Au Caire, il n’y a pas d’espace public sans privatisation de l’espace.

La ville est un espace de co-visibilité. Et le Caire, « La Victorieuse », avec sa haute densité et sa vingtaine de millions de paires d’yeux en constitue un exemple parfait.

Résultat de recherche d'images pour "sexual harassment cairo"

Chaque jour, des millions de femmes exposent leurs corps plus ou moins involontairement, à ces yeux. Elles usent de tactiques diverses pour pallier à cette inévitable « impudeur », puisque leur corps est perçu comme tel par l’écrasante majorité des Cairotes. Aux inévitables voilages de toutes longueurs, et de toutes couleurs, qu’on trouve dans les rues cairotes, s’ajoute aussi une question épineuse: celle de la longueur des manches. Certes, on peut parfois enlever le voile, pour montrer son désaccord avec les islamistes, ou bien, pour trouver plus facilement un époux. Ainsi, dans certaines circonstances de vie, ou bien par conviction, dénuder les épaules ou montrer les cheveux constitue désormais une lutte contre des centaines de regards. Cette lutte se mène dans un premier temps contre la famille, qui censure certaines tenues, et ensuite contre les mauvais regards et les yeux salissants de nombreux jeunes hommes. Connaissez-vous ces regards? Les yeux sont visqueux et lourds, portés par des visages comme assoiffés. Ils s’agrippent aux formes des femmes, jamais assez masqués. Ces regards durent quelques secondes, ils durent des heures. Heureusement, le fatras du Caire, la circulation et d’autres occupations les détourneront ailleurs.

Ainsi, pour les femmes en particulier, mais cela vaut aussi pour les enfants pour qui la circulation automobile est un danger permanent, l’espace public n’est pas accueillant. L’espace de la rue n’est pas le lieu de la neutralisation des yeux et de leurs jugements. Le puritanisme musulman atteint ces temps-ci un tel niveau que même à l’abri des regards des hommes, derrière des hauts-murs, des femmes nombreuses et aisées préfèrent se baigner en habits complets. Les petits garçons de plus de 6 ans qui y sont interdits – voir le club attenant au Carrefour de Orbour City. Les espaces publics ont ainsi été colonisés par un art du regard tout islamique, voire tout saoudien, sapant ainsi la neutralité de l’espace.

Par ailleurs, ces voilages portent à une autre conséquence: pour les femmes musulmanes, chrétiennes (entre 5 et 15 millions d’Égyptiens chrétiens selon les chiffres) ou athées qui n’en veulent pas. Car le voile n’est plus depuis longtemps le couvre-chef de la paysanne, de la fellaha de Haute-Egypte. L’islamisation de l’espace et des consciences lui confère un caractère religieux. La construction de mosquées gigantesques participent de cette lutte pour la visibilité. Elles brillent de néons verts, une fois la nuit venue. Ainsi, les femmes en cheveux prennent un tour scandaleux, qui redouble les dragues et les insultes des jeunes hommes. S’en est à un point que la plupart des cafés traditionnels sont de fait interdits aux femmes.

Résultat de recherche d'images pour "ahwa baladi cairo"

La voiture privée constitue alors un lieu de refuge, pour traverser l’espace, pour celles qui peuvent y accéder. Quel scandale que le corps de ces femmes! Enfin, ne pas porter le voile tend aussi à créer une distinction visuelle entre femmes musulmanes – la plupart voilées – et non-musulmanes et chrétiennes. Ainsi, en s’islamisant, ce sont les différences religieuses qui deviennent criantes entre tous les habitantes.

 Outre cette absence de neutralité, la pacification même de l’espace est lourde et rend visible les dispositifs de sécurité. Par exemple, l’aéroport du Caire est fermé aux non-voyageurs et à ceux qui ne sont pas employés ou chauffeurs de taxi. Si les femmes traversent au plus vite les lieux de passage, certains lieux de passage rendent impossible le stationnement. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, pour illustrer le coût du dispositif de protection des circulations, au prix du caractère ouvert de l’espace. Cette fermeture de l’espace et cette maîtrise des circulations est aussi très présente dans les nouveaux centres commerciaux, les malls, qui s’ouvrent au cœur et à la périphérie de la ville du Caire. Outre le caractère fermé, et hors de prix pour la majorité des Cairotes, ces commerces ont une particularité qu’on pourrait dire culturelle. Inspirés des modèles américains, ou américains revisités par le Golfe (voir le quartier Cheikh Zayed). A proximité des écoles internationales anglophones et de l’Université américaine du Caire, ils exposent leurs publicités et leurs marchandises dans un mélange de langues arabe et anglaise. Sachant qu’une vingtaine de pour cent des Égyptiens est analphabète, et que le niveau des écoles publiques est en chute libre, qui pourra bien lire ces pancartes? Et pourquoi en anglais? Par cet usage, l’espace du commerce nouveau s’affiche réservé à une minorité privilégiée: les quelques pour cent de Cairotes qui accèdent à un niveau de consommation très élevé – même selon des standards européens -, et qui ont reçu une éducation dans des écoles internationales anglophones ou francophones, souvent chrétiennes par ailleurs.
Résultat de recherche d'images pour "nile city center mall"
nilecitytowers.com
On pourrait méjuger ces espaces réservés à une élite globalisée. Mais attention, ces espaces sont les vrais espaces publics du Caire. Malls et clubs sont les espaces qui ressemblent à nos espaces publics européens: les femmes y sont moins harcelées, les couples y circulent plus librement (s’embrasser dans la rue est interdit par la loi), les regards sont moins insistants. Ainsi, le filtrage des incivilités passe, au Caire, par un filtrage des pauvres et de ceux qui n’ont pas reçu une éducation privée. Il semble là-bas, qu’il s’agisse du seul moyen d’assurer la pacification de l’espace de circulation, au prix de quelques portiques de sécurité, de gardes et d’un petit personnel aux petits soins.
Il y a certes un autre lieu où hommes et femmes se retrouvent, certes pas sans pression, mais avec une liberté impensable pour les autres Cairotes. Ces espaces sont ceux des cours d’églises. Elles constituent à la fois des lieux de sociabilité, de service sociaux et éducatifs, mais aussi pour certaines, des centres de villégiatures et de loisirs. Les hauts-murs qui les entourent, filtrent encore l’espace et le réserve aux chrétiens, ou à des musulmans vraisemblablement bien intentionnés. Il faut se souvenir des crimes récurrents perpétrés contre les chrétiens.
Ainsi, ce rapide aperçu nous apprend que l’espace public idéalisé en Europe, n’existe au Caire que dans des lieux fermés, commerciaux ou chrétiens; une victoire paradoxale de l’islamisation contemporaine des yeux et des mœurs. Ce qu’il faut conclure, avec optimisme, c’est que le regard a pu se transformer en très peu de temps, une à deux générations au Caire, et donc qu’il est sans doute assez malléable pour se re-transformer aussi vite.

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter

Du bon métissage: ni xénophobie, ni xénophilie, l’exemple des habits de bain.

925px-Zebra_(PSF)Ni seulement noir, ni seulement blanc, zébré ou métisse

Qui tente d’apprendre de l’étranger ? Qui aime l’autre assez pour lire ses textes, pour écouter sa foi, pour distinguer ses vices et ses vertus en vue de devenir meilleur ?

Modèles du vivre-ensemble

Dans la perspective d’expérimenter un métissage réfléchi, débutons en rendant compte des manières d’aborder le vivre-ensemble les plus courantes et qui mènent à des écueils différents, mais dommageables. Vous pouvez deviner quel type vous correspond le mieux.

. Le xénophobe actif part du principe qu’il n’a rien à apprendre de l’étranger, et que l’étranger n’a rien à apprendre de lui non-plus.
Il repousse l’autre partout. Il n’aime pas l’autre.

. Le xénophobe passif part du principe qu’il n’a rien à apprendre de l’étranger, et que l’étranger n’a rien à apprendre de lui non-plus. Il ne déteste pas l’autre, mais ne l’aime pas assez pour lui ressembler.
Il vit côte à côte avec l’autre, il y est globalement indifférent, même s’il croit être accueillant et ouvert.

. Le xénophile passif part du principe qu’il n’a rien à apprendre de l’étranger, et que l’étranger a tout à apprendre de lui. Il aime l’autre assez pour penser qu’il peut devenir aussi bon que lui-même.
Là où il est majoritaire, il souhaite que l’autre perde sa spécificité et devienne comme lui, mais sans être directement offensif.

. Le xénophile actif part du principe qu’il n’a rien à apprendre de l’étranger, et que l’étranger a tout à apprendre de lui.
Majoritaire ou minoritaire, il souhaite que l’autre perde sa spécificité et devienne comme lui. Il aime l’autre assez pour penser qu’il peut devenir aussi bon que lui-même.

Où vous situez-vous ? Nulle part ? Alors vous êtes déjà un chantre du métissage et j’ai tout à apprendre de vous. Dans le cas contraire, si vous vous retrouvez dans l’une ou l’autre des catégories, continuez la lecture !

Ni la xénophobie, ni la xénophilie ne permettent le métissage, car les deux principes réfutent la nécessité de l’apprentissage pour soi, en vue de la coexistence : soit en refusant tout échange approfondi avec l’autre, soit en transformant l’autre en clone de soi-même.
Nous allons montrer qu’entre les deux attitudes se dessine une perspective pragmatique. En fait, il s’agit d’aimer l’autre assez pour lui apprendre ce que l’on possède de partageable, et de partager ce qu’il peut nous apprendre aussi.

Modèle de vivre-ensemble

Voir aussi à ce lien pour le format pdf du schéma: Modèle de vivre-ensemble

Connaître les forces et les faiblesses dans le processus de métissage : le cas pratique des habits de bain.

. Le xénophobe actif
tenter d’interdire les autres : le burkini.

. Le xénophobe passif
tolérer les autres : seins nus sur la plage, bikini, burkini, c’est égal ; mais, il n’existe pas le souhait de porter l’habit de bain de l’autre.

. Le xénophile passif
tenter d’influencer les autres : en France, influencer l’abandon du burkini, ou des seins nus.

. Le xénophile actif
tenter de convertir les autres : en France, convertir certains individus au burkini, et refuser tout autre habit de bain.

Si l’on suit ces exemples, où situer le rapport de force ?
1. Les femmes qui sont seins nus sur la plage ne possèdent aucune institution pour les défendre, ne forment pas de groupe, et leur choix repose grosso modo sur un principe de choix individuel, sans précepte moral transcendant. Elles sont donc dépendantes du bon vouloir des autres et les plus fragiles.

2. Les femmes en bikini, bien que leur choix soit celui du conformisme et donc le moins fort, sont soutenues par des politiques et des institutions, du fait de la majorité qu’elles représentent. Elles sont fortes du fait du nombre.

3. Les femmes en burkini sont menacées par des règlements et des appréciations négatives. Dans le même temps, elles sont très fortes du fait de leur croyance religieuse qui dicte les principes relatifs à leur habillement. De ce fait elles sont à la fois fragiles parce que minoritaire et fortes par leurs principes religieux. En situation majoritaire, elles sont beaucoup plus solides que les bikinis qui ne reposent pas sur des principes dits divins.

En France, les seins nus sont plus fragiles que les burkinis, qui sont plus fragiles que les bikinis, pour le moment.

Mais qui des apprentissages possibles ?
Les femmes en bikinis sont plutôt conformistes, leurs principes sont donc plus aisés à modifier. A contraire, les femmes seins nus font preuve de plus de courage, mais cela repose sur des principes individuels. Au contraire, les femmes en burkini sont tendanciellement plus fortes, parce que leurs convictions reposent sur des enseignements supposés divins.

Ainsi, les plus réfractaires à l’apprentissage semblent être les femmes en burkini, puis les femmes en bikinis, et les plus ouvertes à la recherche de bons principes, les femmes aux seins nus.

Comment partager des apprentissages à partir de là ?

Allemagne-Egypte_exact1024x768_l

Nombreux furent les commentaires à propos d’un match de beach-volley entre joueuses égyptiennes en burkinis, et joueuses allemandes en bikinis, lors des Jeux Olympiques de Rio.
Pour un grand nombre d’Egyptiens musulmans, les joueuses en bikini sont impudiques, ce qui ouvre la porte à leur dégradation morale et physique, au nom de Dieu.
Pour un grand nombre d’Européens, les joueuses en burkini sont un symbole de diversité, donc ils souhaitent encourager son usage. Ils renforcent ainsi le camp des intolérants.
Dans le même temps, pour un grand nombre d’Européens, les joueuses en burkini sont un symbole de conquête islamique, donc ils souhaitent décourager son usage.

Qu’apprendre de cet exemple ?

Premièrement, le principe de tolérance ou de xénophobie passive, n’est pas efficace. Il ne permet pas de créer un espace de discussion des valeurs à partager. Il permet simplement la diffusion du burkini et donc du refus de métissage.
Deuxièmement, on peut douter que toutes les joueuses de beach-volley portent toutes un jour le burkini. Un islam intolérant, ou xénophilie active, est voué à l’échec face aux xénophobies.
Troisièmement, interdire le burkini diminue une minorité convaincue de porteuses de burkini, en les rendant invisible. La xénophobie active n’est pas efficace pour encourager à apprendre la tolérance ou le métissage, mais elle permet la réduction visuelle du problème. La xénophobie active est efficace partiellement dans sa perspective.
Donc, dernière possibilité, il y a à prendre en compte et les critiques pour manque de pudeur et les refus de l’islamisation des corps féminins. Les deux critiques se rejoignent pour critiquer le domination masculine, soit par l’imposition de modèles de femmes sexy, soit par l’imposition de modèles de femmes cachées, parce que tentatrices. Ainsi, cesser les injonctions à être attractives, tout en cessant de considérer la femme comme tentatrice et diabolique, pourrait constituer une manière de prise en compte des points de vue de chacun. Pour cela, il faudrait supporter d’apprendre des uns, et des autres, pour corriger nos vices respectifs dans la perspective du vivre-ensemble. Le chemin est mal engagé…

. Si la majorité ou la minorité refuse le métissage…
Conséquence : Imposer la règle de la majorité pour éviter un conflit plus important. Voter avec ses pieds reste possible. Majorité et islamistes sont gagnants, ces derniers parce qu’ils jouent sur la discrimination pour renforcer la xénophilie active.

. Si la minorité refuse le métissage…
Conséquence : Maintenir la situation telle quelle, avec risque d’accroissement futur des tensions, et d’augmentation de la xénophobie et de la xénophilie actives. Autrement dit, extrême-droite et islamistes se frottent les mains.

. Si majorité et minorité acceptent de se métisser…
Conséquence : Négocier la règle pour éviter un conflit plus important. Se rapprocher est nécessaire, Ni xénophobie, ni xénophilie, changement de paradigme : création d’amitiés, de connaissances, d’amour… enchevêtrement des communautés.

Le souci est que ceux qui sont le plus loin du métissage, sont ceux qui portent un burkini, que les conformistes ne cherchent pas à changer de pratiques de bain, tandis que ceux qui tentent de vivre mieux, sont seins nus – autrement dit trop loin du burkini pour dialoguer. L’apprentissage avec des personnes se réclamant de principes divins pour régler strictement leur conduite est particulièrement ardu.
Ainsi, la solution du métissage est la meilleure et la plus efficace contre l’islamisme et l’extrême droite, mais l’interdiction reste meilleure que le statu quo, en vue de lutter contre l’islamisme.

Principes pragmatiques à propos du métissage

1. Mieux vaut suivre les effets des choix politiques que les grands idéaux sur le vivre-ensemble et la mixité, qui semblent à l’analyse, bien inefficaces pour métisser.

2. Si l’on ne peut pas s’engager dans le métissage, mieux vaut rester conservateur et soutenir la majorité plutôt qu’accepter toutes les nouveautés : on sait ce que l’on perd, jamais ce que l’on gagne.

3. Enfin, sous certaines conditions, apprendre les uns de autres le métissage vaut plus que tout, en vue de devenir meilleurs les uns grâce aux autres.

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter

De l’inefficacité d’une vie carnavalesque dans le film les Idiots

Être un « idiot »
Le film raconte l’intégration de Karen, personnage initialement désœuvré, au sein d’un collectif d’idiots. Plus précisément, les membres de ce groupe simulent l’idiotie, à la fois entre eux, en vase clos, et à l’extérieur de la riche demeure bourgeoise qu’ils squattent. Leur devise est: que chacun trouve l’idiot en soi! Ils se font passer pour des dérangés, pour être dérangeant et mettre en péril le fard bourgeois de la ville de leur résidence. Pour Karen, il s’agit peu à peu d’apprendre à jouer le jeu.

Les happenings du petit groupe prennent place dans divers lieux, dont voici quelques exemples:

  • à la piscine, où l’opposition entre désirabilité du corps féminin et impuissance perçue d’un corps masculin de dérangé – même en érection -, est mise en lumière lorsqu’un des idiots se savonne dans les douche réservées aux femmes.
  • lors d’une visite d’acheteurs potentiels de la maison qu’ils squattent, les « idiots » se montrent à la vue du couple intéressé par la demeure, pour les faire fuir. Cela fonctionne, malgré les efforts nombreux du couple pour maintenir les apparences de la tolérance.
  • dans un pub, des loubards tatoués des pieds à la tête rechignent un peu, puis accueillent l’un des « idiots » à leur table. Peu à peu pris d’affection et attentifs, ils vont jusqu’à l’accompagner pour l’aider à uriner, en mettant les mains à la patte. Dans ce contexte, l' »idiot » masculin ne détonne pas. C’est la femme qui partage leur tablée qui dérange et qui subie les remarques sexistes.
  • dans une agence de pub, autre happening, l’une des « idiotes » fait une sacrée farce à l’un des « idiots », qui est revenu à un comportement normal de publicitaire pour la séquence. Jouant la représentante d’une riche entreprise, son mauvais comportement donne des sueurs froides aux publicitaires et à son compère furibard. Les publicitaires sont heureux tout de même, de s’imaginer contrat en poches.

Carnaval ou encadrement de la dérive

Ces performances sur des scènes variées (piscine, pub, agence de pub…) proposent une re-visitation de la logique du carnaval. Mais au lieu d’être annoncé à tous, prévu et organisé de manière rituelle, celui-ci se déroule de manière impromptue.

C’est pourquoi, leur maison, là où ils résident ensemble dans un joyeux foutoir, ne constitue pas le lieu d’une utopie, mais de coulisses. Et rien n’empêche de répéter en coulisse, pour « trouver son idiot intérieur ». Lars von Trier ne nous accable pas d’une énième utopie anti-bourgeoise, il propose un manuel d’exercices à visée perturbatrice pour le dehors du groupe. Sa recette: formez un groupe de jeunes cultivés, faites les sortir de temps à autres; trouvez une idée « débile », moquez-vous du bourgeois. Voilà pour la subversion (ne pas oublier la partouze avec pénétration non-simulée), voilà pour les bourgeois démasqués – bourgeois un peu spectateurs. Jouer l’idiot, jouer tout court, n’a jamais été qu’un mécanisme de décharge de la pression, un défouloir: un carnaval.

Dans ce film, les comportements carnavalesques, plus que d’obéir à un temps, obéissent à des espaces pour une compagnie de comédiens qui jouent tous le même rôle, avec forte conviction : celui de « débiles ».

Bas les masques

Récapitulons à ce stade, à quel processus de changement se soumettent les comédiens du film:

  • les « débiles » sont conscients des errements moraux des bourgeois danois,

  • ils expérimentent un type possible de comportement alternatif,

  • ils sont sensibles aux effets bénéfiques de ce comportement : les « on est tellement heureux ici » saupoudrent la vie du groupe,
  • ils s’habituent peu à peu à leur rôle et l’exercent avec de plus en plus d’allant et de justesse – peut-on être juste en jouant au dérangé?

Mais quelles valeurs remettent-ils en cause? Les apparences, les règles de maintien de soi, les hypocrisies et les mesquineries des autres. Et les leurs propres? Ils constituent par la prétention à l’apparence « débile » un ensemble de normes de comportements alternatives, toutes autant soumises au jugement et à des normes de bonne conduite, même déviées. A la comédie des autres, répond leur propre jeu de rôle.

Ne pas mettre en péril les attachements

Ils doivent néanmoins faire face à une série d’imprévus, au cours du film:

  • Avec l’oncle propriétaire de la maison squattée, il s’agit de jouer, non plus aux débiles, mais cette fois aux artisans. Faire comme si le bon ordre bourgeois de la demeure n’était pas perturbé.
  • Avec le père de l’une des « débiles »: réellement sous prescription médicamenteuse psy. Une seule des membres du groupe tente d’empêcher le patriarche cool-rockeur de reprendre sa fille (majeure) pour la replonger dans les psychotropes.
  • Lors de la visite de débiles auprès des « débiles », la mascarade cesse, et la légèreté de la remise en cause des valeurs bourgeoises saute aux yeux.
  • Lorsque que le chef de bande a un accès de folie, et devient violent, ils l’attachent comme dans un mauvais hôpital psy.

Chaque situation à enjeu est l’occasion de faire preuve de lâcheté, de mettre « bas les masques »: d’éviter de changer de vie, de cesser d’imiter les débiles et autres fous, pour laisser croître un comportement alternatif et fou, qui dévorerait leur anciennes attaches, bourgeoises trop bourgeoises. Sont démasqués, tous ceux qui portent le masque de la mise en scène de la vie quotidienne, débile ou non.

Changer de vie en faisant l’idiot

A la fin du film, le chef de bande met toute l’équipe au défi de réaliser leurs prouesses d’idiots au cœur de leur ancien quotidien: en famille, au travail, etc. Tous échouent, refusent, quittent l’aventure. Une seule ose trouver son « idiot intérieur », Karen. Celle-ci, mère d’un enfant mort il y a une semaine à peine, s’était réfugiée loin des siens, au sein du groupe. Pour elle, les attachements à sa famille sont désormais vains: qu’est-ce qui l’empêcherait de faire l’idiote? Elle engage alors sa transformation, en modifiant l’appréhension que ses proches avaient d’elle: de mère indigne en douce folle. Là, la violence à son égard éclate en silence, par l’absence d’affection, par la tension palpable au sein de la famille, par une gifle cuisante de son ancien compagnon.

La mise à l’épreuve d’attachements qui n’en étaient plus vraiment pour elle constitue ainsi une sorte de travail de deuil: ce n’est pas les apparences qu’elle critique, par son attitude, mais la méchanceté et la violence qu’elle révèle en poussant à bout ces mêmes règles de contention de la violence – les mises en scène de soi, débiles ou non. Elle s’en prend au cœur de la puissance bourgeoise et non aux effluves demi-masquées qui en émanent. Karen fait ainsi la démonstration que toutes les dérives à la Debord, pour enfants gâtés qui rentrent dormir chez papa (tonton dans le film), tout cela n’est qu’un retournement du spectacle contre lui-même. Le spectacle nourrit le spectacle et masque la violence. Au contraire, pour Karen, il s’agit peu à peu de jouer le jeu en le prenant au sérieux. C’est par le sérieux du défi et de la posture « idiote » qu’elle expose au spectateur du film, le manque de spectaculaire de la violence quotidienne, familiale et affective. C’est par le sérieux qu’elle se fait victime, pour supporter le détachement d’un cercle de proches malsains. Pour elle-aussi le masque sert à démasquer, le rôle des autres, mais aussi son ancien rôle. Le masque n’est pas l’outil d’un jeu, mais l’ouverture à une autre vie possible, qui s’engage par une rupture violente. Sans moquerie, avec sérieux, elle se rend publiquement victime émissaire: elle soulage la tension familiale, et fait office de petite sainte de l’idiotie. Karen a donc échoué à jouer le jeu, belle idiote, vraie débile.

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter

B.a.-ba du changement d’habitude, dans le film L’Incroyable Destin de Harold Crick

« Chaque jour ouvrable depuis 12 ans, Harold se brossait chacune des dent 76 fois, 38 fois de gauche à droite, 38 fois de bas en haut »

Prenez un personnage principal qui a routine pour maître-mot. Rajoutez-lui des capacités de calcul et de mémorisation démentielles. Définissez sa vie par la quête d’une efficacité et d’un conformisme à des règles, transformées en routines calculées au millimètre. Vous aurez un aperçu du quotidien que peut mener Harold Crick: une vie de routines mécaniques et tayloriennes, qu’il occupe à grand renfort de contrôles fiscaux et de nœud de cravate Windsor.

Prise de conscience

Pourtant, un matin, un processus imprévu perturbe cette mécanique rodée : une voix commente ses moindres faits et gestes. Il n’arrive pas à la faire sortir de sa tête. Comme s’il s’était muni, d’un coup d’un seul, d’une conscience. Cette voix lui fait donc, prendre conscience des routines au poil qui structurent son quotidien dans les plus menus détails. Ce qui est assez perturbant pour le personnage. Cette petite voix qui fait la narration de ses faits et gestes, loin d’affecter positivement notre héros, l’entraîne plutôt sur le chemin de la résistance au changement: il ne veut plus entendre parler (de) sa conscience.

Après avoir établi qu’il était bien le seul à entendre la voix, il se rend chez un psychiatre. Le médecin établit le diagnostic : Harold Crick est schizophrène. En le plaçant dans une case, la psychiatre est à deux doigts de mettre fin à tout processus d’intégration de la perturbation de la petite voix, par le héros. Il n’a plus qu’à vivre avec ces commentaires – contre son gré – et le diagnostic de folie – contre son gré de même – : drôles de réjouissances en perspective ! On reste dans la résistance, mais impuissante.

Cette première phase est ainsi celle de la prise de conscience de la perturbation des routines, qui entraîne sur le courant d’un changement d’habitudes. Néanmoins, pour le moment, notre héros nage encore à contre-courant.

Multiplier les interprétations possibles

Bienheureusement, le personnage est plein de ressources. Il identifie la fonction de la voix qui parle dans sa tête : elle fait la narration! Tel un narrateur de roman, elle expose les faits et gestes du personnage Harold Crick, autrement dit notre héros est le héros d’un roman. Et c’est là qu’une brèche s’ouvre. Puisque le héros est dans un récit, la porte est ouverte aux interprétations littéraires de sa propre vie. Il accepte le jeu des interprétations et donc de la conscience de ses propres actes. Qui mieux alors qu’un professeur de littérature, un as de l’interprétation, pour démêler les nœuds de l’intrigue ? Harold Crick va alors rencontrer l’universitaire, qui va tenter de proposer la clé adéquate pour avoir prise sur le récit dans lequel se trouve Harold – trouver l’interprétation pertinente pour changer sa vie. Il va donc faire proliférer les interprétations et proposer des épreuves au héros, pour qu’il détermine la teneur du récit: comédie ou tragédie – c’est-à-dire happy end ou mort atroce.

Concurremment, le héros tombe épris d’une jeune pâtissière vaguement anarchiste. Déjà sur la pente du changement, cette rencontre l’y précipite et le fait se questionner sur la vie bonne qu’il souhaite mener. Il ne résiste plus au changement. S’ouvre à lui, peu à peu, un champ des possibles auquel il était devenu aveugle.

La seconde étape de son changement d’habitudes est donc rendu possible par les interprétations issues de sa rencontre avec le professeur, qui ne va pas l’enfermer dans un type à partir d’un diagnostic trop rapide. Au contraire, il va l’ouvrir à des vies possibles/des intrigues possibles qui pourraient entraîner sa vie sur de nouveaux rails. Cette ouverture aux possibles est encore renforcée par la seconde rencontre et le début de l’aventure amoureuse. Enfin, il a déménagé chez son meilleur ami, collègue des impôts. Arrivé à ce point, il ne nage plus à contre-courant du changement d’habitudes. Il a soif d’apprendre et commence déjà à changer sa vie.

Lutter contre ses anciennes habitudes pour sa nouvelle vie possible

La rencontre amoureuse commence mal : d’une part il reluque avec insistance la jeune pâtissière, mais en plus il la reluque lors d’un contrôle fiscal. Et allez demander un rappel d’impôts à une anarchiste ! De là, il se prend les pieds dans le tapis de la séduction à plusieurs reprises, s’empêchent quelques plaisirs et commet quelques gaffes, afin de respecter la déontologie assignée à un contrôleur du fisc. Le plus important, c’est que, non content d’être conscient de ses habitudes, il se rend compte qu’elles constituent désormais un obstacle. Il l’éprouve avec crainte et dépit. Ses vieilles routines qui soutenaient sa vie l’empêchent désormais de poursuivre l’une des nouvelles vies possibles/interprétations du récit, dont il a pris conscience de l’existence. S’ensuivent doutes et atermoiements. Qui a prétendu qu’il était facile de se transformer ? Mais une chose est certaine désormais pour Harold Crick : il veut changer de vie et vivre sa vie comme une aventure. Cela semble des plus sages pour qui se retrouve au cœur d’un récit, faut-il le rappeler. Il se met même à la guitare…

La rencontre avec la pâtissière a rendu désirable le changement de ce qui était auparavant à sauvegarder : ses vielles routines et sa quête de conformité et d’efficacité. Désormais, il souffre de celles-ci et éprouve leurs effets néfastes pour amorcer la mise en pratique des possibles entrevus plus tôt. Engagé sur la pente du changement, Harold Crick, notre héros, est en train d’apprendre à changer de vie, autrement dit, il ne résiste plus et change déjà.

Changement de valeurs, changement de vie

En intensifiant l’aventure amoureuse, Harold parvient finalement à une redéfinition de ce qui constitue la vie bonne pour lui et donc des routines et habitudes qui l’accompagne. Changement de valeurs, changement de vie, tout est bien qui finit bien. Sauf qu’on en aurait presque oublié que le héros est pris dans une intrigue dont il n’est pas maître. Est-il dans une comédie ou bien une tragédie – va t-il mourir atrocement ou bien fonder une famille et vivre heureux avec beaucoup d’enfants (anarchistes) ?

Le maître de l’intrigue, la petite voix – la conscience impromptue du héros, c’est bien sûr un écrivain dont l’écriture dresse le déroulé de la vie du héros et qui doit choisir une fin à celle-là même. Cet écrivain dépressif, fumeur, sans inspiration, présente lui-aussi une sacrée panoplie de mauvaises habitudes. Surtout, il prend un plaisir malin à supprimer ces héros à la fin de ses romans : destin funeste qui attend Harold Crick lui-aussi. Mais dans un retournement imprévu, Harold Crick parvient finalement à rencontrer celle qui écrit sa vie et même, à l’attendrir. Il devient la conscience de sa propre conscience, la boucle est bouclée. L’écrivain/petite voix/narrateur vit alors à toute vitesse le processus de changement d’habitudes que Harold Crick a mis une heure et demi de film à entreprendre : elle prend conscience des effets de son écriture, même plus elle est effrayée de ceux-là. Mais comment changer la fin de Harold Crick ? Il s’agit alors de s’ouvrir à d’autres récits possibles dont la fin serait cette fois heureuse. Une fois le choix fait, elle est alors capable d’écrire la vie bonne dont Harold n’aurait pu rêver au début du film. Elle-aussi a changé ses habitudes d’écriture et de vie : elle est devenue empathique, les signes apparents de la dépression ont disparu de son visage, aujourd’hui épanoui.

Conclusion

Pour changer d’habitudes :

  • vous allez prendre conscience d’une perturbation dans votre vie – petite voix, accident, déménagement, diagnostic psy, rencontre –, contre laquelle vous allez probablement tenter de résister dans un premier temps. Mais peu à peu, vous allez ressentir de manière cuisante que vos vielles routines ne sont plus adaptées à votre situation qui est devenue indésirable. Le changement devient votre objectif.
  • grâce à des outils ou des personnes ressources vous allez parvenir à inventer des récits dont certains seront plus désirables que d’autres. Le choix entre les interprétations dépendra sans doute de rencontres imprévues et des changements de contexte qui ont été amorcés.
  • de là, vous allez tâtonner à la recherche des valeurs qui vont articuler votre nouveau mode de vie qui auront profondément modifiées vos habitudes et votre définition de la vie bonne.

Harold Crick, ce héros, était chenille, le voilà maintenant délesté de sa chrysalide de routines surannées, papillon.

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter

Le Devenir urbain d’Aldo Rossi

Figure 1. Rossi Aldo, Consolascio Eraldo, Reichlin Bruno, Reinhart Fabio, Ville analogue, 1976

Résumé. Devenir urbain signifie faire l’expérience de la densité et de la diversité des possibles pour projeter et construire des espaces. Or, Aldo Rossi est un architecte qui a vécu cette urbanisation de l’expérience au travers de dessins, de collages, d’écriture. En plongeant dans les espaces urbains, il s’est peuplé d’images et d’affects qui résonnent de possibles. Il le rapporte dans ses ouvrages. Rossi propose une vie écrite dans, par et pour l’urbanisation et qui écrit l’urbain en retour. Ce devenir urbain toujours persiste, oscillant entre l’exhaustion chimérique des possibles à sentir et à inventer, et épuisement inévitable de Rossi lui-même.

Aldo Rossi est un architecte italien de référence – prix Pritzker 1990 – qui a bâti, dessiné (Rossi, 2008), et écrit à la fois une théorie de l’espace urbain (Rossi, 2001) et un récit autobiographique (Rossi, 1981). Dans A Scientific Autobiography (Rossi, 1981) donc, il énonce par l’exemple de moments et d’espaces clés de son existence, une série d’exercices de sensibilisation aux espaces, de manières d’inventer, de faire avec l’urbain. Cela, afin de tracer des espaces possibles et construits, et son propre devenir1 aux prises avec l’urbanisation. Le devenir urbain de Rossi se lit par-là dans ses écrits, qui conservent avec plus d’évidence que ses dessins et ses bâtiments, l’empreinte du processus créatif. Son autobiographie constitue ainsi une manière de saisir, au travers de l’écriture, comment s’expérimentent la fabrication d’un espace comme celui de la ville, au travers des projets qui habitent l’architecte, et donnent forme à son devenir singulier. L’autobiographie de Rossi constitue ainsi un réservoir d’expériences de l’urbain et de sa création, qui permettent d’illustrer la forme de vie prise par un producteur des espaces du pullulement. Rossi est ainsi un fabricant de l’urbain, dont la vie qu’il raconte est habitée en retour par celui-ci, car l’évolution des espaces et celle de l’architecte s’imbriquent l’une avec l’autre.

Aldo Rossi, une vie pour expérimenter l’urbain. Aldo Rossi paraît se nourrir sans cesse d’espaces qui le traversent et l’affectent – obsessionnellement ou plus subrepticement – pour en produire de nouveaux par le bâti, le dessin, le collage et l’écriture (Rossi, 1981 : 20). En cela, il semble exemplifier, en particulier dans son autobiographie (Rossi, 1981), un devenir urbain, autrement dit, une vie aux prises avec l’urbanisation. Or, celle-ci peut se définir par l’accroissement de la densité et de la diversité des possibles dans un espace. De ce fait, devenir urbain, comme le montre la vie de Rossi, consiste à expérimenter cette profusion spatiale. Devenir urbain : faire l’expérience de la densité et de la diversité des possibles pour projeter et construire des espaces, ainsi transformer et soi et l’urbain. Rossi illustre alors une manière d’inventer l’urbanisation et sa vie en retour, par une série d’exercices (Sloterdijk, 2011).

Rossi lui-même définit l’espace urbain suivant le couple agrégation historique et invention (Rossi, 200 : 165), c’est-à-dire par le fait que les bâtiments sont repris et transformés au sein du «  processus dynamique de la ville [qui] tend plus vers l’évolution que vers la conservation, et que dans l’évolution les monuments se conservent et constituent des éléments propulseurs du développement lui-même » (ibid, p. 60). Produire l’espace urbain, c’est donc composer avec des possibles en grand nombre, par la construction de bâtiments, par les dessins, mais aussi par la sensibilité à de nouveaux possibles, à partir de l’observation et de la mémorisation des bâtiments qui pourront ensuite être répétés dans l’érection d’un nouveau bâti (Rossi, 2008 : 12).

Suivant Rossi, l’urbain n’est pas pure fluidité puisqu’il est bâti et occupé par des éléments historiques, mais sa permanence résonne dans l’imaginaire de l’architecte comme proposition de possibles (Rossi, 2001 : 58). Ces possibles naissent premièrement de l’observation de toutes choses :

Perhaps the observation of things has remained my most important formal education, for observation later becomes transformed into memory. Now I seem to see all the things I have observed arranged like tools in a neat row; they are aligned as in a botanical chart, or a catalogue, or a dictionary. By this catalogue, lying somewhere between imagination and memory, is not neutral; it always reappears in several objects and constitutes their deformation and, in some way, their evolution. (Rossi, 1981: 23)

Secondement, il reprend les lieux les plus affectant par le dessin. Par ses dessins, Rossi explore ainsi une variété de contextes très grande avec un motif récurrent. Par exemple : « For me, the architectural work is now identified with these things: there is a street in Seville made up of superimposed balconies, elevated bridges, stairs, noise, and silence, and it seems to recur in all my drawings. Here the search has ended its object is the architecture it has rediscovered » (Rossi, 1981: p. 19).

L’urbain est, pour celui qui s’exerce comme Rossi, une réserve bâtie de possibles à concrétiser par l’invention et le dessin (Rossi, 2008 : 14). Qu’est-ce à dire réserve de possibles ? Certaines perceptions et leurs reprises sont propulsives pour d’autres manières de produire l’urbain (Rossi, 2001 : 60). Cela est d’autant plus vrai pour lui lorsque les espaces ont agrégé une grande variété d’usages possibles au cours du temps. « Autrui, c’est l’existence du possible enveloppé » (Deleuze, 1969 : 357) et autrui n’est pas seulement humain, comme le démontre Rossi avec évidence, par sa lecture et son écriture de l’urbain. La force de son expérience de l’urbanisation réside dans sa capacité à multiplier celle-ci par son travail. Notamment la « Ville analogue » est une illustration de cette mise en prolifération d’espaces, motif qu’il n’a de cesse d’aborder dans son autobiographie. Mélangeant une série de formes décontextualisées puis recontextualisées, le collage (Figure 1) visualise les processus mentaux et urbains qui l’habitent.

Épuiser les urbains possibles. Le bâti reste infiniment loin de l’exhaustion des possibles. Les bâtiments les plus anciens, s’ils ne sont pas rancis, expriment un grand nombre de mondes possibles (Deleuze, 1969 : 354-357). Ainsi le premier travail de l’architecte est-il pour Rossi d’épuiser ces possibles-là, de tendre à l’exhaustion des propositions accumulées en s’immergeant en la mer urbaine, pour reprendre une métaphore de Rossi : « The sea seemed to me a coalescence capable of constructing a mysterious, geometric form made up of every memory and expectation » (Rossi, 1981 : 25). Pour produire des espaces urbains, il faudrait d’abord énumérer l’infinité des espaces possibles. Cette énumération (Rossi, 1981 : 23) passe notamment chez Aldo Rossi par le dessin et une ramification d’objets divers mémorisés et réinventés. Il a pour but d’explorer toujours plus la richesse de ses projets, qu’il dessine dans divers contextes, et non seulement celui attendu de la construction du bâtiment (Rossi, 2008 : 27). Loin d’être une imposition au monde de structures absconses issues de l’esprit des architectes (Koolhaas, 1994 : p. 246), dessins et bâtiments de Rossi sont tendus : toujours à la limite entre transformation novatrice et répétitions d’obsessions, tel son expérience de l’urbain.

Because of this, cities, even if they last for centuries, are in reality great encampments of the living and the dead where a few elements remain like signals symbols, warnings. When the holiday is over, the elements of the architecture are in tatters, and the sand again devours the street. There is nothing left to do but resume, with persistence, the reconstruction of elements and instruments, in expectation of another holiday. (Rossi, 2001 : 20)

Elément par élément, il pèle les bâtiments perçus et mémorisés pour en tirer de quoi produire un nouvel espace par la mise en relation avec d’autres (1981 : 19). Rossi en architecte répète les va et vient entre les souvenirs (Onaner, 2014 : 3), les perceptions présentes, les dessins, le bâtiment naissant. Aucun bâtiment ne peut être contrôlé en un seul regard et un seul geste (Koolhaas, 2011 : 32), le contexte ne vaut rien, car chaque proposition d’action inscrite dans le bâti le transporte ailleurs : « Likewise in my projects, repetition, collage, the displacement of an element from one design to another, always places me before another potential project which I would like to do but which is also a memory of some other thing » (Rossi, 1981 : 20). Et cette série de déplacements dans l’espace constitue le fil conducteur de son autobiographie.

Craindre l’épuisement de son devenir urbain. Avec Aldo Rossi, l’urbain est sans histoire chronologique et sans irréversibilité, car en transformation. Et pourtant, il est hanté par la figure inverse de l’énumération exhaustive des possibles: « Le “ça suffit comme ça” croise en permanence l’“ainsi de suite”» (Virno, 2013 : 69). Que devient-on une fois le bâtiment construit ? Une fois triés, jetés, choisi, multipliés les va-et-vient, les délocalisations, les collages ? L’échec et la réussite mêlés de l’instauration de l’urbain n’est pas le fonctionnalisme, le modernisme, les détournements et tous les mésusages, mais l’épuisement du bâtiment, rincé de ses possibles, soit le pro-jet qui n’en est plus un : fini et figeant l’architecte.

Perhaps a design is merely the space where the analogies in their identification with things once again arrive at silence. A design pursues this fabric of connections, memories, images, yet knowing that in the end it will have to be definitive about this or that solution; on the other hand, the original, whether it is true or presumed state, will be an obscure object which is identified with its copy. (Rossi, 1981: 35)

Ce point constitue tout autant l’objectif ultime de l’architecte qui propose un bâtiment, que la mise en échec du processus de projection (Rossi, 1981 : 71). « Tant que l’œuvre est au chantier, l’œuvre est en péril » (Souriau, 2009 : 205), mais une fois le chantier clôt, c’est l’architecte qui trouve son devenir urbain mis en péril, courant le risque du tarissement des expériences qui mettaient en forme son devenir.

Reste alors à oublier ce produit fini pour le laisser à d’autres (Rossi, 1981 : 41), et plonger soi-même dans d’autres possibles. Cette inquiétude quant à l’accomplissement d’un projet (ibid : 84), qu’est-ce, si ce n’est le signe d’une soif d’urbanisation ? C’est une inquiétude quant à l’épuisement des possibles. Le projet le plus proche de l’inépuisable est celui qui fait projeter les possibles à l’infini. Et pourtant il faut bien qu’il soit fini pour son premier concepteur : l’architecte qui a bâti un espace. Un projet fini, c’est le risque d’avoir épuisé l’urbain, son expérience de celui-ci et son inventivité, en étant rendu insensible à la rencontre d’un autrui (Deleuze, 1992, p. 83) : perceptions et souvenirs rendus inactifs par l’oubli (Onaner, 2014).

La compétence à renouveler la genèse des possibles doit permettre d’éviter d’être épuisé (Deleuze, 1992), et donc d’entraîner la fin de l’expérimentation d’urbanisation. C’est pourquoi, par analogie, par connexions, par répétitions différentiantes, Rossi produit des espaces difficiles à épuiser, lui-même toujours troublé quant à l’épuisement de son aptitude à projeter.

I said that I have always liked things that were brought to a conclusion, and that every experience has always seemed conclusive to me: I have always felt that I was making something that would permanently exhaust my creativity. But always this possibility of conclusion has escaped me, even though an autobiography or an ordering of one’s work might well be such a decisive occasion. (Rossi, 1981: 84)

Vivre urbanophile, créer des possibles. Rossi écrit, exerce, transforme sa vie dans, par, pour l’urbanisation. Aldo Rossi illustre finalement à merveille une définition de l’urbanisation en tant qu’évolution : surproduction d’éléments, de variations et d’éléments hérités (Gould, 2001 : 24).

Thus, this book is perhaps simply the history of a project, and like every project, it must be conclusive in some way, even if only so that it can be repeated with slight variations of displacements, or assimilated into new projects, new places, and new techniques – other forms of which we always catch a glimpse in life. (Rossi, 1981: 84)

Dans ses écrits autobiographiques, Rossi énonce finalement autant comment il a peuplé l’urbain de nouveaux espaces à habiter, que comment il fut lui-même habité par l’urbain.

Bibliographie.

BUBLEX, Alain et Élie DURING (2014), Le futur n’existe pas : rétrotypes, Paris, B42.

DELEUZE, Gilles (1969) Logique du sens, Paris, Les Éditions de Minuit (Critique).

DELEUZE, Gilles (1992) L’épuisé, in Samuel BECKETT, Quad et autres pièces pour la télévision, Paris, Les Éditions de Minuit.

DELEUZE, Gilles et Claire PARNET (1977) Dialogues, Paris, Flammarion.

GOULD, Stephen (2006), La structure de la théorie de l’évolution, Paris, Gallimard (NRF Essais).

KOOLHAAS, Rem (1994), New York, The Monacelli Press.

KOOLHAAS, Rem (2011), Junkspace, Paris, Payot (Manuels).

ONANER, Can (2014), « Aldo Rossi et les images architecturales de l’oubli », dans Images Re-vues, [en ligne]. URL : http://imagesrevues.revues.org/3858 [Site consulté le 11 mai 2015].

ROSSI, Aldo (1981), A Scientific Autobiography, Cambridge, MIT Press.

ROSSI, Aldo (2001), L’architecture de la ville, Gollion, In Folio.

ROSSI, Aldo (2008), Drawings. Milan, Skira.

SLOTERDIJK, Peter (2011), Tu dois changer ta vie, De l’anthropotechnique, Paris, Libella Maren Sell.

VIRNO, Paolo (2013), Et ainsi de suite, la régression à l’infini et comment l’interrompre, Paris, Éditions de l’Éclat.

1 « A mesure que quelqu’un devient, ce qu’il devient change autant que lui-même. Les devenirs ne sont pas des phénomènes d’imitation, ni d’assimilation, mais de double capture, d’évolution non parallèle, de noces entre deux règnes. » (Deleuze, Parnet, 1977 : 8)

Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter