortique, analyse, réduit, rapetisse, refroidit et finalement affadi. Le scientifique obéit à une écriture de la clarté. Le romancier saisit l’éclat, le fragment, le moment incompréhensible et beau. Son geste est l’écriture d’un plurivers partageable. Le scientifique clôture le monde par l’écriture, tout en discipline, en théorie rigide et en chapelle. Le romancier intemporel écrit pour toujours, en prise avec le temps et l’espace. Le scientifique progressiste trace par ses lettres et ses mots, l’atemporel, l’aspatial, dans une éthique et une esthétique aseptisées qui rappellent trop le lisse, le verre et le plastique. Potoski chante les mots et rapporte à nous les chœurs humains. Le scientifique scinde, disjoint et découpe les discours et les représentations dans son incapacité à dire le commun de la pluralité. Évider l’écriture de l’émotion et des processus affectifs, de l’expérience vécue, voilà entre autres ce qui semble donner à certains écrits scientifiques un lecteur incrédule. Les mondes de Potoski apparaissent fantasmagoriques, mais ils sont généreux, généraux et non-génériques.

L’acte d’écrire relève d’une éthique. Certains écrivent pour écrire, d’autres pour publier. Certains ont la liberté du créateur, d’autres la contraintes de l’évaluateur. Certains enchantent par la forme, d’autres par le contenu. Cependant les deux écritures n’ont de limite que l’imaginaire. Leur laboratoire est un monde vécu, à déclore, par tous les moyens d’écriture. Qui invente les mots ? Qui crée les néologismes les plus scabreux ? Qui met le monde en récit ? La créativité n’est pas nécessairement dans le camp que l’on croit. La réflexion sur l’acte d’écrire de même. La dérive in-finie de l’écriture du monde appelle au partage. Le pianotage et la caresse de la bille doivent à la fois prendre le monde en chasse et le projeter plus loin, dans un ailleurs qui joint les élans et les forces, par-delà le romancier et le scientifique, oser l’intellectuel au risque du grandiloquent. Que craindre du baroque ? La littérature fabuleuse est modélisation, simulation, expérimentation, exploration de toutes les virtualités : que suive la science dans la quête de saisie d’un monde déclos. Terminer les nihilistes et autres faux-modestes, place aux relativistes qui tentent d’embrasser toutes les voix et qui portent la leur à la chorale mondiale, médiée par l’écriture.

Fantasmatique, utopique, ludique que la littérature déflore le réel et la science avec. La littérature peut devenir adjuvant ivre de la science, outil de libération et d’explosion, canalisé ailleurs par la science, avec le souci de l’exactitude, de l’argument et de la description rationnelle. Les sciences sociales sans laboratoire pour l’expérience et la reproductibilité ne peuvent expérimenter qu’en fiction et observer-participer à un monde à la célérité extravagante. Protéiforme, la littérature peut devenir bouffon expérimental et coursier de luxe d’un monde qui va. La physique a les laboratoires et les mathématiques, pourquoi les sciences sociales et l’écriture scientifique ne jouiraient-elles pas de philosophie et d’écriture littéraire ? L’écriture scientifique et les sciences dans leurs explications rigoureuses du réel prendraient alors au rythme des défis expérimentaux des belles lettres – éclats de réalité et figures nouvelles –, la forme d’une fuite créatrice vers un réel commun pour l’action.